L'empreinte eau de la France.

De
L'empreinte eau est un indicateur de l'usage direct ou indirect qui est fait de l'eau douce. Elle se décompose en empreinte eau bleue (eau de surface et eau souterraine), verte (eau de pluie) et grise (eau utilisée pour diluer les polluants). Cette étude, initiée et financée par le WWF-France et réalisée par l'Université de Twente (Pays-Bas), révèle les caractéristiques de l'empreinte eau de la France. L'empreinte eau est le premier indicateur à évaluer la soutenabilité de l'usage de l'eau, en identifiant les bassins ("points chauds") qui souffrent d'une rareté en eau bleue due à l'empreinte eau française, affectant aussi bien les activités humaines que la biodiversité.
Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0075789
Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 25
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0075789&n=1828&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 38
Voir plus Voir moins
conservation eau douce L’empreinte eau de La france
WWF
Le WWF est l’une des toutes premières organisations indépendantes de protection de l’environnement dans le monde. Avec un réseau actif dans plus de 100 pays et fort du soutien de 5 millions de membres, le WWF œuvre pour mettre un frein à la dégradation de l’environnement naturel de la planète et construire un avenir où les humains vivent en harmonie avec la nature, en conservant la diversité biologique mondiale, en assurant une utilisation soutenable des ressources naturelles renouvelables et en faisant la promotion de la réduction de la pollution et du gaspillage. En 2011, le WWF fête ses 50 ans.
Depuis 1973, le WWF France agit au quotidien afin d’offrir aux générations futures une planète vivante. Avec ses bénévoles et le soutien de ses 170 000 donateurs, le WWF France mène des actions concrètes pour sauvegarder les milieux naturels et leurs espèces, assurer la promotion de modes de vie durables, former les décideurs, accompagner les entreprises dans la réduction de leur empreinte écologique et éduquer les jeunes publics. Mais pour que le changement soit acceptable il ne peut passer que par le respect de chacune et chacun. C’est la raison pour laquelle la philosophie du WWF est fondée sur le dialogue et l’action. Depuis décembre 2009, la navigatrice Isabelle Autissier est présidente du WWF France.
Ce rapport est adapté de l’étude « The Water Footprint of France », publiée en mars 2012 par l’Université de Twente (Pays-Bas). Cette étude a été initiée et financée par le WWF-France. Elle est téléchargeable (étude et annexes techniques), en anglais, sur : www.waterfootprint.org/Reports/Report56-WaterFootprintFrance.pdf
La méthodologie détaillée de l’empreinte eau est consultable sur : Water Footprint Manual : www.waterfootprint.org
Coordination du projet : Cyrille Deshayes (WWF-France), Thierry Thouvenot (consultant)
Rédaction : Thierry Thouvenot, avec la participation des équipes du WWF-France : Cyrille Deshayes, Gaëlle Bouttier-Guerive, Sophie Dunkerley, Boris Patentreger, Martin Arnould, Didier Moreau, Mohend Mahouche.
© Concept & design by © ArthurSteenHorneAdamson
© 1986 Panda Symbol WWF - World Wide Fund For nature (Formerly World Wildlife Fund) ® “WWF” & “living planet” are WWF Registered Trademarks / “WWF” & “Pour une planète vivante” sont des marques déposées.
WWF France. 1 carrefour de Longchamp. 75016 Paris.
L’empreinte eau de la France page 2
sommaire
résumé
Les objectifs de L’étude
La méthodoLogie de L’empreinte eau
L’empreinte eau de production
L’empreinte eau virtueLLe
L’empreinte eau de consommation
L’usage de L’eau en france est-iL soutenabLe ?
Thèmes
Le poids de L’agricuLture et de L’aLimentation
L’impact écrasant du maÏs
L’impact sur Les territoires de La consommation de produits agricoLes
L’empreinte eau et La biodiversité
L’empreinte et L’industrie
4
6
8
10
12
14
18
22
24
28
32
34
L’empreinte eau de la France page 3
résumé
L’empreinte eau est un indicateur de l’usage direct ou indirect qui est fait de l’eau douce. Elle se décompose en empreinte eau bleue (eau de surface et eau souterraine), verte (eau de pluie) et grise (eau utilisée pour diluer les polluants).
Cette étude, initiée et financée par le WWF-France, et menée par l’Université de Twente (Pays-Bas), révèle pour la première fois les caractéristiques de l’empreinte eau de la France.
L’empreinte eau de production de la France (l’eau utilisée sur le territoire pour la production de biens et services) est de 90 milliards de m3 par an. Les cultures agricoles représentent 86 % de cette empreinte eau, essentiellement sous forme d’eau verte. Le maïs représente à lieu seul 50 % de l’empreinte eau bleue de production agricole, avec un impact massif sur les bassins de la Loire, de la Garonne et de la Seine.
L’empreinte eau d’un consommateur français est de 1.786 m3 par an, soit l’équivalent du volume intérieur de deux Boeing 747. La consommation de viande totalise 36 % de cette empreinte eau (via le maïs et le soja pour le bétail), et le lait 10 % de l’empreinte eau verte de consommation (via les fourrages). Le coton représente 57 % des importations d’empreinte eau bleue de la France.
47 % de l’empreinte eau française est externe (c’est l’eau utilisée à l’étranger pour fabriquer les produits importés puis consommés en France) : la France dépend donc presque de moitié de l’étranger pour son approvisionnement en eau, avec un déficit de 12,8 milliards de m3 par an. L’adage selon lequel « on ne manque pas d’eau en France » est donc erroné.
L’empreinte eau est le premier indicateur à évaluer la soutenabilité de l’usage de l’eau, en identifiant les bassins (« points chauds ») qui souffrent d’une rareté en eau bleue due à l’empreinte eau française, affectant aussi bien les activités humaines que la biodiversité. En France, les bassins de la Loire, la Garonne, la Seine et l’Escaut sont particulièrement touchés. A l’étranger, la consommation en France de coton affecte des bassins comme celui de la Mer d’Aral, de l’Indus ou du Guadalquivir. Le sucre de canne, le riz et le soja sont les autres produits agricoles à l’origine de « points chauds » à l’étranger.
En France, la consommation de produits industriels représente 10 % de l’empreinte eau de consommation totale. 57 % de l’empreinte eau grise de consommation de la France vient de ces produits industriels, et provient en majorité de produits importés, avec des « points chauds » qui se situent donc notamment en Chine, en Russie, en Allemagne et aux Etats-Unis.
L’empreinte eau est un outil opérationnel qui permet d’agir pour préserver la ressource en eau, que ce soit au niveau des particuliers, des collectivités territoriales et des entreprises.
Les entreprises ont un rôle et une responsabilité particulière, en matière d’impact sur la ressource, et donc en matière d’empreinte eau. Elles peuvent ainsi mieux maîtriser leurs impacts sur la ressource. Par ailleurs, pour mieux maîtriser les risques associés à l’eau pour leur métiers, le WWF promeut un outil de mesure des risques associés à l’eau intitulé « Water Risk Filter ».
* http://www.waterriskfilter.panda.org/
4
5
 jbo seLd sfitcee Létudeau.leoursLapéhamalteedituqetiuplupuisédengag20sedeLetseecnarFFWW ans sur de cet engagement passe aujourd’hui par le renforcement de la lutte contre la perte de la biodiversité des écosystèmes aquatiques, la promotion d’une gestion plus responsable de la ressource en eau. Ces objectifs sont complétés par des actions transversales : la promotion de l’adaptation au changement climatique, d’une agriculture responsable (durable), d’une meilleure gouvernance de l’eau et des bassins versants. L’empreinte eau répond à ces objectifs et ces actions transversales. C’est pourquoi nous nous engageons à son développement et à sa promotion.
6
Les objectifs de cette étude Empreinte eau de la France, initiée par le WWF France, sont multiples :
D’abord et surtout pédagogique : l’empreinte eau est un indicateur comme celui de l’empreinte écologique. Il permet d’apprécier un certain nombre d’impacts consécutifs aux pressions exercées par les activités humaines, qu’elles soient domestiques, industrielles, agricoles ; nos modes de consommation. Aussi, il permet de façon simple avec un indicateur eau de prendre conscience que nos modes de consommation qui régissent les activités de production, peuvent avoir des impacts conséquents, et distants ; et que des modifications de comportements engendrés par cette prise de conscience salutaire auraient des impacts positifs pour maintenir et restaurer les équilibres des écosystèmes aquatiques et les espèces qui y vivent.
Un indicateur comme l’empreinte eau est d’autant plus intéressant et important qu’il permet de faire des comparaisons entre des pays, des régions, des départments, des communes, à l’échelle individuelle. Il peut être apprécié et exploité à l’échelon individuel, ou collectif ; par une entreprise (groupe, sites de production, process), par une filière industrielle ou agricole. Il peut être utilisé pour la mise en œuvre de démarches de progrès, et être exploité pour les démarches RSE des entreprises, dans ce cas, son intérêt peut être directement économique pour une entreprise. Par ailleurs, dans un contexte de changement climatique avec un acroissement des événements impactants le grand cycle de l’eau par une modification du régime des précipitation (sécheresse/inondations et les risques associés) et de la nécessaire adaptation à différents échelons, cela permet d’apprécier les risques au regard d’une situation donnée.
7
l’empreinte eau grise :c’est le volume d’eau douce requis pour diluer les polluants dans des proportions suffisantes pour que la qualité de l’eau corresponde aux normes en vigueur*.
L’empreinte eau de consommation et de production de la France est quantifiée selon des bases de calcul de comptabilité nationale (Figure 1) :
Fig. 1 :Comptabilité nationale de l’Empreinte Eau
8
L’empreinte eau a trois composantes :
L’empreinte eau d’un individu, d’une communauté ou d’une entreprise est définie comme le volume total d’eau douce utilisé pour produire les biens et services consommés par l’individu ou la communauté, ou produits par l’entreprise (ou le producteur agricole).
l’empreinte eau verte : c’est la consommation des eaux de pluie, notamment par évaporation dans les cultures agricoles ;
l’empreinte eau bleue :c’est la consommation des eaux de surface et des eaux souterraines ;
* water footprint Manual : www.waterfootprint.org
La méthodoLogie de L’empreinte eau
L’empreinte eau est un indicateur de l’usage direct ou indirect qui est fait de l’eau, par un consommateur ou un producteur. La méthodologie, mise au point en 2002 par le Professeur Arjen Y. Hoekstra, de l’UNESCO-IHE, et développée ensuite par l’Université de Twente (Pays-Bas), est décrite en détail dans le Water Footprint Manual*.
« L’empreinte eau au sein d’un pays », ou « Empreinte eau de production nationale », correspond au volume total d’eau douce consommé ou pollué à l’intérieur du territoire du pays.
Elle se compose de :
● L’empreinte eau interne de consommation nationale, c’est-à-dire l’eau utilisée pour fabriquer les produits consommés par la population nationale.
● L’eau virtuelle exportée des produits fabriqués dans le pays, c’est-à-dire l’eau utilisée pour fabriquer sur le territoire des produits destinés à l’export.
L’empreinte eau de consommation nationale » correspond à la quantité totale d’eau utilisée pour produire les biens et services consommés par les habitants d’un pays. Elle est constituée d’une composante interne et externe :
● « L’empreinte eau interne de consommation nationale »
● « L’empreinte eau externe de consommation nationale», c’est-à-dire l’eau utilisée par d’autres pays pour fabriquer les produits au sein des pays considérés, et consommés ensuite en France.
« L’eau virtuelle de ré-exportation » correspond à l’eau utilisée pour fabriquer les produits importés qui sont ensuite ré-exportés.
Ces composantes de l’empreinte eau nationale définissent pour finir les notions d’eau virtuelle selon la Figure 1. : Eau virtuelle importée, Eau virtuelle exportée, Budget eau virtuelle.
Les données de l’empreinte eau de consommation et de production sont analysées au niveau national, régional, et des bassins versants. Elles sont aussi réparties selon les secteurs agricoles, industriels et domestique. Le secteur agricole est par ailleurs analysé par type de cultures.
Les valeurs présentées dans ce rapport correspondent à une moyenne établie sur la période 1996 – 2005. L’indicateur est trop récent pour suivre l’évolution année après année de l’empreinte eau d’un territoire.
A noter que les DOM-TOM ne sont pas inclus dans l’étude, les données n’étant pas disponibles pour ces territoires.
9
L’empreinte eau de production
L’empreinte eau de production totale de la France est de 90 Md m3 (milliards de mètres cubes) par an (moyenne 1996 – 2005) , soit 1% de l’empreinte eau de production mondiale. Elle se compose en majorité d’empreinte eau verte :
Fig. 2 :Empreinte Eau de production de la France par types
Fig. 3 :L’empreinte eau de production de la France, par activités.
Les cultures représentent 86 % de l’empreinte eau de production(essentiellement sous forme d’eau verte), les céréales comptant à eux seuls pour 50 % de cette empreinte.
Les cultures représentent aussi 50% de l’empreinte eau bleue. L’empreinte eau grise de la France provient essentiellement des cultures et de la production industrielle.
10
Cultures
Verte Bleue grise
FranCe 62,7 2,8 8,0
Pâturages
Verte
5,7
Bétail (Consommation direCte d eau uniquement)
ProduCtion industrielle
usage domestique
Bleue Bleue grise Bleue grise Verte
0,8
1,5 5,7 0,6 2,2 68,4
Tableau 1 :L’empreinte eau de production de la France, par catégories (en Milliards de m3/ an)
total
Bleue
5,7
grise
15,9
La distribution spatiale de l’empreinte eau de production (verte, bleue et grise) est présentée Figure 4.
Fig. 4 :Distribution spatiale de l’empreinte eau de production de la France
mm par an
Empreinte eau de production totale
Les deux régions ayant la plus forte empreinte eau bleue sont le Midi-Pyrénées et l’Aquitaine, en raison des besoins en irrigation notamment pour le maïs (voir page 24). La densité de population et la concentration en activités industrielles expliquent que l’Ile-de-France a la plus forte empreinte eau grise (voir page 34).
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.