La gestion des risques par les établissements de crédit : essais de modélisation macro-économique - article ; n°1 ; vol.112, pg 127-138

De
Publié par

Économie & prévision - Année 1994 - Volume 112 - Numéro 1 - Pages 127-138
Gesción de riesgos por parte de los establecimientos crediticios,
por Jean Cordier, Pascal Jacquinot y Dominique Plihon.

El entorno de los bancos se ha visto profundamente modifîcado desde hace unos diez años, debido al proceso de liberalización y de modernización del sistema financière rrancés. Además, la acentuación de las fluctuaciones económicas y financieras ha incrementado los riesgos a que estos últimas han tenido que hacer frente. Situándose en semejante contexto, y a pesar de la parte cada vez mayor que toman las operaciones de mercado, no es menos cierto que la estructura financiera de los bancos franceses está aún ampliamente dominada por la lógica de la intermediación bancaria traditional. El marco habituai de la empresa bancaria en competencia monopolística sigue estando adaptada a la modelización de este sector. No obstante, se debe mejorar para tener en cuenta una gestión activa de los riesgos por parte de los bancos : así, para cubrir los riesgos generados por sus operaciones con la clientela, los bancos están principahnente conducidos a définir de forma endógena su política de emisión de recursos largos, teniendo también en cuenta los costos relativos : por su parte, los bancos evitan también dedicar una parte demasiado importante de sus fondos propios para la adquisición de acciones.
Risk Management by Credit Establishments,
by Jean Cordier, Pascal Jacquinot and Dominique Plihon.

Over the last ten years, the banking environment has been extensively modified by the liberalization and modernization of the French financial system. Moreover, sharper economic and financial fluctuations have increased the risks faced by banks. In spite of this situation and the growing share taken by market operations, the fact remains that the financial structure of French banks is still largely dictated by a traditional banking intermediation logic. The customary context of the banking firm in monopolistic competition remains suitable for modelling this sector. It should, however, be enhanced to take account of active risk management by banks. In order to cover the risks generated by operations with their clientele, banks are notably driven to define their long-term resource issue policy in an endogenous manner while taking account of the relative costs. Furthermore, they are careful not to allocate an overly large share of their equity capital to share acquisitions.
La gestion des risques par les établissements de crédit : essais de modélisation macro-économique,
par Jean Cordier, Pascal Jacquinot et Dominique Plihon.

L'environnement des banques a été profondément modifié depuis une dizaine d'années par le processus de libéralisation et de modernisation du système financier français. En outre, l'accentuation des fluctuations économiques et financières a accru les risques auxquels ces dernières ont été confrontées. Dans un tel contexte, et en dépit de la part croissante prise par les opérations de marché, il reste que la structure financière des banques françaises est encore largement dictée par la logique de l'intermédiation bancaire traditionnelle. Le cadre habituel de la firme bancaire en concurrence monopolistique demeure adapté pour la modélisation de ce secteur. Il doit cependant être enrichi pour tenir compte d'une gestion active des risques par les banques : ainsi pour couvrir les risques engendrés par leurs opérations avec la clientèle, les banques sont notamment amenées à définir de façon endogène leur politique d'émission de ressources longues, en tenant compte également des coûts relatifs ; elles se gardent en outre de consacrer une part trop importante de leur fonds propres aux acquisitions d'actions.
Das Risikomanagement durch die Kreditinstitute,
von Jean Cordier, Pascal Jacquinot und Dominique Plihon.

Das Umfeld der Banken ist seit zehn Jahren durch den Prozeß der Liberalisierung und der Modernisierang des französischen Finanzsystems grundlegend geändert worden. Daneben hat die Zunahme der wirtschaftlichen und finanziellen Schwankungen die Risiken vergrößert, mit denen die Banken konfrontiert sind. In einem solchen Kontext und trotz des zunehmenden Anteils der Marktgeschäfte wird die Finanzstruktur der französischen Banken auch weiterhin noch weitgehend durch die Logik der herkömmlichen Bankintermediation bestimmt. Der gewöhnliche Rahmen einer Bank im monopolistischen Wettbewerb eignet sich zwar nach wie vor für die Modellierung dieses Sektors; er muß jedoch erweitert werden, damit einem aktiven Risikomanagement durch die Banken Rechnung getragen werden kann. Zur Deckung der Risiken, die die Banken bei ihren Geschäften mit ihren Kunden eingehen, miissen diese somit insbesondere ihre Politik der Emission langfristiger Titel auf endogène Weise definieren, wobei ebenfalls die relativen Kosten zu berücksichtigen sind. Sie hüten sich außerdem davor, einen zu großen Teil ihrer Eigenmittel für den Aktienerwerb zu verwenden.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1994
Lecture(s) : 87
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

Jean Cordier
Pascal Jacquinot
Dominique Plihon
La gestion des risques par les établissements de crédit : essais
de modélisation macro-économique
In: Économie & prévision. Numéro 112, 1994-1. pp. 127-138.
Citer ce document / Cite this document :
Cordier Jean, Jacquinot Pascal, Plihon Dominique. La gestion des risques par les établissements de crédit : essais de
modélisation macro-économique. In: Économie & prévision. Numéro 112, 1994-1. pp. 127-138.
doi : 10.3406/ecop.1994.5656
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ecop_0249-4744_1994_num_112_1_5656Resumen
Gesción de riesgos por parte de los establecimientos crediticios,
por Jean Cordier, Pascal Jacquinot y Dominique Plihon.
El entorno de los bancos se ha visto profundamente modifîcado desde hace unos diez años, debido al
proceso de liberalización y de modernización del sistema financière rrancés. Además, la acentuación
de las fluctuaciones económicas y financieras ha incrementado los riesgos a que estos últimas han
tenido que hacer frente. Situándose en semejante contexto, y a pesar de la parte cada vez mayor que
toman las operaciones de mercado, no es menos cierto que la estructura financiera de los bancos
franceses está aún ampliamente dominada por la lógica de la intermediación bancaria traditional. El
marco habituai de la empresa bancaria en competencia monopolística sigue estando adaptada a la
modelización de este sector. No obstante, se debe mejorar para tener en cuenta una gestión activa de
los riesgos por parte de los bancos : así, para cubrir los riesgos generados por sus operaciones con la
clientela, los bancos están principahnente conducidos a définir de forma endógena su política de
emisión de recursos largos, teniendo también en cuenta los costos relativos : por su parte, los bancos
evitan también dedicar una parte demasiado importante de sus fondos propios para la adquisición de
acciones.
Abstract
Risk Management by Credit Establishments,
by Jean Cordier, Pascal Jacquinot and Dominique Plihon.
Over the last ten years, the banking environment has been extensively modified by the liberalization and
modernization of the French financial system. Moreover, sharper economic and financial fluctuations
have increased the risks faced by banks. In spite of this situation and the growing share taken by
market operations, the fact remains that the financial structure of French banks is still largely dictated by
a traditional banking intermediation logic. The customary context of the banking firm in monopolistic
competition remains suitable for modelling this sector. It should, however, be enhanced to take account
of active risk management by banks. In order to cover the risks generated by operations with their
clientele, banks are notably driven to define their long-term resource issue policy in an endogenous
manner while taking account of the relative costs. Furthermore, they are careful not to allocate an overly
large share of their equity capital to share acquisitions.
Résumé
La gestion des risques par les établissements de crédit : essais de modélisation macro-économique,
par Jean Cordier, Pascal Jacquinot et Dominique Plihon.
L'environnement des banques a été profondément modifié depuis une dizaine d'années par le
processus de libéralisation et de modernisation du système financier français. En outre, l'accentuation
des fluctuations économiques et financières a accru les risques auxquels ces dernières ont été
confrontées. Dans un tel contexte, et en dépit de la part croissante prise par les opérations de marché,
il reste que la structure financière des banques françaises est encore largement dictée par la logique de
l'intermédiation bancaire traditionnelle. Le cadre habituel de la firme bancaire en concurrence
monopolistique demeure adapté pour la modélisation de ce secteur. Il doit cependant être enrichi pour
tenir compte d'une gestion active des risques par les banques : ainsi pour couvrir les risques engendrés
par leurs opérations avec la clientèle, les banques sont notamment amenées à définir de façon
endogène leur politique d'émission de ressources longues, en tenant compte également des coûts
relatifs ; elles se gardent en outre de consacrer une part trop importante de leur fonds propres aux
acquisitions d'actions.
Zusammenfassung
Das Risikomanagement durch die Kreditinstitute,
von Jean Cordier, Pascal Jacquinot und Dominique Plihon.Das Umfeld der Banken ist seit zehn Jahren durch den Prozeß der Liberalisierung und der
Modernisierang des französischen Finanzsystems grundlegend geändert worden. Daneben hat die
Zunahme der wirtschaftlichen und finanziellen Schwankungen die Risiken vergrößert, mit denen die
Banken konfrontiert sind. In einem solchen Kontext und trotz des zunehmenden Anteils der
Marktgeschäfte wird die Finanzstruktur der französischen Banken auch weiterhin noch weitgehend
durch die Logik der herkömmlichen Bankintermediation bestimmt. Der gewöhnliche Rahmen einer Bank
im monopolistischen Wettbewerb eignet sich zwar nach wie vor für die Modellierung dieses Sektors; er
muß jedoch erweitert werden, damit einem aktiven Risikomanagement durch die Banken Rechnung
getragen werden kann. Zur Deckung der Risiken, die die Banken bei ihren Geschäften mit ihren Kunden
eingehen, miissen diese somit insbesondere ihre Politik der Emission langfristiger Titel auf endogène
Weise definieren, wobei ebenfalls die relativen Kosten zu berücksichtigen sind. Sie hüten sich
außerdem davor, einen zu großen Teil ihrer Eigenmittel für den Aktienerwerb zu verwenden.L'environnement des banques a été profondément
modifié depuis une dizaine d'années par le processus La gestion
de libéralisation et de modernisation du système
financier français. L'accentuation des fluctuations des risques par économiques et financières a également contribué à
modifier et à accroître les risques auxquels les
les établissements banques ont dû faire face. Alors que ces faits sont
abondamment commentés, les travaux de
modélisation macro-économique des banques, menés de crédit :
à l'étranger et en France, ne parviennent que
difficilement à rendre compte de l'évolution des essais de pratiques bancaires. Ce sujet d'insatisfaction peut
être le résultat de deux mécomptes. Celui des
modélisation modélisateurs eux-mêmes, bien sûr, qui peineraient
à formaliser ce qui paraît évident aux praticiens de la
banque et de la finance. Mais aussi celui des dits macro-économique
praticiens qui, faute de recul, exagéreraient les
évolutions survenues ces dernières années, au point
d'oublier le socle macro-économique de leurs
activités quotidiennes. Sans chercher à trancher ce
débat, il nous a paru utile de rendre compte de travaux Jean Cordier^
de modélisation du comportement des intermédiaires
financiers français que nous avons menés Pascal JacquinotP récemment. Nous précisons ainsi jusqu'où leur
modélisation a pu être avancée sans renoncer au cadre Dominique Plihon^** macro-économique. En particulier, nous évoquons
les possibilités, au demeurant encore limitées, de
décrire les modalités de gestion des risques par les
banques.
