Education à l'environnement et politique : quelles places pour les associations ? Actes de la journée de réflexion organisée dans le cadre du Congrès du Réseau Ecole et Nature au CREPS Poitou-Charentes, Vouneuil-sous-Biard (Vienne) - 27 mars 2009.

De
Cette journée de réflexion, organisée en partenariat avec le GRAINE Poitou-Charentes dans le cadre du congrès 2009 du Réseau Ecole et Nature, a donné lieu à six ateliers d'échange :
- Quel poids des associations d'éducation à l'environnement ?
- Education à l'environnement et regroupements associatifs. Quelle forme ? Quelle efficacité ?
- Education à l'environnement et économie sociale et solidaire. Quels choix économiques ?
- Education à l'environnement : associations et syndicats. Comment travailler ensemble ?
- Education à l'environnement, élus et institutions. Quelles relations ?
- Education à l'environnement et éducation au développement et à la solidarité internationale. Quelles convergences ?
Montpellier. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0078633
Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 13
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0078633&n=7295&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 89
Voir plus Voir moins
 
Tous nos ouvrages sont consultables et téléchargeables sur le site www.ecole-et-nature.org Pour favoriser leur partage nous plaçons ces publications sous licence Créative. Par ailleurs, nous adoptons une politique de tarifs abordables incitant à l’achat plutôt qu’à l’impression personnelle.
Licence Creative commons de nos ouvrages
Vous êtes libres :
Paternité Pas d’Utilisation Commerciale Partage des Conditions Initiales à l’Identique              
• de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
Selon les conditions suivantes :
  Paternité.le nom de l’auteur original de la manière indiquée parVous devez citer l’auteur de l’œuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation (mais pas d’une manière qui suggérerait qu’ils vous soutiennent ou approuvent votre œuvre).
  Pas d’Utilisation Commerciale.pas le droit d’utiliser cette création à desVous n’avez fins commerciales.
  Partage des Conditions Initiales à l’Identique.Si vous modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n’avez le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un contrat identique à celui-ci.
• A chaque réutilisation ou distribution de cette création, vous devez faire apparaître clairement au public les conditions contractuelles de sa mise à disposition. La meilleure manière de les indiquer est un lien vers cette page web. • Chacune de ces conditions peut être levée si vous obtenez l’autorisation du titulaire des droits sur cette œuvre. • Rien dans ce contrat ne diminue ou ne restreint le droit moral de l’auteur ou des auteurs.
INTRODUCTION
SOMMAIRE
INTRODUCTION
Remerciements Prsentation de la journe Ouverture de la journe Intervention de Marie LEGRAND, vice-prsidente de la Rgion Poitou-Charentes charge de l’environnement Texte introductif à la rflexion
REGARDS CROISéS
Point de dpart de la rflexion Intervention de Yannick BRUXELLE et de Michel HORTOLAN, adhrents du Rseau école et Nature et du GRAINE Poitou-Charentes
 
p. 2 p. 3 p. 4 p. 6 p. 9
p.12
Politique, ducation, environnement, association, pour une ducation en humanit p. 19 Intervention de Louis ESPINASSOUS, animateur nature, crivain, confrencier
Des associations d’ducation à l’environnement en mal de reconnaissance ? p. 24 Intervention d’Andr MICOUD, sociologue, directeur de recherche honoraire CNRS
échanges avec les participants
ATELIERS D’éCHANGE
 
 
 
  
Atelier 1 - Quels poids des associations d’EE ?   Atelier 2 EE et regroupements associatifs, quelle forme ? Quelle efficacit ? Atelier 3 - EE et conomie sociale et solidaire, quels choix conomiques ? Atelier 4 - EE : associations et syndicats, comment mieux travailler ensemble ? Atelier 5 - EE, lus et institutions : quelles relations ? Atelier 6 - EE et ducation au dveloppement et à la solidarit internationale (EADSI) : quelles convergences ?
