Aux mines d'or du Klondike - du lac Bennett à Dawson City

De
Publié par

The Project Gutenberg EBook of Aux mines d'or du Klondike, by Léon BoillotThis eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and withalmost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away orre-use it under the terms of the Project Gutenberg License includedwith this eBook or online at www.gutenberg.orgTitle: Aux mines d'or du Klondikedu lac Bennett à Dawson CityAuthor: Léon BoillotRelease Date: April 11, 2009 [EBook #28559]Language: French*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK AUX MINES D'OR DU KLONDIKE ***Produced by Laurent Vogel, Chuck Greif and the OnlineDistributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (Thisfile was produced from images generously made availableby the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) athttp://gallica.bnf.fr)AUX MINES D'ORDU KLONDIKE image non disponibleDU LAC BENNETTÀ DAWSON CITY image non disponibleimage non disponible LÉON BOILLOTimage non disponibleieHachette & Cparis, mdcccxcixDroits de traduction et de reproduction réservés.CARTE DE LA RÉGION DU KLONDYKE ET DE L'ALASKA. CARTE DE LA RÉGION DUKLONDYKE ET DE L'ALASKA.LA PASSE DU CHILKOOT.—PHOTOGRAPHIE DE LAROCHE À SEATTLE. LA PASSE DU CHILKOOT.—PHOTOGRAPHIE DE LAROCHE À SEATTLE.TABLE DES MATIÈRESD'Europe à Seattle.—Départ pour Dawson.—En mer.—Nos compagnons de route.—La mine d'or de Treadwell.—Juneau etI.SkagwaySkagway, le Sésame du Nord.—La Babel de l'Alaska.—Soapy Smith et sa bande.—Un grec fameux et sa fin.—Le Comité deII. ...
Publié le : mercredi 8 décembre 2010
Lecture(s) : 114
Nombre de pages : 55
Voir plus Voir moins
The Project GtuneebgrE oBkoo Auf mix s neord' ud nolKekidyb ,n Bo LéotThiillooo k sBerot sif  ose uheneyoanf rehwyna  on ta ew tiahmloctsa dnestrictiost no rveos .re snotahwpycot, iu Yoy ma yroa aw etig vider t unse ire-ueht fo smret ehtbeenut Gctjero Pwded htisihtoBe  Lrgenic iseluncww.wugetbnre.grook or online at d ro'd sidnolK u: leitgTnemix Auwaosà D ytuA niC lackedunett BenDae : teReotasleB nolliorohtéL :8559]LanEBook #2 ,0290[ pAir l11 PISTHF  ORTTA S***hcnerF :egaugINESUX MOK A EBOEBGRTUNETCG OREJR DU D'ONDIK KLO* E**TAÈISEM 
CARTE DE LA RÉGION DU KLONDYKE ET DE L'ALASKA.CARTEDELA RÉGION DU KLONDYKE ET DE L'ALASKA. LA PASSE DU CHILKOOT.—PHOTOGRAPHIE DE LA ROCHE À SEATTLE.LA PASSEDU CHILKOOT.—PHOTOGRAPHIEDELA ROCHE À SEATTLE.
Produced by Laurent Vogel, Chuck Greif and the Online Distributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (This file was produced from images generously made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)
AUX MINES D'OR DU KLONDIKE image non disponible DU LAC BENNETT À DAWSON CITY image non disponible image non disponible LÉON BOILLOT image non disponible Hachette & Cie paris, mdcccxcix
Droits de traduction et de reproduction réservés.
