La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Partagez cette publication

Publications similaires

Interférences

de harmattan

Le sang de la ville

de harmattan

Vous aimerez aussi

suivant
  
  
  
  
 
  
                      
Scénario;
Celui qui marche à l’Ombre  
G.N.Paradis, 2010
 
Note d’intention :  
   Synopsis :  Une jeune femme, Azur, est agressée dans une ruelle par la Mort. Celui Qui Marche à l Ombre, un héros, la sauve avant de parler de sa vie et notamment, d une voix mystérieuse qui l appelle depuis l enfance A-t-il lui aussi besoin d aide ?   Qui n a jamais rêvé de la Mort ? D une Princesse ? D un Héros ? Si tout pouvait être aussi beau et lumineux qu un conte de fée; cela se saurait depuis des lustres. Ici, l illusion est brisée : la Mort n est qu un assassin déguisé; la Princesse, qu une orpheline sans terres et sans famille, et le héros, qu un pauvre fou qui entend des voix depuis l enfance.  Mais c est aussi l édification d une vie, en l espace de quelques flash. Ce qui fulgure marque d autant plus les sens; puisque c est ici un instant présent, rattaché au futur et au passé. La Mort viendra tous nous chercher un jour; la réunion de deux vies, ici une femme et un homme, est un passage dans nos vies, et le passé qui ploie sur nos épaules, existe aussi.  Que vous soyez pressés de vivre ou non; tout fait son temps. Tout arrive à point nommé pour ceux qui savent patienter. Celui qui marche à l Ombre n aurait jamais pensé que la voix qu il entendait, venait d un futur lointain où il rencontrerait Azur. Elle-même n aurait jamais pensé un jour suivre un tel homme, et le suivre, seule, armée d une faux.  Au-delà de l apparence des personnages, la réunion de deux vies implique de suivre un destin unique.   Notes explicatives :  La fleur de lys est le signe de la royauté en France. Quand la Mort la broie; il prend la famille d Azur. De même, quand La Mort tombe et qu un pétale s échappe de sa main; c est Azur qui est restée sauve.   
2
 
