//img.uscri.be/pth/d56dbbc3cc1353d6d9f19de5f8b50780ecfb68b1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'état civil en Côte d'Ivoire

De
202 pages
Pris entre les impératifs de l'appareillage officiel d'écriture qu'est l'état civil d'une part et le contexte socioculturel d'autre part, comment les acteurs et plus spécialement les usagers se comportent-ils ? L'auteur met en évidence les incohérences entre le système d'Etat civil ivoirien et son contexte socioculturel, ainsi que les représentations, usages et pratiques ambiguës auxquels elles donnent lieu. Comment concilier le local et l'universel dans le processus de construction d'un état moderne ?
Voir plus Voir moins
L’état civil en Côte d’Ivoire
Jérôme Kouakou Konan L’état civil en Côte d’Ivoire Système étatique et réalités socioculturelles Préface duPr Claudine Dardy
Kouakou Konan Jérôme Sociologue Chercheur au CRD  Université de Bouaké (+225) 03 72 05 32 dr2kj@hotmail.fr www.kouakou.onlc.fr        !  "#      !!"!" #$ !!"!"
À celle dont le soutien ne m’a jamais fait défaut, ma tendre épouse À ceux qui m’ont donné la vie, mon père et ma mère
Remerciements J’exprime ma gratitude à celles et ceux qui ont contribué à la réalisation de ma thèse de doctoratd’où est tiréce livre. Mes remerciements vont d’abord à Claudine Dardy qui l’a dirigée etqui a bien voulu préfacer l’ouvrage, à Béatrice Fraenkel, Kouakou N’guessan Françoiset Jean-Pierre Dozon, tous membres du jury de thèse. Je suis également reconnaissant à Kouassi N’dri Séverin, Zadou Didié Armand, Blin Ny Dérick et Konaté Siriki, sur lesquels je me suis appuyé pour la réalisation d’une partie de mes enquêtes.Lorsqu’il m’était impossible de me procurer certains documents et informations indispensables à mon travail parce que la distance me séparant de mon pays m’en empêchait, Anguemian Kouamé, Kambiré Bêbê, Kouman Kouadio, Kambiré Tchoukité et Appoh Kobénan les ont cherchés et me les ont envoyés depuis la Côte d’Ivoire. Qu’ils en soient tous grandement remerciés.Je n’oublie pas les chefs de service de l’état civil des mairies de Treichville, ème ème d’Oumé, det 20e Créteil, de Nanterre, de Bobigny, des 13 arrondissements de Paris, et tous ceux qui, en France comme en Côte d’Ivoire, ont consenti àm’accorder des entretiens ouà me fournir des renseignements utiles à ma thèse. Toute ma reconnaissance à mon frère Kouakou N’guessan Augustin grâce au soutien duquel le projet d’effectuer un doctorat en France a été possible et dont la famille m’a accueilli, logé et nourri pendant près d’une année, à Bamba Karamoko avec qui j’ai partagé les peines de la vie étudiante à Paris. Sincères remerciements à mes amis Kédé Onana Magloire, philosophe de l’éducation et directeur de la collection Enseignement et Education en Afrique aux éditions L’harmattan, et N’goran Koffi Parfait, enseignant-chercheur à l’Université de Bouaké. Le premierm’a encouragé à écrire et aidé à faire éditer l’ouvrage, tous les deux m’ont relu. Pour finir, je pense à tous mes frères et sœurs en la foi qui m’ont soutenu.Au Ciel et à vous tous je dois ce livre !
 9