L' Homme sans dieu ?

De
Publié par

"Les Dieux n'étant plus et le Christ n'étant pas encore, il y a eu, de Cicéron à Marc-Aurèle, un moment unique où l'homme seul a été" (Flaubert). L'Homme aurait-il vécu "sans Dieu" à un moment privilégié de l'Empire romain ? La réflexion sur ces questions est l'occasion de reconsidérer notre vision du monde romain. L'avènement du christianisme était-il inscrit dans l'évolution d'une société soi-disant décadente ?
Publié le : vendredi 1 novembre 2013
Lecture(s) : 49
EAN13 : 9782336328522
Nombre de pages : 164
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Alain Sager
L’HOMME SANS DIEU ? De Cicéron à MarcAurèle
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
L’HOMME SANS DIEU ?
De Cicéron à Marc-Aurèle
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d'ouvrages qui se propose d'accueillir des travaux originaux sans exclusive d'écoles ou de thématiques. Il s'agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions qu'elles soient le fait de philosophes « profession-nels » ou non. On n'y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu'habite la passion de penser, qu'ils soient professeurs de philo-sophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Dernières parutions Reza ROKOEE,Le rêve et l’éveil dans les écrits de Husserl, 2013.Jean-Marc ROUVIERE,L’homme surpris. Vers une phénoméno-logie de la morale, 2013. Marita TATARI,Heidegger et Rilke, Interprétation et partage de la poésie, 2013. Jorge Augusto MAXIMINO,Philosophie et modernité dans l’œuvre poétique d’António Ramos Rosa, 2013. Roger TEXIER,Ré-créations cartésiennes, 2013.Marcel NGUIMBI (dir.),Penser l’épistémo-logique, 2013. Joël BALAZUT,Heidegger une philosophie de la présence, 2013. Sophie ASTIER-VEZON,Sartre et la peinture. Pour une re-définition de l’analogon pictural, 2013. Jordi COROMINAS, Joan Albert VICENS,Zubiri. La Xavier solitude sonore (Tome 2 1931-1940), 2013. Mara Magda MAFTEI,Cioran et le rêve d’une génération perdue,2013. Lou FERREIRA,Oscar Wilde. Une esthétique de la tragédie, tome 2, 2013. Lou FERREIRA,Oscar Wilde. Une philosophie de la provoca-tion, tome 1, 2013. Denise MODIGLIANI,Fragments pour une poétique du discours historique, 2013. Alain MULLER,Pensée dialogique et langage dans la philoso-phie de Franz Rosenzweig,2013.
Alain Sager
L’HOMME SANS DIEU ?
De Cicéron à Marc-Aurèle
Du même auteur Apprendre à philosopher avec Voltaire, Paris, Ellipses Edition, 2012.
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02013-6 EAN : 9782343020136
Pour Corinne N., artiste chorégraphe et pédagogue, ma compagne depuis trente-cinq ans.
DIMANCHE 20 MARS 1831. Goethe m’a dit, pendant le dîner, qu’il a lu ces jours-ciDaphnis et Chloé[1]. « Le poème est si beau, a-t-il ajouté (…), le jour le plus pur y éclate, et l’on croit contempler de véritables peintures d’Herculanum, si bien que ces tableaux agissent en retour sur le livre et viennent en aide à l’imagination du lecteur. - Ce qui m’a beaucoup plu, dis-je, c’est d’être mis en présence d’un monde fermé qui ne laisse rien échapper. A peine si quelques allusions nous transportent hors de ce monde enchanté. Parmi les divinités, seuls Pan et les nymphes interviennent ; c’est tout au plus si on cite le nom de quelque autre, et l’on voit que ces divinités suffisent aux besoins des bergers. - Et pourtant, malgré que ce monde se referme sur lui-même, dit Goethe, tout y trouve sa place. Nous voyons là des pâtres de tout genre, des agriculteurs, des jardiniers, des vignerons, des marins, des brigands, des guerriers, des citadins de bonne famille, des grands seigneurs et des esclaves. - Nous y voyons aussi, ajoutai-je, l’homme à toutes les étapes de la vie, de sa naissance jusqu’à sa vieillesse ; de même, défilent sous nos yeux toutes les conditions de la vie domestique, suivant les changements des saisons ». (Conversations de Goethe avec Eckermann, 1835, trad. fr., Jean Chuzeville, Paris, Gallimard, nouvelle édition, 1988, pp. 404-405). [1] Roman pastoral du grec Longus (IIe siècle après JC).
7
INTRODUCTION «Vous avez raison : il faut parler avec respect de Lucrèce ». Ainsi s’adresse Gustave Flaubert à l’une de ses correspon-dantes, Edma Roger des Genettes, dans une lettre datant proba-1 er blement de 1861 . Pourquoi le poète latin épicurien du 1 siècle avant Jésus-Christ mérite-t-il cette attention ? «La mélancolie antique me semble plus profonde que celle des Modernes, qui sous-entendent tous plus ou moins l’immor-talité au-delà du», poursuit-il. «trou noir Mais pour les Anciens, ce trou noir était l’infini même ; leurs rêves se des-sinent et passent sur un fond d’ébène immuable. Pas de cris, pas de convulsions, rien que la fixité d’un visage pensif ». Ce saisissant portrait de l’« Ancien » confronté à sa propre mort, face à un univers vide et sans limites, autorise chez Flaubert la conclusion suivante :« les Dieux n’étant plus, et le Christ n’étant pas encore, il y a eu, de Cicéron à Marc-Aurèle, un moment unique oùl’hommeseul a été ».Il aurait existé une période de l’histoire de l’humanité, dans laquelle les hommes auraient affronté leur condition mortelle avec la seule force de leur pensée. Les divinités antiques auraient disparu, alors que le Dieu unique ne dominait pas encore. «»De Cicéron à Marc-Aurèle… . La référence à ces deux personnages délimite la période considérée dans l’espace et le temps. Cicéron, homme d’Etat, orateur et philosophe, a vécu au er 1 siècle avant Jésus-Christ ; Marc-Aurèle, empereur romain et philosophe stoïcien au second siècle après Jésus-Christ. L’existence du fondateur du christianisme sert de pivot à cette époque qui couvre trois siècles. Depuis l’avènement de César jusqu’à la mort du seizième empereur, Marc-Aurèle, elle corres-pond essentiellement à ce que nous désignons sous le nom d’« empire romain » (voir notreChronologie en annexe, p. 147). Elle concerne une aire géographique qui s’étend, en 1  Gustave Flaubert,Correspondance, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, tome III, 1991, p. 191.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.