  0 - Générique 1 - NOIR CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE (OFF)  Je n ai pas de nom; d aucuns m appellent héros, mais je n en suis pas un. Le jour où vous serez en danger, je serais là, à guetter sur vos talons, prêt à défendre votre vie. Vous me remercierez, puis vous m oublierez peu à peu.  Il ne saurait en être autrement. Puisque je suis Celui qui Marche à l Ombre, maudis les ténèbres et fuis la lumière.
 2 - RUELLE- EXT NUIT  Une ruelle plongée dans la pénombre, ancienne, au sol pavé, bordé de petites déclivités, cernée par deux hauts bâtiments aux formes floues vers leur sommet, de cinq mètres de largeur, très longue. On décèle une pâle lumière orange tout au fond.  Une silhouette vaguement féminine se précise à l’autre bout.   Une jeune femme, Azur, avance lentement. Ses yeux couleur azur pleurent. Entre ses doigts, elle tient une fleur de lys. Elle s’arrête. Un pan de ses cheveux noirs glisse devant son visage.  Elle s’essuie l’œil avec son poing, oscille un instant, puis redresse les épaules avant de reprendre sa route fièrement. Alors, elle jette la fleur avec un long mouvement de bras, qui révèle sa peau, sur laquelle courent des reflets lunaires.    La fleur vole jusqu’à une main floue éclairée par une lumière livide. Le poing se ferme, et le lys se froisse entre les doigts de cet inconnu. La Mort porte un large manteau immaculé, une faux dépasse dans son dos et son image est brouillée, comme le sommet des habitations adjacentes à la ruelle.  
Azur se fige.
LA MORT ( susurrant)   Azur… Azur…  
3
3 - RUELLE - EXT NUIT    Azur se retourne d’un quart de tour, éperdue, puis bondit en arrière. Un é clat de lumière ondoie dans ses prunelles devenues démesurées.  
AZUR ( hurlant ) Va-t-en !  LA MORT ( voix dénuée de sentiment )  : Jamais la Mort ne fait attendre le Destin.  Il 1  tire délicatement, presque avec amour, sa Faux bordée de petits crépitements obscures, de son dos. Puis, avec violence, la plante entre deux pavés à ses pieds. Une vague d’air traverse la ruelle de la Mort à Azur, telle une onde de choc.   Azur, pétrifiée, est trop choquée pour émettre le moindre son. La mort frappe à nouveau le sol, puis élève sa faux d‘un long geste vif.  Azur ferme les yeux. Le mouvement du tueur se stoppe brusquement. La pointe de la Faux oscille à moins d’un pouce du nez d’Azur, comme maint enue à distance par une main invisible.  CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE ( chante ) Je t ai cherché longtemps, Le Sable et les mirages ont tenté de me broyer, De m arrêter, de voler mon Temps, De briser la colombe de mon cœur.   Une silhouette couche nonchalamment son vieux chapeau sur son visage pour le dissimuler, encore loin derrière Azur.  
                                                          1  on utilise un pronom masculin pour désigner la mort incarnée.
4 - RUELLE - EXT NUIT  Celui qui marche à l’Ombre se rapproche doucement. La Mort titube en arrière à mesure que l’autre avance.  Azur obse rve l’un et l’autre avec un air perdu. Un rayon de lune auréole ses cheveux noirs, puis son visage et des éclats parcourent ses yeux. La Mort chancelle encore, agite sa Faux avec virulence.   
LA MORT ( dans un souffle ) Celui qui marche l’ombre, le héros ma udit !
CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE ( continuant de chanter ) Je ne t ai pas trouvé, ni sous les étoiles, Ni au bas des vagues assourdissantes, Ni à genoux aux pieds des portes du Ciel, Ni même sur le fil de ma lame tourbillonnante.  La Faux fend un mur adja cent, puis s’arrache et se fige en l’air dans le dos de la Mort.   Celui qui marche à l’ombre dégaine une rapière longue et fine. Des reflets argentés parcourent la lame. La Mort bondit en avant. Celui qui marche à l’ombre repousse Azur de sa main libre . La rapière et la Faux s’entrechoquent violemment.  Une pluie d’étincelles jaillit quand les deux armes crissent l’une contre l’autre.  Tous les deux s’éloignent d’un long saut en arrière. Le manteau en cuir de celui qui marche à l’ombre s’étend derrière lui, puis l’enveloppe à nouveau totalement.   Une mèche blonde ondule sur l’arête du nez de Celui qui marche à l’ombre     
5 - RUELLE - EXT NUIT   La Mort s’apprête à réengager le combat, un bras tendu en avant, l’autre supportant sa Faux portée sur l’arrière.  LA MORT Ne te mets pas en travers de l’axe mortel de ma Faux !   CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE  Je connais déjà la Mort, imposteur. Je valse avec elle depuis des années.  Il s’élance en direction de son ennemi. Plaquée contre le mur, Azur halète et de la bu ée se forme devant sa bouche.  La ruelle résonne des coups qu’échangent la Mort et de Celui qui marche à l’ombre.  Ils reculent et se heurtent à plusieurs reprises. Celui qui marche à l’ombre se fend; la Faux siffle sur son flanc. Une ligne de sang marque sa peau. Il écarte l’arme d’un mouvement sec de sa rapière. La Faux percute le mur avec une telle force que des éclats de roches pleuvent alentours. Aussitôt, Celui qui marche à l’ombre s’élance et transperce la Mort d’un estoc.   La Mort s’arrache à la l ame argentée. A mesure qu’il chute, son image devient de moins en moins flou et un visage blanchâtre, ensanglantée, finit par apparaître. La Faux heurte le sol en cliquetant. Sa main s’ouvre et un pétale de la fleur de lys écrasée s’envole, poussée par u n vent plus fort.  Celui qui marche à l’ombre rengaine sa rapière et jette un coup d’œil en direction d’Azur.    
6 RUELLE - EXT NUIT - Des larmes ruissellent sur les joues d’Azur. Celui qui marche à l’ombre lui adresse un sourire rapide. Elle n’ a pas le temps de voir ses traits, que déjà, il rabat son chapeau de manière à les lui dissimuler. Sa mèche blonde scintille un bref instant tandis qu’il tourne les talons.   
AZUR ( la voix suppliante ) Attendez ! Ne me laissez pas seule S il vous plait.  C elui qui Marche à l’Ombre s’éloigne toujours à pas lents.  Azur se redresse, essuie ses larmes et avance vaillamment dans sa direction. Elle trébuche sur le corps de la Mort, crie, puis atterrit dans les bras de Celui qui marche à l’ombre.  Elle s’accroche à son manteau.
 AZUR ( vivement ) Je ne vois pas votre visage. Pourquoi le dissimulez-vous ?  CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE ( l’air absent, murmurant ) Peut-être est-ce pour cacher mes crimes au monde ?
 AZUR ( sa voix prend de l’ampleur ) Vous n avez pas répondu à ma question. Pourquoi ne puis-je pas vous voir ?  
CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE  Parce que la Porte de mon Cœur est obstruée.   Mais Écoutez donc, puisque je vous intrigue.  Celui qui marche à l’ombre reprend son souffle. Il n’a plus l’ habitude de parler.   
7 - RUELLE - EXT NUIT  
CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE  Les couplets que je chantais tout à l’heure; ma sœur me les psalmodiait quand nous étions plus jeunes. J’entendais déjà la voix, de temps en temps. Je me demandais d’où elle venait. J’ai continué de l’entendre durant toute mon enfance.  J ai quitté la maison sans un mot, ni même un bruit, pour cet hypothétique murmure soufflé dans la nuit. Il me manquait cette personne invisible qui me nommait le soir, avant que je m endorme; que j entendais même parfois m appeler au détour des couloirs de mes lieux d ’étude…    AZUR Quel ton avait cette voix ?  Elle s’éloigne un peu de lui, sans le lâcher, et voit avec étonnement, ses lèvres afficher un fugace sourire. Il le réprime aussitôt.  CELUI QUI M ARCHE A L’OMBRE ( de plus en plus faiblement )  Elle était tendre, aimante; elle prononçait mon prénom; mais quand je me retournais, je ne voyais jamais plus qu une ombre, qu un souffle d air. Alors, je pleurais. J étais déjà solitaire, enfermé dans la Nuit, taciturne, observant de loin quelque éclat de joie. La lumière, je l observais depuis mon linceul d ’ombres, seul et fragile…  
 Il marque une pause, comme plongé dans ses souvenirs.   8 - PLAGE - EXT AURORE (flash-back)  Celui qui Marche à l’Ombre é volue sur le sable, à pas lents. Brusquement, il lève la tête, observe les alentours. L’Aurore colore l’océan. Il baisse la tête; sert les poings, puis s’éloigne.  
 
