Technologies de l'information et de la communication - Utilisation dans les établissements bretons

De
Publié par

En Bretagne, la quasi-totalité des établissements sont informatisés et 80 % d'entre eux disposent d'une connexion à Internet. Le développement des technologies de l'information et de la communication dépend beaucoup de la taille des établissements utilisateurs et du secteur d'activité. Le défaut d'accès au haut débit ne semble pas freiner la demande d'accès à Internet mais en limite l'usage aux fonctionnalités de base et entrave probablement l'extension de technologies plus avancées dans les entreprises. Plus de la moitié des établissements ont un site Web. Dans ce domaine, les IAA, peu incités sans doute du fait de la proximité de leurs partenaires, accusent un retard significatif.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Entreprises
Technologies de l’information
et de la communication
Utilisation dans les établissements bretons
En Bretagne, la quasi-totalité des établissements sont
informatisés et 80 % d’entre eux disposent d’une connexion
à Internet. Le développement des technologies de l’information
et de la communication dépend beaucoup de la taille des
établissements utilisateurs et du secteur d’activité. Le défaut
d’accès au haut débit ne semble pas freiner la demande d’accès
à Internet mais en limite l’usage aux fonctionnalités de base et
entrave probablement l’extension de technologies plus avancées
dans les entreprises. Plus de la moitié des établissements
ont un site Web. Dans ce domaine, les IAA, peu incités sans
doute du fait de la proximité de leurs partenaires, accusent
un retard significatif.
es technologies de l’information et répand chez les particuliers comme connectés dans 85 % des cas. A l’inté-Lde la communication (TIC) partici- dans les entreprises. rieur des établissements, le taux d’équi-
pent aux opérations de traitement, de pement des salariés varie selon leur
production et d’échange de l’informa- fonction. Les postes administratifs sont
tion. Ces technologies sont apparues en les mieux pourvus : dans plus des trois
La quasi-totalité
plusieurs vagues, avec la propagation quarts des établissements, presque tous
des établissements bretonsde l’ordinateur dans les années 60, puis les salariés occupant des fonctions
l’essor de la micro-informatique au sont informatisés administratives sont dotés d’un micro-
cours des années 80. Depuis le début ordinateur. Cette proportion atteint à
des années 90, avec la mise en réseau peine le quart pour les fonctions de pro-
des systèmes informatiques et des Fin 2003, la quasi-totalité des établisse- duction. Elle est particulièrement faible
micro-ordinateurs, les outils d’échange ments bretons employant au moins dix dans les industries agroalimentaires
de données informatisées (EDI) se sont salariés sont équipés en micro-ordina- (IAA), qui se distinguent du reste de l’in-
développés. Avec l’explosion d’Internet teurs et plus de quatre sur cinq dispo- dustrie par un niveau d’informatisation
et de la téléphonie mobile au début des sent d’un réseau local. Lorsque le ré- moindre : 75 % des établissements dis-
années 2000, l’utilisation des TIC se seau existe, tous les ordinateurs y sont posent d’un réseau local contre 80 %
4 Octant n° 100 - janvier 2005Entreprises
Outils informatiques de gestion (%) dans le reste de l’industrie et 90 % dans
les services. Le secteur des transports est
le moins informatisé.
Réseau local
Sous un vocable unique, les TIC regrou-
Outils nomades pent des outils de nature et d’usages dif-
férents. Ces outils sont classés en troisProgiciel
catégories déterminées par la nature desde gestion intégré
technologies mises en œuvre : les outils
Outils traçabilité informatiques de gestion, les outils in-
formatiques de communication, les ou-
Gestion électronique tils téléphoniques.
des documents
Outre l’infrastructure que constitue leDatawarehouse
réseau local, les outils informatiques de
gestion regroupent les progiciels de ges-Groupware
tion intégrés (PGI), les outils de traçabi-
lité des produits, les de gestion1000 20 40 60 80
électronique des documents (GED), les
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC entrepôts de données et les outils de tra-
dans les établissements bretons - 2004
vail collaboratif. Les plus répandus sont
Lecture : 83 % des établissements bretons sont équipés d’un réseau local.
les progiciels de gestion intégrés et les
outils de traçabilité : respectivement
Outils informatiques de communication (%) 32 % et 25 % des établissements en sont
équipés et les utilisent largement. Les
autres outils sont plus rares : on les
Courrier électronique
trouve dans moins de 15 % des établis-
sements. On a également inclus dans ceInternet
groupe les micros portables : près de
40 % des établissements en disposent,Web
mais un quart à peine s’en servent
Diffusion électronique fréquemment.
Intranet Les outils téléphoniques rassemblent les
centres d’appels, les services libre-ap-
Extranet pel, les outils de réunion téléphonique,
la visioconférence et les flottes de télé-Agendas électroniques
partagés phones mobiles. Celles-ci sont couran-
tes : près des trois quarts des établisse-
Wi-fi
ments en disposent, 60 % les utilisent
largement. Dans le secteur des trans-0 20 40 60 80 100
ports, cette proportion atteint 80 %. La
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC réunion téléphonique est prévue dans
dans les établissements bretons - 2004 plus du quart des établissements, mais
Lecture : 83 % des établissements bretons utilisent le courrier électronique.
rarement mise en oeuvre. La visioconfé-
rence est peu répandue.
Proportion des établissements connectés à Internet
par secteur et par taille (%)
Plus de 80 %
des établissements
Ensemble des secteurs
sont connectés à Internet
Services aux entreprises
Les outils informatiques de communica-
Transports, logistique tion sont en grande partie liés à l’utilisa-
tion des technologies Internet, en in-
terne ou avec l’extérieur. Ils compren-Commerce
nent le logiciel de connexion lui-même,
le courrier électronique, la diffusion
IAA électronique, les agendas électroniques
partagés, les sites Web, les intranet et
Industrie hors IAA extranet et enfin la technologie wi-fi,
permettant de créer des réseaux locaux
10050 60 70 80 90 sans fil et de les connecter à Internet.
Celle-ci n’a pour le moment été adoptée10 à 49 salariés 50 salariés et plus
que par 6 % des établissements bretons.
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC
dans les établissements bretons - 2004
Octant n° 100 - janvier 2005 5Entreprises
Dans quels buts l’établissement a-t-il souhaité se connecter à Internet ? (en %)
IndustrieEnsemble IAA Commerce Transport Services
hors IAA
Améliorer la production 26 12 24 19 27 47
Améliorer la communication 72 75 72 68 56 80
Développer la veille concurrentielle 23 31 30 14 13 31
Améliorer la vente 31 20 36 33 19 28
Améliorer la circulation de l’information 43 55 35 37 37 59
dans l’établissement
Amé’ 65 65 65 66 62 64
avec des partenaires
Répondre à une demande imposée par vos 25 26 27 16 38 30
clients
Répondre àée par vos 19 8 16 31 8 11
fournisseurs
Procéder comme les autres établissements 12 13 9 10 5 22
Accès à la législation ou la règlementation 323624243154
Autres 321349
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC dans les établissements bretons - 2004
Lecture : 26,2 % des établissements, tous secteurs confondus, ont souhaité se connecter à Internet pour améliorer la production.
Au total plus de 80 % des établisse-
ments disposent d’une connexion à
L’enquête sur les usages des TIC par les établissementsInternet. C’est l’industrie qui affiche le
plus fort taux de connexion : plus de
90 % et 100 % dans les unitésdeplusde
Pour évaluer en Bretagne le développement des technologies de l’information et
50 salariés. On observe également des
de la communication dans l’appareil productif, l’Insee a mis en œuvre, en partena-taux élevés dans les transports, secteur
riat avec Marsouin (Môle armoricain de recherche sur la société de l’ etpar ailleurs moins équipé en technolo-
les usages d’Internet) une enquête réalisée fin 2003 auprèsd’un échantillon degies ; ce paradoxe n’est qu’apparent,
1 850 établissements bretons.puisque la connexion Internet fait partie
des outils « de base ». Ce secteur a de
Ont été exclus de cet échantillon les établissements relevant eux-mêmes, du fait deplus la particularité d’avoir récemment
leur activité, du secteur des TIC. Ce dernier regroupe des activités de fabricationrattrapé son retard en matière d’accès à
(notamment d’appareils de téléphonie), de services (télécommunications et infor-Internet : en effet, pour un taux de
matique) et de commerce de ces outils. Il emploie en Bretagne 43 000 personnes etconnexion aujourd’hui équivalent,
représente 3,9 % de l’emploi total. Les activités de services aux particuliers en sont16 % des établissements de transport
ont un accès depuis moins d’un an également exclues.
contre 5,5 % dans l’industrie.
