Les quartiers durables : un exemple de démarche intégrée et participative.

De

Chouvet (C). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0065333

Publié le : lundi 1 janvier 2007
Lecture(s) : 39
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0065333&n=16530&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins















LES QUARTIERS DURABLE S:
UN EXEMPLE DE DEMARCHE INTEGREE
ET PARTICIPATIVE









Etude réaliséeCpléarmence Chou,v et

Sous la direction: de
Nicolas Blan,c elbC ,»timoénocoe mispresaon E «meamgrro P 21
Thanh Nghie,mgeAnt tuuniérisedtn,eI snit P s

Comité 21 Angneiu s

Les quartiers durables

le 20 avr il200 7

- 1


Nous remercioness l adhérents du Comit ée t2 le1s collaborateurs d’Ange nqiuis ont
contribué à la réalisation de cette:étude

Association HQ-ECyril Chenet, Responsable du programme d’expérimentation HQE
Banques Populsa -i rAernaudB erger, Responsable développueramble ent d
BECitizen- Rodolphe Deborre, Directeur de mission chargé de la construction positive
Groupe Bouygu- e Fsa brice Bonnifet, Directeur dévelopupreabml ent d
Caisse deDs épôts- ablepons Reshon,ne,tssmeseitI vnelév Dontiecir D tnemeppooG scirrevY
territorial
CLCV - Alain Chosson, Secrétaire Général
Crédit coopér-a tCifh ristophe Vernier, Directeur dévelopupraebml ent d
CSTB- Yamina Saheb, Responsable certification
Dexia- MarcRizzotto, Directeur développement durable
Groupe Eiffag- eG eneviève Férone, Directrice développemennt ndouvratbi loen et i
Fondaterra, M-aFrriaençoise Guyonnaud, Direcétnriécrea elg
Gaz de France, Pierre Soulairol, D iNroercd-tPeaus-rde-Calai s
Les Amis de l’EZcAoC, Philippe Bovet, Prés ident
Michel Le Sommer, Architecte
SAGEC (Groupe Csasie d’épargn eM) me Sallé, E-conseillère
SEM Lille M. Badaroux, Directeur
SITA (Groupe SUE Z- )Pierre DorémieCuxh,e f du service collectivités, Direction des marchés
publics
SUEZ Environnem,e nPtascale Guiftf,a Cnhargée de pro jEeat u« pour to u» s
Ville d uHavre- Mme Goujon, Pôle aménagement
Ville de Lill- eD anielle Poliautre, Adjaoiun tMea ire, chargué deé vdeloppemednutr abl e
Ville de Limog- eMs me Bairdeaud, Adjointe délégunévei rào ln'Enem ent
Ville de Los-oen-Gohelle- Jean François Caron, Maire
Ville de Mulhou sFea bien nAernold, Adjoindteé léguéaeu x espaces verts et à l'enviro nnement
-
Ville de NarbonnJe Lieneigs,reir Detced rulevéeppomar-Manurabl ent d
Vinci- Sophie Bonnaure, Déléguée géfnoénrdala tài olan Vinci
WWF Bernard Cressens, Directeur des Programmes de Conservation



Cette étude a éteé draénasli suéne logique d-ae crtieocnh ecotaa v crehoinanttiinolni ocroE’lalmeéuet. d
enrichie dp eaprhcoart sniavaux.




Comité 21 Angneius

Les quartiers durables

le 20 avr il200 7

2
-

INTRODUCTION




Voilà 15 ans que l’on voit des quartiers à caractère tout à fait innovant sortir de terre
homologues européens. Bedzed, Vauban, Kronsberg à Hannovre, B001 à Malmö, Ham
Stockholm, Vikki à Helsinki sont parmi les plus connus. es velltuoestnn uo sedI plsporo
techniques de construction permettant de réduire leur impact environnemental tout e
des critères économiques et sociaux pour un développement plus harmonieux. Ces qu
montré qu’il était possible d’envisadgieffré lrae vmillme ent de ce qui a été fait pen dant 40 ans.

Pour beauco, ulpe quartier durable relève du projet :mta’l à epgnitkeru en éservé àœil et r
population aisée, sensible aux questions environnementales. Ce serait négliger les e
concerna lnat imxité sociale, la promotion de modes de vie plus durables et l’émergence
vraie filière économique. Le quartier durable va donc bea:uco’epstu upnluesnloniuvell e
manière de penser la ville, son organisation et les liens entre speosi nht adbiet avnutes . D’un
sociologique, c’est une manière d’aménager les espaces de vie qui replace l’usa
comportement au centre des préoccupatioanns sesetn f acttivittiuo qéss,neendi tout enili
préservant l’environnement.

Les collectivités françai sceosn çqouisuer; pdet on sesblrabmon sulp ne sulven sudjote srp ted
les bailleurs soc ilaeusx ,promoteurs, les constructeurs, les financeurs, ont de plus en
conscience des enjeux qui se profilent. Mais la France reste en retard datn s ce domai
nécessaire d’expliciter en quoi consiste le quartier durable afin de se lancer dans cette
Les quartiers durables constituent de réelles opportunités de p, rpoejertms edttea tnet rdriet oire
nourri lres Agen d2a1 loca.u x

Comité 21 Angneiu s

Les quartiers durables

le 20 avr il200 7

3
-

INTRODUCTION

SOMMAIRE

...........................................................................................3.... .

I. QU’EST CE QU’UN QUARTIER DURABLE ?....................................5.............. ..

1. Un quartier conçu pouirr reé sdoun impact environne mental5

2. Intégration de critères sociaux et économiques 8

3 .Le processus coll :e fcaticfteur démtienrant de l’émergence d’un quart ier du1r2a ble

II. ..........................LES ENJEUX DU QUARTIER DURABLE......41.................... ..

1. Les enjeux de la diffusion 14

2. Le quartier durable ... pour qui et pour 16quoi faire ?

III. ..........................LE QUARTIER DURABLE EN ACTION............................18 ..

1. Sensibiliser le grand public 18

2. Former les experts métiers 18

3. Agir sur les décideurs 19

4 .Se lancer dans un projet de quarti :e lr ad quuraebsltieon des financ ements19


CON

5.

L’état, catalyseur de la diffusion

21

CLUSION ..................................................................................................22..

Comité 21 Angneiu s

Les quartiers durables

le 20 avr il200 7

- 4

I - QU’EST CE QU’UN QUARTIER DURABLE ?


Ce que l’on recense sous la dénomination de quartier durable relève fondamental
l’innovation. sCt’ eune nouvelle manière d’appréhender la ville, dans sa complexité, en rej
schémas simplificateurs qui ont ordonné les règles d’aménagement des 50 dernières a
nouvelle conception des lieux à vivre a été déclenchée parplauscoendee nciesciv sulp e ve d
l’impact de nos modes de vie sur l’environnement. A ce titre, la prise en com
l’environnement est une des caractéristiques incontournables du quartier durable.

Il paraît banal de dire qu’un quartier durable intè gdreu dvélepoples critèresment durable.
Cependant cela souligne que le quartier durable est en devenir, que c’est une
d’amélioration continue, d’agrégation des bonnes pratiques précédentes, qui vise à u
vie harmonieux.


1. Un quartier conçu pour riréed uson impact environnem ental

En France, l’habitat, résidentiel, tertiaire ou commercial, est responsable de 19% des é
GES (Gaz à effet de s1rreD. e entreprposé auxo’ n aminoq eul ron msesised aç fmemêa l)
environnementales, on attennadv adnotr édes élus qu’ils réduisent l’impact de l eur territoire.

Vers une réductioni ceaffce de la facture énergé tique

Pour Rodolphe Deborre, Directeur de mission chargé de la construction positive chez B
«Nous avons aujourd’hui la techniav0 lecuf sueq etnasftta ruopre feindur 4acted i’à 6 2 50icà
taux de renouvellement urbain actuel (1%) si tout est fait en qualité».environnem
L’objectif de zéro carbone dans l’habitat est indispensable pour limiter le réchau
climatique cars tc ’l’eun des seuls secteurs où cela est réalisable flaecsi lteemcehnitqauveesc
d’aujourd’hui. Selon Rodolphe Dene sopruy p raevborre, ls moy ne iortté separ ni dseliécntne
de la plus accessible et efficace, à :la plus fine

