7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Vous aimerez aussi

Les plus belles œuvres de Fragonard

de Presses-Electroniques-de-France

Dom Juan

de Presses-Electroniques-de-France

Les plus belles œuvres de Vincent Van Gogh

de Presses-Electroniques-de-France

suivant
couverture
Nicole Sigal

Voyage en cauchemance

© Presses Électroniques de France, 2013

« Dieu est en réparation »

Louis-Ferdinand Céline (« L’école des cadavres »)

« Tous » est à la fois le Chœur des habitants et le Coryphée, c’est selon. Certaines parties pourront en être chantées.

Les personnages seront des figures bouffonnes, truculentes comme on peut en rencontrer dans les fatrasies du Moyen Âge, le village une horde grotesque et naïve au dessein absurde, le Coryphée un clown sans nez rouge racontant une aventure humaine extravagante mais vraie, le Philosophe un pauvre diable essayant de redonner un sens à la vie. Les plantes, les papillons et les idées, surtout les idées indésirables parleront.

Personnages

Tous, le Chœur des habitants, le Coryphée

La Veuve-Veuve, patronne du Café Hôtel des Voyageurs

Chef-Chef

Sous-Chef, les deux autorités du village

Dame Légère

Père Inconnu, son mari

La Délurée, la Gamine QuiEn Sait Long, leurs filles

Exclusion

Pauvreté,deux allégories

La Toute Vieille

Le Philosophe

Le Maire

Président Moije

First Lady

Moral Des Ménages

Le Tradeur Fou

L’Homme Transparent

La FemmeDe Juarez

L’Homme Dévissé

Les Mêmes Autres

Les Papillons

Une Fougère

Une Zeuzère

Prologue chanté

Tous les habitants du village de Cauchemance sont réunis dans la salle délabrée du Café Hôtel des Voyageurs, seule bâtisse ayant résisté aux intempéries : un bloc de béton dominant le village taillé dans une faille rocheuse. Ils fêtent l’alcool nouveau, alcool de patate que distille la Veuve-Veuve, matrone outrageusement fardée et patronne de ce lieu où plus aucun voyageur ne s’aventure depuis longtemps. La patate est leur unique ressource. Sorte de cour des miracles, réunis autour du poêle, (seul endroit chauffé du village), ils sont dépenaillés et mouillés car il pleut depuis des années dans cette contrée oubliée du monde et des saisons.

On entend la bourrasque, le déluge… Ils essaient de commencer la chanson, mais ratent, chantent faux, se trompent, démarrent sur un play-back d’Henri Salvador ou autre (qui chante le Soleil des Îles)… Cacophonie, chahut, ils sont hilares… et tout à coup par miracle ils chantent dans un bel unisson.


Tous les jours c’est l’Automne

À Cauchemance pas de romance

Le temps s’est arrêté

Il pleut depuis des années.


Une seule saison qui nous rend tout marron

La boue jusqu’aux genoux

Comment voulez-vous

À Cauchemance avoir de la prestance.


Le soleil s’est arrêté au pays des Gens-bien-nés

De l’autre côté de la vallée

On manque fatalement de vitamine D

Dans ce trou oublié.


On est tombé dans une faille

Fallait pas qu’on y aille

À Cauchemance qu’est pas en Provence

On n’a pas de piscine dans le jardin

Mais un tas de fumier mâtin

Qu’ça sent pire que le pet de châtelain

Nourri au bon grain.


Nous c’est les patates, toujours les patates

Y a qu’ça qui pousse dans la boue

Mais on s’en fout

Car elles ont des yeux

À faire rougir les amoureux.


À Cauchemance la romance

C’est pas ce que vous croyez Armance

On est des taiseux

Même quand on est amoureux

Il suffit d’un regard pour aller derrière le hangar

On fait pas de chichi comme à Paris

Pas vu pas pris

Par le nigaud d’mari.


La preuve la Veuve-Veuve

Elle qu’a perdu tous ses maris

Les a plus retrouvés dans son grand lit

L’chat les avait pris pour une souris.


À Cauchemance pas de belle au bois dormance

Avec son prince très tendance

Qui la réveille dare-dare

Pour lui en mettre plein la vue pétard

Avec sa montre en or

Qui fait bling-bling dans les salons où il sort.


À Cauchemance à Cauchemance

On n’a pas de chance

Faut qu’on le sache dans toute la France.

Séquence 1 - L’alcool nouveau

Ils trinquent.

Tous

Vive la Veuve-Veuve et son alambic

Qui nous rend dithyrambiques.

Chef-Chef

Foie de Chef-Chef, j’en ai bu de toutes les couleurs

En attendant le retour des saisons.

Sous-Chef

C’est pas une vie que notre éternité mouillée.

Ils font la queue, la Veuve-Veuve leur sert à tous une assiette de patates, ils mangent et boivent avidement, surveillés par Chef-Chef et Sous-Chef, les deux autorités du village.

La Gamine Qui En Sait Long

Je te dis qu’un homme m’a regardé avec des yeux pas d’ici

M’a demandé ce que je fais dehors à attraper la mort

Je lui ai dit justement

Ici y a plus qu’elle qu’on attend

Il a eu peur a glissé dans une coulée

Je me suis carapatée jusqu’au cagibi qui me sert d’abri.

La Délurée

Moi aussi je l’ai vu avec ses yeux verglaçants

Me déshabillaient toute crue

Je crois bien qu’il a des lunettes pour faire plus honnête.

Père Inconnu

Un savant qui vient pour régler le temps.

Dame Légère

Un bel homme comme on n’en voit plus.

Père Inconnu

À part moi bien entendu.

La Toute Vieille

Qu’est-ce qui se passe ?

Le chevalier Arthur est arrivé en voiture

Merde, je suis pas prête.

La Veuve-Veuve

C’est rien grand-mère, c’est les gamines

Elles ont leurs lunes

C’est plus de ton âge.

Chef-Chef

Ça demande réflexion toutes ces inventions

Si que ça serait vrai

On ne sait jamais.

Sous-Chef

Ouais faut délibérer

Un touriste, par où qui s’rait arrivé ?

Chef-Chef

C’est vrai ça, y a qu’un étranger pour venir jusqu’ici

Faut délibérer