//img.uscri.be/pth/47462f9faff2ae27ceee830c81dfcb9850191720
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 36,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Organisations économiques et cultures africaines

119 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1996
Lecture(s) : 83
EAN13 : 9782296320161
Signaler un abus

ORGANISATIONS ÉCONOMIQUES ET CULTURES AFRICAINES De l'homo oeconomicus à l'homo situs

Numéro Spécial 5,6,7 Revue d.e l'U11iversité de Saint-Louis du Sénégal Université, Recherche et Développement URED

@ Éditions ISBN:

L'Harmattan, 2-7384-4320-6

1996

Sous la direction de Issiaka-Prosper LALÈYÊ, Henry PANHUYS, Thierry VERHELSrr, Hassan ZAOUAL

URED N°5-6-7

ORGANISATIONS ÉCONOMIQUES ET CULTURES AFRICAINES De l'homo oeconomicus à l'homo situs

Préface de A. L. ND lAYE

L'Harmattan
5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

RÉSEAU SUD-NoRD CULTURES ET DÉVELOPPEMENT

UNIVERSITÉ UNIVERSITÉ,

DE SAINT-LoUIS RECHERCHE

174, RUE JOSEPH II 1000 BRUXELLES

ET DÉVELOPPEMENT
BP 234

- SAINT-LOUIS - SÉNÉGAL

SOMMAIRE

PRÉFACE

Ahmadou Lamine NDIAYE

INTRODUCTION:

VERS DES ORGANISATIONS MÉTISSES? Henry PANHUYS et Hassan ZAOUAL

PREMIERE PARTIE: CULTURES ET ÉCONOMIES AFRICAINES

Section 1 : Terroirs sociaux, sites culturels et organisations économiques

Chapitre I. Hassan ZAOUAL Le paradigme relationnel des organisations économiques africaines Chapitre II. Placide MUAMBA MULUMBA Culture d'entreprise: un concept fourre-tout Chapitre III. Lecture sitologique du phénomène entrepreneurial Hassan ZAOUAL

Section 2 : Informel, économies populaires et développement
Chapitre IV. Informel et développement:

Gauthier de VILLERS
contribution à un débat

Chapitre V. Henry PANHUYS Définitions, caractéristiques et approches des économies populaires (ECOPOP) en Afrique et dans le monde Chapitre VI. Serge LATOUCHE Entrepreneuriat informel ou stratégie collective de survie conviviale?

DEUXIÈME PARTIE: MODES DE FONCTIONNEMENT DES ORGANISATIONS ÉCONOMIQUES «ENCHÂSSEES»

Section 3 : Autorité, direction et pouvoir Chapitre VII. L'autorité en Afrique, une réalité en mutation? Issiaka-Prosper LALÈYÊ

Gérard DOKOU Chapitre VIII. Cultures, rôles et fonction de la direction générale: une comparaison Nord-Sud Chapitre IX. Culture et pouvoir dans l'organisation tunisienne Section 4 : Travail, apprentissage et tontines Riadh ZGIIAL

Chapitre x. Placide MUAMBA MULUMBA Contexte socio-culturelet conception du travail en Afrique: le cas du Zaïre.
Chapitre XI. L'apprentissage dans les micro-entreprises africaines Henry PANHUYS

Chapitre XII. Hassan ZAOUAL Les économies tontinières, une autre figure des sites africains Section 5 : Managernent des organisations économiques africaines Chapitre XIII. Emmanuel KAMDEM Nouveau regard sur les pratiques de management au Cameroun
Chapitre XIV. Badika NSUMBU, A. BUSIMBA, F. MAWQSO, G. NTETANI Culture et management en milieu Kongo

Chapitre XV. Hassan ZAOUAL Le management des organisations métisses: le cas africain

8

TROISIÈME

PARTIE: DYNAMIQUES « INFORMELLES»
ET MÉTISSAGES CULTURELS

Section 6 : L'entreprise «informelle» est-elle un modèle? Chapitre XVI. Pierre-Fidèle NZE-NGUEMA L'entreprise infonnelle offre t-elle des cOlTectifsau secteur fonnel et lesquels? Chapitre XVII. Emmanuel BAHIGIKI L'apport de l'entreprise informelle dans la culture d'entreprise en Afrique Chapitre XVIII. Faut-il continuer à chercher« l'esprit d'entreprise» ? ..Section 7 : Institutions et économies populaires Chapitre XIX. Le rôle des institutions dans l'économie infonnelle Chapitre XX. Le rôle des ONG : la dynamique de l'autonomie Section 8 : Du Mali aIl Chili: les leçons d'une diversité Chapitre XXI. Idrissa SIDIBE Le Centre Djoliba au Mali: vers des modes de gestion endogènes Chapitre XXII. Marthe NYSSENS et Ignacio LARRAECHEA Les organisations économiques populaires du Chili: la montée en puissance du facteur C Patrick VAN DURME Alain HENRY

Mia ADAMS

9

SYNTHESE Gestion d'entreprise et cultures africaines POSTFACE La raison, une invention de l'Occident? NOTICES ANNEXES I. II. III. L'organisation du chantier Les partenaires institutionnels Les auteurs

Thierry VERHELST

Issiaka- Prosper LALÈYÊ

Henry PANHUYS

10

PREFACE

En accordant toutes les pages du n04 de notre parution aux Actes d'un séminaire organisé par une des composantes de l'Université de SaintLouis, la Revue Université, Recherche et Développement (URED) illustre un des volets de la collaboration qu'elle entend entretenir avec les institutions universitaires africaines nationales et internationales. L'éditorialiste du n04 a souligné comme il convient, les implications de cette option consciente et conséquente que nous entendons poursuivre résolument. A présent, avec la parution de cet ouvrage collectif constituant un numéro spécial triple (n05, 6 et 7), entièrement consacré aux Actes de l' Atelier tenu à Bruxelles-Rixensart, en Belgique, du 26 au 30 avril 1994, notre revue est heureuse d'inscrire dans les faits un autre aspect essentiel de sa volonté d'ouverture: coopérer avec toutes les personnes et toutes les institutions qui entendent oeuvrer à faire contribuer l'Université et la Recherche à la compréhension et à la réalisation d'un développement authentique. La collaboration avec le Réseau Sud-Nord Cultures et Développement offre à la Revue URED l'occasion de manifester son intérêt pour les ONG nationales et internationales dont le rôle dans les tâches concrètes de développen1ent autant que dans l'effort pour une meilleure con1préhension de ce que devrait être le développement pour être pleinement humain il' a fait que croître durant les deux dernières décennies.
En co-éditant Organisations économiques et cultures africaines avec les Editions LI'l-larlnattan, le Réseau Sud-Nord Cultures et Déve!op/Jen1.ent et l'Université de Saint-Louis entendent participer à la volonté de plus en plus ITlanifeste chez de nO!11breux spécialistes des réalités africaines, de publier, à partir du continent, la plus gfande part possible des réflexions et des études qui lui sont consacrées, afin d'en faciliter l'accès à ses cher-cheufs, à ses étudiants et à ses praticiens. 11