ERSABT DLE
c soN.rem nE.nsoaw Durpot arép'droni eaLm et. rous degnonompatalt.eDpo e àeSI.D'Eureaunetu agSkywa ed aerTlewdJ.l
Skagway, le Sésame du Nord.—La Babel de l'Alaska.—Soapy Smith et sa bande.—Un grec fameux et sa fin.—Le Comité de II.vigilance des 101.—La foule.—Les restaurants.—Un Yankee entreprenant.—Pêche à travers la glace.—Le «Whitelaw» en flammes.—L'hôpital Campement sur la glace.—Une échauffourée.—Le défilé du Porc-Épic.—Encombrement.—Cinq kilomètres en dix heures.—Un III.crime sur le chemin.—Cruautés envers les animaux.—Le sentier des chevaux morts.—Un hôtel de première classe.—Difficultés de la route
IVLe White Pass.—Un sergent diplomate.—Les caches au sommet.—Le drapeau.—Tempêtes de neige.—Pugilat.—La ville du .lever du soleil.—Log Cabin
À Log Cabin.—Où le pain vaut son pesant d'or.—Terrible condition de la piste.—Difficultés en chemin.—Bennett.—Sa V.situation.—Tête de ligne.—Les hôtels.—Le lac et les rapides.—Les caches.—Une échappée au poste de Tagish.—Procession des chercheurs d'or sur le lac.—À la voile sur la glace.—Le gué de Caribou
De l' ou Crossing.—Comment on construit les bateaux.—Chasse aux poules VI.hcêP.erèyurb edevche broml'à e aritérap.rPlaeiavigla nour fs pett enemtarép divrè tiraLcnse.n deatiocs es la à revihne été'ljour un e ca.Unorhpattsrabi.eC
XVI.La rivière Forty Mile et ses placers.—Les gisements de charbon.—Barres aurifères.—Légende indienne.—Les vapeurs du Yukon.—Mouvement commercial du fleuve.—Statistiques et prix courants.—Production aurifère du Klondyke.—La taxe sur l'or
VIILes lacs.—La rivière Six Mile.—Au poste de Tagish.—Un prêche en plein air.—Quatre assassins indiens.—Tragédie.—Le lac .Marsh.—La flottille de bateaux.—Un violoniste hongrois.—Une truite saumonée
La rivière Fifty Mile.—Miles Canyon.—Un tramway en troncs VIII.White Horse.—Nombreuses victimes.—Naufrages.—Un mariage en canot.—Le lac Laberge.—Troisd'arbres.—Les rapides du jours sur une île
IX.La rivière Thirty Mile.—Dangers de cette rivière.—Nous l'échappons belle.—Les rivières Teslin, Lewis, Big Salmon
XV. Mre DacleAndxaL eoeudalanoJ ,dlques tyQueoldnky.eep sudK ykndlo KLe.onwshcir seste e etcson,nder, He eaDxud ruan.oJ esses.—Animaux à fourrure.—Le pays des grandes chasses.—Les oiseaux du Yukon.—Administration du Territoire
Le Klondyke et ses affluents.—Les placers de Bonanza et de l'Eldorado.—Le XIII.du Klondyke.—Les creeks Hunker, Gold Bottom, etc.—M. Macdôme.—Comment on a découvert l'or.—Les richesses Donald Un voyage d'exploration.—Prospection d'un creek.—Une percée dans la forêt.—Ces pauvres baudets.—Maladie et XIV.démoralisation.—Moustiques et maringouins.—L'heureux camp.—Des morilles —Sur Quartz creek.—Une découverte aurifère. . —Eboulement. Etayement des puits.—Location de claims
L'été à Dawson.—Le bureau des postes assiégé.—Les jeux.—Les salles de danse.—Les mineurs.—La police.—Les églises et XII.les hôpitaux.—Les banques et les journaux
Les Cinq Doigts.—Les rapides de Rink.—Fort Selkirk.—Un tombeau indien.—Le Yukon.—La rivière Blanche.—La rivière X.Stewart.—Les Caches.—Le poste de Sixty Mile.—La rivière Indienne.—Les oies et les îles du Yukon.—Vitesse du courant.— Arrivée à Dawson La ville de Dawson.—Son histoire.—Son avenir.—Sa population.—Caractère des habitants.—Les vétérans du Yukon.—Les XI.Chi-Cha-Kos.—Les magasins.—Les «salons».—Les restaurants et ce qu'on y mange.—Viande et gibier.—Les voituriers.—Le soleil de minuit
Le Nora.—Une fausse alerte.—Le lac Lindeman.—Tempête XVIII.sur le Chilkoot Pass.—Une catastrophe.—Les échelles.—Sheep Camp.—Canyon City.—Chien indien pêchant le saumon.— Les Glaciers.—Dyea.—Sitka.—Le retour.—Sir Wilfrid et le planton.—Les Canadiens français
DU KLONDYKE
AUX MINES D'OR
L Ouest, province du Canada, pourra s'y rendre cette année-ci sans grande fatigue ni frais extraordinaires, dans un espace de temps relativement court, soit de trois semaines environ. En effet, il faut huit jours de traversée de Paris à New-York, cinq en chemin de fer de New-York à Seattle ou Vancouver, quatre par bateau d'un de ces ports à Skagway, un par chemin de fer de Skagway à Bennett, et à peu près six par vapeur de Bennett à Dawson; le retour par la même route prend quelques jours de plus, à cause de la difficulté de remonter le Yukon. La distance est de 8 000 kilomètres au moins. Le voyageur ne sera plus obligé de se munir d'un approvisionnement complet, exigé sagement jusqu'ici par la police canadienne, afin de prévenir une famine possible et les crimes qu'elle engendrerait. Il n'aura pas non plus, par conséquent, à être le factotum que nécessitaient les conditions antérieures et le voyage au Klondyke ne sera plus une véritable entreprise de pionniers. Plus de chevaux, de chiens ou de bœufs à harnacher, à atteler, à guider, à accabler de coups ou de malédictions; adieu les traîneaux, les véhicules de tout genre à charger, à décharger, à réparer avec quelques clous et un mètre ou deux de corde. Et la tente à dresser, et le bois à couper à même la forêt pour le service du poêle portatif, et la cuisson du pain pétri de ses propres mains, et le sciage des planches sur une plate-formead hoc, et la construction du bateau, de la barque ou du canot, avec son complément de rames, de mâts, de cordages et de voiles, le tout improvisé, et perfectionné suivant le génie créateur de l'Argonaute moderne, tout cela sera devenu choses du passé pour ne plus se reproduire que dans quelques cas isolés. Le pittoresque du voyage y perdra, mais le confort y gagnera. On ne redoutera pas plus d'aller à Dawson qu'à Madagascar ou au Japon. De la traversée de l'Atlantique et de la ville de New-York, nous n'avons rien à dire ici. En 26 heures un train express transporte le voyageur de New-York à Chicago, couvrant une distance de 1 500 kilomètres, soit une distance moyenne de 60 kilomètres à l'heure, et t de cités industrielles. C'est tie e des tÉrtaavtse-rsUannits ,u cneo mcomnet raéues rsii clha e peltu sb ipeenu cpluéltei.v éPea, yps adrse erimvéièer edse,  bdee acuoxl livnilelas,g edse  ebois, de champs, de pâturageps,e udte- êfterre mlae s peatr d'ulsai npelsu.s  Lriac hnuit se passe dans un des confortables wagons-lits Pullman ou Wagner avec leurs portiers nègres. Chicago, avec son million et demi d'habitants, se pose en rivale de New-York qui en a près de trois; sa situation à la porte des grands lacs et comme tête de ligne de tous les importants chemins de fer qui y convergent du Sud et de l'Ouest est unique; la ville elle-même est loin d'être aussi propre et aussi attrayante que New-York, mais la même activité y règne, et ce qu'il y a de plus rare à rencontrer, là ou ailleurs, c'est un Américain n'ayant pas l'air pressé. VUE DE SEATTLE (ÉTATS-UNIS).—D'APRÈS UNE PHOTOGRAPHIE. U(NLSE-TATTEÉAT SDE)E. VISU D'APRÈS UNEPHOTOGRAPHIE.
