Anonymous à la présidentielle

De
Publié par

Aux armes et caetera

Publié le : mardi 4 juin 2013
Lecture(s) : 33
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins
Etc.
Anonymous est un vieux qui se rabâche, mais qui insiste, car il sait ce qu’est sa cause. Anonymous se présente ainsi devant vous aux élections présidentielles françaises et aspire à devenir le premier président de la Terre. Anonymousne veut pas détruire le système, il veut l’obliger à lui faire respecter ses propres valeurs. Anonymous ne se bat pas contre la Religion, il veut lui redonner son sens originel. Anonymous ne veut pas le Chaos, il veut l’Évolution. Anymousn’est personne et ne peut devenir le président de ce système, seules les idées comptent, mais Anonymous cherche les 500 signatures pour légitimer ces idées par ceux qui servent le système avec bonne foi et ainsi remplir les conditions de formes. Ainsi, voici son programme qui ne définit que des grandes lignes puisque les petites, les plus importantes, seront écrites par ceux qui voudront les écrire. D’abord, il appelle à l’inscription sur les listes électorales pour un vote antisystème, soit un vote blanc ou une abstention. Dans ce système, voter pour X ou Y, c’est voter pour le système et non des idées que X et Y pourrait éventuellement porter. Tout reste à redéfinir, mais il faut commencer par une impulsion réflexive si nous voulons vivre avec tous, sinon il y a encore la solution finale… Une fois Anonymous élu par l’abandon d’un vote nominatif, cela sera le retour aux valeurs fondamentales ; le respect et le partage seront garantes du nouvel ordre basé sur l’évolution anarchique, soit qui évolue en même tempsque l’humain et ses aspirations.Ainsi, l’anarchie s’oppose au Nouvel Ordre Mondiale qui veut figer ses valeurs de profit individuel et de puissance de l'égo au Monde et pour tout le monde. Le pouvoir de créer est le seul que les êtres humains peuvent s’arroger, mais faut-il encore qu’ils soient suffisamment sages pour ne pas le détruire. Ensuite, il se doit de redéfinir la valeur du travail. Tout le monde doit travailler. Le chômage forcé est une hérésie sociale, la rente est une domination d’une m; seul le travail productif (seinorité sur la majorité nourrir, se loger, se vêtir, se soigner, et plus largement se protéger et se prémunir) est un travail. Ainsi, tout le monde doit dans sa vie, à des moments ou à d’autres, selon ses capacités physiques etintellectuelles, participer à l’effort collectif, sinon il peut toujours se démerder seul, tout seul, sans rien. Haro sur les sportifs, et les artistes, et les rentiers, et les PDG, et les traders, et toute autre catégorie de personne non productive qui amasse fortune.
Ainsi, après études économiques et sociologiques, sera définit le travail minimum que tout le monde se doit de fournir, puis répartir le résultat de ce travail via un revenu avec son minimum vital et son maximum possible ; et ce, pour tous, sans exception, et dans son évolution. Puis, il se dit qu’il faut réfléchir avant d’agir; qu’il faut planifier la production selon le besoin réel et réaliste en équilibre avec l’environnement social et l’écosystème; la symbiose est la seule voie possible. Haro sur la compétition concurrentiel: le partage du Capital est indispensable. Le Capital étant l’héritage structurel, la connaissance et la culture qu’une génération laisse à une autre et qu’un groupe social ou individu produit. Aucune personne sur Terre n’est génie, personne n’est inventeur, personne n’est créatif, personne n’a de talent sans qu’elle soit construit socialement; un héritage familial, culturel, même au travers du biais génétique. Haro également sur la propriété (terrienne, immobilière et intellectuelle) ; suivant la même logique, nous sommes responsables d’un lieu, d’une création, d’un propos, mais point propriétaires. Ainsi, on doit produire, créer, dans l’équilibre. Et tout doit être partagé dans la mesure du possible, sans entraves et avec sagesse, car nous sommes tous tributaires et responsables des autres. Enfin, il veut parler du Droit. Le Droit écrit n’est là que pour inspirer une décision, inspirer une suite aux idées, protéger des choses et des concepts, mais il ne doit pas figer le temps ; le Droit est vivant etévolue à chaque instant où un problème survint, qu’il soit nouveau ou ancien. Telle la société, le Droit évolue, et par conséquent il est soumis à la réflexion et au changement. Pour se défendre de l’injustice etpour attaquer l’injustice, le seul droit qui prévaut est celui de la justice qui se base sur le respect et la dignité. Ainsi, le Droit n’est pas immuable et ne doit pas être l’objet de groupes sociaux qui s’arrogent le droit de l’écrire à son escient.Il pourrait conclure en synthétisant ses proposdans une devise qui n’a ni propriétaire, ni dépositaire: Liberté, Égalité, Fraternité. Il ajouterait à cette devise, l’innocenceautorise l’erreur,la sagesse impose de l’éviter, la connerie fait la refaire. Peuple du monde; unissez-vous, libérez-vous et jouissez de la création.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.