"Territoire durable 2030". Une prospective de développement durable à l'échelle des territoires.

De

Etahiri (N). Paris. http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0076139

Publié le : mercredi 4 janvier 2012
Lecture(s) : 11
Source : http://temis.documentation.developpement-durable.gouv.fr/document.xsp?id=Temis-0076139&n=1783&q=%28%2Bdate2%3A%5B1900-01-01+TO+2013-12-31%5D%29&
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

COMMISSARIAT
GÉNÉRAL AU
DÉVELOP PEMENT

DURABLE





n°124


Avril

2012










































« Territoire durable 2030 »
   
    

Dans un contexte en pleine évolution - défis du changement climatique, de la cohésion
ociale, de la biodiversité, de la croissance verte - la réflexion prospective à l’échelle des
territoires, impulsée notamment par la territorialisation du Grenelle et par la planification
territoriale (Schémas Régionaux Climat-Air-Energie, Schémas Régionaux de Cohérence
Ecologique), réinterroge naturellement les schémas de pensée habituels et suscite de
nouvelles démarches prospectives. Le programme « Territoire durable 2030 » du MEDDTL a
our triple objectif de préparer les territoires à ces changements de long terme, de dessine
les visions d’un développement durable pour ces territoires et, par l’apport de la prospective
territoriale, de proposer des recommandations stratégiques aux décideurs.

e changement climatique et l'épuisement deslbarud e0302 e T «ifctirtorierarmmrpgosoep erpLe TLDD orpsceitevd uEM de la Mission p
ressources naturelles non renouvelables, les difficultés»
du monde économique à dépasser la crise et la dette r édents
publique, les inquiétudes sur l’avenir des jeunes ettIrnaitviaé uxe n d2e 010p,r osept efctaiivsea nt susru itel’ aàm édneas gepméecnt du
des moins jeunes, induisent des mutations sociales et toir a démarche « Territoire durable 2030 »
économiques considérables qui vont, au cours des 20 cteornristituee, uln exercice global de prospective territoriale
ans à venir, influer sur les comportements, l'activité, abordant toutes les dimensions écono u
la nature du développement et l'action publique à miq es,
sociales, écologiques, climatiques, énergétiques et
toutes les échelles territoriales. institutionnelles. Elle vise en particulier à co-construire
Sur les territoires, des tendances lourdes se des scénarios de développement durable des
confirment en même temps qu’apparaissent territoires à horizon 2030.
d’innombrables incertitudes. Cela nourrit de nombreux
Six phases de réflexion et d’action composent ce
débats sur la stratégie et les politiques à mettre en
programme élaboré sous la conduite d’un groupe de
place, leur agencement et leurs effets dans les prospective formé de prospectivistes, de chercheurs,
territoires, sur fond de réforme des institutions et isme titutions
dans le cadre d’une gouvernance multi-échelle. rdeeg roucpoallnetc tuivniet étsr,e ntadi’noer gda’nacteurss du ette rritionisre.
Tout particulièrement, les grands défis portés par Les trois premières phases consistent à mettre en
l’Europe et par la France, mis en avant par le
débat la notion même de développement durable
« Grenelle de l'environnement » et les groupes de toir
réflexion sur le changement climatique et l’énergie, taepnpdliaqnucéees amuaxj etuerrersi deess t; eràri toriérvesé lepro ulre s 20e3n0j e;u xe t eàt
rendent nécessaire et urgent d’identifier les enjeux et
tendances de long terme sur les territoires français qui
permettront d’en profiler des visions durables – ouLes temps forts du programme :
non - à horizon de 20 ans.

C'est la finalité de la démarche de prospective2010
Territoire durable 2030 » de la Mission prospective- Séminaire Territoire et Développement durable
«
du MEDDTL, laquelle vise à explorer les scénarios - 10 Ateliers prospectifs
soutenables et les stratégies d'action susceptibles de-2 0Gr1a1n ds enjeux et tendances à l’oeuvre
mener progressivement le territoire national vers un
« territoire durable » à horizon 2030. - Construction des scénarios de contexte
- Symposium CréActive Place à Deauville
2012
- Scénarios tendanciel et alternatifs

- Territorialisation des scénarios

- Recommandations stratégiques

Délégation au développement durable

www.developpement-durable.gouv.fr






















































Le Point sur|n°124|Avril 2012

élaborer des scénarios exploratoires fortementjour, l’exercice a mis en évidence des enjeuxA ce
tributaires d’un contexte géopolitique mondial territoires.et tendances pour la soutenabilité des
évolutif. tLéegsi qtureo ise t scuoinvcarnette sa, uxa pspcéorntaarniot s,u rne névcloaiiernatg eà Du côté des tendances de fond à l’œuvre, le contexte
pulnues sqturaantification des scénarios et leurs impacts sur macro-économique factuel (croissance peu
le territoire national en termes de soutenabilité ; à la dynamique, poids de la dette) va structurer toutes les
transposition des scénarios sur des territoires speorliat icqouuepsl éé cào nuon mcioqnuteesx tdea énsn elregs éptirqouche acinareasc taénrinséée sp. aIrl
d’expérimentation (« territorialisation » des
scénarios) ; et enfin, à la proposition de lpar evmoilèartielist, éc ed eqsu i pirmixp oeste rlaa dreasr écfhacotiixo nd e dpersi ormitaét ipèroeusr
recommandations stratégiques pour les décideurs. les investissements
.
Préparer les territoires aux grands changementsCôté environnement, la France n’échappe pas à la

S’interroger sur le développement durable destendance européenne d’amplification des fluctuations
territoires avec des conséquences réelles sur les dans un premier temps, faire climatiques c’est,
coïncider les logiques de marché - issues de la écosystèmes et agrosystèmes - qui vont devoir à la

mondialisation et occasionnant des flux de matières fois s’adapter et migrer même à l’échéance 2030 – et
et d’énergie considérables - et les logiques de une accentuation des risques climatiques sur le littoral
préservation des ressources locales et de valorisation (tempêtes, submersion, érosion, ensablement…).
des potentiels, qu’ils soient naturels, patrimoniaux et
humains, en dépassant l’opposition qui a longtemps Sur le plan sociétal, les mouvements de fond des
prévalu entre « aménagement du territoire » et aduergnmièernets e dà éclea nnfioeiss » v: olnat psoep ulpaotiuorns,u ivlree . tau« xT oduet
« préoccupations environnementales ». Les aspects de fécondité, la natalité, le vieillissement, le nombre de
gouvernance se trouvent bien évidemment au cœur
des débats et à diverses échelles géopolitiques – ménages, la décohabitation, les familles
Monde, Europe, Nation. bmalonnéooptarroepnistamlees(…4 millilo’nhsé lidoetr oppeirssmone nes ene t plus sluer

C’est aussi, dans un second temps, tenter d’organiser le littoral français d’ici 2040).
au mieux les territoires afin qu’ils puissent anticiper,
prévoir et réagir vis-à-vis des changements Bien que la polarisation autour de quelques grandes
économiques et climatiques (voir figure 1), dans les cmroéitsrsoapnotlee s dceos ntviinlluees , (pmoéutrrsoupivoalenst, lvai llheisé ramrcohyiesnatnieosn,
conditions optimales de sécurité pour les personnes et
les biens, et dans le sens d’une plus grande prise de pécetoitneosm ivqilulee s)d, u let errriétéoiqruei livbarags’eo pdéréemr oegrna fpahviqeuure deut
conscience et d’acceptabilité des populations : c’est « croissant fertile » - Grand-Ouest / Sud-Ouest /
pourquoi, la question des vulnérabilités et des impacts
qu’auront ces changements sur nos territoires sM’aécdcitoemrrpaangénee r d/’ un Rahcôcrnoei-sAslepmese.n t dMeasi si négcealliat és veat
constitue une entrée majeure de la réflexion
« Territoire durable 2030 ». tdeersr itdoiisrpeasri…t ésP aerntriell eteurrrsi,t oli’riensd,i veitd ua u psoeuirnr aimt êêmtree ddese
a
plus en plus acteur dans l’évolution durable des
modes de vie par un retour à des valeurs de sobriété
et de responsabilité déjà à l’œuvre.
En revanche, les incertitudes constatées
actuellementsont, pour certaines, liées aux grandes
tendances : ainsi, pour le changement climatique, la
capacité d’adaptation face à des ruptures du système
écologique inconnues jusqu’alors ou l’ampleur et les
effets des migrations biotiques (insectes, maladies…)
mais aussi, au plan social, les modalités de traduction
du facteur 4 induisant des comportements
responsables plus ou moins guidés par de nouvelles
réglementations européennes et nationales plus
contraignantes.
Pour d’autres, et en particulier dans le domaine
économique, elles pourraient être levées par une
rupture avec le système actuel. Quelles seraient les
nouvelles configurations productives et par

conséquence, territoriales - des secteurs primaires,
secondaires et tertiaires pour une croissance
respectueuse du développement durable ? Comment
serait abordée la question des transferts publics et
sociaux dans le contexte européen d’une résorption
contrainte et accélérée de la dette publique ? Quelle
place accorder au bien commun, à l’intérêt général,
dans un marché compétitif et concurrentiel ?

2 | au développement durable DélégationCommissariat général au développement durable























































Le Point sur|n°124|Avril 2012


Enfin, les facteurs démographiques, de modes de vieQ uatre scénarios pour des territoires durables (figure 2) :
et institutionnels vont bien évidemment influencer
d’ici 2030 les cheminements des politiques publiques
à l’échelle des territoires. Pour ne citer qu’un aspect,
et sachant que l’INSEE prévoit une augmentation de
4% des moins de 20 ans d’ici 2040, qu’en sera-t-il de
l’implication des jeunes générations dans le
développement national et local, si les difficultés
d’accès à l’emploi (déclassement), d’accès au
logement (phénomène « Tanguy »), d’accès à la santé
(paupérisation sanitaire) devaient fragiliser davantage
leur insertion et leur rôle dans l’évolution de notre
société ?
Comment prendre en compte alors les nouveaux
phénomènes de régulation sociale tels que le regain
actuel de la citoyenneté de proximité et le
développement des réseaux sociaux ?
Explorer des visions de long terme pour
l’évolution des territoires
Le début des années 2010 constitue le point de
départ des scénarios et donne un repère pour en
faciliter ultérieurement la lecture. Le groupe deSource : Nathalie Etahiri, Mission prospective
prospective a de ce fait considéré quele scénario
exploratoire de contexte territoires, calé sur cette période, qui gagnent le pari de la mondialisation et
exprimait le tournant, la bascule, de l’ensemble de des territoires qui le perdent… Ce pourrait être
notre système économique et sociétal, sur fond de également le scénario tendanciel.
crises et de reconfigurations institutionnelles,
politiques et citoyennes. Il constitue le cadrageLes « territoires inversés »procèdent de la
général de la réflexion prospective à 20 ans. En rliemcihteersc huer bda’iunne s coaùd rlee sd tee nvisei osnos ustoecniaalbelse , s’aauc cdeenltàu ednets.
conséquence, les scénarios tendanciel et alternatifs La qualité de l’environnement se dégrade et on

procèdent à la fois du cadrage général exogène - assiste à une montée des nuisances : le sens des
influençant positivement ou négativement le territoire
pour une éventuelle sortie de crise - et des valeurs des ménages évolue vers des aspirations à la
déterminants territoriaux, décrits sous la forme de tprearnmqueitl.l itOén, laas sniasttuer eà eutn l ae xpoadixe quureb asien uilem lpao rvtiaen rt uerta leà
« figures territoriales ».
Les « figures territoriales » correspondent à des une relocalisation à la campagne permise par l’essor
caractéristiques propres à chaque territoire à des cdoens soNmTImC,a tidoun trparvivaiill égài andits tlaensc e cierct uidtse s cfoourrtms.e s Cdese
échelles spatiales pertinentes, en termes de
gouvernance, sensibilité citoyenne (aspirations à un territoires, jadis considérés comme les « espaces
cadre de vie agréable), formes économiques et sdeorrvéannatvs a»n t sudre sl eursr érgiicohness ses uprbroaipnreess,, à ss’aavpoipru ileenutr
sociales, ressources naturelles et foncier, finances potentiel énergétique (biomasse, éolien,…) et leurs
publiques. ressources vertes et bleues, qu’ils maîtrisent et

Les combinaisons des champs des possibles (voir développent durablement. Néanmoins, les conflits

figure 3 p.4) donnent lieu àdeux familles de d’usages se font plus nombreux sur le foncier, les sols,
scénarios, les « territoires asymétriques » etles la propriété en général, ce qui oblige à renouveler en
« territoires recomposés »(voirfigure 2), les formes de gouvernance et à anticiper profondeur l’une et

comme l’autre sont tributaires des niveaux de les espaces à enjeux par le retour d’une planification
richesses produits ou existants sur les territoires intégrée.
(richesses économiques, richesses naturelles et Les deux autres scénarios mettent plutôt en avant la
humaines). résilience territoriale. »Les « singuliers territoires
Pour la première famille,les « territoires leviers »tentent de surmonter les chocs de nature externe par
comptent sur l’assainissement des finances publiques une coopération intelligente entre acteurs. La forme
et les régulations économiques et sociales assurées préconisée est le « mode projet », sujet par sujet,
par une gouvernance territoriale « multi-échelles » impliquant les divers acteurs selon leurs priorités
pour renouveler la croissance. L’armature territoriale d’investissement. Ainsi, les coûts externes sont
se restructure autour des métropoles et des internalisés – incitant les territoires à développer une
infrastructures régionales et les acteurs poursuivent économie circulaire aux échelles pertinentes - , une
leurs politiques d’innovation et d’attractivité nouvelle fiscalité et des systèmes de tarification
internationale (pôles de compétitivité…). Les locaux apparaissent, et le territoire semble moins
agglomérations grandissent et l’agriculture reste dépendant des influences exogènes. Les partenariats
duale, avec des impacts négatifs sur l’environnement. public-privé sont privilégiés, qu’ils s’intéressent à la
Avec ce scénario, la France de 2030 est constituée de compétitivité ou à la préservation du bien commun de

Commissariat général au développement durable Délégation développement durable | 3


Le Point sur|n°124|Avril 2012

chaque territoire. Dans ce scénario, bien que lesLes« champs dupossible » suivant les composantes majeures
contributions et les redistributions soient plusdes territoires (figure 3) :
équitables que dans un système de prix unique, leFacteurs-clé Champ des possibles
manque de coordination et l’hétérogénéité deséicoS latH r-indivi
services peuvent présenter des risques nonypeugal( érsiemudlapoesabnsitil)ésétc coéi,er viliu ciuvean (Stoyee lrcmaoonnetiRar p)éh
négligeables pour les biens et les populations.Communautarismes (Société culturellement segmentée)
Fractures sociales multiples
Enfin,les « territoires affinitaires »expriment laSocialPaupérisation/Déclassement de masse
transformation qui s’opère actuellement sur lesIntergénérations en crise
territoires entre terroirs et territoires virtuels, si bienSolidarités redistributives
qu’une autre nature de territoire semble apparaîtreEconomiese tltrougoi qtuesT rediscononsD éceé idlai anierdednom-eimbirtvituse
tirant sa force des réseaux d’affinités et des diversesTout tertiaire dans économie résidentielle
formes de capital territorial, notamment son héritageRéindustrialisation technologique
culturel, économique, et environnemental. LeEconomie verte), …)Econ patomieVreidssmene t,n érgeétlu urlam elidseucrot'oéilmaoinnpo(m ieroccirregiat(a le
renoncement des gouvernements et des collectivitéson
locales à de nombreuses missions conduisent leseoievx ireeCtce cdEnsotemnotcue eesrestsrv von n /tserlear mnagi
ménages à développer des modes de communication,Niches vertes (bio, EnR, …)
d’échanges et de services très créatifs, répondantviEnnemennor tDégradation générale du patrimoine écosystémique (biodiversité, eau,…)
essentiellement à leurs besoins, tels que lessecruosseRNouveaux équilibres écologiques (résilience)
communautés d’échange, les coopératives d’habitat,Energieotcejartocé serinégérotés deé itémiqsystuesqité seuner(evuotepoient élsrgnerpmeèier,s..).éHlable, matières aux ouveN
les communautés de résidence, tout en interagissants elaroVoi nsita
sur des marchés secondaires basés sur des monnaiesFoncpacierEs dee nts urlevaétiénégoassiorc itésétérHafbied sedsnel sofcnèiers
alternatives. Ainsi, la mobilisation des réseaux renvoieRaréfaction globale du foncier urbanisable et agricole
non seulement aux réseaux sociaux mais aussi à lade décisions et des localisations résidentiellesConcentration des centres
mise en place d’alliances entre entreprises, entre ilétsbiuaicluqsFenances pFibup secnanif sedl taru bntmeteusseujqAilbucnanp seed fif sgrrosiesmese pntsAasnisiliques
collectivités locales pour œuvrer à de meilleuress finances ubli
solutions pour leurs salariés ou administrés.Gouvnce ernap questadargéDceacn iodee uénttaoinvuoNelleaté d eplae éc dtrenisal
Re ris
Et c’est en cela que l’on peut parler deterritoires pne eiam pan l'r atEtmeisalérIpmluisnoe uropéenne et féd
virtuels les alliances dépassent les structures carRéseaux et inter-territoires
proches : sur l’énergie, par exemple, l’associationSource : Geistel et Stratys, 2011
Energy-Cities rassemble des villes, des régions de
différents pays européens autour de la Convention
des irMeasi reesn, mpaotiuèrr e pda’retfafigcearc itéd eésn erpgréétoicqcuuep aetti odnse Eplraobgorraéms mseusr del el a mMêismsieo n hporroiszpoenc, tivlees « dAequuxa 2a0u3tr0 e»s
simila
ouvernance. Inno et « Biodiversité 2030 », confortent ces visions
cgonnaissance sont vlaetsi onp, rinicimpaaguixn atimoont, eurcsr éadtiev itcée, d’adaptation des territoires face aux conflits d’usage
scénario sur l’eau, le foncier. Plus concrètement,
.
l iale par lal’expérimentation de prospective territoriale « Aqua
Faci iter une appropriation territor2030 : pilotée », zoom sur le Languedoc-Roussillon
prospective stratégique la DREAL par Languedoc-Roussillon et conduite en
Mais la réflexion prospective, si elle est ancrée sur les dpéarbaaltl èsluer aleu s pfrroeignras met mlee vineartsi olinéasl , à vdieens t hcyopnottrihbèuseers adue
forces motrices puissantes que sont l’économie
mondialisée, la démographie, l’urbanisation et long terme et aide de ce fait à rendre plus
l’aménagement du territoire, n’en demeure pas performants les scénarios sur les milieux aquatiques
moins une démarche qui intègre profondément les nationaux.le
problématiques environnementales. Bprrioècvheaimneenmt ente xêptroes écs onsioclii, désl eest quscaénntiafiriéoss en vvounet oinsur
Tant l’UNESCO, que l’OCDE ou le PNUE soulignent la
nécessitéde devoir inventer de nouveaux styles ded’appréhender leur durabilité. Ils seront ensuite testésCommissariat général
ldaé vbeiloodpivpeermsiteén,t ,eté cl’oonnosmeisreern dl ac opmlaptneètàe,uprelo tpéogienrt evaeucnnorgruc r le pouisis cho,xuanoigér noitantmeripéexd’s reqits seuacarrité lec cessur des territoi au développement
qdurable
lbeiso ditvheérsmiaétiquoenst ribcuoemntp leàx egs aradnet ir l’euan u éqeuti libdree , lsai fdpoeor rmtlé’uuelsne r poadru elasl ’parhuotyrspepo etcshtcèiévsnee astr eiordr,i et ocreip aollqeit.ui i q upeesr mpeuttbrliaq udees Délégation au
t cdéveloppement durable
fragile, entre les ressources et les consommations,3, place de Fontenoy
pour nos villes, nos régions urbaines, nos territoires. Cette démarche vise à construire, et de manière75007 Paris
La notion d’éco-système revêt ici un intérêt particulier teTel. : 01.40.81.21.22
ha es entre inédi , uneDirectrice de la
cpraer mlai èrceos,m pleles xirteés sdoeusr ceésc nantgurelles et lleess mdiavteirèsreess aàr tliac u«l aptiroons paevnceotuicv lveee sllset rapapotpiléritgoqicuqheusee pd»uo t ur etpouot ts tunannens on sem enu r eruelliliqube coes dpCautbhliecriantieoLna rrieu
formes de capital (financier, humain,…) est, bien plus
qu’ailleurs, manifeste sur les territoires. Ce qui moyen terme.Rédacteur en chef
suppose de considérer les interactions entre les divers :Pour en savoirNathalie Etahiri
dispositifs économiques, environnementaux etNathalie ETAHpIlRuIsI2S1S0N0-1634
sociaux de manière plus appropriée au contexte local.01 40 81 34 86 lDépôt lég
a
leved@irihate.eialthna-mentoppeAvr l
i 2012
durable.gouv.fr

www.developpement-durable.gouv.fr

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.