Les dynamiques sociales de collaboration, de confiance et de reconnaissance au coeur du processus de conception d'agroéquipements en Afrique de l'Ouest : le cas du Burkina Faso, The social dynamics of collaboration, trust and recognition in the heart of food and agricultural equipments design process in West Africa : the case of Burkina Faso

De
Publié par

Sous la direction de Dominique Vinck
Thèse soutenue le 14 avril 2011: Grenoble
Dans le milieu professionnel artisanal et semi-industriel, la conception des objets techniques dans et pour les pays en développement d'Afrique de l'Ouest et notamment au Burkina Faso constitue un enjeu majeur. Cependant dans leur grande majorité, les technologies introduites n'ont pas répondu aux attentes des populations cibles. De nombreux échecs jalonnent l'histoire récente de ces tentatives. La problématique de cette impasse technologique est le plus souvent posée par les concepteurs et les développeurs en termes d'élaboration d'une méthode spécifique de conception destinée à ces pays en développement. Cette thèse attire plutôt l'attention sur le fait que la conception d'artefacts techniques dans cette région du monde ne peut faire l'économie d'une réflexion critique sur les modalités de mise en œuvre des processus de conception. Il ne s'agit plus uniquement d'aider à la conception de systèmes techniques par l'élaboration d'une méthode adaptée de conception mais d'aller au-delà, dans la mesure du possible, pour étendre le champ de connaissance et analyser l'ensemble des acteurs des réseaux sociotechniques impliqués, pour in fine, aider à la conception d'un nouveau système technique qui prenne en compte, dès l'amont, des questions comme celles des conditions de la collaboration, de la construction de la confiance et de la reconnaissance des concepteurs.
-Collaboration
-Confiance
-Reconnaissance
-Conception
-Innovation
-Afrique de l'Ouest
-Burkina Faso
-Méfiance
Within the handicraft and the semi-industrial environment, technical artifacts design in West African developing countries and particularly in Burkina Faso is a major challenge. However, the vast majority of technologies transferred have not met the target populations' expectations. For many failures mark the recent history of these attempts. This technological impasse is more often raised by designers and developers in terms of developing a specific design method for these developing countries. This thesis draws attention to the fact that technical artifacts design in this region cannot be done without a critical reflection on the design process implementation modalities. It is no longer only assisting the technical systems design by developing a suitable design method, but going beyond, as possible as, to extend the knowledge scope and to analyze all of the actors linked to the socio-technical networks involved, in order finally, to help designing a new technical system taking into account, as soon as the upstream, issues such as collaboration conditions, trust building and designers' acknowledgment and recognition.
-Design
-Innovation
-Food and agricultural equipment
-Cooperation
-Collaboration
-Trust
-Acknowledgment
-Recognition
-West Africa
-Burkina Faso
Source: http://www.theses.fr/2011GRENH006/document
Publié le : dimanche 6 novembre 2011
Lecture(s) : 52
Nombre de pages : 301
Voir plus Voir moins

tel-00630661, version 1 - 10 Oct 2011









A mon père YIPAALE SOME Joseph
et à ma mère KUSIELE MEDAH Jeanne-
d’Arc,
pour un don précieux, l’amour du travail.

tel-00630661, version 1 - 10 Oct 2011EN MEMOIRE DE :

Monsieur Claude MAROUZE, membre de l’UMR Qualisud du CIRAD – Département
PERSYST (Performances des systèmes de production et de transformation tropicaux), mon
correspond scientifique côté CIRAD dans le domaine de la conception en Génie Mécanique.
Sa volonté était, à travers cette thèse d’approfondir la méthode de conception CESAM dont il
était l’un des porteurs, par une approche sociologique. Ce fut lui qui orienta avec beaucoup de
doigté d’abord mon mémoire de Master Recherche puis ma thèse pour la partie « ciradienne »
tant du point de vue administratif que conceptuel au sein du département PERSYST.
tel-00630661, version 1 - 10 Oct 2011REMERCIEMENTS
Un parcours de thèse est marqué de nombreuses rencontres et échanges très divers. Les
multiples confrontations et échanges de points de vue ont été pour mon travail de recherche et
pour moi-même une véritable source d’enrichissement. Longue est la liste des personnes que
je souhaiterais pouvoir remercier pour avoir contribué de près ou de loin à ce travail ou
simplement pour les encouragements reçus. Je tiens toutefois à m’adresser plus spécialement
à certaines personnes dont l’appui m’a été précieux.
Je suis particulièrement redevable à Monsieur Dominique VINCK, mon infatigable et
immensément patient Directeur de Thèse, qui a su m’insuffler à travers ses conseils avisés la
confiance nécessaire pour venir à bout de cette aventure intellectuelle.
A Monsieur Bruno MARTINELLI et Madame Pascale MAÏZI MOITY, pour mon insertion
dans ce cadre stimulant qu’est le projet de recherche ANR SYSAV. Je témoigne de ma
profonde gratitude particulièrement à Madame MAÏZI MOITY pour ses différentes relectures
malgré sa santé fragile. Toute ma reconnaissance aussi à Monsieur François GIROUX et à
Monsieur Jean-François BOUJUT pour nos échanges sur les sciences de l’ingénieur.
A vous, mesdames et messieurs les membres du jury, qui avez accepté de participer à
l’évaluation de cette thèse. Je vous adresse mes sincères remerciements pour le temps
consacré et vos remarques avisées.
Un merci particulier à Madame Pascale TROMPETTE, à Monsieur Thomas REVERDY et à
Madame Céline CHOLEZ qui ont toujours répondu à mes multiples sollicitations pour
discuter mes papiers lors des séminaires internes au laboratoire PACTE ou du MCOI
(Management des Connaissances, Organisations et Innovations) et pour leur disponibilité lors
d’échanges plus informels.
A vous, collègues thésards du Laboratoire PACTE, du MCOI et du SYSAV qui m’avez
apporté vos connaissances toujours avec une grande bienveillance, je vous réitère toute
reconnaissance.
Je tiens à exprimer toute ma gratitude aux concepteurs, ONG, organismes de recherche,
institutions d’encadrement et de promotion des inventions et innovation pour leur
disponibilité et pour ce partage de savoirs.
Mes remerciements à tous les chercheurs et membres du personnel du CNRST, de l’IRSAT et
du Département Mécanisation au Burkina Faso pour avoir permis le bon déroulement des
travaux de thèse en Afrique.
Ma sincère reconnaissance à Monsieur Michel RIVIER et sa famille, à Madame Valérie
VELAJO née SABATIER et Monsieur Jean-Luc VELAJO pour leur soutien multiforme tout
au long de ce parcours.
À tous les chercheurs et membres du personnel du CIRAD - Département PERSYST
(Performances des systèmes de production et de transformation des produits tropicaux) UMR
Qualisud, j’adresse mes remerciements pour leur accueil, leur amitié pendant ces années de
thèse.
Je remercie enfin le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade
de France au Burkina Faso qui a bien voulu financer cette thèse en alternance et EGIDE qui
s’est chargée de la mise en œuvre. Mes remerciements vont au CIRAD pour la bourse DESI
dont j’ai été bénéficiaire ; et aussi au Projet ANR SYSAV pour son appui financier sur le
terrain.
tel-00630661, version 1 - 10 Oct 2011Sommaire
SOMMAIRE ................................................................................................................................................ 5
TABLE DES FIGURES ........................................................................................................................... 10
TABLE DES TABLEAUX....................... 11
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................................... 12
INTRODUCTION GENERALE............. 15
PREMIERE PARTIE : PROBLEMATIQUE ET DEMARCHE DE RECHERCHE ................... 20
PROBLEMATIQUE DE LA THESE 21
APPROCHE METHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE 26
L’ORIGINE DU SUJET.................................................................................................................................... 27
CHAMP DE L’ETUDE..... 27
Présentation de la zone d’étude 27
La population d’enquête 28
APPROCHE METHODOLOGIQUE GENERALE ................................................................................................ 29
Une approche à la fois structuraliste, holiste et constructiviste 29
L’élaboration d’un échantillon d’objets techniques 30
Le terrain comme premier test de confiance 32
Production des données 33
L’entretien 34
L’observation 37
Les données bibliographiques 38
La méthode de traitement et d’analyse des données 39
DEUXIEME PARTIE : CADRE ANALYTIQUE DE LA COLLABORATION, DE LA
CONFIANCE ET DE LA RECONNAISSANCE DANS LES PROCESSUS DE CONCEPTION
...................................................................................................................................................................... 42
CHAPITRE I : LES ACTEURS DE LA CONCEPTION AU BURKINA FASO 43
0- DEFINITIONS ET CONSIDERATIONS PRELIMINAIRES SUR LA COLLABORATION EN CONCEPTION ....... 43
Coopération 43
Collaboration 44
Conception 45
Invention et innovation 46
1- INTRODUCTION........................................................................................................................................ 48
2- DESCRIPTION SOMMAIRE DU SECTEUR ARTISANAL AUX BURKINA FASO........... 51
2.1- Bref panorama du monde artisanal au Burkina Faso 51
2.2- La formation professionnelle 53
2.2-1 La formation professionnelle non formelle 54
2.2-2 La formation professionnelle formelle académique 58
2.3- Deux exemples de trajectoires de concepteurs au Burkina Faso 59
tel-00630661, version 1 - 10 Oct 20112.3-1 La trajectoire professionnelle du directeur de l’Atelier de Production artisanale de
Matériel Agricole et Hydraulique (APAMAH) 60
2.3-2 La trajectoire professionnelle du directeur de la Société Ouest Africaine de Fonderie
(SOAF) 62
2.3-3 Les leçons tirées d’une comparaison élémentaire des trajectoires professionnelles de deux
concepteurs burkinabés 63
3- BREF HISTORIQUE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE NATIONALE EN RELATION AVEC LE MONDE DES
INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES. .............................................................................................................. 63
Le Forum National de la Recherche Scientifique et de l'Innovation Technologique (FRSIT)67
L'Agence Nationale de Valorisation des Résultats de la Recherche (ANVAR) 70
Autres acteurs 71
4- ENJEUX ET RESSOURCES DES DIFFERENTES PARTIES PRENANTES ....................................................... 72
4.1- La recherche scientifique nationale 72
4.1-1 Les enjeux 72
4.1-2 Les ressources disponibles de la recherche scientifique 74
4.2- Les entreprises dédiées à la conception 75
4.2-1 Les enjeux 75
Les forgerons 77
Les artisans métalliers 78
Les fabricants industriels 79
4.2-2 Les ressources des entreprises privées de conception pour la collaboration 81
4.2-3 Une nouvelle donne – Multinationale et marchés BOP 82
4.3- Les ONG 83
4.3-1 Les enjeux 83
Les ONG d’appui et les projets de développement 84
Les ONG de conception 86
4.3-2 Les ressources des ONG pour la collaboration 89
5- ANALYSES DES INTERDEPENDANCES ENTRE LES ACTEURS DE LA CONCEPTION ................................ 91
5.1- Analyse des interdépendances à partir des enjeux 91
5.2- Analyse des interdépendances à partir des ressources 95
La mise en cohérence des ressources humaines entre chercheurs et entrepreneurs : 96
La pluridisciplinarité 96
La proximité du terrain 97
6- CONCLUSION ........................................................................................................................................... 97
CHAPITRE II : ANTHROPOLOGIE ECONOMIQUE DE L’ARTEFACT TECHNIQUE DE CO-CONCEPTION99
1- INTRODUCTION........ 99
2- MARCHANDISATION DES RAPPORTS DE COLLABORATION ENTRE CONCEPTEURS .............................. 99
2.1- De l’intéressement des acteurs dans les processus de conception 99
2.1-1 La motivation morale et symbolique comme facteurs d’incitation des acteurs pour la
conception 100
2.1-2 La motivation financière, facteur essentiel dans la coopération en conception ? 102
2.2- De l’intéressement financier à la marchandisation des rapports de collaboration : un
glissement problématique 105
2.2-1 L’explication émise par les acteurs en terme de marchandisation des rapports de
collaboration 105
Un héritage colonial 105
Le coût de la vie 107
La taille des entreprises 108
2.2-2 D’une analyse à l’autre : l’approche métier et l’analyse des dynamiques internes 108
Le métier 109
Dynamique de recomposition des liens entre acteurs 109
3- GESTION DE L’ARTEFACT DE CO-CONCEPTION ................................................................................... 112
3.1- Gestion économique de l’artefact de co-conception 112
3.1-1 Bref rappel sur l’OAPI 112
tel-00630661, version 1 - 10 Oct 20113.1-2 Bref rappel sur l’ARIPO 113
3.2- Gestion symbolique de l’artefact de co-conception 116
3.2-1 Rapport à l’artefact de co-conception issu de la collaboration d’acteurs locaux 117
3.2-2 L’artefact de co-conception intégrant des organismes internationaux notamment européens117
4- CONCLUSION ......................................................................................................................................... 119
CHAPITRE III : LA CONFIANCE DANS LE PROCESSUS DE CONCEPTION AU BURKINA FASO 120
0- DEFINITIONS ET CONSIDERATIONS PRELIMINAIRES SUR LA CONFIANCE........... 120
1- INTRODUCTION...................................................................................................................................... 122
2- DES ORIGINES DE LA MEFIANCE EN CONCEPTION............... 124
2.1- Les transformations de la société 125
2.2- Méfiance côté chercheurs 128
2.3- L’évolution du système de la recherche 130
2.4- Discussion de l’explication de la méfiance en conception 131
3- LES REGIMES DE CONFIANCE................................................................................................................ 133
3.1- La confiance par connaissance directe 137
3.2- La confiance par réputation ou par légitimité attribuée 140
3.3- La confiance par intérêts partagés ou convergents 143
3.4- La défiance ou le déficit de confiance en conception 145
a) Si je vais en banque pour demander un prêt pour financer mon projet de conception, les
banquiers vont le détourner pour leur proche : 147
b) Si je collabore avec quelqu’un, il va copier mes idées ou mes innovations : 147
c) Si je veux intéresser les commerçants à mes technologies ou à mes idées ils refusent, ils
n’aiment pas les risques, ils ne me prêteront jamais de l’argent 147
d) Si je veux travailler avec les chercheurs des instituts, ils voudront voler mes idées 148
e) Si je travaille avec le privé, le problème de la paternité et de la reproduction des
innovations se pose 148
3.5- Analyse 149
4- DES LEVIERS POUR ETABLIR LA CONFIANCE POUR COLLABORER ..................................................... 151
4.1- le rôle d’un tiers garant 151
4.2- Le cadre institutionnel comme levier 152
4.3- La contractualisation comme autre levier 154
4.4- La mobilisation d’expériences réussies de coopération antérieures comme mécanisme
d’établissement de la confiance pour collaborer en conception 157
5- CONCLUSION ......................................................................................................................................... 157
CHAPITRE IV: LA SOCIOLOGIE DU VOLEUR D’IDEES : ENTRE FANTASME ET REALITE 159
1- INTRODUCTION...... 159
2- CONTROVERSES SUR LA CIRCULATION DES IDEES ET DES CONNAISSANCES..................................... 160
3- LE VOL D’IDEES : ACCUSATIONS ET REALITES.................................................... 163
3.1- La réalité du vol d’idées et de la piraterie dans le milieu de la conception 164
Des objets différents de vols : témoignages 167
3.2- Les accusations de vol d’idées et de piraterie de technologie comme fantasmes 171
3.3- Les fondements des accusations de vol d’idées et de piraterie de technologie 173
4- VOLER N’EST PAS VOLER : LA COPIE ADAPTATION COMME MODELE D’INNOVATION DANS LES PAYS
EN DEVELOPPEMENT.................................................................................................................................. 174
5- CONCLUSION......... 177
CHAPITRE 5 : LA RECONNAISSANCE DES ACTEURS DANS LES PROCESSUS DE CONCEPTION
D’ARTEFACTS TECHNIQUES AU BURKINA FASO 178
0- DE LA RELATION ENTRE COLLABORATION, CONFIANCE ET RECONNAISSANCE................................ 178
1- INTRODUCTION...................................................................................................... 182
2- THEORIES DE LA RECONNAISSANCE DANS LE MONDE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ................ 183
3- THEORIES DE LA RECONNAISSANCE DANS LE DEBAT EN PHILOSOPHIQUE POLITIQUE ..................... 185
4- LA RECONNAISSANCE COMME OBJET DE DEBATS SOCIOLOGIQUES................................................... 187
5- LA RECONNAISSANCE EN CONCEPTION AU BURKINA FASO............................... 188
tel-00630661, version 1 - 10 Oct 20115-1 La reconnaissance par les pairs 191
5-2 La reconnaissance institutionnelle 193
5-3 La reconnaissance par les usagers 195
6- CONCLUSION ......................................................................................................................................... 196
TROISIEME PARTIE : ETUDES DE CAS ET MOBILISATION INSTITUTIONNELLE..... 198
CHAPITRE VI : LA COLLABORATION, LA CONFIANCE ET LA RECONNAISSANCE VUES A TRAVERS
DEUX ETUDES DE CAS 199
1. INTRODUCTION ...................................................................................................................................... 199
2. QUELQUES ELEMENTS CONTEXTUELS.. 200
3. LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE D’IRRIGATION...... 202
4. GENESE D’UNE TECHNOLOGIE : LA CONCEPTION D’UNE POMPE A PEDALES VELO........................... 204
4.1 Bref historique du projet de conception de la PPV : un concepteur passionné 204
4.2 Chronologie du projet 205
4.3 Analyse 209
4.3-1 Convergence d’intérêts et collaboration pour concevoir 210
4.3-2 Le principe du médiateur et de l’utilisateur pilote comme base de confiance pour
collaborer en conception 214
4.3-3 Le besoin de reconnaissance comme autre déclic d’une innovation 220
5. HISTOIRE BREVE DE LA CONCEPTION D’UNE CENTRIFUGEUSE A KARITE ......................................... 224
5.1 Quelques rappels sur le karité 224
5.2 Le choix technologique : l’observation des utilisateurs comme source d’inspiration d’une
impulsion technologique 225
5.3 De l’orientation technologique à la conception de prototypes 226
5.4 Changement d’échelle et résistance à l’inclusion dans le réseau du projet de conception 230
5.5 Le prototype 1 de la centrifugeuse comme lieu de cristallisation de tous les espoirs 232
5.6 La machine à l’épreuve des utilisatrices 234
6. CONFRONTATION DE DEUX PROCESSUS DE CONCEPTION ................................................................... 236
7. CONCLUSION.......................................................................... 241
CHAPITRE VII : LA MOBILISATION DES INSTITUTIONS DANS LA COLLABORATION POUR
CONCEVOIR 243
1- INTRODUCTION...................................................................................................................................... 243
2- LE CONTEXTE INSTITUTIONNEL DES INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES AU BURKINA FASO............ 244
2-1 Aperçu institutionnel global 244
2-2 La naissance de la chambre des métiers, une chance pour les concepteurs ? 245
3- LA MOBILISATION DES INSTITUTIONS DANS LA COLLABORATION POUR CONCEVOIR...................... 249
4- LA MOBILISATION DES INSTITUTIONS POUR ETABLIR DE LA CONFIANCE.......................................... 257
5- LES INSTITUTIONS ET LA RECONNAISSANCE DES ACTEURS DE LA CONCEPTION. ............................. 259
6- CONCLUSION ......................................................................................................... 263
CONCLUSION GENERALE................................................ 265
BIBLIOGRAPHIE .................................................................................................................................. 272
SITES INTERNET CONSULTES 286
ANNEXES ................................................................................................................................................ 287
ANNEXE 1 : TABLEAU (2) : LISTE DES STRUCTURES RENCONTREES.................. 288
ANNEXE 2 : CARTE DU DECOUPAGE ADMINISTRATIF DU BURKINA FASO.......................................... 290
tel-00630661, version 1 - 10 Oct 2011ANNEXE 3 : DECRET N°96/400/PRES/PM/MESSRS DU 13/12/1996 PORTANT STATUT
D’ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE ADMINISTRATIF DU CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE (CNRST) ........................................................................................ 291
ANNEXE 4 : DECRET N°95 347/PRES/MESSRS DU 19 SEPTEMBRE 1995 PORTANT CREATION DU
FORUM NATIONAL DE A RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES (FRSIT) . 293
ANNEXE 5: EVOLUTION DE LA PARTICIPATION DES PAYS AUX DIFFERENTES EDITIONS DU FRSIT . 294
ANNEXE 6 : REPARTITION DES DEPOTS NATIONAUX PAR PAYS DE 1986 A1997 ................................ 295
ANNEXE 7 : DECRET N°98-485 PRES/PM/MCIA PORTANT CLASSIFICATION DES ACTIVITES
ARTISANALES EN CORPS DE METIERS AU BURKINA FASO ...................................... 296
ANNEXE 8 : DECRET N°2007- 304/PRES/PM/MCPEA PORTANT CREATION DE LA CHAMBRE DES
METIERS DE L’ARTISANAT DU BURKINA FASO (CMA-BF)................................... 299

tel-00630661, version 1 - 10 Oct 2011Table des figures
FIGURE 1: PRESENTATION DE LA METHODE CESAM. SOURCE (MAROUZE ET GIROUX, 2004) ................................22
FIGURE 2: ORGANIGRAMME DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE AU BURKINA-FASO ..................................................73
FIGURE 3: ENJEUX ET RESSOURCES AU NIVEAU DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE NATIONALE.75
FIGURE 4: LES ENJEUX ET RESSOURCES DE COLLABORATION AU NIVEAU DES ENTREPRISES PRIVEES DE
CONCEPTION .........................................................................................................................................................82
FIGURE 5: QUELQUES PHOTOS D’AGROEQUIPEMENT...................................89
FIGURE 6: LES ENJEUX ET RESSOURCES DE COLLABORATION AU NIVEAU DES ONG.................91
FIGURE 7: RELATIONS D’INTERDEPENDANCE ENTRE LES ACTEURS DE LA CONCEPTION VUES SOUS L’ANGLE DES
ENJEUX A LA COLLABORATION............................................................................................................................95
FIGURE 8: L’IMPORTANCE DES ECHANGES POUR ETABLIR LA CONFIANCE « PAR CONNAISSANCE DIRECTE ». .......139
FIGURE 9: LA CONFIANCE PAR LEGITIMITE DONNEE ..................................................................................................142
FIGURE 10: L’INVENTEUR SOLITAIRE .........................................................143
FIGURE 11: LA CONCEPTION PAR INTERACTIONS DES METIERS EN RELATION DE CONFIANCE PROFESSIONNELLE.151
FIGURE 12: LES MECANISMES DE VOL D’IDEES OU DE PIRATAGE DE TECHNOLOGIE ................................................169
FIGURE 13: EVOLUTION DES SUPERFICIES. SOURCE : MAHRH/DDI, 2008.............................203
FIGURE 14: SCHEMA DE LA POMPE A PEDALES VELO (PPV). SOURCE : DESSIN DU PROMOTEUR. .........................209
FIGURE 15: RELATIONS DE COLLABORATION DANS LE CADRE DE LA CONCEPTION DE LA PPV ..............................213
FIGURE 16: RESEAU DE RELATIONS DE CONFIANCE DANS LE CADRE DE LA CONCEPTION DE LA PPV.....................217
FIGURE 17: QUELQUES PHOTOS DE LA PPV ...............................................................................................................220
FIGURE 18: DIAGRAMME DE L’INTERESSEMENT AUTOUR DE L’IDEE........227
FIGURE 19: DIAGRAMME D’INTERESSEMENT DU PROTOTYPE 0.................230
FIGURE 20: QUELQUES PHOTOS DE LA CENTRIFUGEUSE............................................................................................234

tel-00630661, version 1 - 10 Oct 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi