Chalet pour cabane à sucre

Publié par

chalet pour cabane à sucre Si vous pensez à unelocation de chaletsau Québec, essayez de vous organiser et profiter de la période de production du sirop d'érable.

Publié le : samedi 5 septembre 2015
Lecture(s) : 0
Licence : En savoir +
Paternité, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
chalet pour cabane à sucreSi vous pensez à unelocation de chaletsau Québec, essayez de vous organiser et profiter de la période de production du sirop d'érable. En effet, le temps des sucres coïncide avec l'équinoxe du printemps, dès la mi-mars et pendant un mois et demi, les « sucriers » s'affairent la cabane à sucre, délaissant la ferme. Si les Amérindiens transformaient déjà l'eau d'érable (la sève) en résidu sucre, l'arrivée des européens, qui utilisaient des récipients métalliques, a permis d'élargir la gamme des produits à l'érable. Une atmosphère de fêtes et de nombreuses traditions ont toujours accompagné le temps des sucres. Il est ainsi devenu un symbole de la fin du trop long hiver et l'arrivée du printemps. On remarque aussi a cette période une augmentation du nombre delocation de chalets. La cueillette : A l' origine l'érable était entaille à la hache et une éclisse de bois, fichée dans le tronc, laissant tomber la sève dans une auge placée sur le sol. Au XIXe siècle un goutterelle était fusée dans une entaille faite au foret. Une chaudière suspendue à l'arbre recueillit la sève. Pour le transport jusqu'a la cabane, le cueilleur chausse de raquettes nanti d'un joug d'épaules, vidait le contenu des seaux dans un tonneau fixé à un traineau tire par un cheval. Depuis 1960les grandes sucreries utilisaient une tuyauterie en plastique actionnée par la succion La fabrication : Autrefois le bouillage de la sève se faisait à l'extérieur dans un chaudron suspendu a une crémière au-dessus du feux. Au XIXe siècle, la cuisson se faisait sous un abri temporaire dans un récipient en fer blanc. Les cabanes permanentes existent depuis le milieu du XIXe siècle. Lorsque la sève brune et épaisse bouillait, le sirop était prêt. Pour obtenir la tire, produit comparable au caramel, l'évaporation se poursuivit à feu doux. En fin lorsque les gouttelettes de de tire séchaient en tombant, on la malaxait pour en faire du sucre qu'on moulait en pains. Les coutumes : La journée passée a la cabane à sucre est entièrement consacre à la cueillette de la sève, la fabrication des produits de l'érable et a la fête qui entourent les repas. Ceux-ci se composent de soupes aux pois, de fèves au lard, de jambon et d'omelette dans le sirop, de grillades de lards sale rôties, appelé oreilles de crisse, de marinade, de crêpes arrosées de sirop, et de la tire sur la neige la partie de sucre était autrefois incomplète sans veille de danses folkloriques Le Québec produit chaque année prêt de 40 millions de litres de sirop d'érable, soit prêt de 95% de la production du Canada et environ 80% de la production mondiale, toutefois, un printemps tardif et les températures froides en mois de mars peuvent baisser la production annuelle de 50%. Visiter les cabanes à sucre au Québec : Vous pensez visiter le Québec lors de cette période, jetez un coup d'œil sur ceschalets à louer, vous y trouverez certainement un endroit agréable pour passer de bon moments en famille ou entre amis.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.