Eléments d'esthétique arabo-islamique

De
Publié par

L'étendue spatiale et temporelle de l'art arabo-islamique a toujours constitué la principale difficulté pour les chercheurs, tant historiens de l'art que philosophes esthéticiens. L'art arabo-islamique s'est développé dans un grand ensemble qui s'étend de l'Espagne, vers les pays d'Afrique du nord (Maghreb), l'Asie Mineure. Si la peinture arabo-islamique est non figurative dans sa quasi-totalité et si la sculpture y est presque inexistante, c'est surtout pour des raisons épistémiques. L'épistémé arabe, entre le VII° et le XIV° siècle, n'a pas ouvert une enquête systématique sur l'homme et la nature.
Publié le : mardi 1 mars 2005
Lecture(s) : 276
Tags :
EAN13 : 9782336262710
Nombre de pages : 72
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ÉLÉMENTS D'ESTHÉTIQUE ARABO-ISLAMIQUE

Epistémologie et Philosophie des Sciences Collection dirigée par Angèle Kremer-Marietti
La collection Épistémologie et Philosophie des Sciences réunit les ouvrages se donnant pour tâche de clarifier les concepts et les théories scientifiques, et offrant le travail de préciser la signification des termes scientifiques utilisés par les chercheurs dans le cadre des connaissances qui sont les leurs, et tels que "force", "vitesse", "accélération", "particule", "onde", etc. Elle incorpore alors certains énoncés au bénéfice d'une réflexion capable de répondre, pour tout système scientifique, aux questions qui se posent dans leur contexte conceptuel-historique, de façon à déterminer ce qu'est théoriquement et pratiquement la recherche scientifique considérée. 1) Quelles sont les procédures, les conditions théoriques et pratiques des théories invoquées, débouchant sur des résultats? 2) Quel est, pour le système considéré, le statut cognitif des principes, lois et théories, assurant la validité des concepts?

Déjà parus Rafika BEN MRAD, Principes et Causes dans les Analytiques Seconds d'Aristote, 2004. Fouad NORRA, L'éducation morale au-delà de la citoyenneté, 2004. Abdelkader BACHTA, L'esprit scientifique et la civilisation arabo-musulmane, 2004. français Le nihilisme Lucien-Samir OULAHBIB, contemporain,2003. Annie PETIT, Auguste COMTE trajectoires du positivisme 1798-1998,2003 Bernadette BENSAUDE-VINCENT et Bruno BERNARDI, Rousseau et les sciences, 2003. Ignace HAAZ, les Conceptions du corps chez Ribot et Nietzsche, 2002. Jean-Gérard ROSSI, La philosophie analytique, 2002. Pierre-André HUGLO, Approche nominaliste de Saussure, 2002. Abdelkader BACHTA, L'espace et le temps chez Newton et
chez Kant, 2002.

Anna MANCINI, La sagesse de l'ancienne Egypte pour l'Internet, 2002

Taoufik Chérif

ÉLÉMENTS D'ESTHÉTIQUE ARABO-ISLAMIQUE

L'Harmattan 5-7,rue de l'ÉcolePolytechnique

75005 Paris

L'Harmattan Hongrie Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest HONGRIE

L'Harmattan ltalia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

FRANCE

(Ç) L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8160-8 EAN : 9782747581608

ELlMENm

D 'ESTHÊTIQUE

AlWJo-rSLAMlQUE

-Taoufik

CHERIF

INTRODUCTION

L'étendue spatiale et temporelle de l'art arabo-islamique a toujours constitué la principale difficulté pour les chercheurs tant historiens de l'art que philosophes esthéticiens. En effet, cet art s'est développé dans un grand ensemble de régions qui s'étend de l'Espagne (Andalousie), vers les pays d'Afrique du nord (Maghreb), la péninsule arabique, la Palestine, le Liban, l'Égypte, la Syrie, l'Asie mineure, la Mésopotamie, la Perse (l'Iran), le Turkestan, et l'Inde. Les productions artistiques ont pris pour cette raison, plusieurs formes en rapport avec la couleur politique et le contexte culturel de chaque pays, au cours des différentes époques, depuis le deuxième siècle de l'hégire (VIlle s. avoJ.-c.). Ces pays n'ont pas toujours appartenu à une seule entité ethnique, ni à une seule dynastie politique, Des centres politiques et par conséquent civilisationnels se sont formés chez différents peuples, berbères, mongols, perses et ottomans. Ce qui a constitué des lieux artistiques multiples et discontinus. D'autre part, les études consacrées à l'art arabo-islamique par les historiens de l'art, se sont presque toujours élaborées à partir de critères occidentaux et ont, par conséquent, penché vers des jugements de valeur, soit en sa faveur, soit en sa défaveur. Ainsi, l'explication par les seuls interdits religieux s'est trouvée réductrice et simplificatrice. Le statut de l'image et de la figuration, par exemple, gagnerait à être abordé par une approche esthétique et « poïétique » c'est-à.dire d'un point de vue non seulement du faire artistique lui-même, mais en exploitant aussi des textes théoriques à caractère philosophique concernant l'art et