A peine plus des trois quarts des établis-
sements de service sont connectés à
Internet, alors que ce secteur est le
mieux équipé. Cet autre paradoxe s’ex-
Répartition selon les secteurs de la connexion à haut débit (%)
plique par l’hétérogénéité du secteur
qui inclut des activités gourmandes en 75
technologies (études, conseil, assis-
tance) et d’autres moins (nettoyage, in-
70térim… ). Les services sont néanmoins
précurseurs dans ce domaine : 46 % des
établissements sont connectés depuis
65plus de trois ans. Cette proportion n’est
que de 42 % dans l’industrie hors IAA.
60
Améliorer la circulation
55de l’information
La grande majorité des établissements 50
se sont connectés à Internet afin d’amé- IAA Commerce Transports, Services auxIndustrie Ensemble
liorer la communication et la circula- hors IAA logistique entreprises
tion de l’information avec leurs parte-
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC
naires. Cette exigence vient d’ailleurs dans les établissements bretons - 2004
6 Octant n° 100 - janvier 2005Entreprises
parfois de ces derniers : un établisse-Objectifs à la mise en place d’un site Web (en %)
ment sur quatre a répondu ainsi à une
Ensemble demande des clients, prèsd’un sur cinq
à une demande des fournisseurs. Les
Améliorer l’image 79
fonctionnalités souhaitées en découlent
Atteindre de nouveaux clients 76 et sont essentiellement, en plus du cour-
Lancer de nouveaux produits 22 rier électronique, l’échange de fichiers
Améliorer la qualité du service 42 avec les partenaires et dans une
moindre mesure l’accès à des sites WebAccélérer les processus commerciaux 30
et le téléchargement de documents.Réduire les coûts 13
Suivre l’exemple des concurrents 16 Un autre objectif de la connexion à
Vente en ligne 12 Internet concerne toujours l’améliora-
Autres 6 tion de la circulation de l’information,
cette fois à l’intérieur des l’établisse-
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC dans les
ments : il est cité par 40 % d’entre eux.établissements bretons - 2004
La préoccupation d’accès à l’informa-
tion est aussi présente dans un domaine
spécifique, la législation et la réglemen-
tation : 30 % des établissements en font
un objectif important, et jusqu‘à 55 %
Fonctionnalités d'un site Web (%) dans les services. Améliorer la vente et
la production, et développer la veille
Présentation concurrentielle sont également cités.
d'établissement
Présentation du catalogue Il reste cependant des freins à l’utilisa-
tion d’Internet. Parmi les 20 % qui n’ySite multilingue
ont pas encore accès, plus de 70 % ne le
Info client (fréquentation) prévoient pas. Les raisons invoquées
sont principalement la préoccupationOffres d'emplois
de sécurité et le manque d’intérêtouService après-vente et
d’utilité.Lecoût est moins souvent évo-foire aux questions
qué,etledéfaut d’accèsauhautdébitVente : commandes
encore moins : seulement 7 % des non
Information sur
l'origine des produits connectés le citent.
Information
suivi commandes
Vente : paiement En majorité des connexions
à bas débit en zone rurale0 20 40 60 80 100
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC
dans les établissements bretons - 2004 Alors que le haut-débit concerne 64 %
des établissements en milieu urbain,
prèsde60%des établissements en
zone rurale ne disposent pas de cette
connexion et ils sont seulement 15 % à
avoir fait le choix d’une liaison spécia-
lisée. Son coût reste en effet importantTaux de possession d'un site Web selon les secteurs (%)
et ne se justifie que dans l’optique d’une
65 utilisation intensive et rentable des
liaisons.
60
De fait, les liaisons spécialisées sont lar-
gement plus répandues en zone urbaine
-25%des établissements - alors que le55
1taux de couverture par l’ADSL est très
élevé.L’explication réside dans la géo-
graphie de l’appareil productif : les plus50
gros utilisateurs de TIC, à savoir le sec-
teur des services et les établissements
45 employant plus de 100 salariés, sont
plus souvent localisés dans les
agglomérations.
40
Transports,IAA Industrie Commerce Services aux Ensemble
hors IAA logistique entreprises
1- ADSL, Asymmetric Digital Subscriber Line, en fran-
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC çais Réseau de raccordement numérique asymétrique
dans les établissements bretons - 2004
Octant n° 100 - janvier 2005 7Entreprises
Le niveau d’équipement des établissements bretons
Pour mesurer le degré de diffusion de chacun des trois groupes de La taille des établissements est déterminante
technologies - outils informatiques de gestion, outils informati-
ques de communication et outils téléphoniques - un indicateur Pour éliminer les différents effets de structure, et mesurer le
synthétique de niveau d’équipement a été défini pour chacun. En degré d’influence de chaque facteur, toutes choses égales
observant la fréquence de chaque équipement, le niveau « très
par ailleurs, une analyse économétrique a été menée pour
faible » a été défini comme celui des établissements ne possédant
chaque groupe d’outils. Parmi les différents facteurs (sec-
que les outils « de base »,présents dans plus des trois quarts des teur d’activité, localisation, taille, appartenance à un
établissements. Le niveau « très élevé» est attribuéà des établis- groupe…)c’est la taille de l’établissement qui détermine
sements dotés des technologies les moins répandues, sachant que le plus le niveau d’équipement : un établissement de plus
ces dernières s’y cumulent avec la plupart des autres. Deux ni- de 200 salariés a une probabilité environ cinq fois supé-
veaux intermédiaires ont également été définis, selon le même rieure à un petit établissement d’avoir le niveau d‘équipe-
principe. ment le plus élevé.L’écart est un peu plus sensible sur les
outils de gestion, un peu moins sur les outils télépho-
Le secteur des services est le mieux équipé niques.
Pour les trois groupes d’outils, le secteur des services apparaît Le fait d’appartenir à un groupe influe également, doublant
la probabilité d’être très équipé dans les trois catégoriescomme le mieux doté : dans plus des trois quarts des établisse-
d’outils. Si l’on isole l’effet sectoriel, c’est l’activité dements, le niveau d’équipement est élevé ou très élevé. Viennent
transport qui apparaît la moins bien dotée. L’influence duensuite l’industrie, hors agro-alimentaire, le commerce et les
secteur économique est manifeste dans l’équipement entransports. Le secteur des IAA est atypique, avec à la fois une pro-
portion relativement forte d’unitésoù les trois groupes d’outils outils de gestion, pour lesquels l’industrie (hors IAA), le
sont peu présents, et une proportion importante d’unitéstrès commerce et surtout les services sont des terrains plus pro-
équipées en outils de communication et en téléphonie. La struc- pices à leur généralisation. Dans les deux autres catégo-
ture du secteur explique ce paradoxe : il est composéà la fois de ries, outils Internet et téléphonie, l’influence du secteur ne
quelques grosses unités de production industrielle et de nom- reste significative - et positive - que pour les services.
breux établissements de taille et de tradition artisanales.
Répartition des établissements par niveaux d'utilisation selon les secteurs (%)
Outils de gestion Outils de communication Outils téléphoniques
100
80
60
40
20
0
très faible moyen élevé très élevé
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC dans les établissements bretons - 2004
l’ADSL ou une liaison spécialisée. Dans confondus, prèsde40%des établisse-Le haut débit favorise
le secteur des services, cette proportion ments n’ayant accèsqu’au bas débitune utilisation intensive
atteint presque 75 % contre à peine n’ont qu’une seule connexion contre
des outils 55 % dans l’industrie. Dans les services, 15 % pour ceux qui bénéficient du haut
90 % des établissements possèdent des débit.