ð e àfaibltâminestrid seb ovecnoC consommation d’énergie. Cela passe par l’application d
principes de la construction bioclimatique (orientation sud, stores protecteurs…) déve
l’étranger, notamment en Allemagne avec le-Hlaepl Pbus, assiv rnu esilotaoi ednarg ed n
quali,t éde manière à pouvoir réduire au maximum les besoins de chauffage (3/4
consommation d’énergie du bâtiment) et par une ventilation associée performa
techniques développées permettent d’ores et déj-àd edl’àa lldeer s bioebnj eactuifs impaors léas p
réglementation thermique actuelle et d’atteindre 15kwH/m²/an dans le neuf et 50kwH/m
rénovation contre 210 kmW/²ha/n en moyenne en France. La réduction importante de la
consommation d’énergie pour l’eau chaude sanitaire et hporué’l tcelicir tés rauchagff eerts elpsu
délicate.

ðLa deuxième étape consiste à utiliser des énergies renouvelables pour subvenir au

besoins en énergie, de manière à réduire au maximum les émissions de gaz à effet de
l’énergie du bâtiment umssaii sà atransformer le bâtiment en un loguecmtegie énerordtnp r’du
aussi bapti sbéâ t«iment à énergie p o».s itLievse énergies à utiliser sont le solaire, l’éolien ou la
biomasse pour le chauffage et l’eau chaude prLina cigpéaoltehmeremnti.e (réseauhxa ldeeu r cet
pompes à chaleur) est également en développnecme,e net trciluèieremtn -d Fenrapae-n Ile
France où elle fournit 10% de l’énergie distribuée par les réseaux d2e. chaleur de la régio


1Sourc:w.ipwwcc.c h/
2due giersos-ou s ecruoS né’L « :é itr paemAdAr-,-» eenlub iteldé n en Ile-de-Franc,ll aégtoehmreieBRGM
Comité 21 Angeniu sLes quartiers dur ablesle 20 avr il200 7

- 5

ð lseIpossais sormt décer riova’d elbiérat mes d àrsoue, llièga b el emm el ,sioat nuxiacos elur
cellulose (papier recyclé), le chan-cvir e.é viCtenu ergnaedp raitt non seulement xun sed e
problèmes liés à la fabrication des matériaux, mais contribuent également à la créa
ambiance saine à l'intérieure isd'ounn eémis dontilustub seshc secna seuqimi matina nvép lo tal
par ecrtains matériaux synthéPtliuqsu iems. portant encore, ils sollicitent la production contrôlé
de biomasse qui en croissance stocke le carbone et participe à la lutte contre le réc
climatique au lieu d’en émettre comme pour beaucoup de matériaux. Encore minorita
relative faiblesse actuelle des filières de production, cette approche se développe for
France et en Europe.

En terms ed’aménagement du système adgee ,c hplausfifeurs technologies ont été développées.
Quelque soit la technologie, le principe du chauffage collectif indivi d: ulael isé est eff
collectif a une excellente rentabilité environnementale, et lorsqu’il est doté d’un
individuel chaceusnt ituqp ar salD naion.mmatonsosa c ed ésilibasnopsreegena dur le,mé’a
BedZED a fait en sorte que les compteurs soient visibles de manière à ce que l’utilis
conscient de sa consommation. La ville de Barcaeploprnée hae nedllée la question dàe gran
échelle, à travers le projet d’aménagement de Poblenou.

LPoblneuo- raecolen B
ieu
Date delancement2001 projet sur 10 ans
N b d’htsconcerné23 000 logements
En 1979, Barcelone entre dans une phase de restruct

Context e

Descriptio n

Points
remarquabl es

Pour en savoir pl

Comité 21 Angenius

zon equi combine logement et nudsuastgrie-e tliertiaire. M. Ruedirae, ctDeur
département d’écologie urbaine de, rceloneBaéru ené aé alobn ioatqu
durabili t: éle rapport enat rceo lmplexité urbaine et la consommatio
Cette équation permet d’allier l’activité humaine dans la vill
l’environnement, sans que ces deunxe sn’oontioppsent une nouvesl.leLefoi
seaux
d’approvisionnement en eau, de chauffage et de télécommuni
de s’apopcrher d’une consommation .m inimale
La réhabilitation du quartier re plao spei éstuornisation du qu lasim ,reiter
place de unvoeaux espaces li bdéer élsa voiturete la réorganisation des
Les enjeux sont la qualité de vie du quartier et l’efficacité oerganisationnel

d’activitLé.a bitas des haitiv’dcaoi nlltanstaréiednamed sed seuvx aut ai fses té
Des pôles de vie ont donc été élaborés, alliant confort d’h
professionnelle et cadre de v.i eIl daé éggaagléement été déterminé des
m² par foyer, 15 m deè tdriea mpar personne morale) afin de re éserver d
nombreux espaces de vie commune, espdaécegsa gveemsrt netts.

leur réhabilitation permettra de réintégrer cettel ep amrtaireg idnea lvileésia
ailleurs, 4 000 logements sociaux sont prévus afin de favoriser la mixité soci
Financeme:ntle projet est intimement lié à l’installation d
bâtiments.
n’a eu à supporter que 9% dems fein2 16s len iollmi .€’dts sur ance
A l’échelle de la ville, Barcelone promeut les én e: rdgieepsu ipsr o2p0r0e0s
panneaux solaires thermiques sont obligatoires pour tous bâtiments nouvea
réhabilités. A terme, cela devrait représenter 20 0r0s0. m² de capteu
- autrelq udarei r elbisse suot àt ese blcc ancdo
- enm téohodolig eélaboration d’ugralad eu snuq niutrrpaodn er euecstn ean i o
- t etisrevidehcir ,é’angle de la bio eruabni eossul roppe ch ldevia a fragile
angenius. o(rPgobleno ;u )www.barcelonaener gpioa.ucra lte solaire a(gesnpol ou
anglais)

Les quartiers durables

le 20 avr il200 7

6
-

La gestion de l’eau

L’urbanisation de norist otierers s’est traduite par une imperméabilisation des sols qui se r
néfaste pour l’environn :e lmees nntappes phréatiques ne sont plus alimentées naturellemen
les risques d’inondation ou de saturation des stations d’épuration lsloe ndt oidt émultipliés
donc être compensée par de la rétention d’eau et une régulation des débits dans le
d’épuration. Les solutions, déjà mises en place dans plus,i epuersu vceonltl eêctsréet lia iv
récupération des eaux de pluie, la récupératioen s,d eosu enetaalr sitarulaséore ncoui xnuead s
sols. Evergreea n pa rexemp ldeéveloppé des plaques de parking en gazon qui permette
l’infiltration des sols. Les eaux récupérées ont vocation à êterem reén u(ttcihliassésees dlo’eca, lu
arrosage…), mais cettbei lpitoés sdiépend de la réglementation imposée p ar la DDASS.

Les transports

Le quartier durable, par son échelle, doit prendre en compte de’ acueturxe sli éasupnàects qu
construction respectueuse de l’environnement. Un quartier est le Plairelue r odùe l’on vit.
quartier durable incite donc égaldeompetenrt un aàarud eiv ed edombihal's an de,bla suat tamsi
dansles transports (source de 27% des émissio3ES)de Génag. Am nuqreu red rait leaburs n
implique donc de penser très en amont quels sceréoénst ux rt ael slfuxarpe ledom ed eiveffo
habitants, et comment minimiser leur impact environnemental.

Il est rpimordiadle créer un réseau de transport collectif qui apporte une desserte de qua
habitants, de manière à ce qu’ils n’aient paisli sbeer sqoiuno tidd’iuetnnement une voiture
individuelle. Cette démarche peut être accompagnée du développement d’autres trans
comme l’autopartage pour les habitants et les entreprises implantées, les véhicule
(voitures hybrides…), les picsltaebsl ecs,y voire les voies navsiig aubnlr eés euad eacanxue ts
dévelop p(écf .Stockhol). mLa mixité fonctionnelle,- à-cd’ieres tl’accueil de logements et
d’entreprises dans une même zone, permet également de limiter les transports, en o
habitantdsu quartier la possibilité de travailler à côté de chez eux. Cette mixité a ég
l’avantage de permettre une utilisation continue des bâtiments, sans déperdition de ch

La gestion des déchets

Avec le chauffage et l’eau, les chargefsi nda’nhcaebnitodnécc hsdte sd cCt’ee oetlsl.ealc ta
encore un volet sur lequel on peut agir pour le bénéfice du citoyen à long terme. Des
innovantes ont été dével:oppées
ð ed sitorri s àopubelles comprenancab sn SuE lesède,enisiuc c tnos sitrustonc ve aes
différents (plastique épais, papier ou carton, verre, alimentaire, et autre) de m
encourager les habitants à faire un tri à la source.
ð Stockholm est équipé d’un réseau uLe quartier durable d’Hammarby Sjöstad à
collecte souterr :a ilnese déchets de chaque foyer transitent à 70 km/h à travers des tuy
sont aspirés jusqu’à des points de collecte où les sacs sont mis en benne. En Franc
de Narbonne expérimente la collecte pneumatique de déchets au sei nd ud u quartier d
Théâtr ;e ce procédé devrait par la suite être généralisé à l’en semble de la ville.
ð Le composta:gleruseulhc ,pédrnie jats déches, dtrev stehcéd sd …p entve ugélsemu
facilement être transformés en compost, qui enrichira le sol des ja ruodeins individue
espaces verts de la municipalité, laquelle pourra ainsi diminuer sa consommation
chimiqueLs.a Ville dA’ngers, Rennes Métropole et le Gra…n do nLty do’onres et démjiàs
en place des systèmes de compostag e individuel.
- enemalégai fset enu à erellehcé ustr ind traitemLe pest eugaorqunihcéd ste tne sed
comme à Malmö où une unité de production de biogaz a été construite pour transfo


3ccpi/hc. : e.wwwourc S
Comité 21 Angneiu s

Les quartiers durables

le 20 avr il200 7

7
-

déchets organiques du trait(issuneb st )céehsed z, uiogau xuae sed tneme dri tdut eessé
dans le circuit de chauffage urbain et comme carburant aut1o6m0 boubisl e(l. e Àt iLeirllse ,

de la flotte) roulent au biogaz.

Le quartier durable de la ZAC du Théâtre à Narbonne
Narbonne a lancé la programmation d’un nouveaquurtq aieariptrn uecav, re el Tduâthéit ,reel
object :i fapprovisionneme 1n0t0 à% en énergies oruevnelables (solaire, bio mzéarsos eé),mission
deCO2e tézehcéd oron eC .tquu eauv, ertiar eus’dnuiepfr,5 hecc ,stpmo are 056ei13 de tare
logements po2u r0 00 habitan tsL.es bâtimentsn ts oconçus pour que leur consommation
énergétique sroéidtuite d0e %5 par rapport àr élag lementation thermique 2005 .( RIl T 2005)
s’agit ud’n quartier sans voituers e.b oDrnes extérieures alim elenst evréohnitcules électriques des
habitantUs.n gazéificuart eproduira, à partir de la filière bois, de l’électricité et du chauffag
cogénératio n5. 060 2mde capteurs photovoltaïques seront intégrés au bâti.
La conception du quartier (procédés constructifs et énergétiques, approvisionnem
logements deet s véhicules, éclairage public) a été réalisée avec l’appui technique d’ED
l’Institut européen de recherche sur l’énergie de l’univer (siAtllée dmea Kga.n rel)sruhe
Les premiers travaux commencent en septembre 2007 pour une livragiesomne ndtess premiers
fin 2008.
www.mai-rinearbonne .-f lracoste@ma-inriaerbonne .fr


2.Intégration de critères sociaux et économiques

La volonté d’un développement social harmonieux

L’enjeu est de t :a inlleednrèier sd se4 0u briasnagementss d’améncs saméhriudel e rasroep p
année, squi ont conduit, dans de trop nombreux cas à des phgéhneottmoïèsnaetiso nd ed es
populatio ndsans des barHreLsM . Il s’agit udn’ enjeu de paix sociale. S’il est difficile de décréter
la mixité sociale, il n’en reste pas moinsa cqcue’sesllieb leexs ripéceenéts e el ta rtgsnrèses no tàl
pour nous le prouver. La mixité sociale a d’ailleurs plusieurs visages.

La mixité sociale
A Hammarby Sjös-t aStdo ckhol-m l ’accent a été mis sur les personnes à mo :b tiloitués réduite
les bâtiments lseounrt accessibles et facilitent leur autonomie et le quartier accueille une
pour enfants handicapés. La mixité est également inte :r gdéesn ét eesolrdjas de sniratillenoenc
d’enfants ouvrent en fonction des contraintes horaires des lipsasreemntesn t etp ol’uért ab
personnes âgéte isn teésgré à la vie du q uartier.
Pour Bedzed, cela s’est traduit par une répartition équilibrée, avec 1/3 de logements en
(professions libérales, cadres attirés par la qualité de vie) pour lesqu éetlsa ileenst appartem
plus grands et accusaient une surprime pour financer en partie les autres- logements,
propriété, majoritairement utilisés p-waro rlkese r‘sk’,e yc’-eà-sdtire lefso nctions clés bénéficiant
d’aides publiq (upeosmpiers, infirmières, peruorfse…ss) et 1/3 en logements sociaux, pour les
populations les plus défavorisées.

Toutes ces expériences ont été une réussite car l’agencement des espaces a été co
pour favoriser le lien social et les ren c: ojnatrrdeisns pour les locataires, esparctes,s ve
terrains de jeux autorisés, jardins ouverts participant à l’aménagement de l’espace pub




Comité 21 Angneius

Les quartiers durables

le 20 avr il200 7

8
-

La présence de ménages dés fadvanorsi sleés quartiers dura bplaersa ilelestus réconomiquement
rationnelle puisquée qlueisp ements permettent ded reé saluibssetr antielles économies de charges
(15%à Bedze4 ecns.)d,rO udd no saiitsscoes areusnomb de arF ne tnelliavatrl iaoc sneaiom
surendettement des ménages avec les fournisseurs de g…a z et d’électricité

En France, cette dimension sociale aps pcaerratîta indsa nprojets de quartiers durables, et de
plusieurs mani :è res
ð création de logements sociaux à basse énergie (MulhoLe renouvellement ou la
Bourtzwill ;e rSageco,i aflile du groupe Caisse d’E pe-ll-enoC eiemrZ ald CAneour arg
Parisi)s. Ces porjets visent à faire en sorte que les ménages ayant du mal à assume
charges bénéficient en priorité des économies générées par les nouvelles techn
construction.
ð L liela aéitno: rives devec les rauqreitstej ed eescrn dus blra proDesa l utHaûlDee
Euratechnologies, Angers avec les plateaux de la Mayenne et des Capucins, l’OPAC
la ZAC de la Caserne de Bonelnle s ruroétrolles, d’Echie tc ist pciceac entsert’L .rtneua e
la mixité.

Lieub in en vue d’un quartier durable
ur a
Date de lacement2005
Nb htsconcernés13 425 (quartier urbain, population de: ohluesuM 2)11002

Context e

t

donné priorité rà élna ovation urbaine depuis 2005. En partenariat
EIfER (European Institute for Energy Research à Karlsruhe), le projet d
renouvellement du quartier Bourtzwiller a pour objectif de d
d’évolution et d’explorer les plans s pdo’uarc tailolenr vers un «quartier drubael» .

Le bilna a permis de définir 7 apcotiuor nus n quartier du :r able
onéRtabiprt r vehal’ocpmgaenvi é :ca propriément deses tair5uo rEp p’ALMar l
-
profiter des meilleures solutions durabl.e s existantes
- Rnévotaoi n’dnuârgecât benimput icbl à un contrat de perf
énergétiq »u e(CPE. )
- avec apllectif)ibat toc02» ( ahcilp 4 «es dinbaurt nemellevuoneR
principes de construction bioclimatique, utilisation des énerg
réutilisatiodnes matériaux du bâtiment déconstruit.
Descriptio n
- profion onneessi :tull erel lisitresnIsreiuop c setnahn eaplmer rett
liée aux métiers du BTP, à la récupération et à la HQE.
- bâtiment .duSensibiliser et former les professionnels
- rud )oppoepvélementbâtiable duranas( eleéil ua ’a divcté ittiarrCeé rnu eozen
- Implication des habi:tapupméi nts s deseil cona xuqieulogohtdo
aux groupes de réflexion des jeunes.
- L’ampleur du projet et la vision sur le long terme.
s
rPeoimnatrs quabl esaL - iteor fticalimpseh nod nastbati cœu, aus prr detejoud sauq eitr r.dncid i’itnoilas’utise lvorii fa. rseuat
- L approche méthodologique, réplicable et qu

- Illustration d’une rénovation urbaine, effectué sur du logement social.
Pour en savoir plfr -use.ovat rénwluohwwm.abru noi eni


4Susnirg.o/ cruo : e.wwwegna

5
ALME : AgenceLocale de la Maîtrise de l’Energie
Comité 21 Angneiu sLes quartiers dura bles

le 20 avr il200 7

- 9

Focus sur la qualité de vie

Outre les rcaactéristiques techniques ment’iuosnangéeiohcne xnof oitc trajoous urn sol ,s refn de
la qualité de vie que pourra offrir le qua-rctiesr’ellmcept xire stc : serepsa’autrs drave à tsuisa
- Un environnement sonore de qau: si ls soances qunoreeinntodi eepsen ets ennuuivstéi
jamais provoquer de surdité traumatique, elles peuvent êtruà e orl’inigde oelbuet sq sle
anxiété, irritabilité, dépression ou encore cardiovasculaires. La lutte contre le bruit p
diminution du trafic routier en izdoennet ireéllse ou urbaine, des m-burnaitutia tuuos der s
grands axes, et une conception appropriée des appareils électroménagers.
- c : vescapse’d noitargérs l’int à trave eedv eid uacrdraioontiL’élamedes rt etnê ueevicp x-utsr
coulées vertes, des par cps,e rdgeolsas, le retour des jardins ouvriers ou des potager
L’attachement des usagers à leur lieu de vie est également facilité par la part laissé
sein de l’espace public, et à l’é :m co’tieostn nle qu’ont pu jouer les cheminées del rôle
Bedzedpour certains usagers.
- reivses étd auilLa qud rlbarauq eitrs icle: s ceblpupaoptrreseru e’dtre en me doit êres sel seciv
publics qui garantissent le bon fonctionnement d’une société. Suivant sa taille
autonome ou dépendra des quartiers tes.n vDiraonns ntaonus les cas, il doit s’inscrire dans le
tissu urbain existant et doit profiter des synergies avec les quartiers voisins.

Pour un déevloppement économique du rable

Un quartier durable est également l’occasion d’insérer des pratieqsupeos néscaoblneos.m iques r
Dans les faits, cela passe par l’accueil de bureaux en plus des logements. Cette mix
d’assurer un certain niveau d’activités aux commerces de proximité, en particulie
restauration, ce qui en fait un quartier vivaianlt. La’et cocnuveiprreesis dlnt’eruelté sd a lia’é v
moteur dans la construction des quartiers de qualité environnementale de Lille Eurate
et Lyon Confluence. Il s’agit de créer des quartiers, multifonctionnels, qui ont leur pr
comme un vill, augne cent-rveille, ou encore les villes que l’on a crééee ton n qsujauu’9 1iè se,cl
pas comme cellesedu 20,ntre, ceuséele-m er…sffiad a’, irtoor-dleil vliv ,enisu-elliv

La démarche de quartier durable pousse à aller encore plus loin,s peenc tisn tdéeg rant les
développement économique dans la construction même du quartier. Certains projets
donc des clauses de contrats d’insertion locale aux promoteurs. Dans les régions sini
leurs anciennes activités économiques co-mPmas-ed le-eC aNloarisd, ces clauses ont vocation à
réinsérer les populations au chômagiterelteàursuasdché.s ion

La rénovation des bâtiments

La rénovation des bâtiment porte en elle un véritable avantage économique par rap
constructi o: nune politique eunrcaogeant la rénovatiobna sesne énear guien effet positif sur
l’emploi car une rénovation en basse énergie nécessite 70% de temps de travail e
matériel acheté alors que pour le même travail la répartition pour une rénovation class
50/5,0 et donc moins créatrice d’emplois. Ce sont, en outre, essentiellement les en
locales, PMI et PME, qui bénéficient du travail généré dans les pro6.j ets de rénovation


Le quartier durable estl ’aouccssai sion de susciter l’émergence dei linèoreusv ellolceasl efs
liées aux énergies renouveollaieblne, ss (oléaire, biomas)s eopprs.reritéx auua tam xcte .,st c C’ee
qu’a fait le N-oPrads-de-Calais à Loos a lvecC( E2DC enemt nted eédevolppentre de créatio
des éc-eontreprises), incubateur et oountial l rdé’gainimation économique. Le quartier durable
peut également être l’occasion de trouver des débouchés à l’agriculture biologique
mettant en place des circuits cpopurrotvsi sdi’oannement des ha bitants.

6Source: www.energivie.fr

Comité 21 Angenius Les quartiers dur ablesle 20 avr il200 7 -

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.