Lettres à la Lune, Economie de l'Art.

De
Publié par

Lettres à la Lune :
Rédigées dans les années 1995.2000 elles n’étaient que pures et diverses réflexions sur le monde qui nous entoure. Sans objectif spécial. Puis avec le temps elles se sont organisées en cahiers qui sont devenus de plus en plus nombreux. Vous lirez là une part de ces propos que j’ai rassemblés sous formes de lettres qui tentent parmi tous les regards qui se portent sur notre monde d’en adopter un autre.
« A prendre ou à lécher » comme disait l’autre.
Sans les citer mais en y pensant : Parménide, Héraclite, Montaigne, Heidegger, Wittgenstein, Canetti, Guénon, Leroi-Gourhan, Bertalanffy, Blanchot, Cioran, Bachelard, Camatte, Jaulin, Wittvogel…
« Lettres à la Lune » comme les « Lettres Persanes »…
Parce que n’importe quoi peut être intéressant : « Je ne pense à rien, je calcule » dixit la directrice dans : « les repentis » sur TF1 le 15 janvier 2001.
Economie de l'Art:
P.CEBEILLAC.
Propos et réflexions sur l’art en adoptant un point de vue original et si nous contemplateur d’œuvres nous n’étions pas en fait des sortes de pages sur lesquelles viennent s’imprimer la force des œuvres. A ce compte là quelles sont les critères qui nous permettent d’accorder telle ou telle valeur ? A-t-on besoin de culture pour apprécier l’art ? Que comprennaient les barbares de Rome lorsqu’ils la mettaient à sac ?...
Extrait de réflexions d’un lecteur :
« Intéressant florilège de pensées et réflexions !
Je note plus particulièrement quelques points :
[…]
La première des réflexions est particulièrement dense, en particulier par ce qu'elle dit [… ]: dans quelle mesure l'art du vingtième siècle cherche-t-il à provoquer une rencontre particulièrement violente avec “l'imprimé”, le “spectateur”, bref celui qui le reçoit […]
mais je me pose conséquemment des questions sur notre sensibilité et notre carapace en vue d'abolir toute fragilité chez nous. Ne sommes-nous pas finalement devenus, par cette insensibilité, les co-créateurs de cet art qui parfois n'en est pas ?
[…] ».
P.CEBEILLAC
Publié le : samedi 25 janvier 2014
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 223
Voir plus Voir moins
Philippe CEBEILLAC. Apt 32. 1, rue Brothier. 31270 Cugnaux. Tél : 05 62 20 94 01. 06 13 94 13 73. pcebeillac@sfr.fr
Mots 54 274
Caractères (espaces non compris) 298 049
Pages 224
Caractères (espaces compris) 351 615
Paragraphes 1 302
Lignes 5 236
ET
« DELIRES ET REFLEXION S SUR DIFFERENTS SUJ ETS A L’USAGE DES GRANDS EEPITST»TEDS
LETTRES AUX HABITANT S DE LA LUNE
«L ETRAONOMIE DEC»
PHILIPPE CEBEILLAC
OU :
2
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
« DELIRES ET REFLEXION S SUR DIFFERENTS SUJ ETS A L’USAGE DES GRANDS ETEDSEPITST»
OU :
Lignes 4435
Paragraphes 990
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
3
PHILIPPE CEBEILLAC
LETTRES AUX HABITANT S DE LA LUNE
Mots 46 948
Caractères (espaces non compris) 261 047
Caractères (espaces compris) 307 414
Pages 190
4
Philippe CEBEILLAC.
Lettres à la lune. Economie de l’art.
BIOGRAPHIE:
Philippe Cébeillac, né en 1957 dans les CharentesMaritimes. Ecrivain, chercheur,
artiste peintre, photographe, créateur référencé. Pluridisciplinaire.
Etudes en Sciences Politiques, en lettres Modernes. Diplômes : « Centre d'étude et de
Formation Industrielle de Toulouse" (C.E.F.I.T.), "Ecole d'Art, de la Photographie et du
Multimédia" (E.T.P.A.), Licence de Psychologie (Université de Toulouse).
Professeur en mathématiques et méthodologie.
Dés 1979 a commencé sa carrière dans le monde de la presse en créant un
hebdomadaire, puis s'est orienté vers la rédaction de romans, nouvelles et poèmes. En
parallèle il mène à partir de 1980 une carrière de plasticien, participe à de nombreux concours
et réalise de nombreuses expositions dans Toulouse et ses environs, puis à paris et Bordeaux.
Délaisse en 1992 le monde de l'Art pour enseigner et se consacrer à la peinture, la
photographie et l'écriture.
5
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
Lettres à la Lune.
PREFACE
Rédigées dans les années 1995.2000 elles n’étaient que pures et diverses réflexions sur
le monde qui nous entoure. Sans objectif spécial. Puis avec le temps elles se sont organisées
en cahiers qui sont devenus de plus en plus nombreux. Vous lirez là une part de ces propos
que j’ai rassemblés sous formes de lettres qui tentent parmi tous les regards qui se portent sur
notre monde d’en adopter un autre.
« A prendre ou à lécher» comme disait l’autre.
Sans les citer mais en y pensant : Parménide, Héraclite, Montaigne, Heidegger,
Wittgenstein, Canetti, Guénon, LeroiGourhan, Bertalanffy, Blanchot, Cioran, Bachelard,
Camatte, Jaulin, Wittvogel…« Lettres à la Lune » comme les « Lettres Persanes»…
Parceque n’importe quoi peut être intéressant: « Je ne pense à rien, je calcule » dixit
la directrice dans : « les repentis » sur TF1 le 15 janvier 2001.
P.CEBEILLAC.
6
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
LETTRES 1 A 9
LA PAIX
Ce que nous appelons paix n'est que le stade d'affrontement purement verbal et gestuel
entre différents corps qui souffrent et usent leurs forces, dans un premier temps, le deuxième
est le coup qui fait mal et fait saigner : c'est la guerre. Conséquemment la paix, à l'heure
actuelle n'existe pas ne règne que la guerre de façon larvée ou déclarée.
La véritable Paix serait la cessation de l'état de lutte, c'est à dire l'abandon de
l'utilisation de la force pour exister, force, énergies utilisées pour produire de nouvelles forces
et énergies. L'état de compétition permanente est primaire et barbare, l'élévation d'un se fait
au détriment des autres. Gaspillage phénoménal puisque si l'on y ajoute les différentes
sommes nous obtiendrions une quantité financière largement supérieure à celle que rapporte
la victoire en tant que telle.
A>B>C>D>E>F>G =A vainqueur
Ou
A+B+C+D+E+G= (...)
La paix actuelle est une « paix armée » ce localement, nationalement et
internationalement ce que l’on ne peut pas appeler véritablement : la paix.
Tout notre système repose sur la lutte saventils que cela est très fatigant ?...
7
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
COMPETITION SOUSTRAC TIVE OU ADDITIVE.
Toute la dynamique sociale, industrielle, existentielle, économique repose sur ce
principe, or àpriori elle tend à épuiser de manière radicale les sources mêmes de la puissance
et du pouvoir d'une société s'usant les unes les autres parce que non prises en compte
indépendamment les unes des autres.
Le phénomène réducteur est énorme car si l'on envisage l'usage et la répartition de la
force différemment l'opération de réduction se transformerait en opération de multiplication
ou d'augmentation.
A contrario la notion de seul et premier nivelise à la place de hausser.
Si l'on envisage une société qui parviendrait à se développer de façon indépendante et
libérale il se trouve qu'occasionnellement elle pourrait être la première de toute façon elle
serait de toute façon la meilleure.
Réanoblir. Regrandir
La destruction des formes de pensées et des autres civilisations résultat de ce
processus a créé un phénomène d'égarement, destruction voulu de repères, comme une carte
(équivalent carte astrale) qui aurait disparu, chaque civilisation étant une étoile. La voûte/
globe se vide.
8
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
Ce système non content de créer un phénomène de friction entre les différents
partenaires visant à les éliminer pour en privilégier un, annule la force des adversaires et l'use
dans des combats inutiles. Sous prétexte d'enrichissement c'est l'inverse qui se produit une
paupérisation masquée, la plusvalue dans ce cas là n'est pas le surplus de valeur ajoutée mais
du manque à gagner de chacun : "l'entrevol". Plus value négative ou aspirante.
Création apparente d'un feu planétaire à plusieurs foyers (technique de l'Hydre) une
seule sortie contrôlée pour maintenir en place la structure actuelle.
"C'est tellement vrai que l'on s'y croirait " et ils y sont. La vie devenue théâtre ou
théâtralisation de la vie, tout individu s'apercevant de la comédie grotesque qui se joue à
coups de souffrances et de morts étant assimilé à un/une rebelle.
ROBOT ET SOCIETE
Plus on évolue dans nos sociétés en sophistication d'organisation et rapports de
pouvoirs plus l'on voit se dessiner l'apparition de structures et organisations de type robotique
: structuration de circuits de communication ou de production, organisations en secteurs et
départements, hiérarchies d'ordre et de zone d'influence, décentralisation des centres pilotes,
évolution historique qui d'une niveau primaire, en la plupart des secteurs, il y a quelques
siècles devient de plus en plus caricaturale.
Parallèlement à ce phénomène, local et planétaire il y a apparition des corolaires
qu'implique un tel développement d'une telle logique robotique : déshumanisation des êtres et
des rapports, lutte et emprise de la logique et de la machine, normalisation et standardisation
9
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
des lieux de vies, des concepts architecturaux, des modes d'alimentation, d'habillement, de
culture...
L'ensemble de ces structures robotiques : états, institutions, entreprises, banques,
compagnies d'assurances,... se développent de manière autonome et représentent l'apparition
de sorte de géantsrobots qui ont des missions bien spécifiques et des comportements de
développements identiques : normalisation, médicamentalisation et numérotation des êtres,
des biens, des produits, indifférence glacée vis à vis de l'humain, de l'animal et du végétal qui
produit une attitude "métallique" et bestiale, inhumaine. Robotsentreprises qui une fois qu'ils
sont en marche ne peuvent modifier leur parcours si ce n'est en s'écroulant et qui en aucune
manière une fois inscrit en leurs programmes leurs directives ne peuvent les changer. Robots
qui impriment sur la réalité leurs programmes de type informatique quelque soit la réalité en
tant que telle.
Robots qui ont la même apparence habillée différemment mais qui sont rapidement
décelable, le même langage, la même attitude et qui s'entendent localement et planétairement
pour croitre ou conquérir. Robots qui se rouillent, finissent à la casse, se font rénover, réparer
des circuits, restructurer des pièces ou parties, qui s'assemblent, se complètent, s'agencent, se
font vidanger ou nettoyer. Tous reliés à un centre nerveux opérationnel (la direction générale
le conseil d'administration, la ministère, la présidence...), sorte de quartier général
décisionnaire, ils agissent simultanément en leurs moindres parties avec plus ou moins de
déperdition d'information, obéissant aux ordres et directives, et transmettent autant
d'informations en le sens inverse, avec plus ou moins de déperdition.
Le développement de ces robots d'un nouveau genre a pris naissance essentiellement
depuis le XVIIIème siècle (la littérature du XIXème a signalé ce phénomène), le thème de
l'automate,
10
de la société organisée selon des principes rigoureux, scientifiques,
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
organisationnels se retrouvent aussi bien dans les courants humanistes, socialistes,
communistes qu'aristocratiques ou libéraux, il y a là un tronc commun à tous les courants
idéologiques (vr le Golem), qui trouve de nos jours sa véritable réalisation.
L'analyse comportementale de la société selon ce point de vue de cybernétique et
robotique moderne serait riche d'enseignements sur la véritable nature des organisations
présentes et des rapports que nous entretenons avec elles en tant qu'êtres. Et nous obligerait à
nous interroger sur les capacités des robotsentreprises à accepter toutes formes d'imagination
ou d'innovation qui ne correspondraient pas aux normes introduites en leurs systèmes, puisque
par nature ils sont dépourvus de toutes formes de sensualités, sensibilités, et capacité
d'imagination, d'innovation et d'anticipation,... des sortes de bourrins, propres.
L'armée, prototype du robot : cuirassée, protégée, inflexible, au principe unique et
constant, insensible, in imaginative, soumise, programmée, dirigée, esclave, réparable...ce,
depuis des lustres.
MISE EN CONSERVES ET APPAR ITION DU COIN COIN
Mise en boîte des valeurs fondamentales de l'être humain sous leurs aspects
archététypaux au détriment de la réalité par l'intermédiaire, notamment de la télévision ou de
toute forme de sérialisation de l'autre et du spectacle: fête, soirée dansante, débat, rencontres
etc... Au détriment de ce qui est vécu réellement par les êtres dans la vie quotidienne.
Production de coincoin, le coincoin étant un individu qui dit, fait et pense, absolument la
même chose que son voisin, le coincoin va consommer en série des conserves d'images, de
11
Philippe CEBEILLAC. Lettres à la lune. Economie de l’art.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi