Commentaires de Marcel Ritter à propos du livre de Michel Forné : L'inconscient ça (nous) parle ! (2013).

De
Publié par

Commentaires de Marcel Ritter à propos du livre de Michel Forné : L'inconscient ça (nous) parle ! (2013). Éditions L'Harmattan. Comme son sous-titre l'indique, le livre de Michel Forné nous invite à un parcours entre théorie et clinique psychanalytique, avec pour seule boussole, l'inconscient et ses manifestations. Sa parution n'est pas une surprise pour tous ceux qui ont eu l'occasion d'apprécier le rapport de l'auteur à l'inconscient et à ses processus. Cet ouvrage ne constitue rien de moins qu'une nouvelle « Introduction à la psychanalyse »... Marcel Ritter, psychanalyste, psychiatre à Strasbourg.
Publié le : dimanche 8 septembre 2013
Lecture(s) : 253
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

1Commentaires de Marcel Ritter à propos du livre
2L'inconscient ça (nous) parle !
3paru le 07 septembre 2013 aux éditions
L'Harmattan.
Comme son sous-titre l'indique, le livre de Michel Forné nous invite à
un parcours entre théorie et clinique psychanalytique, avec pour seule boussole,
l'inconscient et ses manifestations. Sa parution n'est pas une surprise pour
tous ceux qui ont eu l'occasion d'apprécier le rapport de l'auteur à
l'inconscient et à ses processus.
Cet ouvrage ne constitue rien de moins qu'une nouvelle « Introduction à la
psychanalyse », claire, bien structurée dans un langage accessible, sans pour
autant tomber dans le piège de la vulgarisation, et ceci grâce aux richesses de
la dimension métaphorique de notre langue nous plongeant d'emblée dans
l'univers des mécanismes inconscients.
Signalons également les nombreuses références éclairantes à l'étymologie
– dont celle du mot « désir » – en guise d'entrée en matière, ainsi qu'à la
mythologie, de même que dans le choix judicieux des citations mises en exergue
au début de certaines parties. Le texte est, par ailleurs, truffé de réflexions
pertinentes concernant la théorie et la praxis psychanalytique ; quant aux
fragments cliniques, ils font preuve d'une solide expérience du travail
analytique et permettent, au lecteur, une approche convaincante des éléments
théoriques exposés.
1 Marcel Ritter, psychanalyste, psychiatre à Strasbourg. Ancien membre du directoire de l'Ecole freudienne de Paris
(fondée par Lacan de 1964 à 1980), puis de la convention Psychanalytique (après la dissolution de l'EPF). Il est
actuellement membre de la FEDEPSY (Strasbourg) et occupe une place importante dans la réflexion autour du
contrôle analytique dans le processus du « devenir analyste ».
2 Forné M. ; L’inconscient ça (nous) parle ! - Un parcours entre théorie et clinique psychanalytique, L'Harmattan,
Paris, Juin 2013, 312 p.
3 http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=40688Deux questions liminaires introduisent le périple proposé. Tout d'abord :
- « Qu'est-ce que la psychanalyse ? ». La réponse est en apparence
simple : la rencontre avec soi-même via la rencontre avec un autre. Mais elle
ouvre dans le même temps de vastes horizons ; en effet, que sont cette
« rencontre », ce « soi-même » et cet « autre » ? Voilà de quoi mettre en
appétit ; puis :
- « Qu'est-ce qu'être psychanalyste en 2013 ? ». La référence à l'année
en cours a sans doute sa raison d'être, vue l'évolution actuelle de la clinique
rencontrée ; mais il n'en demeure pas moins que le psychanalyste reste, comme
aux premiers temps, « un entrecroisement d'un lieu, d'une fonction et d'un
temps », selon l'heureuse formule de Michel Forné.
Dans un chapitre à visée historique, l'auteur nous propose un rapide voyage à
travers la pensée philosophique d'avant la reconnaissance de l'inconscient
freudien. Son point de départ se situe dans la Grèce antique, du côté des
présocratiques et nous conduit jusqu'au romantisme allemand avec
Schopenhauer (dont la pensée a fortement marqué Freud) pour finir avec
l'évocation de Nietzsche.
Michel Forné y tient le pari de nous montrer que cet inconscient – tout comme
un certain nombre d'autres notions de la théorie psychanalytique – était en
germe depuis bien longtemps. N'oublions cependant pas que « l'inconscient
freudien » est le fruit d'une rupture radicale d'avec tout ce qui se formulait
auparavant à propos du terme même d'« inconscient ». Ce sera l'objet du
chapitre suivant.
Après un intermède consacré à la relation médecin / malade – question dont
Michel Forné peut également parler en se référant à son expérience
personnelle au vu de sa formation initiale de médecin généraliste – le livre nous
introduit aux notions fondamentales de la psychanalyse (un tour rafraîchissant
dans la plupart des concepts), puis à la théorie des névroses et enfin à la
clinique des névroses, perversions et psychoses ; ceci en suivant les pas de
Freud puis en précisant les apports de Lacan.
La pratique de la cure n'est pas en reste. Sont ainsi évoqués – en dehors des
considérations concernant le cadre – les deux piliers de la cure :
– l'énoncé de la règle fondamentale
– et l'attention flottante de l'analyste, de même qu'un certain nombre
de critères pour la fin de la cure.

Dans une dernière partie, Michel Forné questionne la place du discours
analytique dans le monde actuel et son implication dans le champ du politique.Il en conclut que la psychanalyse « demeure une nécessité parce qu'elle permet
de symboliser la vie et ses souffrances, sans nulle autre pareille ».
On l'aura compris, ce livre s'adresse à tous ceux qui sont « travaillés » par
l'inconscient et ses processus ... et qui pourrait prétendre y faire exception ?
Il justifie, dès lors, pleinement son titre : « L'inconscient, ça (nous) parle ! ».
M.R.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.