Le haut débit permet une généralisation connexions multiples à Internet, soit
des accès à Internet au sein des établis- 22 points de plus que dans les IAA et 17 L’impact du haut débit se retrouve éga-
sements. Au total un peu plus de six éta- points de plus que dans les autres éta- lement dans la mise en place de sites
blissements sur dix en disposent, via blissements industriels. Tous secteurs Web. Parmi les établissements dispo-
8 Octant n° 100 - janvier 2005
IAA
Industries
Commerces
Transports,
logistique
Services aux
entreprises
Ensemble
IAA
Industries
Commerces
Transports,
logistique
Services aux
entreprises
Ensemble
IAA
Industries
Commerces
Transports,
logistique
Services aux
entreprises
EnsembleEntreprises
30 % de la valeur des transactions n’in-Localisation géographique des clients selon les secteurs (%)
cite pas à ouvrir un site Web. En
Bretagne, c’est le cas pour 25 % des IAA
contre à peine 20 % dans le reste deEnsemble des secteurs
l’industrie.
Commerce
Le décalage entre les IAA et les autres
industries est renforcé par la localisa-
Services aux entreprises tion de leurs partenaires : clients, distri-
buteurs et fournisseurs des IAA sont plus
souvent situés en Bretagne, réduisant laTransports, logistique
nécessité d’avoir un site Web. Sur l’en-
semble des secteurs, parmi les établisse-
IAA
ments ayant des clients ou fournisseurs
à l’étranger, près de 70 % ont un site
Industrie hors IAA Web contre 50 % lorsqu’ils sont locali-
sés dans la région.
1000 20 40 60 80
Dans le tertiaire, la fréquence des sitesBretagne France Étranger
Web est assez uniforme : de 55 % pour
Source : Insee - Groupement Marsouin - Enquête régionale sur les usages des TIC le commerce à 60 % pour les transports.
dans les établissements bretons - 2004
Dans ce domaine aussi, les services sont
précurseurs, tandis que les transports
viennent de rattraper leur retard. Mais,
comme pour Internet, seules quelques
sant d’une connexion haut débit, sept fonctionnalités des sites sont trèsrépan-
Le poids et la localisationsur dix ont un site Web contre à peine dues : 85 % des sites présentent l’activi-
50 % parmi les autres. Outre ce facteur, des partenaires té de l’établissement et un peu moins af-
une analyse économétrique met en évi- fichent leur catalogue. Les opérations etsont déterminants
dence l’influence de la taille, de l’ap- le suivi de commandes ainsi que la
partenance à un groupe et du secteur vente en ligne restent peu développés.
d’activité sur la diffusion de cet outil Les industries agroalimentaires accu- D’ailleurs, parmi les objectifs visés à
sent un retard significatif : 43 % seule-dans l’appareil productif. Toutes choses l’installation du site, on retrouve essen-
égales par ailleurs, les gros employeurs ment ont un site Web, soit 20 points de tiellement l’amélioration de l’image et
moins que les autres établissements in-- plus de 100 salariés - et les entreprises la recherche de nouveaux clients.
dépendant d’un groupe ont une proba- dustriels. Une des explications réside
dans l’intensité de la relation avec lesbilité double d’avoir un site Web, et les
IAA trois fois moins forte que les autres partenaires : avoir un client ou un four-
nisseur avec qui sont réalisésplusde Marie-Hélène Kerouantonindustries.
Pour en savoir plus
Les TIC au service de la qualité : vers plus de synergie / Les technologies de l’information et de la communication :
Claire Bessède, Raymond Heitzmann ; ministère de l’Éco- en marche vers l’entreprise numérique / Pierrette Briant,
nomie, des Finances et de l’Industrie - Service des études et Raymond Heitzmann ; ministère de l’Économie, des Finan-
des statistiques industrielles (SESSI) - Le 4 pages [SESSI]- ces et de l’Industrie - Service des études et des statistiques
N° 193 - août 2004 ; industrielle (SESSI) - Le 4 pages [SESSI]-N° 184 - décembre
2003 ;
Le commerce électronique dans l’industrie : essor des
Les technologies de l’information et de la communicationachats sur l’internet, émergence des ventes / Pierrette
(TIC) / François-Xavier Dussud ; Insee Bretagne - OctantBriant, Raymond Heitzmann ; ministère de l’Économie,
N° 92 - janvier 2003.des Finances et de l’Industrie - Service des études et des
statistiques industrielles (SESSI) - Le 4 pages [SESSI] -
N° 185 - décembre 2003 ;
Octant n° 100 - janvier 2005 9
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.