Documents d'Asie Mineure - article ; n°1 ; vol.106, pg 309-378

De
Bulletin de correspondance hellénique - Année 1982 - Volume 106 - Numéro 1 - Pages 309-378
— XIX, Un évêché de Lycie. Larnaia, qui apparaît dans les listes d'évêchés lyciens au début du xe siècle, doit être cherchée dans cette Lycie montagneuse dont M. Gollignon donne une vivante description. Or dans la longue liste de donateurs, ΤΑΜ II, 108, retrouvée à Ithisar-Hippoukomè sont mentionnés des Λυρνΐται : leur ville fit partie d'une petite sympolitie dans l'Antiquité avant de devenir l'évêché de la région. — XX, Plolémaïs de Troade. La découverte sur le site de Larissa de Troade de monnaies à la tête d'Apollon et à l'amphore, avec l'ethnique Πτολεμαιέων, c'est-à-dire aux mêmes types que les bronzes déjà réattribués à Larissa de Troade par L. Robert, permet d'affirmer que ces monnaies n'appartiennent pas à Lébédos-Ptolémaïs où elles apparaissent comme un corps étranger, et que Larissa, absorbée un moment dans le synécisme d'Alexandrie de Troade, fut refondée sous le nom de Ptolémaïs. — XXI, Au Nord de Sardes: 1. Localisation de la légende d'Echidna dans la région de Sardes, au lac Gygaia ou Koloé, lac marécageux, encombré de roseaux, très poissonneux ; témoignages des Anciens et des voyageurs ; les îles flottantes chez Pline (Varron) et dans les recueils de Faits Merveilleux ; le culte rendu au roi des roseaux. Le lac Simav en Mysie Abbaïtide et l'utilisation des roseaux à la fabrication des nattes. 2. Publication d'une stèle du Ier s. ap. J.-C., trouvée sur la rive N. du lac, avec une dédicace à Μητρί Θεών Λυδίαι. 3. Publication d'un décret d'une association cultuelle en l'honneur d'un Sardien, τον επί των προσόδων ; culte d'Apollon Pleurènos ; noms iraniens ; le texte date de la 6e année, sans doute de l'ère d'Actium. 4. Description des carrières de marbre voisines et de la ville de Mermere ; la découverte d'une dédicace monumentale à l'Artémis persique et la localisation proposée par Chr. Habicht de la communauté des Maibôzanoi, au nom iranien, permettent de situer là une ancienne colonie militaire perse. — XXII, Un relief des Muses au Louvre. Un relief représentant les neuf Muses entre Apollon et Hercule, acheté au collectionneur H. P. Borrell, est attribué à un sanctuaire d'Apollon de Phrygie, aux environs d'Afyonkarahisar. La découverte d'autres reliefs avec le même décor de moulures assure l'identification.
— XIX, Μιά ἐπισκοπή τῆς Λυκίας. Στους καταλόγους τῶν ἐπισκοπών τῆς Λυκίας, στίς ἀρχές τοῦ 10ου αἰ., ἐμφανίζεται ἡ Λαρναία : θά πρέπει νά ἀναζητηθεί στήν ὀρεινή Λυκία πού τόσο ζωντανά περιγράφει ὁ M. Collignon. Ὅμως, μέσα στό μακρύ κατάλογο δωρητῶν, ΤΑΜ II, 108, πού βρέθηκε στό Ίτ-Χισάρ-Ίππουκώμη αναφέρονται Λυρνῖται : ἡ πόλη τους ἀνῆκε στήν ἀρχαιότητα σέ μιά μικρή συμπολιτεία, πρίν γίνει ἐπισκοπή τῆς περιοχῆς. — XX, Ή Πτολεμαΐς τῆς Τρωάδας. Στό χῶρο τῆς Λάρισας τῆς Τρωάδας βρέθηκαν νομίσματα μέ κεφαλή 'Απόλλωνα καί ἀμφορέα, καί τό ἐθνικό Πτολεμαιέων, δηλαδή μέ τους ἴδιους τύπους τῶν χάλκινων νομισμάτων πού ό L. Robert ἔχει ἀποδώσει καί πάλι στή Λάρισα τῆς Τρωάδας. Μέ τό εὕρημα αὐτό βεβαιώνεται ὅτι τά νομίσματα δέν ἀνήκουν στή Λέβεδο- Πτολεμαΐδα ὅπου ἐμφανίζονται σάν ξένο σῶμα, καί ὅτι ή Λάρισα πού γιά ἕνα διάστημα ἀπορροφήθηκε ἀπό τό συνοικισμό τῆς 'Αλεξάνδρειας τῆς Τρωάδας, ἱδρύθηκε καί πάλι μέ τό ὄνομα Πτολεμαΐς. — XXI, Βόρεια ἀπό τις Σάρδεις : 1.Ή παράδοση τῆς Έχιδνας ἐντοπίζεται στήν περιοχή τῶν Σάρδεων στή λίμνη Γυγαία ἤ Κολόη, βάλτο γεμᾶτο καλαμιές καί ψάρια · μαρτυρίες τῶν αρχαίων καί τῶν περιηγητῶν · τά ἐπιπλέοντα νησιά στον Πλίνιο (Βάρρων) καί στίς συλλογές τῶν Mirabilia · ἡ λατρεία τοῦ βασιλιᾶ τῶν καλαμιῶν. Ή λίμνη Σιμάβ στήν Άββαΐτιδα Μυσία καί ἡ χρησιμοποίηση τῶν καλαμιῶν γιά τήν κατασκευή τῆς ψάθας. 2. Δημοσίευση μιᾶς στήλης τοῦ 1ου αἰώνα μ.Χ. πού βρέθηκε στή βόρεια ἀκτή τῆς λίμνης μέ ἀναθηματική ἐπιγραφή : « Μητρί Θεῶν Λυδίαι ». 3. Δημοσίευση ψηφίσματος λατρευτικοῦ συλλόγου πού τιμάει ἕναν κάτοικο τῶν Σάρδεων, « τον ἐπί τών προσόδων » · λατρεία τοῦ 'Απόλλωνα Πλευρηνοῦ · ἰρανικά ὀνόματα · τό κείμενο τοῦ 6ου χρόνου, χωρίς ἀμφιβολία τῆς χρονολογίας τοῦ 'Ακτίου. 4. Περιγραφή τῶν λατομείων μαρμάρων κοντά στήν πόλη τοῦ Μερμερέ · ἡ ανακάλυψη μιᾶς μνημειακής ἀναθηματικῆς ἐπιγραφῆς στήν περσική Ἄρτεμη καί ἡ τοποθέτηση πού προτείνει ὁ Chr. Habicht στήν κοινότητα τῶν Μαιβωζανῶν, ὄνομα ἰρακινό, ἐπιτρέπουν νά τοποθετηθεῖ ἐκεῖ μιά ἀρχαία περσική στρατιωτική ἐπαρχία. — XXII, 'Ανάγλυφο μέ Μοῦσες στό Λοῦξρο. 'Ανάγλυφο πού παριστάνει τίς ἐννέα Μοῦσες ἀνάμεσα στόν 'Απόλλωνα και τόν Ηρακλῆ ' ἀγοράστηκε ἀπό τόν Η. P. Borrell καί ἀποδίνεται σέ ἱερό τοῦ 'Απόλλωνα στή Φρυγία κοντά στό Άφιόν-Καραχισάρ. Ή ταύτιση βεβαιώνεται ἀπό τήν ἀνακάλυψη ἄλλων ἀνάγλυφων μέ παρόμοια διακοσμητικά κυμάτια.
70 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1982
Lecture(s) : 65
Nombre de pages : 72
Voir plus Voir moins

Louis Robert
Documents d'Asie Mineure
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 106, livraison 1, 1982. pp. 309-378.
Citer ce document / Cite this document :
Robert Louis. Documents d'Asie Mineure. In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 106, livraison 1, 1982. pp. 309-
378.
doi : 10.3406/bch.1982.1919
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1982_num_106_1_1919περίληψη
— XIX, Μιά πισκοπή τς Λυκίας. Στους καταλόγους τν πισκοπών τς Λυκίας, στίς ρχές το 10ου α.,
μφανίζεται Λαρναία : θά πρέπει νά ναζητηθεί στήν ρεινή Λυκία πού τόσο ζωντανά περιγράφει M.
Collignon. μως, μέσα στό μακρύ κατάλογο δωρητν, ΤΑΜ II, 108, πού βρέθηκε στό Ίτ-Χισάρ-Ίππουκώμη
αναφέρονται Λυρνται : πόλη τους νκε στήν ρχαιότητα σέ μιά μικρή συμπολιτεία, πρίν γίνει πισκοπή τς
περιοχς. — XX, Ή Πτολεμαΐς τς Τρωάδας. Στό χρο τς Λάρισας τς Τρωάδας βρέθηκαν νομίσματα μέ
κεφαλή 'Απόλλωνα καί μφορέα, καί τό θνικό Πτολεμαιέων, δηλαδή μέ τους διους τύπους τν χάλκινων
νομισμάτων πού ό L. Robert χει ποδώσει καί πάλι στή Λάρισα τς Τρωάδας. Μέ τό ερημα ατό
βεβαιώνεται τι τά νομίσματα δέν νήκουν στή Λέβεδο- Πτολεμαΐδα που μφανίζονται σάν ξένο σμα, καί τι ή
Λάρισα πού γιά να διάστημα πορροφήθηκε πό τό συνοικισμό τς 'Αλεξάνδρειας τς Τρωάδας, δρύθηκε καί
πάλι μέ τό νομα Πτολεμαΐς. —XXI, Βόρεια πό τις Σάρδεις : 1.Ή παράδοση τς Έχιδνας ντοπίζεται στήν
περιοχή τν Σάρδεων στή λίμνη Γυγαία Κολόη, βάλτο γεμτο καλαμιές καί ψάρια · μαρτυρίες τν αρχαίων
καί τν περιηγητν · τά πιπλέοντα νησιά στον Πλίνιο (Βάρρων) καί στίς συλλογές τν Mirabilia · λατρεία το
βασιλι τν καλαμιν. Ή λίμνη Σιμάβ στήν Άββαΐτιδα Μυσία καί χρησιμοποίηση τν καλαμιν γιά τήν
κατασκευή τς ψάθας. 2. Δημοσίευση μις στήλης το 1ου αώνα μ.Χ. πού βρέθηκε στή βόρεια κτή τς λίμνης
μέ ναθηματική πιγραφή : « Μητρί Θεν Λυδίαι ». 3.Δημοσίευση ψηφίσματος λατρευτικο συλλόγου πού
τιμάει ναν κάτοικο τν Σάρδεων, « τον πί τών προσόδων » · λατρεία το 'Απόλλωνα Πλευρηνο · ρανικά
νόματα · τό κείμενο το 6ου χρόνου, χωρίς μφιβολία τς χρονολογίας το 'Ακτίου. 4. Περιγραφή τν
λατομείων μαρμάρων κοντά στήν πόλη το Μερμερέ · ανακάλυψη μις μνημειακής ναθηματικς πιγραφς
στήν περσική ρτεμη καί τοποθέτηση πού προτείνει Chr. Habicht στήν κοινότητα τν Μαιβωζανν, νομα
ρακινό, πιτρέπουν νά τοποθετηθε κε μιά ρχαία περσική στρατιωτική παρχία. — XXII, 'Ανάγλυφο μέ
Μοσες στό Λοξρο. 'Ανάγλυφο πού παριστάνει τίς ννέα Μοσες νάμεσα στόν 'Απόλλωνα και τόν Ηρακλ '
γοράστηκε πό τόν Η. P. Borrell καί ποδίνεται σέ ερό το 'Απόλλωνα στή Φρυγία κοντά στό Άφιόν-
Καραχισάρ. Ή ταύτιση βεβαιώνεται πό τήν νακάλυψη λλων νάγλυφων μέ παρόμοια διακοσμητικά
κυμάτια.
Résumé
— XIX, Un évêché de Lycie. Larnaia, qui apparaît dans les listes d'évêchés lyciens au début du xe
siècle, doit être cherchée dans cette Lycie montagneuse dont M. Gollignon donne une vivante
description. Or dans la longue liste de donateurs, ΤΑΜ II, 108, retrouvée à Ithisar-Hippoukomè sont
mentionnés des Λυρνΐται : leur ville fit partie d'une petite sympolitie dans l'Antiquité avant de devenir
l'évêché de la région. —XX, Plolémaïs de Troade. La découverte sur le site de Larissa de Troade de
monnaies à la tête d'Apollon et à l'amphore, avec l'ethnique Πτολεμαιέων, c'est-à-dire aux mêmes types
que les bronzes déjà réattribués à Larissa de Troade par L. Robert, permet d'affirmer que ces monnaies
n'appartiennent pas à Lébédos-Ptolémaïs où elles apparaissent comme un corps étranger, et que
Larissa, absorbée un moment dans le synécisme d'Alexandrie de Troade, fut refondée sous le nom de
Ptolémaïs. — XXI, Au Nord de Sardes: 1. Localisation de la légende d'Echidna dans la région de
Sardes, au lac Gygaia ou Koloé, lac marécageux, encombré de roseaux, très poissonneux ;
témoignages des Anciens et des voyageurs ; les îles flottantes chez Pline (Varron) et dans les recueils
de Faits Merveilleux ; le culte rendu au roi des roseaux. Le lac Simav en Mysie Abbaïtide et l'utilisation
des roseaux à la fabrication des nattes. 2. Publication d'une stèle du Ier s. ap. J.-C., trouvée sur la rive
N. du lac, avec une dédicace à Μητρί Θεών Λυδίαι. 3. Publication d'un décret d'une association cultuelle
en l'honneur d'un Sardien, τον επί των προσόδων ; culte d'Apollon Pleurènos ; noms iraniens ; le texte
date de la 6e année, sans doute de l'ère d'Actium. 4. Description des carrières de marbre voisines et de
la ville de Mermere ; la découverte d'une dédicace monumentale à l'Artémis persique et la localisation
proposée par Chr. Habicht de la communauté des Maibôzanoi, au nom iranien, permettent de situer là
une ancienne colonie militaire perse. —XXII, Un relief des Muses au Louvre. Un relief représentant les
neuf Muses entre Apollon et Hercule, acheté au collectionneur H. P. Borrell, est attribué à un sanctuaire
d'Apollon de Phrygie, aux environs d'Afyonkarahisar. La découverte d'autres reliefs avec le même décor
de moulures assure l'identification.D'ASIE MINEURE DOCUMENTS
XIX. Un évêché de Lygie
Mon attention fut de nouveau dirigée vers un évêché de Lycie par la récente
édition des Noiiiiae épiscopales, que nous devons au zèle et à la persévérance du
Père J. Darrouzès1 et qui place l'étude de ces documents sur une base nouvelle et
sûre. On était jusqu'ici obligé de consulter encore les listes de Parthey qui n'avaient
pas bénéficié d'une édition critique due à Gelzer ou à d'autres; naturellement il
fallait les classer tout autrement que chez Parthey en rétablissant un ordre chrono
logique indispensable2. Le nouvel éditeur a vu un nombre considérable de manuscrits
et il nous donne un texte philologique d'où l'on peut partir avec sûreté pour des
recherches historiques ou géographiques. Dans des listes des évêchés de la Lycie
figure le siège de Lornaia, ό Λορναίας. Absent des notices du ixe siècle, n. 1, 2, 3 et 4,
l'évêché apparaît au début du xe dans la liste 7, 1. 352, au 25e rang sur 33 : Λορναίας.
Dans les listes postérieures il figure à la même place : 9, 1. 234, Λορνέας, — 10, 1. 253,
Λορνέας. — 13, 1. 287, Λορναίας.
Il n'y a par ailleurs aucun témoignage antique ou byzantin. On peut imaginer
que cette apparition tardive d'une ville ignorée nous entraîne dans quelqu'un de ces
coins de la Lycie montagneuse où l'hellénisme et l'organisation ecclésiastique se sont
implantés profondément au cours de l'époque byzantine. On peut songer par exemple
à ce barrage, à cet écran anti-civilisateur que constitue la région caro-lycienne, entre
Calynda et la vallée du Dalamançay à l'Ouest et Cadyanda et Telmessos à l'Est,
ce « relief massif... intercalé... comme un grand abattis d'arbres, arrêtant les relations
soit en long, soit en travers, et y mettant obstacle », « Wildnisse », comme écrivait
Benndorf3.
Des restes antiques ont été identifiés dans cette montagne et ces localisations
ont été tardives, tout à la fin du xixe siècle. Des inscriptions ont fixé de façon certaine,
(1) Noiiiiae episcopaluum ecclesiae Constantinopolitanae, Texte critique, introduction et notes (521 pp. in-4° ;
Paris, Institut français d'études byzantines).
(2) Sur cette situation, dont on avait attendu le remède du Père Vitalien Laurent, maintenant décédé,
voir Villes d'Asie Mineure' (1962), 427-428, 430-431.
(3) Reisen in Lykien, I, 145-146 ; traduit dans J. Savants 1978, 11, où j'ai allégué — aussi pp. 14-18 —
Treuber, SchOnborn et nos impressions personnelles. Pour les cartes, voir ici les figures 1 et 2, et ci-après
notes 11, 15, 39. LOUIS ROBERT [BCH 106 310
entre le golfe de Telmessos et le cours de l'Indos (Dalamançay), l'Octapolis, connue
par Ptolémée, à Kizilkaya (Roche Rouge) et, plus à l'Est, à la même hauteur,
Hippoukômè, connue par Etienne de Byzance, à Ithisar ou Itasar (Château ou Ruine
antique du Chien ou des Chiens)4. Juste au Nord et au Nord-Est d'Hippoukômè
se dressent les monts Çal5, Karanfîl6 et Kartal. Il y eut des descriptions des ruines
par W. Arkwright7, résumées dans ΤΑΜ, II, mais rien sur le pays. G. Cousin,
BCH 1900, 44-48, signala des tombes ou autres restes8. Il faut ajouter à la notice
de Kalinka que M. Collignon et l'abbé Duchesne, s'ils ont dit peu sur le site de Ithisar,
ont eu le mérite de le découvrir en 1876, dans une randonnée qui les mena de Physcos,
dans la Pérée rhodienne, à Tarse9.
Précisément l'archéologue Maxime Collignon, qui devait concentrer son œuvre
sur la sculpture grecque et spécialement sur la sculpture funéraire, œuvre toujours
intéressante, a publié un récit de voyage, qui parut dans la Revue des Deux-Mondes
en 1880 et fut repris par lui en 1897, à l'occasion du centenaire de l'École Française
d'Athènes, en une brochure ornée de certains de ses dessins à la plume10. C'est dans
cette description littéraire seule que nous pouvons prendre une idée de l'aspect du
pays parcouru dans l'été 1876. Dans cette partie du voyage, en compagnie de l'abbé
Duchesne, il partait du port de Giicek, au fond de l'anse du golfe de Telmessos la plus
au Nord de ses indentations. Nous le suivrons jusqu'à Boubôn, dans le Sud de la
Kibyratide11. Le morceau est daté : « Dans le Tchâl Dagh, 19 mai »12.
(4) Voir les cartes depuis celle de 1900 et les notices de Kalinka, ΤΑΜ, II 1 (1920), pp. 51-52 et
n. 164-167 pour Octapolis et pp. 52-59, n. 168-173, pour Hippoukômè (ne pas écrire Hippokome avec Kalinka ;
cf. Hellenica, X, 194). Ithisar n'était donc pas Kalynda (ci-après), ni Eumeneia de Carie (G. Radet), qui d'ailleurs
n'exista pas sauf dans une erreur de classement de Pline (cf. Villes d'Asie Mineure, chap. VIII : Eumeneia
de Carie et Pline, V, 108).
(5) Voir dans A travers l'Asie Mineure, 389, fig. 8, la photographie de cette imposante pyramide, prise
depuis le vallon de Nif.
(6) Voir ci-après note 22.
(7) Voir ci-après.
(8) Voir
(9) BCH 1877, 361-372. W. Arkwright ne les avait pas oubliés; ci-après, note 18.
(10) Notes d'un voyage en Asie Mineure (101 pp. in-8° ; Paris, Firmin-Didot) ; cf. déjà Bull. Épigr. 1973,
463. Collignon et Duchesne étaient accompagnés par un Grec de Salonique, Nicolas Hadji-Thomas [BCH 1877,
376) : cf. Bull. Épigr. 1976, 425. Nikolaki fut engagé d'abord comme drogman pour accompagner A. Choisy
en Asie Mineure et en Syrie (L'Asie Mineure et les Turcs en 1875, Souvenirs de voyage [Paris, 1876], 13). C'est
dans de tels souvenirs que peut apparaître la figure de méritants serviteurs des antiquités, gens modestes qui
ont sauvé des documents pour la science et puissamment aidé des voyageurs érudits ; tel encore le médecin
grec Limnios d'Artaki, portraituré par G. Radet (voir Hellenica, X, 134-135, avec la note 1 ; Bull. Épigr.
1980, 416). J'ai utilisé le récit de Collignon dans Et. Anal., 503 et 510, pour les ruines d'une ville médiévale
des confins caro-lyciens à Babanisi. Cette ruine aussi chez E. Sperling, Z. Ges. Erdkunde 1864, 68-69, sur « la petite
île rocheuse Papas-adassi, qui brise les vagues en sorte que s'est formée une rade sûre ; il s'y trouvait à l'ancre
douze grands navires, qui tous chargeaient du bois pour l'Egypte ; des navires plus petits, qui par le Calbis
remontaient jusqu'au port de Kôdschez, apportaient les cargaisons en sorte que se déployait devant moi une
vie très animée. C'étaient tous des marins de Castellorizo » ; ruines d'un petit couvent byzantin et de la pyramide.
(11) Pp. 16-21. Ici les figures 1 et 2 permettent de suivre avec précision son itinéraire. L'une reproduit
le carton de la carte de Kiepert publiée dans le volume I des ΤΑΜ (1900 ; inscriptions en langue lycienne :
au 1 : 200.000) ; l'autre un extrait de la carte de Lycie (au 1 : 300.000) au même endroit, de Gucek à Boubôn.
Cette dernière carte était reproduite dans A travers l'Asie Mineure, p. 390, fig. 10 ; mais, au Nord, elle ne «Ο 00
Illustration non autorisée à la diffusion
Co
Fig. 1. — Carte de la Lycie : de Telmessos à Boubôn (Kiepert et Heberdey). 312 louis robert [BCII 106
« Le dernier village grec auquel nous touchions avant d'entrer dans le massif
du plateau lycien est le petit port de Gudjek, habité pendant une partie de l'année
par des bûcherons grecs de Makry, de Rhodes, de Chypre et même de Karpathos.
De misérables huttes de bois, des hangars, un café et une boutique d'épicier ou bakal
composent tout le village, qui reste désert pendant plusieurs mois de l'année13. Sur
tout le littoral, on trouve de ces établissements provisoires des Grecs qui exploitent,
moyennant une légère redevance, les riches forêts de la Lycie abandonnées par
l'incurie du gouvernement ottoman à l'industrieuse activité des raïas14. Les hameaux
de Djouk-tché-Ovajik15 et de It-Hissar sont les dernières stations que l'on rencontre
avant de s'engager dans la montagne. Les habitations deviennent rares; à la végétation
de la plaine et aux maigres cultures entourées d'enclos succèdent les pins, les érables,
les arbousiers; souvent des pierres calcinées, rangées en cercle au pied d'un sycomore,
indiquent le lieu de la halte et marquent les étapes d'un trajet monotone sous la
lumière grise que laissent filtrer les aiguilles de pins. La route n'est plus que rarement
dépassait pas les crêtes du Çaldag et du Garkmdag. Ibid., p. 391, flg. 11, l'extrait de la carte de Kiepert au
1 : 400.000 (Kleinasien en 24 feuilles) permet de suivre tout l'itinéraire de Collignon de Gucekiskelesi à Pirnaz
(chapitre sur Nif de Lycie).
(12) Les voyageurs ont écrit seulement dans BCH 1877, 364 : « Après avoir franchi le Doloman-Tchaï
et en se dirigeant vers le petit port de Gudjek, on trouve les premiers contreforts du grand plateau lycien.
Le hameau de It-Hissar, qui se trouve à deux journées au N.-E. de Gudjek, dans une vallée étroite et profonde,
dominée par le Tchâl-Dagh, marque à coup sûr l'emplacement d'une ville antique. On voit des traces de
construction sur une sorte d'acropole ; des tombeaux sont taillés dans le roc vif qui forme les pentes abruptes
de l'acropole. Cette position devait avoir une importance stratégique de premier ordre ; elle commande la
profonde vallée qui s'ouvre du N.-O. au S.-E., comme une des portes de la Lycie. Des fragments d'architecture,
des rochers taillés comme le sont à Athènes ceux du vieux Pnyx, confirment ce qui nous paraît à peine une
hypothèse, à savoir que It-Hissar correspond à l'emplacement d'une ville antique, peut-être Kalynda. Plusieurs
journées de marche à travers les défilés du Tchâl-Dagh séparent It-Hissar des villages de Pirnaz et d'Ebedjik ».
(13) Sur cette échelle, cf. L. Ross, Kleinasien und Deutschland' (1850 ; voyage en 1844), 78-79 : « la petite
baie avec le port de Kudjek, qui à vrai dire n'est habité que par quelques bergers turcs sous des tentes, mais
où des navires de Rhodes et d'autres îles viennent couper du bois et l'embarquer ». Les cartes turques donnent
la graphie Kôcek (= Kôdjek). X. de Planhol et Hamit Inancik, Bev. géogr. alpine, 47 (1959), Études sur la
vie de montagne dans te Sud-Ouest de VAnatolie, Le Ye§il Gôl da<J et le Boz datf, 382 : « Les gens de Pirnaz ont
leurs quartiers d'hiver sur la côte même à Gôcek » (les auteurs notent la prononciation sonore).
(14) Ce passage fut déjà cité dans Et. Anal., 596, note 1, avec d'autres du même auteur sur le commerce
du bois de ces côtes avec l'Egypte et avec les textes capitaux de Strabon et de Marino Sanuto. Pour la région
d'Olympos et de Phasélis, sur la côte Est de la Lycie, voir Documents de Γ Asie Mineure méridionale (1966),
43, n. 3. Pour Phasélis encore à l'époque moderne, témoignage savoureux de V. Bérard, La Turquie et
V hellénisme contemporain (1893), 98, sur un Albanais, douanier à Tekirova, qui contrôlait les caîques de Makri
et de Castellorizo venus charger des bois pour Alexandrie. Pour la région du Dalamançay, avec le bois de flottage
arrêté par une barrière, voir J. Savants 1978, 15. — Sur l'activité dans ces régions de Grecs isolés, au xixe siècle,
voir ibid., 30-31, avec des notations de Ross et de Benndorf ; notamment Benndorf relève le travail dans un
village de la vallée du Xanthos d'un atelier de cordonniers de Levisi et nous avons rapproché, aujourd'hui
encore, le séjour temporaire dans des villages de (turcs) itinérants. Un parallèle frappant chez
Spratt et Forbes, Travels in Lycia, I, 266-267, sur leur passage à Treemely (Dirmil), entre Kibyra et Balboura,
le 10 mai : leur sùrùcù (l'homme qui s'occupe des chevaux) est un cordonnier de Levisi, qui travaille l'été à
Dirmil ; les habitants sont déçus qu'il ne reste pas cette fois.
(15) Sur les cartes de Kiepert, le Gôkdje Ovadjik Dagh, sur le chemin qui conduit à It Hissar ; sur les
cartes turques Gôkceovacik ; donc toujours la même forme exactement. X. de Planhol et Hamit Inancik,
loc. cit., 382 et 384 : « Les gens de Karanfil, village de 30 à 40 maisons de pierres et planches éparpillées sur
les pentes de la vallée d'Atolugu, vers 1250 mètres, passent l'hiver à Gôkce Ovacik, entre Sabunlar et Gôcek.
La plupart de ces semi-nomades à long trajet utilisent encore des chameaux pour leur migration ». BÛCHERONS ET CORDONNIERS GRECS 313 1982]
Modulas 1:300.000
Fig. 2. — Carte de la Lycie occidentale : Octapolis et Hippoukômè.
égayée par la rencontre d'une caravane d'âniers et de bergers turkomans. Au détour
d'un sentier, nous apercevons des chevaux paissant en liberté auprès de larges taches
brunes disposées parallèlement sur le sol; ce sont des voyageurs qui font la sieste,
couchés sous leurs couvertures, à la garde de la solitude et du désert... »
« It-Hissar est placé à l'entrée de l'immense défilé qui forme comme une des portes
de la Lycie. Du haut de l'acropole antique, encore couverte de débris byzantins, l'œil
plonge dans les replis d'une vallée profonde, qui s'enfonce vers l'est et serpente entre
les masses grisâtres des hautes montagnes lyciennes. C'était à coup sûr une position
stratégique de première importance; les traces de murs helléniques, les rochers taillés
en gradins comme ceux du vieux Pnyx à Athènes16, des tombeaux sculptés dans le
des hauteur marches (16) au-dessus Cf. et G. ici Cousin, encore du sol r BCH (cf. ; ibid., le 1900, temple à Chukur-Assar 46, de à Zeus Kizilkaya Labrandeus) : « : au-dessus « une fois les de marches ce plus mur un ne [d'enceinte] rocher commencent dans l'on lequel qu'à voit sont une des creusées certaine rochers 314 louis robert [BCH 106
roc vif17, indiquent clairement qu'il faut marquer sur ce point l'emplacement d'une
ville antique, peut-être Kalynda18. Au sortir de It-Hissar, on commence en réalité
l'ascension du Tschâl-Dagh, par des sentiers pierreux, mal tracés. Les étapes sont
indiquées par des kiosques délabrés, installés le plus souvent près des clairières où
les chevaux peuvent trouver une maigre pâture19. De distance en distance, on
rencontre une citerne entretenue avec un soin qui donne à penser ce que doit être
au cœur de l'été un voyage dans ces solitudes. Les citernes, de forme circulaire,
construites en maçonnerie épaisse, sont de véritables maisons et l'on ne se figure pas
autrement la citerne biblique de la Genèse : une auge, des seaux de bois en constituent
tout le mobilier, qui est confié à la garde des voyageurs20. Souvent le kiosque de refuge
s'élève près d'un cimetière musulman abandonné, dont les tombes se reconnaissent
facilement au petit enclos de pierres sèches qui les entoure et à la grande pierre plantée
avec escalier ; seulement, ici la marche inférieure règne au ras du sol, ce qui, après un examen des lieux, montre
que le sol antique était à une assez grande profondeur ». Cf. l'autel de sacrifices avec marches à Emirtasi chez
Arkwright, ci-après note 36.
(17) Un dessin de Collignon a été publié par G. Fougères dans une nécrologie de M. Collignon, Monuments
Piot, 9 (1919), p. ix.
(18) Ce n'était pas Calynda, mais Hippoukômè ; voir plus haut. Une description des ruines fut donnée
par W. Arkwright, JHS 1895, The frontier of Lycia and Caria, mais sans souci de l'environnement : « site
découvert par MM. Collignon et Duchesne, BCH, I, 363, mais qu'ils n'ont pas décrit avec exactitude. Il se
trouve sur la rive Ouest de la rivière [le Gargy Tchaï, Kargiçay ; cf. A travers l'Asie Mineure, 379 ; 392, n. 27],
pas très au-dessous de sa source, presque exactement à l'Ouest du Chai Dagh, sur une colline isolée avec une
chute rapide vers le fleuve ; il consiste en un château médiéval, construit partiellement sur des blocs antiques.
Dans les falaises de la pente Sud- Est se trouve environ une demi-douzaine de tombes rupestres ; originairement
il dut y en avoir une douzaine, mais un glissement de terrain en a presque recouvert plusieurs. Sur l'une, en
forme de temple, il y avait une longue inscription, que je n'ai pu lire, en lettres grecques d'une bonne époque
et, dans un petit ravin au-dessous, sont bien des pierres taillées, dont deux bases de statues, dont l'une porte
l'inscription n° 4 [p. 101 ; c'est ΤΑΜ, II, 1701 ». Arkwright placerait là Télandros, si cette ville n'était pas
à Nif ; cf. A travers Γ Asie Mineure, 378. Pour G. Cousin, voir ci-dessus et ci-après.
(19) Une vue d'un de ces kiosques et du pays chez Benndorf, Reisen in Lykien, I (1889), 148. Après
un repos de midi, à Nifkôy [sur ce village et ce pays, voir A travers l'Asie Mineure, chap. XVII et flg. 1-3, 9-11],
peu avant le coucher du soleil les voyageurs arrivent à la passe (1450 m.) entre l'Eldschik Dagh et le Garkiin
Dagh ; ils s'arrêtent au delà, « dans la solitude de la haute montagne, à un khan en ruines », construction
remarquable par l'absence complète de fer ; elle est photographiée sur la planche XLVII. Sur le croquis de
Niemann, flg. 87 (p. 145), on la voit aussi avec en arrière-plan à l'Ouest l'Eldschik Dagh ; sur toutes les pentes
depuis la halte jusqu'à la montagne, la forêt de pins, celle où chevauchaient aussi Collignon et Duchesne.
La description du campement par Benndorf est caractéristique pour la région, en cette nuit du 5 juin qui
fut une de leurs nuits les plus froides avec une gelée toujours plus forte. Mais la vue « avait un charme rare.
La haute montagne dans sa grandeur à l'arrière-plan, avec un éclat mat sous la lune ; les étoiles brillaient
à travers la clairière de pins ; nos serviteurs avaient allumé un énorme feu, auprès duquel ils veillèrent à tour
de rôle par crainte des bandits... Le 6 juin à l'aube passa une caravane de quelque quarante chameaux, qui
venait de la vallée du Tschaltchaî et se dirigeait vers la yayla de Pirnaz ».
(20) C'est le type de citernes courant en Carie ; dans la campagne même de Telmessos, photographie
d'une citerne de ce type dans J. Savants 1978, p. 25, flg. 13 (voir p. 24 et 26). D'autres seront données pour
la région de Mylasa. — Sur le massif du Yesilgôl dag, qui est entre le Çal dag et Pirnaz et que nos voyageurs
ont effleuré au Nord, pour l'hydrographie voir X. de Planhol et Hamit Inancik, loc. cit., 378 ; cf. 379 : « la
plus grande partie du noyau central est couverte d'une steppe ouverte. Ce tapis végétal reste en somme très
clairsemé pour une montagne si proche de la mer et qui doit être fortement arrosée. C'est que ces hauteurs,
pourtant pauvres en eau superficielle et peu accueillantes, sont et ont été occupées aux limites de leurs possi
bilités » ; 387. CITERNES ET CIMETIÈRES 315 1982]
comme une fiche à la tête de la fosse...21. C'est le plus souvent auprès de ces cimetières
que les guides font faire halte aux caravanes; c'est la tradition et rien ne pourrait
les y faire manquer... A partir du plateau où nous avons campé, on s'élève dans la
région haute de la montagne. Les pins, devenus plus rares, mal abrités contre les
vents, rabougris et tordus, prennent des formes étranges et l'on voit apparaître la
végétation des zones élevées, les chênes verts et les mélèzes. Parfois, un pin mort
de vieillesse est tombé en travers de l'étroit sentier; des voyageurs ont fait à coup
de hache une coupure qui permet le passage et on laisse sans s'inquiéter davantage
l'énorme tronc pourrir et s'émietter sur le flanc de la montagne. Les kiosques de refuge,
les auges de bois placées devant les sources deviennent plus fréquentes; il n'est si
mince filet d'eau qui ne soit recueilli. On sent que les Turcs, d'ordinaire si insouciants,
ont multiplié les précautions dans cette région perdue. La solitude est complète et
un silence recueilli remplace les causeries et les chansons que fredonnent d'habitude
nos compagnons grecs. Il est déjà tard quand nous atteignons le lieu de la halte, sur
un étroit plateau du Karafilda, l'un des pics de la chaîne du Tschâl-Dagh et du Kartal-
Dagh22. Il faudrait un pinceau pour donner l'idée du magnifique panorama que nous
découvrons. Tandis qu'au premier plan les pins et les mélèzes forment une large tache
d'un vert sombre et vigoureux, derrière apparaissent les hauts sommets du Tschâl-
Dagh, arrosés de filets neigeux qui s'enlèvent sur le fond gris et rosé de la roche nue.
On peut suivre sur le vaste flanc de la montagne la gradation des zones de verdures,
qui vont, grandissant d'intensité, se perdre dans le brouillard bleuâtre d'une vallée
profonde. Les sommets de la chaîne ondulent, en se prolongeant à l'infini vers le
couchant, dorés par une chaude lumière jusqu'au moment où le soleil disparaît
brusquement; alors monte dans le ciel cette teinte ardoisée qui accompagne le court
crépuscule des nuits d'Orient et le silence n'est troublé que par le froissement des
ailes des oiseaux de proie qu'on entend s'enlever et qu'on voit tournoyer dans l'air
à de grandes hauteurs23. »
« Nous passons la nuit sur le plateau tandis que les chevaux paissent en liberté ;
nous bivouaquons près des ruines du kiosque de refuge; des voyageurs en détresse
(21) Collignon se demande alors s'il s'agit de massacres lors de «la sanglante campagne conduite en
Anatolie par Ibrahim Pacha en 1839 [sûrement pas dans cette région] » ou de cimetières yiiriik, ce qu'on a
dit ou répété à l'occasion.
(22) Le nom Karafllda fut mal entendu ; il est ordinaire et naturel que des voyageurs aient transcrit
une finale -da au lieu de dag, puisque la dernière lettre ne se prononce pas. Cf. Benndorf, loc. cit., 149 :
« le 6 juin, nous descendîmes dans la large vallée alpestre du Karanflltschaï [Karanfil est l'œillet], qui tombe,
en plusieurs bras, du Garkiindagh largement chargé de neige et qui doit sans doute être considéré comme
l'affluent le plus long du Dolomantschai. Nous le passâmes à 1260 m. ; au delà nous escaladâmes de nouveau
et nous nous trouvâmes sur la crête de la paroi Est de sa vallée, presque exactement au Nord, jusqu'à la descente,
de nouveau au village de Dennek-Kjoï (840 m.) ». Renseignements pessimistes, à 5 heures du soir, après avoir
mené sans souffler presque tout le jour les chevaux par la bride, Benndorf et ses compagnons arrivent à Karabaïr
(1020 m.), toujours en vue de l'Eldschik Dagh, maintenant au Sud, ils passent la nuit devant une maison
en rondins isolée, avec seulement un peu de lait. Le 7 juin, par une crête de 1366 m., ils sont « dans la haute
vallée d'un romantique sauvage de Tschaltschai » et ils arrivent vers midi, affamés, à Giirlik (637 m.), près
du Dalaman çay. Cf. X. de Planhol et Hamit Inancik, loc. cit., 376 : « les vallées plus encaissées du Karanfilli
çay et du Tahtaci deresi se raccordent au cours moyen du Dalaman et sont nourries vers 1200 mètres d'altitude
par d'importantes résurgences qui sourdent au contact de la masse calcaire de la montagne et de son soubasse
ment marneux ».
(23) Cf. le nom de la montagne Kartal Dag, mont de l'Aigle ou des Aigles. 316 louis robert [BCH 106
l'ont démoli et ont brûlé une partie des planches de la toiture. Notre drogman allume,
non sans peine, un grand feu qu'on entretient toute la nuit avec d'énormes branches de
pin et de mélèze dont la fumée odorante nous enveloppe comme celle des cèdres de
Circé : urit odoratam noclurna in lamina cedrum. »
La suite du récit fut écrite le 22 mai à Uhl Keui dans la Kibyratide :
« Le versant Nord-Est du Kartal-Dagh est formé d'une série de terrasses qui
descendent par larges assises vers la vallée de la Pisidie et de la Phrygie. Dans le bas
pays, les villages reparaissent et marquent l'emplacement des villes florissantes de
la Cibyratide24. Pirnaz n'est qu'un pauvre hameau de dix à douze maisons. Nous
n'y trouvons que deux forgerons grecs de Makry; toutes les autres portes sont closes;
les habitants sont occupés à labourer dans leurs champs, à cinq ou six lieues à la
ronde »25.
Les voyageurs arrivent alors à « Ebedjik, où les Anglais Spratt et Forbes ont les
premiers reconnu l'emplacement de la ville antique de Boubon »26. Le village « est
situé dans une vallée bien cultivée où coule le Doloman-Tschaï. Le village a l'aspect
riant ». On est désormais dans le bon pays27 et nous avons cité ailleurs l'évocation
de la vie paysanne en ce lieu par Collignon28.
Le nom d'Hippoukomè pour le site d'Ithisar a été fourni à R. Heberdey et
J. Zingerle en 1898 par la longue inscription ΤΑΜ, II, 108, gravée, en caractères
(24) Schônborn, dans Ritter, II (1859), 908, notait qu'au Nord de la crête rocheuse on circulait sur
le plateau par des collines, où il n'y avait pas plus de 100 m. à gravir ; les villages étaient vides au milieu de
juin, les gens étant partis avec leurs troupeaux vers les yayla plus hautes. Il relevait que, de Boubôn par la
passe de Pirnaz, Bozbelen [Bozalan sur les cartes de Kiepert], Denekkôy, il y avait un passage par le fleuve
Giirlik vers le Dolamançay et Akkôprii, qui était une sortie de la Lycie vers l'Ouest et vers Caunos. L'itinéraire
de Collignon montre que l'on parvenait aussi par là vers le Sud. Les mentions des kiosques de refuge et des
citernes jalonnent le chemin, comme aussi celle d'une caravane rencontrée par Benndorf (ci-dessus note 19),
allant du fleuve Çal à Pirnaz.
(25) Cf. Spratt et Forbes, Travels in Lycia, Milyas and Cibyratis (1847 ; voyage en 1842), 263 : « Ebajik
est un petit village d'une douzaine de chaumières [de même chez Schônborn, dans Ritter (cf. note 3), 869].
Lui et Parnaz, autre village près de la plaine, sont des yaylas de villages du même nom dans le bas pays, près
de l'embouchure du fleuve Dolomon ». — Pour une épitaphe intéressante à Pirnaz, publiée par Collignon, voir
Et. Anal., 391-398 (dans F. Schindler [cf. note 28], n. 31). — Cf. X. de Planhol et Hamit Inancik, loc. cit.,
376 « la plaine de Pirnaz, découpée à l'emporte-pièce et drainée par le réseau supérieur du Kozan deresi, affluent
du Horzum çay » ; 382, « Les maisons de pierre et rondins y ont encore des toits de planches, dans ce pays
de bois abondant qui reste bien différent des hautes plaines dénudées du centre de la péninsule lycienne (plaine
de Seki ou plaine de Dirmil). Mais l'habitat est plus concentré dans le de la plaine (agglomérations de
Dam arasi et de Pirnaz), tandis que des écarts se dispersent sur les bordures (Sabunlar, Kizil Kaya), au milieu
des murettes de pierre qui enclosent les champs » ; 384, décadence du semi-nomadisme lycien ; « dans la plaine
de Pirnaz, les gens de Damarasi sont totalement fixés ; une partie importante des habitants de Pirnaz ne
migre plus ».
(26) La ville antique, reconnue aussi par Schônborn, est située à un quart d'heure au Sud du village ;
cf. Ritter, Klein-Asien, II (1850), 869 d'après Schônborn : «l'entourage est tout à fait majestueux, comme
si la puissante masse et le poids des rochers des monts Kartal, Karyndscha et Garkyn, qui entourent la ville,
devaient l'écraser ».
(27) Spratt et Forbes, allant de Kibyra, qu'ils venaient de découvrir, à Ebecik-Boubôn, relevaient,
loc. cit., 262-266, que « ce cœur de la Kibyratide dépasse de loin la Milyade en fertilité et en beauté du paysage »
avec ses eaux.
(28) Bull. Épigr. 1973, n. 463, en analysant la brochure de Fritz Schindler, Die Inschriften von Bubon,
qui constitue le Corpus de ces documents.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.