D'Europe à Seattle.—Départ pour Dawson.—En mer.—Nos compagnons de route.—La mine d'or de Treadwell.—Juneau et Skagway.
I
XIX.Conclusion
luCoiambIn.enncIVX À.Idrob ud ines à Selkirk.Lid e àaDswno.uRt ed semmop seLs.anEvl nelocoe a rgiustrPdoel.y MiSixt de erre sertuorseLtua Yuu n.koolic desnUc maepsaisra.arre deCes.La bir sa p o jbopruu deêt oisir plasfitom srétni'd ui qurgeder ou p eovaydneisn.emtnd I'ternelAmour maeln v li falceitDaws de anteaissrret el snad ,no-rdNou  dreoiit
s gae se chardeser spmtê srt àov lesssouilu'sqorrp suov af ardnentaisie de coupe rudb io,sd  eêperchu  o
LE SALON DU VAPEUR «QUEEN».—D'APRÈS UN CROQUIS DE L'AUTEUR.LESALON DU VAPEUR «QUEEN».—D'APRÈS UN CROQUIS DEL'AUTEUR.
dePul solplaines in, les usne etim uaeilifee éerrir clecud  eamsï .aLv ioantées de blé etévitluc lp te seast on senbiz seaulbamqrllse;ee t rin'one reen dstbansiorsouen,  ,set ne ne ttubculptées vives socluuesrrcsed  e oux as,teusrb ain sebreh snas ,kotau Daes dterres svuia sam ued habcèneen sise  eil'dnull etieut  elsneun ts,ntm al ferb ,stnopne, c'es la plaiél eedl  talv lataonesgne gn mdeuon uaevup ;edsigaenomtnepél spaes Ces ldes;ascabmuloC a enu ;aiche traue  dneaîttel ,epitetv lile de 50 000 âmefne  ,nic al etô Pduifacueiqea.SirotciV ceva ecnreurnccon  et,anamdnc moacniémirrt an post us, e ud opaJalA',akse rc lde clemeomanidne,soptr saccouver, a et Vanhil', itrnder ve.euqificaté ellEs îlt deu Paes d eal,nd ene C ihom neubrchx cherroaranid;erisel une activité extei,rl  eisgè e'desncntsaar p'i led nae sré eoisoes viaduux: là dmenid  escd  uhcmeseeucidaaur fesed-rap sétej tnipicprécdes sus à ep steaétnseb  enippusétros ,sblemt-e-, ilr panu erflê eocsnrtuction en troncserbra'd ésserd sicrtves t,enemallbnes me sra tedées aignées montrtpol nolêsee  tambes grsur desjnom ngatevirxua  oisarn esguPu.  eés tnurfne ifo, quusesochees R te ,setnasserétins necè sdee riIndiens Sioux éged sacpmmenest'del Ywslonetot  eénerel snol ud gdentuccèrs p alosiosudM eSs ru.itsenrrtosaisug m segasya ,sniplaarrivât t qu'on aptrtîe  uuqo' n pr,rvouoptrhe cé'n tiat euqneir et  bonssezit abmal test uoq euleou flae  dntmeeuogne'l srola tgarésé .eT ltéianant des prix exp udilbum ,cneyolaà spdiitosn ioocmmne tfu s eene etntur mir leshcuoc eniep ed et enir f uernndol snomseoitaad nienvetr  disjae ru eedl 'luoevtr d'émigra saisond ed eirés enu ,a quar mestrasés eaf rnu ,apffteencencid coïtale detree nivelar eiv uas  .eve nEs s'estimèrent hueerxud  eaptrriarn'i quntrevèrite ,sap ertua'd . Hévite bealas! papcuuone ttrri serrtponsra t àsesidnahcram selçon e fad'unées mulua cceitné'atter erntrsloou piassa er tiaecénntdonné  un momerpsi.eÀ l e'tnerlp al te's trapudeen rné, usvoz-tuc  eot ité euqurvoy pont dyaiesniaiuq  es dnerrseu'o damr icérsey'é ateitnd noaient au Klondyk scss nauesrlutarentrétèle frupuerivan xueiv ed urle, urpevaà s eromqreuap red sr les vours. Pouf ecb tuegay srues décspn ies;pionnesitis trr deâmstio-s sab ,edets uerqoé ges d ,settel sénîartsi excessive quel sev pauesrf rit enfadé, ut qetli'ulaf rtuliuqé perrent et dus,noenivis sufemtn lusto, ropp aes ;sèrpa ertuo neés de tout ce quvurène tédopiullornfnétuses ro tuaebpuocced i sev têedim , àe xuntre d'e-unsquesleuq ,sruoces se déeivrr'a le,nsertnp ueslm uoure dont i poitrineidaed ssed lam tèacntre,custronedém ne o'd enic anegirideanemlld ueotsuiracAxém un ins;iantétudssor arid ed xueuvnouxeaem mesbr .nEc ehim,nn tore caravane se gs onrtpai que trekydnolK el ruopientséda pos'ilsq aummse sosN.uoifalniorr ie Cdeenim ,rute e nu nçais, m: un Frau  nefmriom-mê;eexe ospln ioboà ;app li ue ynu tdétruisit le navdr ,upsil  eef upsem tdeou tet, f ne eri uep troe fua, c querentq iu tecertse  nepavC ruisni el 80 1 A8.év ferripr steb reid tocada se plara Nevec à ,sennosrep 65t ou ten, nsiecéahenr n luc raoit,n cr l'o quemélo iteb irésp ar la fureur desgav ;seusel sap gesasersau srevèamsitn ,tnd a aytendû atà plre l srueisup ,sruojfrn  uarteind oives jetélquesépasef olstsep ral agplLee.ur sa  loroCf anpav  ruesur age aufrit nnu e s'dôcetel s fete rtsedée îld tnemerèitne tupites et poudre nn eaplr euq eépduenue q'e c lstro'dli :tse tne ait  valron envi02 0mm e steikol b àr,Ca'o ld,or 000 004 .scnarfvnre aocedl ng et disujeque 'uni.ntmemou  dontisa selrrac,seéral s,geux aan hesché rtioet,sn  eeprdant pas une ocalliag s ed ,sdredpix siau hdes m yo tnem,suneenux, culeépauaux usplra gé uvs lesetio'd sednpép  pesait r; l'unehcso eocuqleuq e aredie  donsica euq lieugro cevtral Aust enc'est ornoa eu'leiq Sor euouitSmy ap el rap j xuemafgway SkaDyea et tnt evemélà orbu qreonu'it dra gseretcepl redro'voyées pour fairseÉ atstU-in sneedilos te sdnarge  ds,enlirastAuel sci i .oVnoeddu mays es pus ld srot eepsouetc ersprt ,moreuinehru s'dsec ehcrbande; dh et sa lftol  alip et ,porteut nvirer e nu tse'liem sedvas urledes urpen uo smeabqrousn sur la Queen; cnu ,gnA sialu teIrn ndlas.aiusNou 14es dagnicompeid tnreniaf e'dese nglamée  Lé. xued ;xueiruc tnombre eeque ce  tédapsstsp ulôtsaasrsge 6on p00ed erid ni ;lituet l Ça uin.rago rabl ue eedr ritron cesrsvedie d xuanoitan sedànnent-ilD'où vieatnise .eé solnioiav ur,u  p sleaj asiamO ?s'n nténart érup  teltismn muncene coeuqitsirca seD .alipncritéacarec relp aiond  uascords plaqués suenu iov uq x a in locoacagmpntnef ed ria'l a,ecaho cuelque qreaiirneia tenf es ,ied rass se , etus enavim altunipareirrt pter ou;td a'lia suisôturtois, leurs cot,entipaemtlen