Division des Élèves et de la Scolarité

De
Publié par

Niveau: Secondaire, Lycée, Première

  • mémoire


Division des Élèves et de la Scolarité Note d'information n° 190 - Février 2010 ? Page 1 Les ex-apprentis moins tou- chés que les ex-lycéens par la détérioration de la conjonc- ture économique A u 1er février 2009, sept mois après leur sortie du centre de formation, 41 % des apprentis se déclarent en emploi. Les autres n'ont toujours pas trouvé d'emploi (48 %), sont en stage (3 %) ou sont sans em- ploi et n'en recherchent pas (7%). Après avoir progressé de 7 points entre février 2006 et février 2008, le taux d'emploi perd 3 points en février 2009. Dans le même temps, le taux de recher- che d'emploi gagne 2 points. Mais il reste en dessous de la barre de 50 % qui, pour mémoire, avait été franchie au 1er février 2007 (52 %). Si l'on se réfère aux résultats de l'enquête sur l'insertion des ly- céens réalisée à la même période, ces derniers ont a priori moins résisté que les apprentis à la dété- rioration de la conjoncture. En fé- vrier 2009, le taux de recherche d'emploi des jeunes sortis de lycée a fait un bond de 9 points pour atteindre 64 %. Si 41 % des ex- apprentis se déclarent en emploi, ils sont seulement 18 % des ex- lycéens à avoir bénéficié d'une telle situation.

  • ex-lycéens par la détérioration de la conjonc- ture économique

  • secteur de la construction

  • sortant

  • formations aux métiers de la coif- fure

  • des3 statistiques - enquêtes

  • taux d'emploi

  • rectorat - des3 statistiques


Publié le : lundi 1 février 2010
Lecture(s) : 33
Source : ac-reunion.fr
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Division des Élèves et de la Scolarité
Note d’information
L’insertion professionnelle des apprentis au 1er février 2009 : L’insertion des apprentis sor-tis d’apprentissage au cours légère dégradation par rapport à 2008 ou à la fin de l’année 2007-2008 s’inscrit dans un contexte de détérioration de Les ex-apprentis moins tou-Si l’on se réfère aux résultats de la conjoncture économique. chés que les ex-lycéens par lal’enquête sur l’insertion des ly-Leur situation vis-à-vis de détérioration de la conjonc-céens réalisée à la même période, l’emploi s’est donc légère-ture économiqueces derniers onta priorimoins ment dégradée par rapport à résisté que les apprentis à la dété-celle de leurs aînés sortis unrioration de la conjoncture. En fé-an plus tôt.u1er février 2009, sept vrier 2009, le taux de recherche Cependant les situations va-mois après leur sortie du notamment le niveau de di-desAa fait un bond de 9 points pourse déclarent en apprentis d’emploi des jeunes sortis de lycée rient selon plusieurs facteurs,centre de formation, 41 % atteindre 64 %. Si 41 % des ex-plôme, le domaine de forma-emploi. Les autres n’ont toujours apprentis se déclarent en emploi, tion et le sexe.pas trouvé d’emploi (48 %), sont ils sont seulement 18 % des ex-Malgré une entrée dans la vieen stage (3 %) ou sont sans em-lycéens à avoir bénéficié d’une active un peu moins favorableploi et n’en recherchent pas (7%). telle situation. qu’en 2008, et demeurant plusAprès avoir progressé de 7 points difficile que dans l’hexagone,entre février 2006 etfévrier Forte baisse du taux d’emploi le diplôme et la réussite du2008, le taux d’emploi perd 3 pour les sortants de BTSstage en entreprise sont tou-points en février 2009. Dans le jours des atouts.même temps, le taux de recher-Parmi les sortants d’apprentissagegagne 2 points.che d’emploi Mais il reste en dessous de lade l’année 2007-2008, ce sont les barre de 50 % qui, pour mémoire,sortants les plus qualifiés qui ont le avait été franchie au 1er févrierplus été touchés par la dégrada-2007 (52 %).tion du marché de l’emploi. Graphique 1: Evolution de la situation des apprentis sept mois après la sortie du CFA en % 60 52 20052006 2007 2008 2009 50 48 50 46 4544 43 3941 37 40 30 20 13 12 11 10 9 10 0 Recherche d'emploiEmploi (aidé, non aidé)Autres(stage, inactivité) Rectorat de la Réunion - DES3 Statistiques / Enquêtes IPA
Note d’information n° 190 -Février 2010Page 1
Division des Élèves et de la Scolarité
Graphique 2:Taux d'emploi des sortantsparticulièrement accentué pour les d'apprentissage selon le niveau de formationex-apprentis formés dans le do-maine « mécanique, électricité, 59 Niveau BTSélectronique » (-20 points), notam-64,0 ment pour les spécialités« des structures métalliques » (-25 Niveau IV pro (Bac57 pro, BP)57,5points) -qui préparent aux métiers de carrossier, de serrurier mais Niveau V pro35aussi aux métiers liés aux activités 2009 (CAP,BEP) 37,5 c o n n e x e sa ub â t i m e n t 2008 (construction métallique, chau-18 dronnier,...).Le net repli de l’em-Sans qualification 16,0 ploi pour l’ensemble des forma-tions du domaine «génie civil, 0 1020 30 40 50 60 70 construction, bois», en particulier Source : Rectorat de la Réunion - DES3 statistiques - enquêtes Insertion pour les activités du travail du bois et de l’ameublement, est sans En deux ans le taux d’emploi desLa hausse de l’emploi chez lesdoute l’une des répercussions du sortants d’une formation de niveausortants sans qualification provientfort ralentissement économique III (BTS essentiellement) a perduessentiellement de l’emploi ditqui concerne le secteur de la 14 points en passant de 73 % enaidé. Lessortants sansqualifica- constructiondepuis fin 2008. début 2007 à 64 % en 2008 puis àtion, c’est-à-dire les apprentis quit-Dans le secteur des services, ce 59 % en février 2009.tant la formation avant l’annéesont pour les formations « coiffure, Malgré une conjoncture dégradée,terminale de CAP ou de BEP,l’esthétisme »et «transport, le taux d’emploi des sortants dereprésentent moins de 10 % decomptabilité »que l’emploi a le niveau IV (bac professionnel, Bre-l’ensemble des sortants.plus reculé.Bien qu’en repli, les vet professionnel) s’est maintenuformations aux métiers de la coif-au niveau de 2008 (57 %). L’écartCertaines formations ont bienfure ont permis à un apprenti sur de taux d’emploi entre les sortantsrésisté à la baisse du tauxdeux sortant avec un niveau IV de niveau III et les sortants ded’emploitrouver un emploi. de niveau IV s’est donc encore res-En revanche, certaines formations serré : il s’est réduità 2 points enDans le secteur de la production,onta prioribien résisté à la dété-2009 alors qu’il était de 7 pointsoù sont issus six apprentis sur dix,rioration de laconjoncture écono-en 2008 et de 15 points en 2007.le recul de l’emploi ordinaire a étémique. Les formations liées au
Note d’information n° 190 -Février 2010Page 2
Division des Élèves et de la Scolarité
domaine de la santé , à la commu-Graphique3:Taux d'emploi des filles et des garçons selon le niveau de formation - situation au 1er février 2009 nication sedistinguent avec une en % hausse de 8 points du taux d’em-70 ploi ordinaire. «La santé» consti-58 60 tue toujoursl’un des rares domai-56 Garçons nes de formation qui offre un tauxFilles 50 42 d’insertion supérieur à 60 % : ainsi 41 38 40 le taux d’emploi culmine à 78 % 30 pour sortants du niveau IV. 17,5 Dans le secteur industriel, les jeu-20 20 14 nes formés dans le domaine agro-10 alimentaire bénéficient également d’une meilleure insertion que leurs 0 Niveau IV proNiveau V proNiveau V bis proEnsemble aînés sortis un an plus tôt. Source : Rectorat - DES3 Statistiques / Enquête IPA 2009 Bien qu’en repli, le secteur de la construction demeure le Graphique 4: Evolution entre 2008 et2009 des taux d'emploi principal employeur des ap-selon le sexe et le niveau de formation prentis12 108,3 8Garçons Malgré un fort ralentissement de 6Filles la croissance économique dans le 3,8 3,3 4 secteur de la construction, on re-2 trouve toujours plus fréquemment0 -2 les ex-apprentis occupant un em--1,7 -2,7 -4 ploi dans les activités connexes -6-4,6 au « bâtiment » (second œuvre et -5,4 -8 -7,4 gros œuvre). Selon la répartition -10 des emplois occupés par bran--12 ches d’activités des entreprises en Niveau IV proNiveau V proNiveau V bisEnsemble février 2009, le secteur du bâti-ment rassemble à lui seul 42 % des emplois déclarés par les ap-l’emploi des garçons sortis auque les garçons lorsqu’elles sor-prentis, et La plupart des appren-même niveau a chuté de 7 pointstent de CFA avec une formation tis qui y travaillent ont suivi unepour descendre à 56 %. Cettede niveau inférieur au baccalau-formation liée au domaine d’activi-évolution en faveur des fillespro- réat.Ainsi 38 % des garçons sor-té. Les secteurs de «l’immobilier, vientdu fait que celles-ci ont ététis de niveau V professionnel ont du commerce » et de « l’hôtellerie,formées pour 56 % d’entre ellestrouvé un emploi au 1er février restauration »rassemblent res-dans des domaines tels que le2009 tandis que les filles ne sont pectivement 11 % et 10 % dessanté, le commerce et la commu-que 18 % à avoir bénéficié d’une emplois occupés par les appren-nication, des secteurs d’activitéstelle situation. tis. moinstouchés par la détériorationEt lorsqu’elles sortent de CFA de la conjoncture économique.sans qualification, seulement 14% se déclarent en emploi contre L’insertion des filles sorties de 20% des garçons en 2009. Mais les filles sont toujours niveau IV s’est nettement amé-davantage pénalisées que les liorée tandis que la situation garçons lorsqu’elles quittentL’insertion des apprentis des garçons s’est détériorée le CFA avant d’atteindre leest toujours plus difficile à niveau IVprofessionnella Réunion qu’au niveau Au 1er février 2009, 58 % des national filles sorties de CFA avec une Si à la sortie d’une formation de formation de niveau IV profession-niveau IV, l’insertion des filles Le taux d’insertion des apprentis nel se déclarent en emploi. C’est 8 s’est améliorée, elles sont en re-demeure toujours plus bas à la points de plus qu’en février 2008 vanche toujours plus en difficultés Réunion que dans l’hexagone. tandis que, dans le même temps,
Note d’information n° 190 -Février 2010Page 3
Division des Élèves et de la Scolarité
Sept mois après la sortie du CFA, Graphique 5: Taux d'emploi des sortants de fin de cycle au 1er 41% des apprentis ont trouvé unfévrier 2009 selon le diplôme préparé en 2008-2009 - en % emploi à la Réunion en 2009 Diplômés Bac pro - BP contre une moyenne nationale de 64 %, soit un écart de -23 points.Non diplômés niv IV Les formations de niveau supé-(Bac Pro-BP) rieur au baccalauréat sont aussi Diplômés CAP-BEP Emploi non aidé moins développées dans l’acadé-Emploi aidé mie. En 2007-2008 ces formationsNon diplômés niv V (CAP-BEP) concernaient 8 % des apprentis à la Réunion contre 24 % en 0 1020 30 40 50 60 70 80 moyenne au niveau national. LeSource : Rectorat - DES3 Statistiques / IPA 2009 marché du travail local crée pour-tant beaucoup d’emplois mais pascycle de niveau V professionnelont trois fois plus de chances que suffisamment pour absorber l’af-(CAP, BEP ou MC). Qu’ils sortentles non-diplômés de décrocher un flux de nouveaux actifs.diplômés ou non diplômés, ils sontemploi dans les sept mois qui  tousconsidérés comme qualifiéssuivent leur sortie. Le diplôme et le stage ende niveau V professionnel. Cepen-A la sortie d’une fin de cycle de dant à l’entrée sur le marché duniveau IV professionnel (bac pro-apprentissage sont toujours travail, les diplômés sont large-fessionnel, BP), le taux d’emploi des atouts ment avantagés. A l’issue d’uneest de46 % pour les sortants formation de niveau V (CAP,BEP),non-diplômés tandis qu’il s’élève à A l’enquête 2009, 52 % des sor-les jeunes qui sortent diplômés64 % pour les diplômés. tants interrogés étaient en fin de
NOTE MÉTHODOLOGIQUEL’enquête IPA est un dispositif national piloté par la DEPP (Direction del’Evaluation, de la Prospective et de la Perfor-mance) au ministère de l’Education nationale. Elle est réalisée chaque année par le service statistique académique en collaboration avec les Centres de Formation d’Apprentis (y.c. les CFA agricoles). Les CFA interrogent par voie postale er tous les apprentis ayant quitté l‘apprentissage l’année précédente sur leur situation professionnelle au 1février. Sont considérés comme sortants, les apprentis diplômés ou non qui ne signent pas un autre contrat d’apprentissage, ou qui ne reprennent pas des études. L’enquête de février 2009 concernait les apprentis sortis de la formation au cours ou à la fin de l’année 2006-2007. Au total 2 100 apprentis ont été interrogés et 1 330 questionnaires ont été déclarés exploitables (1 105 hors poursuites d’étu-des ou apprentissage).Grâce à la collaboration des CFA, le taux de réponse net a encore progressé et atteint 66,1%. Pour mémoire, il était de 64,5 % en février 2008 et de 60,6 % en février 2007. Afin de tenir compte des non-répondants, les réponses ont été redressées selon une méthode statistique de stratification et de pondération identique pour toutes les académies.Les données fournies ici sont donc des estimations. DEFINITIONS : Emploi non aidé (ordinaire) :regroupe les contrats à durée indéterminée (CDI) et déterminée (CDD), les intérimaires, les fonctionnaires, les aides familiaux, les personnes installés à leur compte et les engagés dans l’armée. Emploi aidé:regroupe les contrats emploi-solidarité, les contrats de professionnalisation. Recherche d’emploi (chômage):les jeunes qui se déclarent être sans emploi et qui en recherchent un. Inactifs: les jeunes qui se déclarent sans emploi et qui n’en recherchent pas un. POUR EN SAVOIR PLUS : « L’insertion professionnelle des lycéens au 1er février 2009 : une situation dégradée », Rectorat de La Réunion, DES3 Statistiques. Emploi salarié marchand« unecroissance faible à la fin de l’année2008 »,communiqué de presse du 25 juin 2009, INSEE, Direction régionale de La Réunion.
DIVISION DES ELEVESRédacteur en chef: Yvon CHEUNG-CHIN-TUNRectorat24 avenue Georges Brassens ET DE LA SCOLARITERédacteur: Fabrice PAYET97702 Saint-Denis Messag Cedex 9 DES 3 – Service StatistiqueImpression: Atelier de reprographie du rectoratsdeva@ac-reunion.fr Directeur de publication: Mostafa FOURARN°ISSN: 0987-3198Tél : 0262 48 13 78 / Fax : 0262 48 13 83
Note d’information n° 190 -Février 2010Page 4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.