SYNTHSE
Éducation à l’environnement et transversalité(s). par Michel ADAM, ingnierie de la coopration
ANNEXES
Lexique   Bibliographie Liste des participants  
   
   
   
 
   
 
   
 
   
1
p. 36
p. 41 p. 48 p. 50 p. 54 p. 60 p. 65
p. 72
p. 80 p. 82 p. 84
REMERCIEMENTS
ELET SD CUO GNRSAEIILNSE *D PAODITMOINUI-SCTHRAARTIEONNT EDSU R REEMSEERACUI EéNCTOLE ET NATURE (REN) 
LES MEMBRES DU GROUPE D’ORGANISATION DE LA JOURNEE
 Olivier BLANC, co-prsident du REN  Yannic BRUXELLE, adhrente du GRAINE Poitou-Charentes et du REN  Chantal GAUDICHAUD, directrice du GRAINE Poitou-Charentes  Roland GERARD, co-directeur du REN  Michel HORTOLAN, adhrent du GRAINE Poitou-Charentes et du REN  Emmanuelle JUTON, animatrice de rseau du GRAINE Poitou-Charentes  Murielle LENCROZ, administratrice du REN  Isabelle LÉPEULE, co-directrice du REN  Élodie LE THIECadministratrice du GRAINE Poitou-Charentes et du REN.,
L’ANIMATEUR DE LA JOURNEE
 Francis THUBÉ,directeur de l’Ifre
LES INTERVENANTS
 André MICOUD, sociologue, directeur de recherche au CNRS  Louis ESPINASSOUS, animateur, crivain, confrencier  Michel ADAM, ingnierie de la coopration
LES INTERVENANTS DES ATELIERS D’ECHANGE
AINSI QUE L’ENSEMBLE DES PARTICIPANTS.
SONT EGALEMENT REMERCIES POUR LEUR SOUTIEN FINANCIER
 le Conseil rgional de Poitou-Charentes  la Direction rgionale de l’environnement de Poitou-Charentes  le ministère de la Sant, de la jeunesse et des sports.
AINSI QUE L’EQUIPE DU CREPS POITOU-CHARENTES POUR LA QUALITE DE SON ACCUEIL.
*  GRAINE : groupe rgional d’animation et d’initiation à la nature et l’environnement
2
INTRODUCTION
PRSENTATION DE LA JOURNE
Le congrès annuel du Réseau École et Nature est traditionnellement un temps de regroupement important pour sa vie associative en invitant les participants à mener une réflexion approfondie sur un thème de l’actualité de l’éducation à l’environnement vers un développement durable (EEDD) au niveau national et en procédant dans le cadre de son assemblée générale à la validation des projets menés et à venir.
Il s’adresse aux adhérents du réseau national et des réseaux régionaux et départementaux d’EEDD, ainsi qu’à tous les acteurs éducatifs impliqués dans ce champ : enseignants, éducateurs à l’environnement, animateurs scientifiques, animateurs socioculturels, techniciens de collectivités et des services de l’État…
Les prsents actes relatent les travaux de la première journe du congrès. Cette journe s’est droule en prsence d’une centaine de personnes. Les travaux relatifs à l’Assemble gnrale (samedi 28 et dimanche 29 mars) font l’objet d’un compte-rendu disponible sur le site du rseau www.reseauecoleetnature.org/congres Les objectifs de cette journe, intitule « éducation à l’environnement et politique : quelles places pour les associations ? », taient de rflchir à la place et à l’existence des associations d’ducation à l’environnement dans le contexte actuel, à leurs relations au politique, de favoriser le croisement des regards et des disciplines de recherche sur cette question, ainsi que d’tablir des liens entre praticiens de terrain et chercheurs.
C’est pourquoi, il a t fait appel au cours de cette journe à deux intervenants pour un apport de leur regard sur le sujet le matin et aussi à des tmoignages de nombreux praticiens de l’EEDD exerçant dans diffrents cadres lors des ateliers d’changes de l’après-midi.
Programme de la Journée 9h15 : Ouverture En prsence des partenaires et prsen-tation du contexte de la journe. 9h45 - 12h45 : Regards croisés   Point de dpart de la rflexion avec Yannick BRUXELLE et Michel HORTOLAN  Intervention de Louis ESPINASSOUS, animateur nature, crivain, confren-cier  Intervention de Andr MICOUD, so-ciologue, directeur de recherche CNRS  échanges avec les participants 12h45 : Déjeuner Buffet bio 14h30 - 16h30 : Ateliers d’échange 16h30 : Pause 17h15 - 18h15 : Éducation à l’environnement et transversalité : en guise de 1ère synthèse Par Michel ADAM, ingnierie de la coopration.
3
OUVERTURE DE LA JOURNE
Bonjour, je dois dire que cela me touche être à une autre rgion l’anne prochaine beaucoup de vous accueillir ici au nom du pour un autre congrès ! Nous allons continuer GRAINE Poitou-Charentes. En effet, en 1991, pour faire avancer ensemble cette ide qui Yannick BRUXELLE, adhrente du REN, avec nous tient à cœur et nous mobiliser tous pour d’autres, a mis en place le GRAINE. A cette que l’EE soit à la porte de tous. même date, j’en suis devenue membre, cela fait 19 ans Le rseau s’est aussi donn maintenant et je suis toujours pour mission de crer des là ! De plus, en 1999, alors outils pdagogiques, vous prsidente du GRAINE, les en connaissez sans doute Rencontres nationales du un certain nombre, des rseau ont eu lieu en Poitou- outils faits avec les acteurs Charentes. Aussi je suis très de terrain et pour eux. heureuse de vous accueillir L’autre mission qui est aussi ici et j’ai une pense pour importante,particulièrement ceux qui n’ont pas pu être aujourd’hui, c’est de porter parmi nous aujourd’hui. la parole des acteurs dans tous les lieux où se prennent Bienvenue à tous, merci aussi des dcisions influant sur aux amis de Poitou-Charentes l’avenir des territoires, pour leur accueil toujours que ce soit l’espace aussi chaleureux, bienvenue communal, intercommunal, à ceux qui ont pris le rail, la route, pour venir dpartemental, rgional et national. Nous d’Alsace, d’Aquitaine, d’Auvergne, de Basse- pouvons appeler cela un travail politique. Normandie, du Centre, de Franche-Comt, Nous vous invitons donc à couter, mais du Languedoc-Roussillon, du Limousin, de aussi à parler, à participer, car l’EE est une Lorraine, de Midi-Pyrnes, de PACA, des aventure collective et mancipatrice. Alors Pays de Loire, de Rhône-Alpes et même de participons ! Martinique ; on s’aperçoit que le REN est bien un rseau national ! Depuis 1983, date des 1ères Rencontres nationales, le rseau s’est donn commeLue par les deux porte-parole objectif de mettre en relation l’ensemble desdu Groupe d’organisation : acteurs de l’EE en France. Nicole MARTY, co-présidente du GRAINE Il y a un an, c’est le GRAINE Basse-NormandiePoitou-Charentes qui a accueilli le Congrès. Ils nous ont transmisetFrédéric VILLAUME, directeur du l’hermine que voici. Je la transmettrai peut-GRAINE Rhône-Alpes, co-président du REN
4
INTRODUCTION
Merci beaucoup pour cette première introduction. Nous sommes aujourd’hui à peu près une centaine. Cette journe sera suivie de deux autres qui sont les journes d’Assemble gnrale du rseau et qui vont permettre aux adhrents de faire le point sur le projet associatif autour de cette ide d’une EE pour tous tout au long de la vie.
Avant de passer la parole à Marie LEGRAND, je me prsente, Francis THUBé, Directeur de l’Ifre et co-prsident du REN, d’où ma prsence à la tribune pour cette journe et le rôle d’animation que l’on m’a confi. Merci à Marie LEGRAND d’être là et au Conseil rgional Poitou-Charentes de soutenir cette journe.
Transition parFrancis THUBÉ, animateur de la journée.
5
INTERVENTION DE MARIE LEGRAND Vice-prsidente de la Rgion Poitou-carentes carge de l’environnement
Bonjour à tous. Le CREPS fait à l’heure actuelle Rgion, nous avons dcid de n’utiliser que l’objet d’une menace très grave de fermeture des bois certifis avec les deux certifications par l’état. L’affaire n’a pas encore abouti, existantes, sous la pression de Greenpeace. il y a des rebondissements tous les quinze Troisième exemple : si localement on ne jours. On attend ventuellement une dcision gère pas les espaces verts, les cimetières, positive fin mars. Mais rien n’est acquis. Vous la voirie, il y a risque de destruction de la êtes donc dans un lieu menac. biodiversit et danger pour la sant des employs communaux avec un emploi abusif J’ai t 9 ans lue locale après avoir t une de pesticides par exemple. militante associative à l’UFC Que choisir, et depuis 5 ans, je suis vice-prsidente rgionale Je suis fière d’appartenir à une rgion, rgion charge de l’environnement avec un mandat prside par Sgolène ROYAL, qui s’est engage unique. de manière très volontariste en matière d’excellence envi-Quand vous m’avez pass cette ronnementale, et dès 2004, avec commande sur ce thème, je l’installation de notre quipe me suis dit que j’allais utiliser d’lus, elle a affirm haut et fort ma propre exprience. Un lu la valorisation de l’EE et du DD local qui n’est pas vigilant sur avec le principe de la convention la complexit des choses peut d’Aarhus ; depuis 5 ans, on a pu avoir des initiatives dangereuses dmontrer que ces dclarations pour l’environnement, pour la ont t suivies d’effets. planète.
Premier exemple : un plan local d’urbanisme mal maîtris, sans rflexion, peut avoir un rsultat avec un pri-urbain envahissant qui mite les terrains agricoles, une spcialisation extrême des zones avec un système de zonage commercial qui tue le centre ville. Les initiatives peuvent avoir de très graves consquences : sur la consommation d’espace, d’nergie, sur le social... Deuxième exemple, les achats publics : à la
6
Nous avons trois manières de travailler… • Des initiatives directes : Forum de l’envi-ronnement tous les ans (co-organis par le GRAINE Poitou-Charentes, la ville de Poitiers et la DIREN) ; le printemps des nergies renouvelables (qui a ouvert 210 sites à tout public le week-end dernier) ; des parutions : nous produisons des documents destins à des publics spcialiss ou plus large (guide des co-manifestations : comment par exemple viter l’utilisation de bouteilles en plastique,
INTRODUCTION
de gobelets, conomiser l’nergie, p du co-voiturage... ?) ; des journes tec de formation sur l’co-habitat, l’archi bois, le jardinage cologique à destin publicsintermdiaires (architectes, enc de structures d’insertion bnficia emplois tremplins environnement). • Des partenariats avec des structu sont ici largement reprsentes : l’ est un fournisseur tout public de environnementales, l’Ifre, le GRAINE Charentes. Nous accompagnons les po d’EE et de DD pour le rectorat (proj lyces, collèges et coles). • Le soutien direct à des associati œuvrent dans le sens de la th d’aujourd’hui : le GRAINE Poitou-Ch l’Office central de coopration à l’c tou-Charentes Nature et toutes ses tions affilies, l’union rgionale des C le Naturalibus qui a ralis avec l’Ifre sur le changement climatique et l’ass Mainate avec le festival international ornithologique de Mnigoute. rgional la dmocratie participative, ce qui implique une mthode participative en matière Cela donne un million trois cent mille euros d’ducation dans les lyces (exemple : budget d’engagement pour 2009 pour ceux qui aiment participatif, mise en place d’un jury citoyen les chiffres ! l’anne dernière avec 30 personnes tires au Du côt des collectivits locales, l’EE apparaît sort). Il n’y a pas d’agenda 21 en tant que tel, comme le parent pauvre, c’est-à-dire mais en ce qui concerne l’environnement, qu’elle vient après les problèmes sociaux, il y a un service ddi à la direction de conomiques et environnementaux directs, l’environnement, de l’agriculture, de l’eau elle est un peu “en queue de peloton”. En et du tourisme ; la liaison environnement et fait, elle est au cœur des politiques quelles agriculture est intressante. qu’elles soient ; cette EE est fondamentale Il y a à côt de cela une vision et un travail pour les lus et pour tous. Alors la question transversal sur les questions environnemen-aujourd’hui est comment faire pour ne plus tales avec les lyces, la formation, le bâti-être en queue de peloton ? ment (efficacit nergtique dans nos lyces), les transports avec les TER. Les politiques en-Questionvironnementales sont values par un service Au niveau du Conseil rgional en interne, avez- directement li au cabinet de la prsidente vous russi à faire voluer les techniciens, (bilans environnementaux des services). les lus, pour travailler de manière plus systmique, pour sortir du cadre des services Du côt des lus, nous avons des runions (lyce, formation, ducation) pour travailler hebdomadaires des prsidents chargs de
7
commission où nous abordons toutes les dlibrations en prparation ; tous les sujets sont abords et certains donnent lieu à des dbats ensemble, mais je ne peux pas vous en dire plus sur une formation plus systmique. Question En prolongement de la 1ère question, pouvez-vous nous rappeler combien il y a d’lus à la Rgion et quelle est la proportion de ceux qui sont sensibles à l’EE ? Est-ce que depuis 5 ans cela a volu ? Continuent-ils de penser que l’EE c’est de l’information et qu’il suffit de distribuer une plaquette ou de mettre des affiches pour que les gens passent aux actes, aient une conscience plantaire ou rgionale ?
Il y a des lus qui sont très peu ouverts aux questions d’EE et qui n’ont pas encore apprhend la complexit dont je parlais tout à l’heure avec mes trois exemples. Certains n’ont en ligne de mire que la question de l’emploi qu’il faut sauver coûte que coûte, quelles que soient les consquences environnementales. C’est vrai qu’il y a un norme travail à faire du côt des lus.
Marie LEGRAND Je n’ai pas en tête le nombre exact d’lus, je dirais dans l’excutif, 43 dans la majorit et une douzaine dans l’opposition, avec 3 fronts nationaux, 1 Modem et le reste UMP.Francis THUBÉ Je parle des lus de la majorit car dans le Il existe aussi en Rgion Poitou-Charentes système rgional, le pouvoir est aux lus une coordination environnement et DD au de la majorit, PS, Verts et PC, les autres sein de la CPCA qui avant le changement de apparaissent un peu comme des figurants mandature avait travaill à une plateforme qui viennent aux commissions permanentes avec une srie de fiches avec des objectifs et ou autres commissions en toute libert, qui les lus se sont bien saisis de cette plateforme peuvent avoir l’information sur tout mais qui pour dfinir leur politique. n’ont aucun pouvoir de dcision, ce qui est la même chose dans les conseils municipaux. Donc je vais parler des lus de la majorit.
8
INTRODUCTION
TEXTE INTRODUCTIF  LA RéFLEXION
Ce texte, adressé à chaque participant et aux deux intervenants, a eu pour vocation d’ouvrir le questionnement, la discussion afin d’apporter quelques pistes de questionnement et de réflexion préalables à la journée. Il ne présente pas une position formelle du REN. Le réseau national a pour objectif de mettre les acteurs en relation, quelle que soit leur façon d’agir sur le chantier de l’éducation à l’environnement vers un développement durable.
De nombreux acteurs de l’ducation à • de l’ducation ce n’est pas de laSi c’est l’environnement engags dans l’action culture. collective au niveau de leurs territoires et • Si c’est de l’environnement, ce sont des au niveau national (GRAINE et autres rseaux « colos ». rgionaux et dpartementaux - Rseau école et Nature) participent à l’essor de pratiques ducatives qui, malgr un contextePREMIERS QUESTIONNEMENTS cologique et social difficile, restent trop peu dveloppes. Pour avancer dans ce projet Quelles relations les associations d’ducation nos rseaux favorisent la mise en relation, à l’environnement entretiennent-elles avec le ils crent et diffusent outils et dispositifs politique ? pdagogiques, ils organisent et reprsentent Quelle place, alors que la Constitution leur les acteurs auprès des pouvoirs publics, ils accorde toute lgitimit et qu’elles sont ouvrent la voie à l’innovation. En cette anne actives dans ce domaine depuis plus de 30 ans d’assises nationales de l’EEDD (ducation les associations d’ducation à l’environnement à l’environnement vers un dveloppement occupent-elles dans le contexte actuel ? durable), alors que des dizaines de territoires Quelles nouvelles relations au politique sont engags dans la rflexion, « le politique » construire ? est au cœur des proccupations. Quelle place souhaitent-elles prendre auprès de l’autorit publique centrale (état), des autorits publiques locales (collectivits), des QUELS REGARDS SONT COURAM-syndicats, des entreprises ? MENT JETÉS SUR L’ÉDUCATION Quel rôle pourraient ou devraient avoir les L’ENVIRONNEMENT ?associations d’EE ? Quelles postures politiques pour les acteurs   associatifs de l’EE organiss en rseau ?Si c’est de l’ducation c’est exclusivement l’affaire de l’cole. Comment imaginons-nous l’avenir de notre   reprsentativitSi c’est de l’ducation c’est destin aux vis-à-vis des diverses enfants. institutions ?
9
LA NOTION DE POLITIQUEde la nature et de l’environnement, sans que ceux-ci prennent de la place dans notre « LE » politique concerne tout ce qui permet culture à tous ? à une socit organise de faire des choix sur les modalits d’exercice du pouvoir, sur la nature de l’autorit publique et sur les formesEXPLIQUER ET COMPRENDRE de gouvernement. Il dtermine tout ce qui touche aux rapports entre un pouvoir donn Alors où est le malentendu, puisque malgr et toutes les personnes prives, organises ou les essais de rattrapage effectus, l’EE mise non. Cette question des modalits d’exercice en œuvre par les associations n’a pas trouv, du pouvoir, dans des contextes très diffrents, dans la poursuite des travaux du Grenelle, une amène le politique à tendre vers un idal place pleine et entière ? dmocratique où les personnes sont à la Ainsi, le comit oprationnel n°24 qui a fois gouvernantes et gouvernes, praticiens travaill sous la responsabilit du dput et praticiennes de l’agir politique : « LA » Bertrand Pancher sur le thème : « Institutions politique. et reprsentativit des acteurs » n’a pas Pour nous, « apprendre ensemble à dcider accord de place à l’EE en tant que telle. ensemble » relève du politique et de Interrog par le Rseau école et Nature sur l’ducation. cette question il a rpondu : « /… Par ailleurs, j’ai galement dsir proposer des orientations prcises afin de renforcer la participation du QU’EN EST-IL DANS NOTRE CONTEXTEpublic aux dcisions les concernant. En effet, ACTUEL ?je considère que ce second point est aussi stratgique que le premier trait initialement. Alors que le « choisir ensemble », tait une J’ai bien conscience que la partie ducation des approches affiches par les promoteurs du à l’environnement n’est pas prise en compte Grenelle de l’environnement, les associations dans mon rapport lequel n’avait pas pour d’EE cartes des premiers groupes de travail, objectif de la traiter. »  n’ont pas eu à abuser de cette dynamique Ainsi, dans des travaux mens au sein des dmocratique. institutions de la Rpublique, les hommes Pourtant dans toutes les dclarations de qui nous reprsentent ne font pas le lien « l’avant Grenelle » et pendant les « Grenelle entre participation citoyenne et ducation à en rgions » l’ducation à l’environnement a l’environnement. t place en tête de toutes les dclarations Nous sommes loin du « apprendre ensemble à de bonnes intentions. Chacun portait haut choisir ensemble ». l’ide qu’elle conditionne, en complmentarit L’utilit sociale des associations d’EE n’est d’autres actions, la possibilit de faire face pas connue, elle n’est pas reconnue. Comme aux enjeux environnementaux et qu’en dans d’autres secteurs du fait associatif, les s’adressant à tous les publics, partout, tout au difficults actuelles entraînent des drives. long de la vie, elle permettrait de consolider Ainsi certains partenariats qui pourtant les volutions culturelles sans lesquelles semblaient bien ancrs peuvent se transformer les mesures prises n’ont pas d’effet dans la en concurrences inter-associatives ou se dure. rduire à des prestations de service pour Peut-on imaginer de relles avances sociales, des institutions, par exemple au travers des politiques et conomiques sans tenir compte appels d’offre.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.