gqleuQ.nanarF seu et çaisiensItalsuue ,acogausr ,leils,urol p, isrpmeésseé ,scrochant l'anglais e tel srpmeeisrà if vl's unbrets y se xueiodéc ,snt le Suitablemetni dnbu sérèvelimt  eteeralrsoujuot ,xuevren segestaux in, ricaA'ém.sL dniarIal,sopa's eissop dt esmaja eisren tn ,obsuucel ,'npatient, va, vienet tueplp ne ri qcear pe  nilu'uo,td beèlevs  ee paur nsters reioicl seV et Cana Anglaiss ruaçsirFnane sen rt bi sontoutsel imrap ,sneiddinaCas les elquner aussiquelque sfAiracni slbnaréepntse; ésusnouop snovnem noit Trat dual.Cnsvaehevsec uaenxuj anen vcsa  ldet  einoloce paC udtrémité e à l'exî'eld Veus dedl t  emmcocoaneruvéd eiortadnal tnolomla C de taleuq,enainrbtiib e00 030e  dleil véutis stnatibah assni cndine tin mal de mer.Nousiaf snoscse  elaVià orct, iapicaadsnli eets c tessioucce bain deed te se,xuanac mptee  le sspas apsegassasu'd egteui l àe quatgrattnf caagitnoé  la naviers, et,snottemda'l suon; esnéand'e bromtoèhbiilenb dru à bouve  tro. Onéropava MmecX.e li'uc a tnah'l éà Paris il y a n.. ,ibnec noun empcoacl'; ntneagses ,tsu sellif us dl nore qéclanoifnec ,ei edcnwsDaà e llmifaa aF etnahc li ;norkquw-Yot Neitances  avanev  i'suni ég n: noicvoessubah aicor tnstes se Les arti tuap aiusccdèner xueic xueruogiArl'e  d. ueiqctedeltc earemrud ime  int lessous,seniuq nov oj tr ue dlenier aeramd noanc naatrtices ou comédienp-ir ,xerèseutiravendes ka, Alas'd stnaçremmoc e dous ercifiofd' sefmmsea l  àednt. Il yomnipoteiron ,éte'uqim n bt,n ieseré entéminnt fst pin eq euleeléleml é' nlaCe. ppras ou sellif »uelb nedes«Deux petitesuoell  aoramcn es,dit  ei quucroê ûd ertllebaj enairtionui, e, qhcnaneé lie eg ,i,ra vstres ou v enu temtaralcédion par laquellel  eogvureenemtnan ciead'ensagng à ep enm sartteneeta'tt.rL fuef 11  7 àe de durap tse'C .seruehr he ceu punr yeèlegd  eelp iriv50 francdéposer m sesniatnesl ere avncfo'u dbrn  enneidnrop al à emeor f ilefin a l lIy sèd  àrpes bte dux. ureattabltnaes allem20e pe0 onrss ne,rp uo resr céahe sur le trottoimaor fes lirplemr ed tse cnod ectit u pes: ativetsarimin sdailét srsbr'é meseuinuortd epruojal ,entôt sele et bi salv linaelv relae lu pgrs dean ud dnom'C.e tsen y trouve une cla eèshc eérupétces der aticifrtnim ed sroF .ruectorà Viu'ilia q tesf uaucerp or,tlarop sE àmiuqe,irù  omit talilécertqirtmaaw yconduit ue nous  ed stnemitâb se os:aiglanreergu à'lne toinntstaelque qunairordieia ev,ca  uedàl'étend sur la bad ,e ùo'v als eu eonepxcontillnemyipenlOU  nuq.ex deigeuchaî la lleutépren tnemesos le, pes etmmrieuse, me et sési,ec laela gnalne uil v Ca.st'eed ncuF ed tauJ uati sit unedansse ,tégaorsisut plu  aou, uxde, nu à snosiam xua
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.