Dans un premier temps, nous rappelions les axes
habituels de modélisation des intermédiaires
bancaires, en constatant la faiblesse de la prise en
compte de la variable risque. Nous essayons ensuite
de préciser ce qu'il serait souhaitable de prendre en
compte dans une modélisation standard des
intermédiaires bancaires. Il est alors possible de
rapporter la méthode de que nous avons
retenue, dans le cadre de la contruction de Mefisto
(version 2), modèle du système financier français
élaboré à la Banque de France. On verra finalement
que deux ajouts originaux peuvent être introduits
concernant le comportement de gestion du risque
d' illiquidité et le mode de détermination des fonds
propres nets.
Les deux paradigmes de la modélisation
des banques
La littérature portant sur la modélisation du
comportement des banques (Baltensperger, 1980 ;
Santomero, 1984) s'organise autour de deux
paradigmes concurrents, la théorie du portefeuille et
(*) Banque de France. la théorie de la firme bancaire monopoliste.
(**) de France et Université de Paris-Nord.
Selon la première approche, le banquier est considéré Les analyses de cet article restent de la responsabilité de leurs
comme un gestionnaire de fonds qui, ayant de auteurs et ne sauraient engager la Banque de France.
l'aversion pour le risque, cherche à optimiser le
Économie et Prévision n°112 1994-1 couple risque-rendement en respectant sa contrainte
127 de bilan. Les banques se trouvent en situation de explicitement, étant donné son rôle marginal au début
concurrence pure et parfaite, et sont price-takers sur des années 1980. Le taux des obligations n'était pas
les marchés des crédits et des dépôts. Le modèle de considéré comme un prix de marché concurrentiel, le
référence est celui de Parkin (1970). Ce type de marché obligataire étant largement contrôlé par le
modélisation a donné lieu à plusieurs tentatives de Trésor.
validation empirique sur les banques commerciales
anglaises (Parkin, 1970 ; Berndt, McCurdy et Rose,
1980), américaines (Thistle, McLeod et Conrad,
1989) et italiennes (Garella, 1983). Ces travaux
Le besoin de renouvellement de la rejettent en général les principales conclusions du
modélisation modèle de portefeuille, notamment l'hypothèse
centrale de la stabilité de la relation entre le
portefeuille des banques et les taux d'intérêt.
La transformation du système financier dans les
années quatre-vingt a entraîné un besoin de L'échec relatif des modèles standards de choix de renouvellement de l'analyse du comportement des portefeuille peut paraître surprenant surtout dans des banques, sur deux points tout particulièrement. Tout pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne d'abord, il paraît encore plus nécessaire dont les systèmes bancaires sont immergés dans des qu'auparavant de tenir compte de la diversification économies dites "de marchés financiers", censées des opérations bancaires. Ensuite, il serait tout aussi être concurrentielles. De fait, les principaux modèles utile de préciser quelle a pu être la portée des du système bancaire construits à l'étranger et en changements constatés sur les risques gérés par les France, notamment dans les administrations banques et sur les modalités de leur gestion. Le économiques, ont généralement opté pour des changement de régime de la politique approches en termes de firmes bancaires macro-économique et la déréglementation monopolistes. financière ont eu à cet égard en France des
conséquences fort importantes (Boutillier et Cordier,
L'hypothèse de départ de cette seconde conception 1994).
théorique est que les banques opèrent dans un
environnement de concurrence imparfaite. Les La diversification des opérations bancaires banques sont supposées avoir un comportement
monopolistique et être price-makers : elles fixent les Le registre des opérations bancaires s'est élargi à la
taux d'intérêt sur les crédits et les dépôts qu'elles suite des mutations financières récentes. Les banques
offrent de manière à optimiser leurs profits. Le ont en particulier développé des opérations de
modèle théorique fondateur de la banque marché, ainsi que le montrent la titrisation de leurs
monopoliste est celui de Klein (1971) qui a inspiré bilans et le développement rapide du hors-bilan. En
de nombreux travaux de modélisation du secteur postulant, de façon assez usuelle, que les opérations
bancaire, notamment à la Banque d'Angleterre bancaires se répartissent entre l'intermédiation
(Moore et Threadgold, 1980) et à la Banque d'Italie traditionnelle et les opérations de marché, on doit se
(1986 et 1988). demander si le développement de ces dernières ne
doit pas conduire à des aménagements substantiels
de la modélisation. En France, la modélisation du secteur bancaire a été
effectuée à partir du schéma théorique de l'économie
- Les opérations d 'intermediation traditionnelle d'endettement qui repose sur des hypothèses très
concernent la distribution de crédits et la collecte des voisines du modèle de la banque monopoliste
dépôts. Celles-ci demeurent l'activité principale des (Metric, 1981 ; Copain, 1981, le modèle de l'Ofce
banques et continuent d'obéir à une logique de Sterdyniak et alii 1984, et de la Banque de France
concurrence imparfaite par suite de coûts non Chauveau, 1985). Les principales hypothèses qui
récupérables qui constituent des barrières à l'entrée fondent cette approche sont bien connues. Le
et à la sortie (Dietsch, 1992). Sur ce marché, les financement de l'économie est assuré pour l'essentiel
banques sont price-makers et quantity -takers. par le marché du crédit qui est oligopolistique. Le
prix du crédit ne résulte donc pas d'une confrontation
-Les opérations de marché relèveraient plutôt d'une entre une offre et une demande, il est fixé par les
logique de choix de portefeuille. Ces opérations banques. L'offre des banques est représentée par une
prennent place sur des marchés concurrentiels sur équation décrivant la formation du taux débiteur par
lesquels les banques sont price-takers. un comportement de marge appliqué à leurs coûts
moyens. La demande des agents non financiers est
L'idée que les banques fixent le prix de certains satisfaite à ce taux. Le refinancement, sans risque de
éléments de leurs bilans tandis qu'elles gèrent les taux, des banques auprès de la Banque centrale leur
quantités sur d'autres actifs est aujourd'hui permet d'accommoder les demandes d'endettement
largement admise (Fama, 1985 et Goodhart, 1989). dans les limites de l'encadrement du crédit. Dans ces
La modélisation du secteur bancaire devrait donc modèles, le marché des titres n'était pas modélisé
128 prendre en compte ce dualisme des opérations C'est une particularité de l'activité bancaire que
bancaires et emprunter conjointement aux théories de d'avoir à cogérer la gestion du risque avec les
la firme bancaire oligopolistique ("à la" autorités monétaires. Le comportement des banques Klein) et des
choix de portefeuille ("à la" Parkin). reflète donc pour partie une fonction de réaction des
autorités. Ainsi en France, ces dernières ont défini
quatre ratios prudentiels exigeant des banques une En pratique, les choses ne sont pas aussi claires. Dans
protection minimale contre les risques d' illiquidité et le cas des banques françaises par exemple, certaines
d'insolvabilité. opérations reflètent le caractère hybride du système
financier, ce dernier relevant simultanément de la
double logique de "l'économie d'endettement" et de
"l'économie de marchés financiers". Ainsi par Contre les risques d' illiquidité, ont été définis :
exemple le statut des certificats de dépôts reste - le coefficient de fonds propres et de ressources ambigu : instrument de titrisation de la dette bancaire permanentes qui oblige les établissements assujettis à court terme, ils sont largement placés auprès à financer à hauteur de 60 % les emplois de plus de d'OPCVM captifs et ne font guère l'objet d'un cinq ans de durée résiduelle par les fonds propres nets marché secondaire actif. De même, le hors-bilan et les ressources à plus de cinq ans de durée bancaire concerne les deux catégories d'opérations, résiduelle ; dans la mesure où il s'agit d'une activité menée par - le coefficient de liquidité qui oblige les banques à les banques soit pour le compte de la clientèle, soit se constituer des réserves de liquidité suffisantes pour pour leur propre compte. De façon générale, il est faire face à un tarissement brutal de leurs sources de pratiquement impossible de faire la distinction dans
financement. les opérations de marché des banques entre celles qui
sont initiées par la clientèle et celles qui résultent des
opérations pour compte propre des établissements. Pour circonscrire les risques de solvabilité, on a mis
en place :
Sans donc exagérer la profondeur des changements, - le ratio de solvabilité qui établit un rapport entre il reste néanmoins que les arbitrages réalisés par les les fonds propres et les éléments de bilan et de banques sur les marchés de titres appellent un hors-bilan pondérés en fonction du niveau de risque renouvellement d'intérêt de la part du modélisateur. que représente la contrepartie. Il s'agit d'une règle
internationale connue sous le nom de ratio Cooke ;
Une gestion plus active des risques par les banques - les règles de couverture et de division des risques
destinées à éviter une trop grande concentration des
Le traitement du risque par la plupart des modèles concours bancaires. En particulier, les engagements
bancaires est insuffisant, voire absent. Dans la sur un même débiteur ne peuvent dépasser 40 % des
mesure où ils sont établis dans le cadre d'un équilibre fonds propres de l'établissement de crédit.
partiel, les modèles inspirés de la théorie du
portefeuille donnent au risque un contenu très étroit
Par ailleurs, la volatilité accrue des taux et cours et peu adapté à la banque, puisque mesuré par la
d'actifs a naturellement incité les banques à mieux se simple variance des prix des actifs. Quant au modèle
prémunir contre les risques de taux. Ces derniers sont de la banque monopoliste, il n'introduit pas
difficiles à appréhender de façon synthétique. explicitement la gestion du risque parmi les objectifs
Néanmoins, la profession bancaire et les autorités de la banque.
s'attachent à mettre en place des normes
prudentielles en la matière. Cette carence de la modélisation mériterait sans doute
d'être comblée, la gestion des risques devenant l'une
des préoccupations majeures des banques. Trois
séries de raisons se sont renforcées dans les années Au total, les banques ont été incitées à mettre en
œuvre des politiques actives destinées à mieux quatre-vingt. En premier lieu, les banques sont
désormais exposées à un environnement caractérisé mesurer et contrôler leurs risques. C'est le cas de la
par un accroissement de l'instabilité macro gestion actif-passif {asset-liability management),
économique (variations conjoncturelles) et technique importée des États-Unis, qui se répand
parmi les banques françaises. Il s'agit d'une approche financière (volatilité des taux d'intérêt et des parités).
Par ailleurs, afin de préserver leur rentabilité sur des globale du bilan visant à gérer le coût et la
composition des actifs et passifs de la banque de segments de marchés plus concurrentiels, les banques
sont amenées à prendre des risques de plus en plus manière à optimiser la rentabilité des fonds propres,
importants, qu'il s'agisse des de contrepartie tout en préservant un niveau acceptable des risques
et des risques de marché. En troisième lieu, pour (Lubochinsky, 1991). Tenir compte de l'évolution de
amener les banques à se protéger contre la montée ces comportements paraît nécessaire. Voyons
des risques, les autorités monétaires ont mis en place maintenant dans quelle mesure cela a été possible
une réglementation prudentielle prenant en dans le cadre d'une modélisation macro-économique
particulier la forme de ratios de bilan. du système financier français.
129 au taux du marché monétaire détenus par les agents
Les axes d'une modélisation du non financiers et les OPCVM ; d'autre part, la
position de l'ensemble des établissements de crédit comportement des banques face à la
solde le marché obligataire. Nous verrons par la suite diversification et au risque que les masses d'avoirs et engagements obligataires
des banques sont néanmoins activement gérés. Les
opérations d'intermédiation traditionnelles, que l'on L'analyse de la place et du rôle des intermédiaires
vient d'évoquer, engendrent une position nette qu'il dans le modèle Mefisto (Mefisto, 1992 ; Semef, 1993) est d'usage d'appeler "position-clientèle", comme donne une vue exhaustive du traitement qu'il nous a
l'illustre le schéma contenu dans l'encadré 1. On peut paru jusqu'ici possible de faire des intermédiaires avoir une vision plus ou moins extensive de cette bancaires au plan macro-économique, dès lors qu'on position. Plus le degré d'agrégation est important et s'astreignait à estimer les paramètres des relations de plus on est tenté d'y intégrer de catégories comportement. D'autres essais avaient été d'opérations : la catégorie des établissements auparavant menés, en postulant des relations non spécialisés dans le crédit logement sera encline à estimées et plus arbitrairement paramétrées
limiter sa position clientèle à ce type d'opérations ; (Laury, 1988). à l'inverse, lorsqu'on englobe l'ensemble des
établissements de crédit, la position clientèle vient Reprenant l'idée d'une dualité des opérations solder l'ensemble des opérations pour lesquelles les bancaires on suppose, pour les besoins de banques se doivent d'être contreparties vis-à-vis l'exposition, que les banques sont organisées autour d'une clientèle identifiée (dépôts-crédits) ou non de deux "centres d'activité" complémentaires et
(certains marchés de titres). Nous avons donc adopté distincts, correspondant à des niveaux de décision une vision assez extensive de la position clientèle (cf. différents. C'est là un excès puisque les choses sont encadré 1). en pratique bien moins tranchées, comme nous avons
eu l'occasion de le signaler. Néanmoins, l'activité
Les opérations clientèle des banques sont porteuses des banques dans Mefisto a bien été analysée en deux
de rendements et de risques qui doivent normalement temps. La modélisation des opérations clientèle avait
faire l'objet d'une gestion active par les été réalisée dès la première version de Mefisto
établissements individuels. Au niveau agrégé, (Mefisto, 1992), la deuxième (Semef, 1993)
l'action des intermédiaires bancaires sur les éléments intégrant les compléments que nous présentons dans
de la position clientèle est conçue soit comme un cette note, prenant en compte l'activité de couverture
pouvoir de fixation des taux des opérations, soit des risques d'illiquidité et d'insolvabilité.
comme des comportements de sélection ou de
rationnement des clients. Il faut bien reconnaître que L'encadré 1 rappelle les grandes catégories
les rationnements sont difficiles à discerner au plan comptables utilisées, regroupées pour la circonstance
macro-économique et qu'une réflexion plus autour de ces deux pôles d'activité bancaire.
approfondie serait nécessaire pour imaginer une voie
de modélisation convaincante. Il est d'ailleurs Opérations d'intermédiation bancaire vraisemblable que leurs effets sur les encours de
crédit sont captés en même temps que ceux des La spécificité de l'activité bancaire provient de la
variations des taux d'intérêt, en sorte qu'on distingue production jointe de deux services : le financement mal ce qui pourrait leur être imputable. Jusqu'au de l'économie (l'offre de prêts) et la gestion des
milieu des années 1980, tant que les rationnements moyens de paiement et de placement (la collecte des furent d'origine administrative, les choses étaient dépôts).
plus simples : ils purent être pris en compte dans
Mefisto par des variables indicatrices appropriées. Ce marché de l'intermédiation bancaire
traditionnelle est supposé imparfait. Le système
Les principales variables de décision des banques et bancaire contrôle les prix du marché : les banques
de leurs autorités faisant l'objet de modélisation fixent les taux d'intérêt débiteurs tandis que les
explicites sont donc les taux créditeurs et débiteurs. autorités monétaires administrent les taux créditeurs
À cet égard, la modélisation parvient aujourd'hui à (réglementation de la rémunération des dépôts et
mieux prendre en compte la dimension risque. La alignement des conditions créditrices de marché sur
gestion du risque par les banques est ainsi les taux directeurs de la Banque de France). À ces
explicitement intégrée dans le comportement de taux fixés par le système bancaire et ses autorités sont
fixation du taux débiteur modélisé dans Mefisto. associées une offre de crédits et une offre de dépôts
Cette modélisation reprend des résultats préalables parfaitement élastiques. Le volume des créances et
selon lesquels les banques cherchent à optimiser engagements échangés sur le marché de
l'écart entre le taux débiteur et le taux du marché l'intermédiation reflète ainsi les choix des agents non
monétaire (Boutillier et Derangère, 1992). Alors financiers. On peut noter que dans cette approche une
qu'au cours des années 1970, cet écart de taux partie des opérations sur titres continue à être traitée
reflétait un comportement de marge traditionnel comme principalement définie par les décisions de la
(mark up), il est apparu qu'au cours des années 1980, clientèle : d'une part les encours de certificats de
ce spread peut être interprété comme une prime de dépôts ne constituent qu'une partie des placements
130 Encadré 1 : un modèle comptable des situations des banques en France
Pour cette étude on a utilisé le cadre comptable et la base de avec la clientèle ; (B) les opérations de financement et de
données du modèle d'équilibres financiers en stocks gestion des risques de la position clientèle.
(Mefisto). La modélisation porte sur l'agent Etablissements Ce bilan simplifié reflète certains choix d'agrégation qui, de Crédit de la comptabilité Nationale, qui regroupe pour être sans conséquence sur les estimations que nous l'ensemble des institutions financières hormis les OPCVM. avons réalisées, sont souvent débattus. Ils comprennent On y distingue la Banque centrale, les banques, la Caisse des notamment. Dépôts et Consignations et les caisses d'épargne, ainsi que
les sociétés financières et les institutions financières L'inclusion du portefeuille de titres dans les opérations
spécialisées et diverses. La Banque centrale est exclue du d'intermédiation avec la clientèle : les titres relèveraient
champ de la modélisation. d'avantage d'une logique d'intermédiation que d'opérations
de marché ; la titrisation de l'actif des banques provenant Les opérations des établissements de crédit sont réparties essentiellement de la substitution de dettes négociables à des entre les 10 rubriques (non compris le hors-bilan) présentes encours de crédit, par suite du développement de l'offre de dans Mefisto. Cela permet de faire apparaître les principaux titres d'État et de billets de trésorerie. marchés sur lesquels ils interviennent : les crédits et
concours en francs ; les disponibilités à vue et les actifs à Le regroupement des dépôts et des certificats de dépôt : les
taux réglementé ; les titres du marché monétaire ; les CD. auraient été utilisés jusqu'à maintenant par les banques
obligations et les réserves techniques d'assurance ; les comme un substitut aux dépôts et non comme un instrument
actions et participations ; les opérations en devises ; et enfin de gestion de passif (liability management). Ces titres ont
le marché interbancaire. été largement souscrits par les OPCVM liées aux réseaux
bancaires. Leur marché secondaire est peu développé. Il La représentation ci-dessous du bilan des établissements de apparaît donc plus réaliste de considérer les CD. comme un crédit schématise une analyse comptable traditionnelle de la instrument d'intermédiation. situation des banques faisant implicitement apparaître deux
niveaux de décision : (A) les opérations d' intermédiation L'isolement d'une position devises, soldant l'ensemble des
avoirs et engagements en devises : on suppose ici que les
opérations en devises des banques sont exogènes. Avoirs Engagements
La définition d'une position actions, solde des fonds propres
Crédits Dépôts et externes émis et détenus, peut être effectuée dans une certificats de dépôts Opérations optique proche des pratiques du contrôle prudentiel. d 'intermédiation avec la clientèle Le regroupement des positions actions et obligations : ces Portefeuille Titres de Position Clientèle
dette (obligations, TMM) FRF deux positions ont été rapprochées ainsi que de richesse
financière également dans une optique prudentielle afin
d'avoir une vue sur l'ensemble des financements nets à long Position Clientèle FRF Richesse financière Opérations de Position Actions terme de la position clientèle. financement et Position Devises Obligations émises de gestion des Le tableau ci-après retrace l'évolution historique de ces risques nés de la position clientèle catégories comptables par rapport à celle du PIB Réserves obligatoires Refinancement marchand.
Tableau 1 : structure patrimoniale des établissements de crédit (en encours)
Années En%
du PIB marchand 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992
A : crédits 88,21 88,36 89,06 89,54 90,75 92,14 94,03 95,42 96,47 94,51 99,20 101,79 103,98 109,24 111,62 111,02
9,33 10,90 10,91 10,60 12,03 14,33 15,97 17,79 19,98 19,93 20,40 19,65 18,74 18,79 19,08 21,72 B : portefeuille titres
-73,56 -74,59 -75,98 -74,35 -73,61 -71,98 -72,75 -2,32 -72,09 -70,81 -74,62 -75,76 -76,96 -80,63 -80,14 -82,58 C : dépôts et CD.
D: position clientèle 43,63 44,98 23,99 24,67 23,99 25,78 29,17 34,49 37,26 40,89 44,36 45,66 45,77 47,40 50,55 50,17 (D = A + B + C)
-1,24 -0,31 -0,42 -0,48 -2,11 -2,24 -5,19 -6,14 -4,36 -3,62 -1,46 -1,28 -1,37 -1,25 -0,41 -0,94 E : position devises
1,76 0,82 1,53 2,06 1,82 149 F : réserves obligatoires 0,69 0,95 0,96 1,02 0,57 0,74 1,54 1,18 1,00 0,23
-3,43 -4,73 -3,96 -4,20 -4,44 -6,84 -5,79 -5,86 -5,15 -4,85 -5,81 -6,80 -7,78 -8,07 -9,57 -9,12 G : refinancement
- 11,66 -11,94 - 12,65 - 11,43 - 14,39 - 16,25 - 18,29 -32,58 H : obligations émises -11,76 -21,42 -23,17 -24,06 -26,01 -24,82 -26,20 -29,39
-0,87 -1,10 -0,90 -0,79 -0,86 -0,87 -0,86 -0,82 -0,88 -0,75 -0,51 -0,59 -0,49 -0,38 -0,33 -0,33 I : position actions
J : richesse nette des - 10,42 -7 ,20 -6,84 -8,24 - 10,81 - 10,51 - 14,09 - 12,77 - 15,21 - 12,81 - 12,68 -9,30 -11,17 -9,74 -12,90 -11,85 immobilisations et divers
131 |

|
'
1
'
1
'
1
'
1
'
1
1
1
1
1
1
risque de défaut fixée par les offreurs de crédit reviendrait à expliquer le degré de risques accepté
monopolistes. Ce résultat conforte l'analyse selon par les intermédiaires.
laquelle la gestion des risques est devenue un facteur
explicatif important des comportements bancaires. Sans prétendre à l'exhaustivité, on a essayé quelques
On a par ailleurs montré que la gestion active de cette avancées en s 'intéressant surtout à la gestion des
prime de risque par les banques a pu jouer un rôle risques d' illiquidité et d'insolvabilité, le risque de
non négligeable dans la transmission des impulsions taux d'intérêt restant encore difficile à mesurer et à
de la politique monétaire (Boutillier et Cordier, cerner aux niveaux conceptuel et prudentiel. Dans la
1994). structure des contreparties de la position clientèle, il
a donc paru possible de modéliser de façon un peu
plus riche deux types de choix des intermédiaires, qui Contreparties de la position-clientèle
étaient traditionnellement négligés.
Un deuxième terrain d'enrichissement de la
modélisation des intermédiaires pourrait résider dans D'une part, les banques ont aujourd'hui à gérer
l'analyse des contreparties de la position clientèle. elles-mêmes plus activement le partage de leur
Là se trouve un deuxième niveau d'action des financement de la position clientèle entre émissions
banques : en décidant la structure des contreparties de titres longs et interbancaire. Après avoir
de la position clientèle, celles-ci peuvent optimiser été tenu pour négligeable, le recours des banques au
le financement de cette position et couvrir les risques marché obligataire a été fortement suscité par
résultant des opérations avec la clientèle. l'encadrement du crédit, qui autorisait des
progressions des crédits supérieures aux normes dès
lors qu'elles étaient adossées à des émissions Une gestion active de la position-clientèle par les
obligataires. À tel point que le taux obligataire a été banques est devenue d'autant plus nécessaire que
considéré à l'époque comme le coût de financement celle-ci s'est fortement accrue depuis le début des
marginal. À la sortie de l'encadrement, les autorités, années 1980. Exprimés en pourcentage du PIB
craignant un dégonflement du recours au marché marchand, les emplois nets des établissements de
obligataire ont imposé le ratio de fonds propres et de crédit au titre de la clientèle sont passés de 25 % à
ressources permanentes. Par ailleurs, une plus grande environ 50 % de 1981 à 1990 (cf. graphique 1). Cette
volatilité des taux à court terme conduit désormais évolution s'explique largement par la baisse,
les banques à réaliser des arbitrages de court terme enregistrée depuis 1980, du taux de couverture des
entre obligations et marché interbancaire. Il a donc emplois par les ressources-clientèle, la progression
paru intéressant de chercher empiriquement quels de ces emplois bancaires étant plus rapide que celle
pouvaient être les facteurs macro-économiques des ressources correspondantes (cf. graphique 2). Ce
susceptibles d'expliquer le recours des banques aux constat demeure, que l'on raisonne avec ou sans les
émissions de titres longs. éléments titrisés des bilans bancaires.
Comme d'usage, on peut considérer que la D'autre part, une attention renouvelée est apportée à
la position en fonds propres. Ce point a longtemps position-clientèle est porteuse de trois types de
risques : des risques d'insolvabilité, des risques été négligé pour des raisons institutionnelles bien
d'illiquidité, des risques de taux. Modéliser les connues : une grande partie du secteur bancaire était
positions contreparties de la position clientèle nationalisée ; la régularité du développement des
pourrait donc consister à expliquer le degré de activités, l'encadrement réglementaire strict et le
couverture de ces risques. De façon similaire, cela faible niveau de risque n'appelaient pas un niveau
Graphique 1 : position clientèle Graphique 2 : taux de couverture emplois-ressources
clientèle (% PIB marchand)
T 85 Titres inclus
80 \
75 <-^
/ / sS 70 \
65 /
■1 lllllll III II l|lll|lll|ll 60 III l|ll ll|l ll| II 4*4+1 986 1988 1990 1992 1970 1972 1974 1976 1978 1980 1982 1984 1986 19
132 I
I
1
I
1
I
1
1
|
1
1
1
1
1
1
1
|
1
|
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
I
I
1
I

I

I

'
1
1
1
bien élevé de fonds propres pour couvrir les risques L'arbitrage des banques entre ces deux sources de
d'insolvabilité. Les temps ayant changé, il a semblé financement est fortement influencé par l'attitude des
utile de voir si des facteurs macro-économiques autorités monétaires. Celles-ci peuvent, en premier
spécifiques influençaient la position en capital des lieu, entretenir une certaine incertitude sur les
intermédiaires financiers. mouvements futurs des taux et avoir une attitude plus
ou moins bienveillante à l'égard des établissements
Ces deux points vont être successivement défaillants. Par ailleurs, les autorités monétaires
affectent le comportement des banques par le biais développés.
de la réglementation prudentielle en imposant les
normes minimales de ressources longues.
Une modélisation du comportement de Pour ces différentes raisons, il est apparu que le
comportement de couverture du risque d' illiquidité gestion des ressources longues
par les banques pouvait être analysé à partir d'une
fonction de réaction des intermédiaires bancaires
Nous avons fait l'hypothèse que le niveau des dont la variable de contrôle serait un ratio de
couverture des emplois "clientèle" par des ressources bancaires à long terme collectées sous
forme de titres était pour l'essentiel déterminé par le financements de marché à long terme.
souci de gérer les risques d' illiquidité. En effet, ces
derniers résultent de la transformation d'échéances
réalisée à l'occasion du financement par les banques Nous avons donc cherché à expliquer une variable
de leurs emplois clientèle par des ressources à plus proche du ratio prudentiel de capitaux permanents :
court terme. Pour un établissement donné, le risque c'est le rapport (noté RCAPER) entre la somme des
réside concrètement dans la nécessité où il se actions nettes et des obligations émises, d'une part,
trouverait, en cas de déséquilibre de trésorerie, de et la somme des crédits, des obligations et des titres
devoir recourir au marché interbancaire, et ce pour du marché monétaire détenus, d'autre part. Afin
des sommes auxquelles il n'a pas l'habitude de d'éviter les biais résultant des fortes variations des
prétendre. Il se heurterait alors au risque de refus de cours des actions, ces dernières ont été déflatées par
prêt de trésorerie de la part des autres établissements, l'indice des valeurs françaises à revenu variable. Par
pouvant entraîner l'interruption de ses activités. ailleurs, l'analyse a été limitée aux seuls titres en
francs ; le comportement des établissements de crédit
Ce risque peut être géré par deux moyens : d'une part, à l'égard des titres en devises n'étant pas modélisé
ici puisque relevant d'une logique différente. Il est à l'usage des facultés de refinancement offertes par la
Banque centrale, prêteur en dernier ressort ; d'autre noter que toutes les composantes de RCAPER n'ont
pas la même importance. Ainsi au numérateur, ce sont part, le recours aux émissions de titres à long terme
susceptibles d'améliorer la position de liquidité. En les obligations qui constituent la plus grande part des
longue période, le poids de ces deux sources de ressources des établissements de crédit, alors que les
financement est relativement stable : comme crédits représentent le principal emploi même si leur
poids relatif diminue avec le développement des titres l'illustre le graphique 3, le refinancement auprès de
la Banque centrale et les émissions d'obligations de marché (obligations et titres du marché
oscillent autour de 20 % et 50 % de la monétaire), notamment au début des années quatre-
position-clientèle, respectivement. vingt.
Graphique 3 : refinancement et titres longs Graphique 4 : ratio de couverture des emplois
(% position clientèle) par les titres longs (en % )
%pos mon clientèle
50 /
r' \
- - Obligations émises
■ - Actions nettes L
20
, ^ — ^^V- vys Titres longs / emplois clientele 10 Obligations émises / emplois clientèle
M-t- II M M r r f f fr r f f f f r r r r r r r r r n M M
133

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.