POL XXXX – (Titre

124 lecture(s)

  • fiche de lecture
  • fiche de lecture - matière potentielle : et de la participation en cours
  • exposé
  • exposé - matière potentielle : magistral
Faculté des arts et des sciences Département de science politique POL 3560 – Action collective et politique Hiver 2011 Local B-3345– Lundi, de 16h à 19h Professeur : Pierre Monforte Bureau : C-3122 Disponibilité : Tous les jeudis de 14h à 16h Téléphone : 343-7870 Courriel : Rappel de règlements pédagogiques Veuillez prendre note que le trimestre se termine le 30 avril 2011 (incluant la période des examens).
  • remise
  • remises
  • théories de l'action collective
  • théorie de l'action collective
  • lectures théoriques
  • lecture théorique
  • règlement concernant les retards dans la remise des travaux
  • mouvement social
  • mouvements sociaux
  • mouvement sociaux
  • sciences-po
  • sciences po
  • science po
  • science-po
  • politique
  • politiques
  • travail
  • travaux

lire la suite replier

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
ribul
publié par

s'abonner

Vous aimerez aussi


Faculté des arts et des sciences
Département de science politique

POL 3560 – Action collective et politique

Hiver 2011 Local B-3345– Lundi, de 16h à 19h

Professeur : Pierre Monforte
Bureau : C-3122
Disponibilité : Tous les jeudis de 14h à 16h
Téléphone : 343-7870
Courriel : pierre.monforte@umontreal.ca

Rappel de règlements pédagogiques

Veuillez prendre note que le trimestre se termine le 30 avril 2011 (incluant la période des
examens). Aucune demande d’examen différé ne sera acceptée sans motif valable. Nous
entendons par motif valable, un motif indépendant de la volonté de l’étudiant, tel que force
majeure, le cas fortuit ou une maladie attestée par un certificat de médecin. (Règlement
pédagogique 8.5).

Le Département de science politique a adopté un règlement concernant les retards dans la remise
des travaux. La pénalité imposée pour les retards dans la remise des travaux est de 2 % par jour.
Cette pénalité est calculée en déduisant 2 % à la note obtenue pour le travail en question.
L’étudiant qui remet son travail après la fermeture des bureaux du secrétariat à midi le vendredi
est réputé avoir remis ce travail le matin du jour ouvrable qui suit, à l’ouverture des bureaux, et
les jours non ouvrables sont comptés comme des jours de retard.

Veuillez prendre note que la boîte de dépôt des travaux à l’entrée du Département est dépouillée à
midi précises tous les jours ouvrables.


Approche et objectifs

Ce cours vise à mieux comprendre les ressorts de l’action collective et ses liens avec les contextes
politiques dans lesquels elle se déroule. Comment expliquer l’émergence et les formes de
mobilisations? Comment expliquer leurs changements selon le lieu ou l’époque dans lequel elles
se construisent? Comment comprendre l’engagement et le travail des militants dans les
mouvements sociaux? Quels sont les effets de l’action collective sur l’action publique? Voici
quelques unes des questions que nous explorerons pendant ce cours. L’étude de l’action
collective se situe au carrefour de la science politique, de la sociologie et de l’histoire, et nous
nous référerons donc à des travaux de ces différentes disciplines afin d’aborder ces questions.

Nous suivrons une méthode comparative. Nous comparerons des mouvements sociaux et des
épisodes contestataires dans différentes régions et à différentes époques. Nous travaillerons 2
également sur des études de cas. Les théories de l’action collective nous permettront d’éclairer les
enjeux soulevés par ces comparaisons et ces études de cas.




Pédagogie

Le professeur assumera un exposé magistral en suivant le déroulement du contenu des
apprentissages tels que présentés dans le plan de cours. Les questions, discussions et débats sont
fortement encouragés. Les lectures obligatoires serviront de point de départ à l’exposé. Les textes
doivent donc obligatoirement être lus et assimilés avant le cours.

Les étudiants pourront rencontrer le professeur ou les auxiliaires d’enseignement tout au long du
semestre pour des questions particulières (notamment au moment de l’élaboration du travail de
recherche).

La première partie de la session portera sur les principales théories de l’action collective. Chaque
cours sera divisé en deux parties (environ deux tiers / un tiers du temps). Une première partie
(basée sur la première lecture) portera sur les aspects strictement théoriques (certains exemples
seront tout de même présentés à titre illustratif). Une deuxième partie (basée sur la deuxième
lecture) approfondira un cas empirique qui permettra de mettre en perspective la théorie vue dans
la première partie du cours.

La seconde partie de la session abordera les grandes questions liées à l’analyse de l’action
collective en travaillant cette fois essentiellement sur des cas empiriques. A partir de ces cas
empiriques, nous reviendrons sur les questions théoriques en tentant d’établir des liens entre les
différentes théories.

Une séance sera partiellement consacrée au visionnage d’un film : The Weather Underground.
Lors d’une autre séance, un intervenant externe sera invité.

Les lectures obligatoires sont téléchargeables sur le site web-ct du cours.


Évaluation

Les étudiants devront travailler par groupes sur un travail de recherche. Ce travail est important et
comptera pour une bonne partie de la note finale. Les étudiants seront également évalués sur la
base d’un examen de mi-session, d’une fiche de lecture et de la participation en cours :

- Un examen partiel d’une heure trente portant sur la partie théorique du cours (le 21 février
2011) : 25% de la note finale
- La remise et la présentation orale d’une première partie du travail de recherche (le 14 mars
2011) : 20% de la note finale
- La remise d’une fiche de lecture portant sur un ouvrage traitant de l’action collective (une liste 3
d’ouvrages sera distribuée lors du premier cours) (avant le 4 avril 2011) : 15% de la note finale
- La remise de la version finale du travail de recherche (le 20 avril 2011) : 35% de la note finale
- La participation active au cours : 5% de la note finale


Plan de cours


10 janvier : introduction


I. Les théories de l’action collective


17 janvier : Les ressources organisationnelles

Lecture théorique:
Didier Lapeyronnie, 1988, « Mouvements sociaux et action politique. Existe-t-il une théorie de la
mobilisation des ressources ? », Revue française de sociologie, 29 (4)

Étude de cas:
Daniel Cress et David Snow, 1996, « Mobilization at the Margins: Resources, Benefactors, and
the Viability of Homeless Social Movement Organizations », American Sociological Review, 61
(6)


24 janvier : Les opportunités politiques

Lecture théorique :
Marco Giugni, 2002, « Ancien et nouvel institutionnalisme dans l’étude de la politique
contestataire », Politique et Sociétés, 21 (3)

Lecture critique :
Olivier Fillieule, 2006, « Requiem pour un concept. Vie et mort de la notion de "structure des
opportunités politiques" », dans Gilles Dorronsoro (dir.), La Turquie conteste, Paris, presses du
CNRS


31 janvier : Les identités collectives

Lecture théorique :
Francesca Polletta et James Jasper, 2001, « Collective identity and social movements »,
Annual review of Sociology, 27
4
Etude de cas:
Rachel L. Einwohner, 2001, « Identity Work and Collective Action in a Repressive Context:
Jewish Resistance on the "Aryan Side" of the Warsaw Ghetto », Social Problems, 53 (1)


7 février : Rationalité, sens et émotions dans l’action collective

La question du sens :
David Snow et Scott C. Byrd, 2007, “Ideology, Framing Processes, and Islamic Terrorist
Movements” Mobilization, 12 (2)

Les émotions :
Pierre-Olivier Salles, 2009, « Les systèmes d’échanges solidaires et la crise argentine », dans
Christophe Traïni (dir.), Emotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po


14 février : Les répertoires d’action collective et les cycles de protestation

Lecture théorique sur les répertoires d’action collective :
Olivier Fillieule, 2010, « Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégies
d’action », dans Olivier Fillieule, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier, Penser les mouvements
sociaux, Paris, La Découverte

Etude de cas sur les cycles de protestation et la diffusion de l’action collective :
Isabelle Sommier, 2008, « Les processus de diffusion des révoltes juvéniles de 1968 »,
Histoire@Politique, 3 (6)

Visionnage du documentaire The Weather Underground


21 février : Examen partiel


28 février : Semaine de lecture


II. Les dimensions de l’action collective

7 mars : La localisation de l’action collective : du local au transnational

Lecture théorique:
Donatella della Porta et Sidney Tarrow (dirs), 2005, Transnational Protest and Global Activism,
New York, Rowman and Littlefield, pp. 1-20
5
Etude de cas :
Pascale Dufour, 2010, « Mouvements de femmes et pratiques différenciées de
transnationalisation des solidarités », dans Au-delà et en deçà de l'Etat: Le genre entre
dynamiques transnationales et multi-niveaux, sous la direction de Bérengère Marquès Pereira,
David Paternotte et Petra Meier, Bruxelles : Bryulant – Academia


14 mars : présentations orales


21 mars : mouvements sociaux, police et contre-mouvements

Les mouvements sociaux et la police :
Hélène Combes, 2006, « Gestion des manifestations dans le Mexique des années 1990 », dans
Olivier Fillieule et Donatella della Porta (dirs.), Police et manifestants. Maintien de l'ordre et
gestion des conflits, Paris, Presses de Science Po

Les mouvements et les contre-mouvements :
Melinda Miceli, 2005, « Morality Politics vs. Identity Politics: Framing Processes and
Competitions of Religious Right and Lesbian and Gay Social Movement Organizations. »
Sociological Forum, 20 (5)


28 mars : les mouvements sociaux et les médias

Lecture théorique :
Erik Neveu, 2010, « Médias et protestation collective », dans Olivier Fillieule, Eric Agrikoliansky
et Isabelle Sommier, Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte

Etude de cas :
Robert Hackett et William K. Carrol, 2006, Remaking media. The struggle to democratize public
communication, London, Routledge, Chapitre 3: Social movements and public communication


4 avril : Conclusion sur les conséquences des mouvements sociaux

Etude de cas 1:
Josée Lecomte et Suzanne Staggenborg, 2009, « Social Movement Campaigns: Mobilization and
Outcomes in the Montreal Women’s Movement », Mobilization, 14 (2)

Etude de cas 2 :
Marco Giugni, 2001, « L’impact des mouvements écologistes, anti-nucléaires et pacifistes sur les
politiques publiques : le cas des Etats Unis, de l’Italie et de la Suisse, 1975-1995 », Revue
Française de Sociologie, 42

6




La prévention du plagiat

Le Département porte une attention toute particulière à la lutte contre le plagiat, le copiage ou la
fraude lors des examens. Le plagiat consiste à utiliser de façon totale ou partielle, littérale ou
déguisée le texte d’autrui en le faisant passer pour sien ou sans indication de référence à
l’occasion d’un travail, d’un examen ou d’une activité faisant l’objet d’une évaluation. Cette
fraude est lourdement sanctionnée. Voir à cet effet le règlement disciplinaire dans l’Annuaire
général de la Faculté des arts et des sciences p. II.

N’hésitez pas à profiter des services de Mathieu Thomas, bibliothécaire disciplinaire spécialisé en
science politique. Vous pouvez le rejoindre à son bureau (local 3093 de la Bibliothèque des
lettres et sciences humaines, Pavillon Samuel-Bronfman), lui envoyer un courriel
(m.thomas@umontreal.ca) ou lui téléphoner (514-343-6111, poste 2625). Visitez aussi sa page
internet, Ressources en Science politique (http://www.bib.umontreal.ca/SS/pol/).

M. Thomas est aussi présent deux fois par semaine au Service de recherche et de documentation
du Département (SRD, local C-4052) pour répondre aux questions des étudiants. Le service est
offert tous les mardis et jeudis des sessions d’automne et d’hiver, de 11h à 13h. Pour plus de
détails, consultez la page Bibliothécaire in situ (http://www.bib.umontreal.ca/ss/pol/insitu.htm)
de son site internet.

Le SRD est ouvert du lundi au vendredi, de 10h à 13h et de 14h à 16h.


Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.