Marhaba

De
Publié par

Des femmes et des hommes ont quitté la terre qui ne leur offrait plus la vie. Des récits de vie, des récits de parcours de ceux dont l'empreinte est venue marquer le sol même du nouveau rivage. Et en filigrane, une méditation sur l'exil queŠnous portons peut-être tous en nous-mêmes, et que viennent rappeler à notre conscience les habitants de Marhaba, signifiant Bienvenue en langue arabe.
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 38
EAN13 : 9782296491571
Nombre de pages : 116
Prix de location à la page : 0,0073€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Marhaba Parages intranquilles
Graveurs de mémoire
Alouisa PIERRON,Une vie de traverse. Souvenirs truculents dune Gitane rebelle, 2012. Maurice STROUN,"Mon cher collègue, je ne serai pas recteur". Une aventure dans le monde de lUniversité et de la recherche scientifique, 2012. Nadine BERKOWITZ,Les tribulations dune Parisienne, 2012. René NAVARRE, François-Marie PONS,Fantômas cétait moi, 2012. Gilbert CARRÈRE,Mémoires dun préfet. À la traverse duXXe siècle, 2012. François DELPEUCH,Chronique édilique, 2012. Jean Michel CANTACUZENE,Une vie en Roumanie. De la Belle Epoque à la République populaire. 1899-1960, 2011. Claude DIAZ,Demain tu pars en France. Du ravin béni-safien au gros caillou lyonnais, 2011. Jacques QUEYREL,Un receveur des Postes durant les trente glorieuses, 2011. Benoît GRISON,Montagnes ma passion, Lettres et témoignages rassemblés par son père, 2011. Henri Louis ORAIN, Avec Christiane, 68 ans de bonheur, 2011. Pascale TOURÉ-LEROUX,Drôle de jeunesse, 2011.Emile HERLIC, «Vent printanier nom de code pour la rafle du Vél », dhiv. Récit, 2011. Dominique POULACHON,René, maquisard. Sur les sentiers de la Résistance en Saône-et-Loire, 2011. Shanda TONME,Les chemins de limmigration : la France ou rien ! (vol. 3 dune autobiographie en 6 volumes), 2011. Claude-Alain CHRISTOPHE,Jazz à Limoges, 2011. Claude MILON,Pierre Deloger (1890-1985). De la boulange à lopéra, 2011. Jean-Philippe GOUDET,Les sentes de lespoir. Une famille auvergnate durant la Seconde Guerre mondiale, 2011. Armand BENACERRAF,Trois passeports pour un seul homme, Itinéraire dun cardiologue, 2011. Vincent JEANTET,Je suis mort un mardi, 2011.
Gérard Chabenat
Marhaba Parages intranquilles
Du même auteur aux éditions L'Harmattan L'aménagement fluvial et la mémoire  Parcours d'un anthropologue sur le fleuve -Rhône - (thèse de Doctorat), 1996 - Ressac sur le fleuve Amazone, 2004
© L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-97021-2 EAN : 9782296970212
Des hommes ont quitté leur pays avec l'espoir de retrouver ailleurs une vie plus décente. D'autres ont fui la violence, la guerre, les persécutions Une ligne a été franchie, du côté de l'absence. Peu importe alors le chemin à parcourir. A la surface du monde, ils s'en vont écrire le récit de l'origine.
Marhaba
En octobre 1955, leComité lyonnais de secours d'urgence aux sans logis et mal logés(CLSUSLML) fondé par l'Abbé Pierre demande l'autorisation de construire des chalets en urgence au centre de la cité des Chalets, route de Crémieu à Vaulx-en-Velin à l'est de Lyon. Cette cité avait été construite à l'intention des habitants des communes voisines, tous d'origine française, qui étaient dans la nécessité d'être relogés. En février 1956, le permis de construire est accordé. En juin 1956, les nouveaux habitants viennent s'installer. Les responsables du CLSU insistent sur le fait qu'il s'agit bien d'une cité de transit. Ils souhaitent que les personnes soient par la suite relogées dans les HLM en cours de construction. Deux cent quarante appartements seront alors disponibles. Le maire tient toutefois à rappeler que ces logements seront exclusivement réservés aux habitants de la commune. Les gens qui viennent de l'extérieur, à fortiori de l'étranger, ne pourront pas y prétendre.
Le 9 mars 1957, le maire de Vaulx-en-Velin constate la construction sans autorisation de chalets sur un autre terrain non loin, toujours sur la route de Crémieu, au lieu-ditGrange perdue. Il demande aux responsables du CLSU de faire cesser les travaux sans délai. Ces derniers protestent, affirmant qu'ils ne sont pas concernés par cette situation. Le 13 mars, l'association laMaison d'Afrique du Nord qui deviendra plus tard la (MAN),Maison des travailleurs étrangers adresse une demande de (MTE) permis de construire en mairie. Le maire refuse, déplorant que laCompagnie nationale du Rhône qui est (CNR)
9
propriétaire du terrain, ait déjà donné son autorisation pour commencer les travaux de viabilisation. Le 26 mars, le département soutient le projet, en affirmant le caractère provisoire. Le maire maintient son refus, rappelant qu'un avis défavorable avait déjà été donné, suite aux difficultés rencontrées depuis la construction des premiers chalets en 1955. De surcroît, il n'a pas connaissance d'un projet de relogement, et il précise que le terrain est sur une zone industrielle. Le préfet intervient, et donne son accord pour la construction, contre l'avis du maire.
En mars 1958, le département fait une nouvelle demande de construction de chalets àGrange perdue. La demande est refusée par le maire, qui estime que sa commune fait déjà beaucoup d'efforts pour résorber les taudis. Le terrain concerné n'est pas viabilisé, il rappelle qu'il est sur une zone industrielle, et une telle proposition n'est pas envisageable sans projet de relogement.Cette fois-ci le bras de fer entre les différentes instances de pouvoir va durer plusieurs années, au cours desquelles le maire va constater à nouveau de nombreuses constructions sans permis. Il réitère toutefois son refus, rajoutant aux raisons déjà évoquées qu'il n'y a pas de possibilité de scolarisation des enfants, et que la voirie sera touchée par la bretelle du boulevard périphérique. En février 1965, le préfet passe outre l'avis du maire. Il délivre le permis pour la construction de onze nouveaux chalets doubles dans la cité baptisée par les responsables de la MANMarhaba, qui signifieBienvenue en langue arabe.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.