Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne

Publié par

Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Service des études UFC-Que Choisir Septembre 2012 Service des études 1 Contenu INTRODUCTION ............................................................................................................................. 2 METHODOLOGIE ET PERIMETRE DE L’ENQUETE .................................... 3 1. Protocole ................................................................................................ 3 2. Structure de l’échantillon ..................................... 3 REPARATION ET ENTRETIEN AUTOMOBILE : LA CONCURRENCE AU RENDEZ-VOUS ? .. 6 1. Concurrence prix ................................................................................................................... 6 a. Tarifs de la main d’œuvre .... 6 b. Les tarifs ou forfaits « révision » ......................... 8 2. La stratégie des constructeurs pour limiter la concurrence .......................................... 13 a. Ils ne réparent pas cette marque… ................................................... 15 b. Menace sur la garantie ...................................... 16 c. Les barrages techniques et matériels ................ 18 CONCLUSION : LES DEMANDES DE L’UFC-QUE CHOISIR .................................................... 21 ANNEXES .....................................................................................................................................
Publié le : mardi 4 février 2014
Lecture(s) : 53
Tags :
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne
Service des études UFCQue Choisir Septembre 2012
Contenu
Service des études1
INTRODUCTION.............................................................................................................................2
METHODOLOGIE ET PERIMETRE DE L’ENQUETE.3...................................................................
1.................................Prole.toco...............................................................................................3
2.Structure de l’échantillon3.....................................................................................................REPARATION ET ENTRETIEN AUTOMOBILE : LA CONCURRENCE AU RENDEZVOUS ? .. 6
1.pirx..........Concurrence.................................................................6........................................a.Tarifs de la main d’œuvre................................6.................................................................... b.Lestarifsouforfaits«révision».........................................................................................8
2.La stratégie des constructeurs pour limiter la concurrence .......................................... 13a.Ils ne réparent pas cette marque…........51........................................................................... b. Menace sur la garantie ...................................................................................................... 16 c. Les barrages techniques et matériels................................................................................ 18
CONCLUSION: LES DEMANDES DE L’UFCQUE CHOISIR.................................................... 21ANNEXES ..................................................................................................................................... 22
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
Introduction
Service des études2
1 Le règlement 1400/2002 de la Commission européennea organisé l’ouverture d’un certain nombre de marchés liés à l’industrie automobile, comme la vente de véhicules neufs ou de pièces détachées (non visibles). Il a également introduit un certain nombre de dispositions visant à ouvrir le marché de l’aprèsventei. e. la réparation et l’entretien. D’ailleurs, la libéralisation du marché des pièces détachées est à la fois un résultat et une condition de ce mouvement. Car, pour que le consommateur puisse faire réparer ou entretenir son véhicule hors du réseau d u constructeur, les prestataires alternatifs doivent avoir accès aux pièces adaptées ; que ces pièces soient d’origine, et donc fabriquées par ou pour le constructeur (par ses équipementiers) ou adaptables (fabriquées par des indépendants).
La réparation et l’entretien sont des activités particulièrement lucratives et permettent à certains constructeurs de bénéficier d’un niveau de marge impossible à obtenir via la vente de véhicules. Cela est particulièrement vrai pour les constructeurs français, ce qui explique qu’ils développent des trésors d’ingéniosité pour garder le consommateur captif. Ils disposent pour cela demultiples parades comme la nontransmission des données techniques aux indépendants ou 2 3 l’enfermement du client via des contratsde garantieou d’extension de garantieexcluant l’entretien hors du réseau.
L’UFCQue Choisir a profité d’une enquête visant à comparer les tarifs pratiqués par les différents professionnels de l’automobile etdel’accueil pour vérifier l’évolution des pratiques sur le marché de l’aprèsvente.
Le consommateur esten mesure de bénéficier d’une vraie concurrence sur ce marchéil ?
1 Les textes qui ont suivi ont renforcé cette orientation. 2 L’Autorité de la concurrence a dû, par exemple, intervenir en 2007 pour que Citroën fournisse ces informations aux indépendants.ritodeteww//auw.cnerrf.eocalrucnhtt:p12=8leicrt_ard.pandar/st/use&0di=b12_durphi? Cependant, si on en croit son prérapport de 2012, ce type de problèmes perdure quel que soit le constructeur concerné. 3 L’Autorité, dans son prérapport de 2012, constate l’existence dans les contrats de garantieet d’extension de garantie, de clauses obligeant le consommateur à entretenir son véhicule dans le réseau. De son côté, l’UFCQue Choisir a demandé en 2010 à la justice de mettre fin à ces pratiqueshttp://www.quechoisir.org/auto/communiquecontratsde garantieautomobilelufcquechoisirdemandealajusticedestopperlesclausesabusivesdesconstructeurs
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
Service des études3
Méthodologie et périmètre de l’enquête
1. Protocole L’enquête a été réalisée par les bénévoles de l’association UFCQue Choisir. Leur mission se décomposait en plusieurs volets. Cependant, dans ce document nous allons nous intéresser à deux aspects de ce travail : -Constater l’affichage (légalement obligatoire) des différents tarifs/horaire de la main 4 d’œuvre (T1, T2, T3) et les relever le cas échéant ; - Demander aux professionnels les prix forfaitaires pour deux types de révision (la première et la seconde) de deux véhicules spécifiques : une Renault Clio et une Peugeot 5 207 .Les deux véhicules sont encore sous garantie(pas d’extension de garantie). Les enquêteurs de 128 associations locales ont visité 1 440 enseignes, réparties sur 81 départements, du samedi 9 au samedi 23 juin 2012. Le protocole impliquait de visiter dans la mesure du possible au moins : - 1 concessionnaire Renault et 1 concessionnaire Peugeot ; - 2 centres auto ; - autre garage (indépendant, affilié à un rése 1au, autre marque concurrente…); - concessionnaire Ford ou Volkswagen. 1
2.Structure de l’échantillonDans ce rapport, notre objectif est double. D’une part, déterminer s’il existe sur le marché de la réparation et de l’aprèsvente un positionnementprix spécifique selon les acteurs et plus particulièrement entre les réseaux des constructeurs et ceux des indépendants. D’autre part, de 6 dresser une photographie de la concurrence effective, entre ces différents types d’acteurs.Concernant plus précisément les constructeurs, dans la mesure où les acteurs nationaux sont les plus présents, puisqu’ils captent 50%du marché de la vente d’automobiles (mais avec un parc roulant bien supérieur) et qu’ils ont le réseau (vente et aprèsvente) le plus dense, nous avons ciblé Renault et Peugeot. Citroën a été écarté. Cependant dans la mesure où il est dans le même groupe que Peugeot, sa politique commerciale est potentiellement plus ou moins la même.
4 selon la technicité de l’intervention. Le tarif T1 étant pratiqué pour la moins techniqueCette classification est faite  des interventions (par exemple, une vidange) et le T3 pour la plus complexe (par exemple, un diagnostic pointu sur des équipements électroniques). 5 Renault Clio (III), 1.5 dCi, 90 ch , Dynamique tomtom 5 portes. Première mise en circulation en septembre 201116 000 km environ au compteur. Peugeot 207,1.6 HDi, 90 ch, Fap Premium. Première mise en circulation en octobre 201111 000 km environ au compteur. 6 ne préjuge en rien du niveau de concurrence. Il s’agit d’une condition nécessaireLe nombre d’acteurs sur le marché mais non suffisante. A titred’exemple, les opérateurs mobiles ont pu, au début des années 2000, s’entendre à trois pour mettre en place un Yalta concurrentiel.
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
Source : UFCQue Choisir
Renault 45 %
Service des études4 Pour déterminer s’il existe une stratégie spécifique aux acteurs français, il était également demandé aux enquêteurs de visiter au moins un acteur étranger par ville enquêté e. Pour limiter les dispersions, il était recommandé de se concentrer sur Volkswagen et Ford. Cependant, les enquêteurs avaient la possibilité d’ajouter d’autres constructeurs.
7 Parmi les autres constructeurs visités : Citroën (5 fois), Chevrolet, Dacia, Fiat, Nissan, Opel, Toyota et Volvo (une fois chacun).
Autres 29
Figure 1 : Les différents acteurs visités (1 440 enseignes)
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
845 enseignes 565 Centre affiliées à des Auto constructeurs
Source : UFCQue Choisir
Figure 2 : Répartition des constructeursvisités
Autres 2 % Ford 10 % Pe Volkswagen3 12 %
ugeot 1 %
8 Figure 3 : Répartition des centres auto visitésAutres Auto 6 % E. Leclerc 5 % Feu vert 22 % Speedy 23 % Midas 12 % Roady 6 % Point S 8 % Norauto 17 %
Source : UFCQue Choisir
Service des études5
8 Norauto et Midas font tous les deux partie du Groupe Mobivia. Roady appartient au Groupe « Les Mousquetaires » qui détient notamment l’enseigne de distribution Intermarché.9 Parmi les autres centres auto : Carter Cash et Maxauto du groupe Mobivia, Coat Selected, First Starter, etc.
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
Service des études6
Réparation et entretien automobile : La concurrence au rendezvous ?
1. Concurrence prix
a.Tarifs de la main d’œuvreDu côté des constructeurs Sur l’ensemble des tarifs, les constructeurs sont plus chers que les centres auto (voir annexe 1, figures 1 à 3). Cependant, on constate une très grande disp arité entre les constructeurs français et les constructeurs étrangers.
En effet :
---
Sur le T1, les prix vont de64,36 eurospour Renault (soit un prix proche de la moyenne) à76,11 eurospour Volkswagen.L’écart est de 11,75 euros.Pour le T2, Renault est toujours le plus accessible avec un tarif moyen de69,52 euroset Volkswagen reste le plus cher avec81,66 euros. Ecart en valeur comparable à celui observé sur le T1 (environ12 euros). Pas de différence avec le T3, Renault reste le moins cher avec76,78 euros. Tandis que Volkswagen facture la même prestation89,57 euros. Un écart qui se situe toujours autour de12 euros.
Au sein des constructeurs, quel que soit le tarif, le classement reste le même (soit du moins cher au plus cher : Renault, Peugeot, Fl’écart entre le moins cher et leord et Volkswagen) ainsi que plus cher. Soit environ 12 euros.
Du côté des centres auto Les centres auto pratiquent des prix très inférieurs à la moyenne. Pour ces acteurs , les prix sont également très variables. Cependant le classement évolue en fonction des prestations (voir annexe 1, figures 1, 2 et 3).
-T1, Auto E. Leclerc est, avec le  Pour47,14 euros, au bas de l’échelle, au sommet on trouve Speedy avec58,61 euros. Soit un écart de prix très proche de celui que l’on peut observer entre les constructeurs (11,47 euros). - Pour le T2, le classement change puisque le moins cher est à présent Roady avec un T2 à52,69 eurosmais le plus cher reste Speedy qui facture la main d’œuvre pour cette prestation73,35 eurosqui signifie que le consommateur qui ferait le choixde l’heure. Ce de Roady en lieu et place de Speedy économiserait20,66 euros! - Pour le T3, les extrémités du classement sont identiques au T1, avec en bas Auto E. Leclerc qui facture la prestation59,20 euroset à l’opposé Speedy qui facture la prestation82,53 euros. Soit un écart de23,33 euros. Cependant, il est important de signaler qu’entre les deux extrémités du classement les positions évoluent également, ce qui montre que les différents centres auto ont des stratégies diversifié es. Cette hétérogénéité se voit également dans le positionnement de ces acteurs sur le marché puisque si de manière générale les centres auto sont moins chers que les constructeurs, certains acteurs se positionnent sur des segments de prix similaires voire supérieurs aux constructeurs comme Speedy, qui est proche (63,90 euros contre 64,36 euros sur le T1) ou plus c her que Renault (73,35 euros contre 69,52 sur le T2 et 82,53 euros contre 76,78 euros pour le T3).
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
---
67,3
63,9
Constructeurs
Moyenne globale
Pour une prestation facturée au tarif T1, le consommateur fera une économie moyenne sur la main d’œuvre de8,50 euross’il passe par un garage indépendant et de14,51 euross’il s’adresse à un centre auto. Cependant, en fonction du constructeur et du centre auto choisi,l’économie peut être bien plus importante. Par exemple, le consommateur qui préfèrerait Auto E. Leclerc à Volkswagen ferait une économie de 28,97 eurossur la main d’œuvre. Volkswagen facture sa prestation 61 % plus cher que Auto E. Leclerc. Le consommateur qui fera le choix de se passer du constructeur pour une intervention entrant dans le cadre du tarif T2 fera en moyenne une économie de13,96 euross’il s’adresse à un centre auto et de10 euross’il préfère les services d’un garage indépendant. Cependant, les moyennes cachent des écarts qui peuvent être plus importants. Une fois encore,l’économie peut être plus importante en fonction des acteurs mis en concurrence. Le consommateur qui préfèrerait Roady à Volkswagen ferait par exemple une économie de28,97 eurossur la main d’œuvre. Il est très surprenant de constater que l’écart est au centime près le même que celui constaté sur le T1 entre Volkswagen et Auto E. Leclerc. Dans le cadre du T3, faire appel à un garage indépendant permet en moyenne d’économiser10,79 euros et à un centre auto15,29 euros. Le cas le plus extrême implique une nouvelle fois Volkswagen et Auto E. Leclerc (voir annexe 1, figur e 3). Celui qui préfèrera le second au premier fera une économie de23,59 euros.Ecart plus faible que celui observé dans les cas extrêmes pour les tarifs T1 et T2, puisqu’il n’est plus que de 34,8 % contre 61 % pour le T1.
Service des études7 Cependant, cela ne remet pas en cause le résultat général. En moyenne, le consommateur qui choisira de se passer des constructeurs pour la réparation ou l’entretien de son véhicule réalisera d’importantes économies.
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
Figure 4 : Tarifs moyens T1 en euros
58,82
40
50
52,79
60 70
80
Autres garages
Centres auto
10
0
Source : UFCQue Choisir, 2012
20
30
20
79,79
Figure 6 : Tarifs moyens du T3 en euros
62,26
58,23
60
80
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
Constructeurs
Figure 5 : Tarifs moyens du T2 en euros
Autres garages
Moyenne globale
Source : UFCQue Choisir, 2012
Centres auto
Source : UFCQue Choisir, 2012
b. Les tarifs ou forfaits « révision » Audelà des tarifs de la maind’œuvre, nous avons également collecté les tarifs de révisions « complètes» c’estàdire en prenant en compte les pièces et la main d’œuvre (voir figures 7 et 8).
64,5 70 80 90
0 10 20 30 40 50 60
Autres garages
Centres auto
Pour obtenir ces tarifs, nos enquêteurs ont demandé aux professionnels des devis pour deux types de révision, respectant les préconisations des constructeurs . Nos véhicules test sont deux stars du marché (les meilleures ventes), à savoir une Renault Clio et une Peugeot 207, toutes 10 deux avec une motorisation diesel .
Service des études
8
70,06
72,19
77,16
69
Constructeurs
Moyenne globale
0
40
1 Renault Clio (III), 1.5 dCi, 90 ch, Dynamique tomtom portes. Première mise en circulation en septembre 2011 516 000 km environ au compteur. Peugeot 207,1.6 HDi, 90 ch, Fap Premium. Première mise en circula tion en octobre 201111 000 km environ au compteur. 
Source : UFCQue Choisir, 2012
0 100 200 300 400
159,5 Moyenne 138,65 Autres 135,97 Centres auto
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
0 50 100 150 200
0
100
200 300 400
Chez Renault,la révision n’est pas une prestation comme les autresComme nous pouvons le constater avec les graphiques cidessus, selon les tendances observées avec les tarifs relatifsà la main d’œuvre (T1, T2, T3), les constructeurs restent les plus chers. Cependant, alors que Renault se positionnait comme le moins cher des constructeurs sur la main d’œuvre pour des prestations généralistes,il est le plus cher après Volkswagen lorsqu’il s’agit
326,54
260,57 259,71 205,4
Constructeurs
306,12
260,56
256,12 204,21
Moyenne Autres Centres auto
189,14 Constructeurs
Figure 8 : Ce que coûte en moyenne la révision d’une Peugeot 207 1.6 HDi
Source : UFCQue Choisir, 2012
0 50 100 150 200 250
138,37 133,88
162,79
191,52
Moyenne Autres Centres auto
Constructeurs
Constructeurs Autres Moyenne Centres auto
Service des études9 Cependant,il faut noter qu’il ne s’agit pas exactement des mêmes révisions. En effet, Renault recommande de les effectuer tous les 30 000 kilomètres alors que Peugeot tous les 20 000 kilomètres. Nous avons retenu la première révision pour chaque automobile et celle des 60 000 km qui est la secondedans le carnet d’entretien dela Renault Clio mais la troisième dans celui de la Peugeot 207. Il s’agissait d’avoir une révision simple (la première) et une révision pluscomplète (celle des 60 000 km). Figure 7 : Ce que coûen moyenne la révision d’une Renault Clio 1.te 5. DCI
Service des études10 11 d’entretenir un de ses véhicules. Renault, pour entretenir une Clio,positionne d’ailleurs ses tarifs au niveau ou audessus de la moyenne des constructeurs alors même que pour les tarifs de la main d’œuvre (T1, T2, T3), il se situe en dessous (environs 4 % moins cher, voir figure 9). Figure 9 : Positionnement de Renault par rapport aux autres constructeurs (moyenne) 4% 2%
2%
0% -2%
-4% -6%
T1
-4%
T2
-4%
Source : UFCQue Choisir, 2012
T3
-4%
0% R. Clio (1) R. Clio (2)
Cette stratégie creuse de manière spectaculairel’écart de prix entre le constructeur et les centres auto. En effet, alors qu’en moyenne Renault est 20 plus cher que les centres auto sur les % prestations T1, T2 et T3,l’écart est bien supérieur à 45 Le révision ». pour les tarifs « % consommateur qui fait appel au constructeur pour la révision des 60 000 km de sa Clio paiera en moyenne 49 % plus cher quecelui qui préfèrera s’adresser à un centre auto (voir figure 9). Ecart, qui atteint même 98,8 % avec le centre auto Roady, qui est le moins cher de notre échantillon sur 12 cette prestation .
Figure 9 :Entretien d’une Renault Clio chez le constructeur, quel surcoût ?
60%
50%
40%
30% 20%
10%
0%
22%
T1
19%
T2
11 Voir annexe 1, figure 4.
12 Voir tarifs annexe 1, figure 4.
19%
T3
46%
R. Clio (1)
Renault/CA
Réparation et entretien automobile : La concurrence en panne Septembre 2012
49%
R. Clio (2)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.