La lecture en ligne est gratuite
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
Télécharger Lire

Partagez cette publication

Du même publieur

Les Colonisateurs
Nous sommes en 2615. Depuis maintenant près de trois cents ans, l’univers dans sa grande majorité est dominé par une puissance extraterrestre qui ne recule devant rien pour asservir et piller les planètes qu’elle ne contrôle pas encore. Tout est bon pour parvenir à ses fins. La nouvelle cible de ces envahisseurs sans scrupules est une petite galaxie. La galaxie d'Anjo, mise au jour il y a seulement une vingtaine d’années. Cette découverte tardive n’est pas à mettre au profit d’une quelconque faiblesse technologique, mais tout simplement aux critères de recherches de ces monstres qui, jusqu’à présent, n’avaient pour seule ambition que de mettre la main sur des ensembles jugées dignes de leur rang. Mais n’ayant plus de cibles potentielles connues, ils n’eurent pas d’autres choix que de se rabattre sur «les miettes» comme ils disent, à savoir sur les petits morceaux d’univers sans intérêt, qui ne leurs offriront que quelques mois de vaine résistance avant de finalement s’avouer vaincu. Les « colonisateurs », comme ils aiment se faire appeler, ne cherchent pas à imposer leurs croyances ou encore leur mode de vie à leurs conquêtes. Non. Ce qu’ils ambitionnent est tout simplement de dominer l’univers dans sa totalité, et ce quels que soient les moyens à employer pour y parvenir. Pour arriver à leurs fins, ils disposent de richesses et de connaissances sans égales dans le cosmos. De plus, ils sont dotés d’une flotte aérospatiale composée de plus de quatre cents vaisseaux amiraux, lesquels sont en mesure de transporter plusieurs centaines de trecks, des engins de transport de troupes et de repérage. À cette force technique, s’ajoute également une force physique exceptionnelle, composée de plus de soixante millions de soldats suréquipés et surarmés. Aucun peuple dans tout l’univers n’est en mesure de rivaliser avec ces êtres vivants. Pour en revenir à leur nouvelle cible, la galaxie d'Anjo, seuls une vingtaine de vaisseaux amiraux et un million de soldats on été mobilisés. Le reste de la gigantesque machine de guerre est soit en veille sur les quelques « planètes-bases » installées aux quatre coins de l’univers, soit en mission de maintien de l’ordre là où des résistants pourraient avoir la mauvaise idée de se révolter un peu trop lourdement contre les envahisseurs. Le mini-détachement alors déployé aux frontières de la galaxie est en train de peaufiner les derniers détails de son plan de guerre. Les estimations des plus grands stratèges prévoient entre trois et quatre mois maximum avant que les colonisateurs ne se rendent totalement maîtres des lieux. Ceci est une broutille quand on sait que deux cents ans ont été nécessaires afin de venir à bout de la galaxie de Pégase. Celle-là même qui fut celle qui leur offrit la plus grande résistance, les obligeant à déployer la totalité de leurs ressources de l’époque pour faire tomber entre leurs mains le joyau de l’univers. Un joyaux aujourd’hui partiellement dépourvu de vie, miné par la corruption, où règne une seule loi : celle du plus fort. En comparaison, la galaxie d'Anjo n’est qu’une minuscule étape dans le plan de domination universelle des colonisateurs. Elle leur permettra de tester grandeur nature leurs nouvelles technologies de guerre, ainsi que l’efficacité de la dernière génération de trecks. Confiée au jeune Chef Amiral Vaka, cette mission devrait être une vraie sinécure, ce qui explique en partie la faiblesse relative des moyens mis en œuvre pour l'asservir. Après une dizaine de jours passés à parfaire le plan d’attaque, et une fois celui-ci validé par la conférence des Grands Maîtres, la plus haute instance dirigeante des colonisateurs, l’avancée vers la planète mère de la galaxie peut alors commencer. Ce voyage, qui ne
Travail diffusé souslicence Créative Commons by-nc-sa-Clément HOURSEAU / UniversParallele.fr
s’étalera pas sur plus de deux jours sera l’occasion de revoir une dernière fois leurs objectifs avant l’attaque initiale qui, selon eux, sera amplement suffisante pour vaincre. Pendant ce temps, d’autres vaisseaux naviguent quant à eux dans un coin de l'Univers tout aussi insignifiant au regard de leurs ambitions démesurées, la Voie Lactée, à quelques milliards de kilomètres seulement de la planète Terre, destination de ce convoi spatial. Pourtant, il ne s’agit pas là d'engins de guerre. Ce ne sont que des transporteurs. Des navettes spatiales chargées de convoyer les opposants à l’autorité suprême des colonisateurs, afin d’y être jugés et condamnés par le conseil intergalactique de sûreté. Ainsi, la Terre est devenue l’une des planètes tombées aux mains de ces envahisseurs. Il s’agit d’ailleurs de leur