Business plan pour ouverture dun restaurant

3 079 lecture(s)
SOMMAIRE  INTRODUCTION....................................................................................................................................................3  I.DIAGNOSTIQUE EXTERNE                                                                                                                         ........................................................................................................................  .  .  5  A.Le macro­environnement                                                                                                               ............................................................................................................  . .. . . .  . ..  . ..  .. .  . .  5  1. Contexte général   . . .. . . .  ..  .. .  .. .  . ..  . . .. .  ..  ..  ..  . .. .  . . ..  .. .  .. .  . . . . .. . . . . . . .  .. .  . .. .  . .. .  .. .  . .. .  . ..  .. . .  . . ..  .. . . .  . . .. .  ..  . .. . . .  . . .. .  ..  . .. .  ..  . . . .. . . . .  . ..  . . ..  .. .  . ..  . . . ..  .. . .  . . 5   a)Aspect économique   . . .. . . .  . . . ..  . . . .. .  .. .  . . .. . . . . . .  . . ..  .. . .  . .. .  . . . ..  ..  . . .. .  . ..  . . .. .  . ..  . . . ..  .. .  . .. .  ..  . .. .  .. .  ..  ..  . ..  . ..  . .. . .  . . ..  . . . . . .. .  .. . .  .. .  . .. .  .. . .  .. .  . .. . . .  . . 5  LE TAUX DE CHÔMAGE DANS LE MAINE­ET­LOIRE EST DE 8,4 % DE LA POPULATION ACTIVE EN  2004.

lire la suite replier

Télécharger la publication

Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
porthos
publié par

suivre

Vous aimerez aussi

SOMMAIRE

INTRODUCTION....................................................................................................................................................3

I.DIAGNOSTIQUE EXTERNE . ......................................................................................................................... 5

A.Le macro-environnemen t. ................................ ............................................................................................ 5

1. Contexte général ..................................................................................................................................................... 5

a)Aspect économique. .......................................................................................................................................... .5

LE TAUX DE CHÔMAGE DANS LE MAINE-ET-LOIRE EST DE 8,4 % DE LA POPULATION ACTIVE EN

2004. GLOBALEMENT, LA RÉGION RÉALISE DE MEILLEURES PERFORMANCES QUE

L’HEXAGONE.........................................................................................................................................................5

b)La démographie. ............................................................................ .................................................................... 6

L’AGGLOMÉRATION COMPTE 90 000 ACTIFS, SOIT UN TAUX D’ACTIVITÉDE 53,9%. LES
ÉTUDIANTS SONT AU NOMBRE DE 30 000, DONT 16 500ÀL’UNIVERSITÉD’ANGERS ET 11 000À

L’UNIVERSITÉCATHOLIQUE DE L’OUEST, LA GRANDE PARTIE RESTANTEÉTANT INSCRITE

DANS L’UNE DES HUITÉCOLES D’INGÉNIEURS ET DE COMMERCE.......................................................6

c)Contexte géographique ........................................................................... ........... ................................................ 7

2. Le marchéde la restauration. .................................................................................................................................. 7

a) L’économie et le marchéde la restauration ...................................................................................................... .7

b)Aspect Juridique et Légal ................................................................................................................................... 8

EN CE QUI CONCERNE, IL FAUT AUSSI TENIR COMPTE D’UN FAIT QUI EST QUE LE PRIX MOYEN

EST SENSIBLEMENT DIFFÉREMMENT SELON LA PÉRIODE DE LA JOURNÉE. EN EFFET, IL A
DIVERGENCE ENTRE LE PRIX MOYEN LE MIDI, ET CELUI DU SOIR.....................................................13

c)Aspects sociologiques .................................................................................................................................. .... 31

d)Aspects Technologiques ........ ........................................ .................................................................................. 51

e)Aspects Ecologiques . ................ ....................................................................................................................... 5 1

SYNTHÈSE RÉCAPITULATIVE.........................................................................................................................17

B. Le micro environnemen t. ................ .......................................................................................................... 19

1.L’Offre .......................................................... ................................................................................................ ........ 19

a)Quantitati f. ................ ...... ................................................................................................................................. 9 1

b)Qualitatif ......................................................................................................................................................... .21

c)Étude de la concurrence .......................................................... ........ ................................................................ .25

d)Le modèle de Porter ......................................................................................................................................... 35

2.La Demande ..................................................................................................................................................... .... 9 3

a)Un marchéporteur. ................................ .. ....................................................................................................... .39

LE MARCHÉFRANÇAIS DES BOUTIQUES DE SANDWICH CONNAÎT UNE CROISSANCE SOUTENUE

COMPARÉEÀCELLE DE L'ENSEMBLE DE L'ALIMENTAIRE....................................................................39

S

S

b) Motivations et freins des consommateurs . ........................................................ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . 40
c)Les difféde ces consommateurs (socio styles) Selon une classification de GIRArents profils ........................ .41
d)La Demande sur Angers . ................................................................................................................................. .44
e)La zone de chalandise . ................................................................................................ ..................................... 4 4

YNTHÈSE DIAGNOSTIQUE EXTERNE..........................................................................................................50

II.DIAGNOSTIC INTERNE . ............................................................................................................................. 25

A.La politique commerciale . .... ..................................................................................................................... 52

a)Produits et Services . ......................................................................................................................................... 2 5

b)Le prix ..................................................................................... ....... ................................................................ .53

c)La distribution .................................................................................................................................................. 5 5

d)La communication ...................................................................................................................................... .... .56

B.La structure ............................................................................................................................................... .57

Le personne l. ....................................................................................................................................................... 7 5

a)Le Fonds de commerce ............................................................................................................. ....................... 5 8

b)La décoration ........................................................................... ....... ................................................................ .58
C. La fiscalité. ................................ .. ........ ..................................................................................................... 1 6
a)Le statut juridique. ............................................................................................................... .......................... .61

b)Le bail commercial ............................................................................. ............................................................. 1 6

c)Imposition fiscale sur les sociétés. ............... ................................................................................................... .63

d)Assurance . .............................................. ........................................................................................................ .64

e)Aide financière. ................................................................................................................................................ 65

YNTHESE DIAGNOSTIQUE INTERNE...........................................................................................................66

III.STRATEGIE DE COMMUNICATION ET DE MOYENS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ................................ . . . . . . . . .. . ...... 68

A.Stratégie de communication ...................................................................................................................... .68

a)Objectifs . ......................................................................................................................................................... .68

b)Cibles ............................................................................................................................................................. .69
c)Copy Stratégie ................................................................................................................................................ .70
d)Le positionnement . ................................ ..................... .................................................................................... 72

B.Supports de communication ...................................................................................................................... .72

a)HORS – MEDIA ............................................................................................................................................. .73

b)MEDIAS .......................................................................................................................................................... 7 5

IV.ETUDE FINANCIERE . ................................................................................................................................ 77

A. Achat du fonds de commerce : ................................................................................................................. 77

1.L’achat . .......................................................... ...................................................................................................... .77

2

2.Les frais d’énest .tablissem ..................................................................................................................................... 77
3.Autres immobilisations :. ....................................................................................................................................... 77
B.L’analyse financière. . ................................................................................................................................ 87
1.Bilan d’ouverture . ................................................................................................................................................ .78
2.Emprun t : ...................................................................................... ................................................................ ....... .81
3.Chiffre d’Affaires prévisionnel .............................................................................................................................. 38
4.Détermination du BFR et de la trésorerie ............... . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ................. . . . . . . . . . . . . . . ................................. 98
5.Approche du seuil de rentabilité .................................................... ........ ................................................................ 89
6.Analyse financière .............................................................................................................................................. .100

CONCLUSION.....................................................................................................................................................101

REMERCIEMENTS.............................................................................................................................................104
SITOGRAPHIE.....................................................................................................................................................105
ANNEXES............................................................................................................................................................106
TABOURETS HAUTS.....................................................................................................................................XXIX

Caractéristiques juridiques de la SARL .................................................................................... ...................... .XXXIII

Constitution d'une SARL . ................................................................ .... ........................................................... .XXXIII
a)Conditions de fond ................................................................................................. ................................ XXXII I
b)Conditions de forme et de publicité . ...................................................................................................... .XXXIV
Régime fiscal . .................................................................................................................................................. XXXV
Nomination des dirigeants . .................................................... .......................................................................... XXXV
. ........................................................................................................................................................................... LX VI
......................................................................................................................................... ................................ .XLVII
.......................................................................................................... . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . XVLII

INTRODUCTION

Le concept de l’entreprise que M. et Mme Huurneman créent est une idée totalement

novatrice, sur Angers, au niveau des sandwicheries. Déjà installé France, enà Paris par

exemple sous les enseignesCojean, Angelina…, ouà dans l’Ouest, ce concept ne Nantes

connaît pas de concurrents réels sur le marchéangevin. Néanmoins, la restauration rapide est

déjà énormément développée dans l’agglomération angevine. Le concept Parisien et Nantais

connaîtra t-il un succès sur le territoire Angevin ? Quelles sont les opportunités et les

faisabilités en Anjou ?

3

Ce concept peut se définir commeétant une sandwicherie, de gamme moyenne,

proposant des prix plusélevés que ses concurrents, offrant des produits divers, originaux,

saisonniers et frais. L’importance du concept, qui justifie le prix, se baseégalement sur le fait

que deux choix seront laisséclients : acheter son menu – sandwich et le ds aux éguster ailleurs

(tel une sandwicherie traditionnelle) tout en profitant de la qualitédes produits, soit profiter

d’un salon de thé, d’un espace important, d’une ambiance basée sur le design et la modernité

au sein du point de vente.

Ce concept, adopté par de nombreux parisiens ou nantais, tente de répondreà des

besoins naissants mais aussià tendance de consommation g uneénérale installée depuis

plusieurs années. En effet, de nombreux actifs, disposant de moins en moins de temps pour

déjeuner le midi, désirent manger rapidement, tous bénéficiant d’une vraie « pause » dans leur

travail. De meme, certaines personnes cherchentàse restaurer tout en travaillant, d’autres

préfèrent profiter d’un cadre agréable, chaleureux, ressourçant, etéviter les joies de la ville :

pollution, bruit…

Grâceàcette idée, notre entreprise pourra toutàfait répondreàces besoins, et se créer

une excellente place au sein du paysage culinaire angevin.

Notreétude a pour objectif de vérifier la validité, la crédibilitédu concept envisagé.

Pour ce faire, nous analyserons l’environnement externe et interne du snacking.

C’est ensuite que nous pourrons affirmer de la crédibilitédu projet en réalisant une analyse

financière.

4

I.DIAGNOSTIQUE EXTERNE

A.Le macro-environnement

1. Contexte général

a)Aspectéconomique

(Sources : www.angers.fr, www.angers.cci.fr, www.angers-tourisme.com, www.cg49.fr)

L’économie du Maine et Loire

Après trois années médiocres, le Maine-et-Loire a retrouvé en 2004 un bon niveau

d’activité: en effet, l’activitéa progresséde 4,3 % en 2004, pour une moyenne nationale de

4,1 %. Il est tout de même important de noter que le département affiche un défaut prononcé

d’investissement par rapport aux moyennes régionales et nationales, malgréune légère hausse

des investissements immatériels en 2004 notamment dans le commerce de gros et les services.

Le taux de chô8,4 % de la population active enmage dans le Maine-et-Loire est de

2004. Globalement, la région réalise de meilleures performances que l’Hexagone.

Potentiel touristique

Le Département, avec l’appui du Comité départemental du tourisme de l’Anjou,

s’attacheà valoriser l’extraordinaire patrimoine naturel et historique dont il dispose.

Ensemble ils ontélaboréun schéma directeur qui donne une large place au développement de

l’aménagement touristique ligérien.

5

Actuellement, 135 sites touristiques sont ouverts au public et accueillent chaque année

2,3 millions de visiteurs. Angers, ville historique et culturelle, attire de nombreux visiteurs

sensiblesàson patrimoine et sesévénements culturels de renommée mondiale.

b)La démographie

Dans les Pays de la Loire

La réhabitants. Selon l’INSEE, plus de lagion des Pays de la Loire compte 733 000
moitié des habitants ont entre 20 et 59 ans, et la population active représente 45% de la

population totale.

Les ménages consacrent en moyenne 1753 euros par an pour le poste de dépenses « Repas et

consommations extérieurs », ce qui représente 9,24 % de leur budget total.

Toujours selon l’INSEE, 8,8 % des emplois salariés ont un niveau de qualification de cadre,
22 % de profession intermédiaire, et 28 % d’employés.

A Angers

Angers représente la 16ème de France par son nombre d’habitants, qui s’ villeélèveà

157 000. Son agglomération compte 270 000 habitants répartis dans 31 communes. Le taux de

croissance de l’agglomération est supérieur au taux moyen des villes françaises de taille

similaire, et la tranche des 20-40 ans représente 39% de la population.

L’agglomé000 actifs, soit un taux d’activitration compte 90 éde 53,9%. Lesétudiants

sont au nombre de 30 000, dont 16 500à l’université 000 et 11 d’Angersà l’université

Catholique de l’Ouest, la grande partie restanteétant inscrite dans l’une des huitécoles

d’ingénieurs et de commerce.

6

2.

Source : www.insee.fr

a) L’économie et le marchéde la restauration

c)Contexte géographique

Le marchéde la restauration

Un emplacement stratégique

comme ils en tirent parti.

du Maine-et-Loire alimentent ces flux

d'hommes. Les entreprises et les habitants

En ce qui concerne la situationéconomique du marchéde la restauration en France, en

2000, ce dernier connaissait une hausse de 12,3%, correspondantà30 milliards d’euros. Cela

a notamment permis pour la restauration hors domicile, d’obtenir un chiffre d’affaires de 70
milliards d’euros en 2005 (+ 2,63%). Dans ce même secteur, 8,9 milliards de repas(- 1,23 %)
ontétéservis durant l’année 2005 et 265 000éssilbat tsenemétaient présents(+ 3,24 %).

7

Nantes, Bordeaux, La Rochelle...

atlantique :

centrale de la façade

Une telle position sur un axe

autoroutier et ferroviaire induit des

mouvements importants de biens et

Le Maine–et–Loire se situe sur l'axe majeur de communication entre Paris et la partie

Concernant le chiffre d’affaires du marchéde la restauration rapide, ilétait de 4.1 milliards

d’euros en 2003, soit une progression de 4.8% par rapportàl’année précédente.

b)Aspect Juridique et Légal

Réemtntaoingel

Avant de commencer des travaux, un permis de construire est nécessaire dans le cadre

du projet de création ou de reprise d'entreprise.

A l'occasion des demandes de permis, la commission de sécurité étudie le projet sur

dossier ou sur plan et transmet au maire un avis favorable ou défavorable. Le maire décide

alors de délivrer ou non le permis ou l'autorisation de construire ou d'autorisation de travaux.

Avant l'ouverture de l'établissement et après la réalisation des travaux, l'exploitant

doit demander au maire une autorisation d'ouverture au public. La commission de sécurité

peut alors visiter les locaux et donne au maire un avis en vue de la délivrance de l'autorisation

d'ouverture.

En cours d'exploitation, lorsque l'exploitant décide de réaliser des travaux

d'aménagement dans sonétablissement, il doit demander une autorisation au maire dont le

dossier est identiqueàcelui déposédans le cadre du premier cas citéci-dessus.

Normes de sécurité

En cas de travaux de construction ou d'aménagement : déposer une demande de

permis de construire ou d'autorisation de travaux conforme aux exigences des art R123-23 et

R 123-24 du CCH.

La notice de sécuritédoit figurer dans le dossier de demande de permis de construire

ou de demande d'autorisation de travaux. C'est aussiàpartir de cette notice que l'entrepreneur
8

pourraévaluer le coût deséquipements de sécuritédont il aura besoin et prévoir ainsi leur

financement.

Ne commencer les travaux qu'après notification de l'autorisation. Cette obligation

ré iaeremtngelévitera au créateur de tout démolir avant même de pouvoir démarrer son

activités'il n'obtient pas l'autorisation administrative (permis de construire ou autorisation de

travaux).

Il est donc préférable d'attendre les trois mois réglementaires, après avoir déposéle dossier
complet, pour commencer les travaux si la commission n'a pas répondu. Même dans ce cas, il
est conseilléde contacter la commission. On n'est jamais assez prudent pour préserver son

investissement.

Ouvrir un registre de sécurité. Ce registre peutêtre comparéau livret médical d'une
personne. On y trouve l'identitéde l'entreprise et les différentes informations relativesàla
sécurité de l'établissement. Les vérifications techniques, les formations suivies par le

personnel, les travaux réalisés y sont mentionnés.

Ce document obligatoire dans chaqueétablissement doitêtre tenuà disposition de la

l'administration et servira aux experts en cas de sinistre pour vérifier le niveau de sécuritéde

l'émese.nttaisbl

Installer deséquipements de sécurité

- Les extincteurs : un extincteur est généralement suffisant pour 200à300 m²de surface, et

par niveau.

-Unéquipement d'alarme : c'est-à-dire un dispositif qui permet d'avertir le public et le

personnel qu'un incendie ou autreévénement vient de se produire, afin qu'ilsévacuent les
lieux. Sa performance et donc son coût dépendent du type d'établissement. Il est prévu dans la
notice de sécurité.

- Un dispositif d'éclairage de sécurité: il s'agit d'unéclairage autonome et indépendant de

l'éclairage normal permettant, en cas de coupure, de maintenir un niveau d'éclairage suffisant

pour baliser l'itinéraire de sortie et créer une ambiance lumineuse minimale pouréviter que

naisse un effet de panique.

9

- Un système de sécurité incendie : le système de sécurité incendie d'unétablissement est

constituéde l'ensemble des matériels servantàcollecter toutes les informations ou ordres liés

àla seule sécuritéincendie,àles traiter etàeffectuer les actions nécessairesàla mise en

sécuritéde l'éenemsslit.tba

Les systèmes de sécuritéincendie sont composés d'un système de détection, de traitement des

informations, d'alarmes et de mise en sécuritédu bâtiment.

- Unéquipement antivols : la réglementation des assureurs impose certainséquipements pour
sécuriser l'établissement contre tout risque d'effraction : porteséquipées de serrures

spécifiques, grilles ou portails de façades,équipement d'alarme antivol (différent de celui de

l'alarme incendie), système de vidéeillance.vruso

- Prévoir des dégagements en nombre suffisant avant de signer un bail.

Attention, avant de signer un bail, il est important de s'assurer que les caractéristiques des

décommercial seront conformes aux obligations rgagements du local églementaires. En

fonction de ces caractéristiques, l'effectif de la clientèle sera limité. Il doit exister une

cohérence entre l'effectif admissible que l'on projette de recevoir, le chiffre d'affaires réalisé à
partir de cet effectif et les exigences pourévacuer l'établissement en cas d'incendie ou de
phénomène de panique.

Un conseilàce niveau est capital. Il peut conditionner le bon déroulement du projet.

- Afficher :

-le numéro d'appel de secours : 18,

-les dispositions immédiatesàprendre en cas d'incendie,

-le plan des locaux en indiquant notamment l'emplacement des locaux techniques, les
stockages dangereux, les dispositifs de coupure du gaz et de l'eau…

Traçabilitéet sécuritéirtaela nemi

La loi du 17 décembre 2002 viseà rendre obligatoire l’indication de l’origine des

viandes bovines en restauration. Ce texte prévoit d’indiquer, dans les lieux oùsont servis les

10

Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

sofy21111

très intéressant

dimanche 25 mai 2014 - 21:21
Lisez à volonté, où que vous soyez
1 mois offert, sans engagement Plus d'infos