ELEMENTS

D 'ESJ7{trIQUE

AlWJ()"lSLAMlQUE

- Taoufik

CHERIF

son auteur en tant qu'homme ayant une vision du monde spécifique. En effet, si la peinture arabo-islamique est non figurative dans sa quasi-totalité, et si la sculpture est presque inexistante dans l'art arabo-islamique, c'est surtout pour des raisons épistémiques. C'est que l'épistémé arabe entre le VIle et le XIVe siècle n'a pas ouvert, contrairement à la Renaissance occidentale, une enquête systématique sur l'homme et la nature. Le débat serait, par conséquent, plus important si l'interrogation portait sur les conceptions philosophiques et scientifiques du monde arabe d'avant la Renaissance, dans ses représentations théocentriques du monde, lequel ne pouvait avoir d'existence nouménale nécessaire, mais qui était considéré comme un lieu de signes, le rattachant à Dieu, véritable créateur. Pour ces différentes raisons, nous présentons dans ce livre une série d'études sur quelques aspects de l'art arabo-islamique par une lecture qui se veut, autant que faire se peut, intrinsèque, esthétique et philosophique, elle fera recours aux éléments culturels dans une quête de l'originel et par conséquent de l'authentique. Ainsi, nous avons tenté de cerner les fondements de l'esthétique arabo-islamique à travers une étude de quelques thèmes de la nature végétale ou animale, traités par des artistes ou des artisans. Par-delà la proscription théologique de la figuration, les artistes ont pu inventer dans leurs techniques et leurs styles une voie majeure à la création. Aussi, il serait intéressant de retrouver ces idéaux dans des textes philosophiques classiques comme ceux des penseurs du IVe siècle de l'hégire qui relèvent en vérité d'une « épistémé » arabe différente de celle de la Renaissance occidentale. Aussi, l"'épistémé" arabe n'a pas regardé le monde comme « une réalité en-soi », ni même en tant que « Nature» dont les attributs seraient la permanence ou l'éternité. 6

ELËMENI'S

D 'ESl'HÉT/QUE

AlWJo-lSL4M1QUE

- Taouflk

CHERIF

Ainsi, en vue de déterminer les présupposés théoriques et philosophico-théologiques, notre enquête s'est orientée vers la question de l'iconoclasme ou plutôt de ce que Oleg Grabar appelle « aniconisme ». Il va sans dire qu'une telle réflexion ne relève pas d'une approche historique de l'art, qu'il s'agisse d'architecture, de calligraphie, de miniature ou de poésie, mais plutôt d'une sorte d'archéologie, si l'on ose dire, des conceptions se rapportant à l'action artistique et de l'imaginaire arabe en général. En effet, dans le vaste champ que recouvre le terme d'imaginaire, nous avons exploité l'idée de la mort et de la vie future dans l'eschatologie musulmane. Déterminée par la représentation que l'homme se fait de son devenir, cette idée est aussi déterminante d'un point de vue éthique et métaphysique. Et, ce n'est pas par hasard qu'en dehors des références coraniques, elle relève de certains éléments grecs qui ont trouvé leurs échos dans la pensée des soufis où les images de la mort jouent un rôle important dans la connaissance spirituelle et la plénitude de l'être. Aussi devrons-nous chercher les présupposés de leur symbolique afm d'appréhender la spécificité de I'héritage musulman. Enfin, nous montrerons dans ce travail que l'art arabo-islamique, bien qu'il ait subi des influences porteuses d'éléments anté-islamiques et relevant d'autres visions du monde, tels que les symboles babyloniens, sumériens ou autres, cet art a conservé une forme spécifique émanant d'une vision de l'homme et du monde unifiante.

7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.