 9 - RUELLE - EXT NUIT (retour au présent)  
CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE  J e ne comprenais pas. Je suis donc parti à la recherche de cette voix. Magie, Arts Martiaux j ai tout appris pour affronter les ténèbres qui me barraient la route. Je m étais dit que si je pouvais sauver des vies, donner sans rien attendre en retour, cette voix deviendrait réa lité… ( Il se voûte, puis se redresse brusquement. )  Il m arrivait souvent, au pied d un massif plongé dans la pénombre, face aux gueules tordues des grottes ou devant les larges portes d une forteresse, de l entendre à nouveau. Seul sur les routes, suivant des sentiers inconnus, je me précipitais alors sur ses traces, fouillant les horizons, sans jamais la trouver.  Il marque une pause, comme plongé dans ses souvenirs.  10 - FORÊT, SENTIER - EXT CREPUSCULE (flash back)  Celui qui marche à l’ombre parcourt  le sentier rapidement. Il s’arrête brusquement, se retourne sur un pan d’obscurité, l’air d’écouter. Seul le vent souffle entre les feuilles d’arbre éclairées par des reflets orangés.       
9
11 - RUELLE - EXT NUIT (retour au présent)  AZUR Pourquoi n avez-vous pas abandonné pareille folie ?  CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE ( avec passion )  Parce que ma raison de vivre a toujours été cette voix. Je lui ai tout donné. J aurais aimé que l être à qui cette voix appartenait, me surprenne, pose une main sur mon épaule, m adresse un sourire dans la nuit. Peut-être aussi, me donne un baiser…  Je ne sais pas, mais je souhaitais simplement savoir à qui appartenait cette voix et voir cette personne… N’est -ce pas futile ?
 
AZUR ( captivée )  Non, c’est beau.   CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE ( pas convaincu )  Si vous le dîtes…  
 Il marque une pause.   
CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE ( un peu plus enthousiaste )  Quand je sauvais des vies, que les hommes, après les fêtes, saluaient l aurore d un nouveau jour et le bannissement des Ténèbres; je prenais mes distances. Et je m en allais de nouveau sur les chemins de poussière, en solitaire, à la rencontre d autres inconnus, ailleurs. Il m est arrivé de revenir sur mes pas pour m apercevoir que tout le monde m oubliait assez vite. Un an ou deux suffisaient le plus souvent. Mais moi, je n oubliais pas; jamais. Je me souvenais parfois des empoignades chaleureuses ou des regards brillant de joie suite à l accomplissement de mes missions. Ces éclats fugitifs ont allumé quelques étincelles en moi.  AZUR ( pressante ) Et cette voix, qu est-elle devenue ?
 
 CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE  Je ne l ai toujours pas trouvée. Il est temps que je m en aille, à présent  Je suis certain qu elle m attend, quelque part. Mais avant, je vais vous donner le dernier couplet de cette chanson. ( chantant ) « Et je marche et je marche, encore,  Succombant au désir de suivre seul mon chemin, Loin de tout et de rien, J arpente les voies du monde en ta Demeure. » ( reprenant ) Voilà ce qu est un véritable héros, demoiselle. Pas quelqu un couvert de gloire et dont on chante des louanges; non, un simple inconnu.
 Un instant, Celui qui marche à l’ombre dévoile son visage tourmenté. Une larme trace une ligne argentée sur sa joue. Il rabat rapidement son chapeau.  
CELUI QUI MARCHE A L’OMBRE ( la voix tremblante )  Voilà ce que je dissimule. Je n ai pas le droit de pleurer, de gâcher les joies que je sème sur mon passage. Je suis né pour servir autrui; enfin du moins est-ce ce que j ai choisis. Retournez à votre vie, vous aussi.  Il salut Azur, se détourne, puis s’éloigne vivement.        
11
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin