//img.uscri.be/pth/9aa0b4b45a928c9aa82ef77d477e313893b5e309
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'épreuve du commentaire composé

De
142 pages
Cet ouvrage contient des épreuves proposées au baccalauréat de l'enseignement secondaire au Cameroun de 1999 à 2008. L'auteur suggère une orientation d'étude de texte par l'exercice du commentaire composé. Une partie théorique donne des informations générales sur la nature de l'exercice, sa méthodologie et la culture littéraire ou générale du candidat. Une deuxième partie propose la rédaction de 16 corrigés-types.
Voir plus Voir moins



L’ÉPREUVE DU COMMENTAIRE COMPOSÉ

Alice Delphine TANG


L’ÉPREUVE DU COMMENTAIRE COMPOSÉ


Épreuves et corrigés des dix dernières années
du baccalauréat camerounais


L’HARMATTAN

© L’HARMATTAN, 2011
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54481-9
EAN : 9782296544819

Fabrication numérique : Socprest, 2012
Ouvrage numérisé avec le soutien du Centre
National du LivreAVANT-PROPOS
Ce fascicule est destiné aussi bien aux élèves
finissants du secondaire (première, terminale)
qu’aux étudiants du premier cycle de
l’enseignement supérieur des lettres françaises et
francophones et des séries bilingues. Elle propose
une orientation d’étude de textes par l’exercice du
commentaire composé, que les apprenants
redoutent à tort lors des examens officiels. Il faut
bien comprendre que le texte littéraire est
polysémique. Par conséquent, tout commentaire
de texte ne constitue qu’une piste parmi tant
d’autres, surtout en ce qui concerne l’orientation
thématique et même stylistique. En effet, chaque
auteur d’un commentaire de texte opère un tri
parmi les éléments stylistiques et thématiques qui
se trouvent dans le texte. L’essentiel est de rester
fidèle au texte et de faire une analyse cohérente et
convaincante. Les propositions d’orientation qui
sont formulées dans la consigne du sujet sont une
particularité du système scolaire camerounais.
Elles ont pour but d’aider les candidats qui ne
sont pas sûrs de leur compréhension du texte.
Mais ils ne constituent pas une contrainte pour les
candidats. Toutefois, nous conseillons à ceux-ci
de les suivre au besoin pour éviter certaines
surprises désagréables. En effet, les copies
d’examen sont corrigées par des enseignantsprovenant de tous les coins du pays et de toutes
les catégories d’institutions d’enseignement. Il
n’est pas exclu qu’on retrouve parmi eux des
conformistes qui penseraient que la consigne
oblige le candidat à suivre une orientation précise.
Mais en général, le commentaire composé n’est
pas affecté d’une consigne précise surtout au
niveau de l’université. Le candidat est libre de
bâtir son commentaire sur deux ou trois thèmes
choisis en raison de leur pertinence dans le texte.
Nous proposons 16 corrigés-types des épreuves
des dix dernières années au Baccalauréat
camerounais, toutes séries confondues.I-PARTIE THEORIQUE
EXTRAIT DE L’ARRETE
n°23/9/20MINEDUC/IGP/ESG portant
définition des programmes de langue
française et de littérature au second cycle
des Lycées et Collèges d’Enseignement
général et Technique
Article 1er : Chapitre VI : Principe
d’évaluation
VI.I.2. L’épreuve de littérature ou de
culture générale
2. Le Commentaire composé
Le commentaire composé permet d’apprécier
l’aptitude de l’élève à observer avec objectivité,
précision et nuance un texte littéraire comportant
entre 200 et 250 mots, à définir une attente de
lecture à partir d’indices prélevés, à vérifier pour
les valider les hypothèses de lecture ainsi
formulées, de manière à construire
progressivement une signification du texte étudié.
Le texte est suivi d’un libellé qui, sans être
contraignant pour l’élève, lui donne quelques
orientations de lecture, portant sur les
caractéristiques majeures des lignes proposées(thèmes dominants ou effets de style). Ce texte
s’inscrit dans le champ défini par les
programmes.
QUELQUES RAPPELS
THEORIQUES SUR LE
COMMENTAIRE COMPOSE
— L’objet de l’exercice
Le commentaire composé porte sur un texte
littéraire. Le texte littéraire comme tout texte
engage un processus de communication. Il est
écrit par un auteur à l’intention des lecteurs. On
retrouve donc ici le schéma de la communication
avec ses quatre éléments : le destinateur (auteur),
le destinataire (lecteur) ou récepteur, le message
contenu dans le texte et le référent, c’est-à-dire le
contexte, la situation, les objets auxquels renvoie
le message. Mais à la différence des autres textes,
le texte littéraire ne se limite pas à la diffusion
des idées, il va au-delà de cette fonction utilitaire
et a une fonction esthétique parce qu’il intéresse
et plaît à la fois grâce à son sens et à sa forme. La
visée du texte littéraire est donc artistique. Les
œuvres de la littérature ont une préoccupation
esthétique parce qu’elles ont un certain caractère
de beauté. C’est ce caractère qui fait que l’œuvre
littéraire tend à l’universel et à l’intemporel. En
outre, le contenu d’un texte littéraire peut varier
selon les lecteurs et selon le temps, en fonctiondes mutations sociales et des systèmes de valeurs.
— La nature de l’exercice
Le commentaire composé est une explication
synthétique du texte, une étude du contenu et une
étude des procédés de style faites de manière
consubstantielle. Il consiste en un effort à dégager
la substance du texte. Il ordonne avec méthode
les principaux centres d’intérêt découverts à la
lecture. Il présente un choix, une sensibilité
permettant de rendre compte, dans un ordre
logique et d’intérêt croissant, de la facture du
texte dans ses diverses composantes. Dans son
organisation, le commentaire de texte fait penser
à la dissertation. Comme ce dernier exercice, il
comporte trois parties :
— Une introduction qui présente habilement le
texte par une considération, une idée générale
ayant un rapport étroit avec le texte.
— Un développement construit autour d’une
question d’ensemble et une progression vers la
justification d’un jugement.
— Une conclusion qui fait une synthèse
pouvant élargir les perspectives, des réflexions
nouvelles.
— Remarque
Il convient de signaler que, aussi bien en
dissertation qu’au commentaire composé, il fautéviter des introductions et des conclusions
« passe-partout ». Les textes sont caractérisés par
leur diversité.
L’introduction présente le texte ; cela signifie
qu’il ne faut pas la faire de façon brutale et
maladroite. Par exemple, il est maladroit de
commencer son introduction par des formules
comme celle-ci : « le texte soumis à notre
étude… ». De même qu’il est maladroit de
commencer l’introduction d’une dissertation
directement en posant le problème du sujet, il
n’est pas conseillé d’introduire un commentaire
composé en entrant directement dans le texte.
Que ce soit en dissertation ou au commentaire
composé, toute introduction doit commencer par
deux ou trois phrases qui amènent le sujet ou le
texte.
LA METHODOLOGIE
— Le dit et le non dit
— L’œuvre superpose une richesse infinie à
son expérience limitée. Elle peut donc susciter de
multiples lectures, ce d’autant plus que le « dit »
d’un écrivain est révélateur de ce qu’il a voulu
dire.
— Il faut respecter l’œuvre d’art et sa richesse.
Le commentaire composé a pour but de rendre
compte de la richesse d’une œuvre d’art. La
personnalité consciente ou inconsciente del’écrivain, son appartenance dans le réseau
complexe de ses rapports avec le monde ne
devrait donc pas être la seule priorité d’un
commentaire de texte. Le texte est à la fois un
système linguistique et esthétique. C’est un
ensemble autonome qui a ses lois propres.
— Montrer sa sensibilité de lecteur face au
texte.
— Les différentes étapes
* Avant la rédaction au propre
— Expliquer le texte après une lecture
minutieuse qui se fait en deux temps.
— Examiner minutieusement le texte et se
poser des questions y relatives : inscription du
texte dans une existence individuelle et dans
l’histoire. C’est ce qu’on appelle le contexte.
— Rechercher des arguments : quelle est la
matière du texte ?
— De quelle manière l’écrivain présente-t-il
ces matières ?
— Quelle est la tonalité du texte ? (lyrique,
humoristique, comique, satirique, tragique…).
— Le Plan : Trouver un plan qui ordonne les
arguments selon l’objectif poursuivi. Le plan est
élaboré autour de deux ou trois centres d’intérêt.
— Les effets de style constituent la manière
dont l’écrivain présente la matière du texte. Leurdont l’écrivain présente la matière du texte. Leur
analyse peut porter sur la sémantique (champs
sémantiques→sens des mots), sur la grammaire
(conjugaison, fonction et nature des mots, temps
et modes verbaux…), sur la phonétique (sonorités
etc.), sur le lexique (champs lexicaux, termes
techniques etc…)
— Par rapport à ces effets de style, il faut voir
si le lexique est varié, précis, concret, abstrait et
considérer le pouvoir de persuasion de ce lexique,
son pouvoir d’émotion et son pouvoir
d’évocation.
— Déterminer surtout les mots-clés et les
champs lexicaux dominants.
— Les effets de style ne se limitent pas aux
figures de la rhétorique comme le pensent certains
candidats. On peut s’interroger sur les classes des
mots : noms, déterminants, adjectifs, etc. et sur
les verbes d’action et d’état, les temps et les
modes verbaux, la ponctuation, la construction
des phrases courtes ou longues qui peuvent
illustrer une idée, une vision du monde.
Le commentaire composé est l’exercice qui
permet à l’élève de valoriser ses cours de langue
française.

* La rédaction au propre

Il n’est pas conseillé de rédiger entièrement au
brouillon votre commentaire de peur d’être prispar le temps et de bâcler votre travail.
Rédiger l’introduction et la conclusion au
brouillon avant de les mettre au propre. Consigner
aussi au brouillon le plan accompagné des effets
de style que vous avez analysés. Après cette
étape faite au brouillon, reproduire l’introduction
au propre, puis le développement que vous
rédigerez directement au propre, et enfin,
reproduire la conclusion.
La construction d’une introduction
L’introduction a trois caractéristiques
essentielles qui doivent apparaître dans le devoir :
— Comme dans la dissertation, il faut partir
d’une idée générale pour prescrire le texte dans
son contexte littéraire ou historique ou de
l’œuvre ;
— Passer ensuite progressivement au texte qui
est proposé en précisant sa matière ;
— Annoncer habilement sous forme de plan
les différents centres d’intérêt.
N.B. : L’introduction ne doit comporter que les
éléments utiles à la compréhension du texte.
Veiller particulièrement à l’équilibre de toutes les
parties du devoir.
Le développement
— Le développement est une analyse logique
qui se présente comme une dissertation et qui
comporte des transitions entre les différentes