première prise, réalisée en 2139. Encore que la planète bleue n’ait pas été réellement conquise par les colonisateurs. En fait, il s’agirait plutôt de leur point de départ. Alors que l’humanité vivait recluse sous terre, afin d’échapper à la pollution qui noyait la surface, un projet intergouvernemental visant au développement d’un programme spatial ambitieux a vu le jour en 2100. Celui-ci avait pour but de permettre le voyage intergalactique à une échéance d’une quarantaine d’années, ce qui fut chose faite avec la naissance du premier vaisseau à hyperpropulseurs, capable de voyager de galaxie en galaxie en quelques jours seulement. À partir de là, les Hommes se sont mis à chercher, dans tout l’univers, des planètes sur lesquelles ils pourraient s’exiler en toute quiétude, dans le but de quitter ce véritable enfer qu’était devenue, par leur faute, la Terre. C’est ainsi que petit à petit, ils découvrirent de nouveaux mondes, lesquels étaient malheureusement tous habités, empêchant dès lors l’Homme de s’y établir, celui-ci se refusant à anéantir d’autres peuples, même extraterrestres, pour s’emparer de leur planète. Mais allant de déception en déception, les terriens, alors au nombre de douze milliards, se sont révoltés, exigeant de leur gouvernement international qu'il leur trouver une aire d’accueil où ils pourraient de nouveau vivre normalement et dignement. Pour y parvenir, peu importe les moyens utilisés, du moment que le résultat était là. De fait, lors de l’élection du Conseil International de 2190, le candidat du parti du peuple l’emporta largement sur ses adversaires, entraînant la première décision de son nouveau mandat, qui fut que les terriens se devaient de mettre en place une politique de conquête spatiale visant à améliorer leurs conditions de vie et de prouver leur supériorité sur les «sous-peuples » extraterrestres. De là est née cette ambition ubuesque de contrôler l’univers, et ce, au détriment des autres peuples qui jusque-là l’habitaient paisiblement et sans heurts. Aussi, à force de persévérance, les flottes aérospatiales de la « puissance Terre » se sont étendues jusqu’à devenir ce qu’elles sont aujourd’hui. Ainsi, de conquête en conquête, les « petits » terriens sont devenus les terribles colonisateurs, redoutés et craints dans tout l’univers. Malheureusement pour tous ces mondes pacifiques, les rapports de forces devraient rester aussi disproportionnés encore bien longtemps si l'on en croît la conférence des Grands Maîtres, laquelle estime qu’aucun peuple, aussi fort soit-il, ne sera plus jamais en mesure de remettre en cause la supériorité de la «race humaine», qui s’est définitivement imposée comme étant la seule et unique puissance à même de contrôler la galaxie. Ce ne sont pas les petites rébellions qui apparaissent par-ci par-là de temps à autre qui seront susceptibles de remettre tout ceci en cause, estiment les membres de la conférence. Pourtant, trois événements à priori sans aucun lien entre eux pourraient, non pas altérer le sentiment d’invincibilité des colonisateurs, mais tout du moins l’écorcher légèrement. Pour commencer, l’un des transporteurs acheminant les ultimes chefs des forces de résistance de la galaxie de Pégase vient de disparaître des écrans radars colonisateurs alors qu’il entamait sa descente dans l’atmosphère.
Le deuxième événement a lieu dans la galaxie de Pégase justement, où les forces colonisatrices connaissent de menues difficultés à contrôler les groupuscules de résistants. Alors qu’habituellement de tels troubles sont violemment réprimés avant de se terminer dans un bain de sang, cette fois la résistance semble plus déterminée que jamais à marquer les esprits au plus haut niveau de la planète Terre. Le troisième fait marquant, qui pourrait également être le plus préoccupant, est la perte de contact interstellaire avec la flotte de guerre du Chef Amiral Vaka. Chose totalement anormale, qui pourrait être signe soit d’une avarie technique sérieuse, soit, et cela semble heureusement impossible, d’une perte définitive de la flotte suite à des combats spatiaux qui auraient entraîné sa destruction. La réunion extraordinaire de la conférence des Grands Maîtres, convoquée en urgence pour débattre de ces trois événements, ne débouchera au final sur rien de bien important. La gravité de la situation n’est pas reconnue, et encore moins envisagée. Rien ni personne ne peut venir à bout de la puissance ni de la détermination des colonisateurs, c'est un fait. Pour le prouver, ils s’apprêtent à frapper un grand coup, censé mettre définitivement fin à toute volonté de rébellion de la galaxie de Pégase.
--A VOUS D’IMAGINER et D’ĖCRIRE LA SUITE--
Travail diffusé souslicence Créative Commons by-nc-sa-Clément HOURSEAU / UniversParallele.fr
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin