Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La dynamique du Plan Cancer. Un an d'actions et de résultats : Rapport annuel 2004-2005 de la Mission interministérielle pour la lutte contre le cancer

De
88 pages
Mise en place par le Premier ministre et placée sous l'autorité du ministre de la santé, la Mission interministérielle pour la lutte contre le cancer a pour but de s'assurer du respect des engagements pris et des délais fixés dans le cadre du plan cancer 2003-2007. Le deuxième rapport de la MILC fait tout d'abord le point sur les avancées en matière de prévention, de dépistage, de soins, d'accompagnement social et humain et en termes de recherche. Il aborde également la question de la démographie médicale, le rôle de l'Institut national du cancer et présente les indicateurs de suivi des objectifs du Plan cancer et les budgets alloués au Plan cancer par l'Etat, l'assurance maladie et les agences sanitaires.
Voir plus Voir moins
L
En raison de son poids et afin de faciliter son téléchargement, le rapport a été découpé endeuxfichiers. Pour permettre la navigation entre les fichiers, utilisez la table des matières active (signets) à gauche de lécran.
la dynamique du Plan cancer
Actions et Résultats
Mission Interministérielle pour la Lutte contre le Cancer
Depuis deux ans la lutte contre le cancer a pris une nouvelle dimension. Ce qui hier encore semblait impossible est aujourd’hui en passe de se réaliser. Pas à pas, mais résolument. Avec la plus grande détermination d’un nombre chaque jour croissant d’acteurs au service des patients, de citoyens devenant eux-mêmes acteurs de l’amélioration de leur santé. Oui, tout indique qu’ensemble nous allons relever le défi.
Ces changements sont directement liés à un engagement sans précédent au plus haut niveau de l’Etat. En faisant de la lutte contre le cancer une priorité nationale et l’un des grands chantiers de son quinquennat, le Président de la République, Monsieur Jacques Chirac, a montré la voie et fait prendre conscience que le cancer était au-delà d’un problème de santé publique, un véritable enjeu de société. Une étape essentielle a ainsi été franchie vers la compréhension de l’urgence et déjà vers celle d une guérison sociale du cancer.
Priorité présidentielle, le Plan cancer est donc un immense chantier de vie qui n’a laissé inexplorée aucune des pistes susceptibles de nous faire progresser vers un avenir où le cancer sera une maladie mieux maîtrisée.
En 2007, nous le savons, le cancer ne sera pas totalement vaincu mais ensemble nous aurons gagné des vies. Nous aurons donné aux chercheurs des conditions favorables pour accélérer l’innovation au bénéfice des patients. Nous aurons, avec les professionnels de santé, fait évoluer les organisations pour répondre aux exigences d’approches thérapeutiques innovantes et complexes. Enfin, nous aurons rendu équitable l’accès aux dépistages et fait évoluer la culture de la prévention.
Et si nous pouvons aujourd’hui l’affirmer c’est qu’en deux ans, des pas, petits et grands, et même pour certains de géant, ont été collectivement franchis. Oui, les engagements ont été tenus et les objectifs respectés. Chacun s’approprie le Plan cancer parce qu’il a du sens et chacun peut y inscrire ses actions : « Dans le cadre du Plan cancer », est devenu un fil d’Ariane.
Depuis deux ans, le Plan cancer avance dans toutes les régions de France. Dès 2003, anticipant ce qui résulte de l’application de la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, j’ai demandé aux préfets de régions, de bien vouloir mettre en place des comités de pilotage du Plan cancer afin que les mesures soient mises en œuvre sans tarder. Ancrer le dispositif dans la réalité, suivre et accompagner l’avancée des actions par le dialogue, le maillage territorial, la multiplication des têtes de réseaux, exiger la remontée d’indicateurs de suivi et préparer celle de mesures d’impact : telles ont été les actions de la Mission que j’ai eu l’honneur de conduire. Sur le terrain, grâce aux nombreux déplacements que j’ai systématiquement effectués dans les régions, j’ai pu constater le chemin parcouru.
1
2
Une mobilisation sans précédent est enclenchée autour d’un Plan dont personne ne conteste la pertinence. Ses objectifs à la fois clairs et ambitieux sont devenus des objectifs partagés, consensuels que chacun s’attache à mettre en œuvre à la lettre et avec pragmatisme, en tenant compte des contextes d’exercices et des spécificités régionales. Ensemble, nous voyons s’opérer ce dont nous avons tous un jour rêvé pour cette grande cause : la fin des frontières, des chapelles et des domaines réservés. Au profit d’actions coordonnées, synergiques et cohérentes.
Cette dynamique doit désormais s’ancrer dans la durée. Il ne peut en être autrement, l’attente est trop forte. L’Institut National du Cance ’ tt her, conformément r va s a ac aux missions que lui confie la loi et grâce aux moyens propres dont il dispose (70 millions d’euros en 2005), à conforter et amplifier l’action en adoptant un mode opératoire adapté à son statut.
Dans son mode de gouvernance, le Plan cancer est un modèle de gestion innovante de politique de santé publique : la logique de mise sous objectif, d’exigence de résultats, d’évaluation, bouleverse positivement les organisations, impose la coordination et les décloisonnements. Deux années de mise en œuvre apportent la preuve que de telles évolutions sont possibles. Oui, il est possible de conduire une politique publique guidée par l’obligation de résultats.
En un an fut ainsi relevé le défi de la généralisation de l’organisation du dépistage du cancer du sein qu’il avait fallu près de 10 ans pour mettre en place dans moins de 40 départements. Beaucoup reste à faire pour atteindre le taux de participation fixé à 80 % à l’horizon 2007 mais déjà, un an après sa généralisation, avec 40 %, la progression est significative et ce qu’il convient d’améliorer est de mieux en mieux identifié. Il faut diversifier les campagnes et les modes de sensibilisation pour mieux faire percevoir à chacune la chance qu’offre un dépistage de qualité. Nous avons trois ans pour faire aussi bien pour le dépistage du cancer colorectal dont personne ne remet en question la pertinence. Les résultats de la phase expérimentale qui touche déjà 23 départements, devront rapidement permettre de proposer les modalités de sa généralisation et en 2007, il sera généralisé, c’est l’engagement pris par Monsieur Philippe Douste-Blazy, ministre des Solidarités, de la Santé et de la Famille.
Ce qui compte maintenant, c’est que tombent toutes les barrières psychologiques au dépistage. Convaincre et toujours convaincre. Toutes et tous. La pratique du dépistage doit devenir naturelle, un acte assimilable à une bonne hygiène de vie. Un formidable enjeu pour notre société toute entière : faire changer l’image du cancer, faire du dépistage un acte d’adhésion à une politique collective de santé publique, se donner les meilleures chances de guérison.
En matière de prévention et donc de cancers évitables, la lutte contre le tabagisme actif et passif a pris une dimension jamais atteinte auparavant, grâce à des choix courageux qui commencent à porter leurs fruits. Et à terme, des milliers de vie sauvées. Un impératif, faire mieux encore auprès des jeunes. La France moteur
de la politique européenne de lutte contre le tabagisme voit aujourd’hui sa politique confortée par celle de ses partenaires et par la première convention internationale de l’OMS qui s’impose juridiquement à ses signataires.
Sans doute moins spectaculaire mais tout aussi indispensable, l’effort doit maintenant porter sur l’éducation à la santé, la prévention des cancers professionnels et environnementaux. Le Plan cancer se voit aujourd’hui conforté en ces domaines par le Plan national santé environnement et le Plan santé au travail. Tous soulignent la nécessité et donnent des moyens pour accroître nos connaissances et disposer ainsi des expertises pertinentes et fiables sans lesquelles les inquiétudes légitimes se mêlent aux angoisses infondées.
Quant à l’organisation des soins, une première étape a permis de recenser la diversité des contextes d’exercice, les expérimentations et les phases pilotes nécessaires pour préciser et adapter les dispositifs. Ces données ont servi à préparer, puis à diffuser, des textes traduisant en mesures opérationnelles toutes les orientations du Plan cancer qui visent à garantir l’accès à des soins de qualité pour tous. Mais déjà, plus de 600 postes de soignants ont été créés et pourvus.
Le dispositif d’annonce, l’une des mesures les plus attendues et les plus structurantes a par exemple été testé dans 58 établissements. Près de 30 000 patients en bénéficient. Gérée par la Ligue Nationale Contre le Cancer et l’Institut National du Cancer, l’amélioration de l’annonce de la maladie tirera ainsi profit de la diversité des expérimentations menées en 2004-2005 et pourra être généralisée dans les meilleures conditions.
Résolument tourné vers la qualité globale de la prise en charge dans sa dimension médicale et humaine, le Plan cancer engage très fortement les équipes soignantes. Il est aux avants postes de la réorganisation de notre système de soins. Sur le terrain, j’ai pu constater à quel point, le respect des premiers engagements budgétaires et l’attention portée à la concrétisation des orientations, constituait pour les équipes un réel espoir qu’il ne faut pas décevoir.
Il en est de même dans le domaine de la formation où, on le sait, les problèmes de démographie médicale ne peuvent être résolus en un jour. La création des postes de formateurs annoncés a été effective et, d’ores et déjà, dans les choix des internes, sont perceptibles les premiers signes d’une attractivité retrouvée pour ces disciplines.
Enfin, s’il est un volet où l’impact du Plan cancer est particulièrement marquant, c est bien celui de la recherche. Les cancéropôles révolutionnent les perspectives de l’innovation en cancérologie dans notre pays. Le mot révolution n’est pas trop fort. La logique de projet renverse la logique purement institutionnelle et cela sur un mode à ce point pertinent que les institutions elles mêmes en deviennent des partenaires convaincus.
Au sein des cancéropôles, les chercheurs adhèrent naturellement à une vision programmatique de la recherche parce qu’elle préserve créativité et liberté de mise en œuvre. Ils y trouvent un lieu d’échanges, de construction de projets d’envergure
3
4
internationale, des budgets importants et adaptés incluant notamment la possibilité de financer des ressources humaines. Ils y trouvent surtout l’application du principe tant attendu d’une évaluation à posteriori. En bref, plus grande autonomie et responsabilité.
Enfin, jamais le continuum entre la recherche fondamentale et la recherche clinique n’a trouvé un meilleur contexte pour s’exprimer, un continuum guidé par l’impérieuse nécessité d’accélérer l’innovation thérapeutique et diagnostique. Il y a urgence pour les malades. Les chercheurs l’ont bien compris.
Les cancéropôles donnent lisibilité et force à la recherche en cancérologie. Ils suscitent l’intérêt des collectivités territoriales régionales qui s’engagent à les cofinancer et celui des industries pharmaceutiques et biotechologiques qui y voient une source de transferts et d’innovations. Ils s inscrivent ainsi naturellement dans les nouveaux pôles de compétitivité à composante santé dont ils partagent pleinement la philosophie. Oui, les cancéropôles sont novateurs et la preuve du concept étant apportée, ils pourraient inspirer d autres secteurs de la recherche. L’Institut National du Cancer s’est engagé à les conforter en leur apportant de nouveaux moyens selon les procédures simples et réactives qu autorise son statut.
Grâce à l’engagement du Président de la République, la France s’est dotée d’un Plan cancer national dont l’écho international est déjà une réalité. Des collaborations franco-britanniques sont engagées et au delà, c est l’Europe toute entière qui structure sa politique de lutte contre le cancer attentive à ce modèle. Demain, le réseau des Instituts Nationaux pourrait porter une politique concertée encore plus active.
Ce second Rapport annuel au Premier ministre, Monsieur Jean-Pierre Raffarin, atteste du chemin parcouru en deux ans. Cette mission au service d’une grande cause fut passionnante.
Le cancer fait encore peur mais on a plus peur d’en parler. Le chemin qui reste à parcourir pour vaincre cette terrible maladie sera peut être long mais la voie est bien tracée. La lutte contre le cancer dispose dorénavant de l’Institut National du Cancer, instrument emblématique prévu par le Plan cancer.
Pascale Briand
Déléguée
Le 4 avril 2005
1 PRÉVENTION : ÉVITER LES CANCERS ÉVITABLES 1.1 Mieux connaître pour mieux prévenir 1.2 Agir sur les facteurs de risque professionnels : le Plan santé au travail 1.3 Agir sur les facteurs de risque environnementaux : le Plan National Santé-Environnement vient renforcer le Plan cancer 1.4 Lutter contre le tabagisme, sans relâche, sur tous les fronts : une offensive sans précédent contre le tabac 1.5 Promouvoir des attitudes favorables à la santé 1.6 Une nouvelle politique de santé publique : le Plan cancer inscrit dans la loi
2 DÉPISTAGE : SE DONNER TOUTES LES CHANCES 2.1 Le dépistage organisé du cancer du sein est effectif sur tout le territoire 2.2 Vers le dépistage généralisé du cancer colo-rectal 2.3 Favoriser le dépistage du cancer du col de l’utérus : des actions de sensibilisation encore trop peu nombreuses 2.4 L’oncogénétique progresse : des laboratoires mieux financés et coordonnés, deux fois plus de consultations
3 SOINS : ASSURER L’ÉQUITÉ D’ACCÈS À DES SOINS DE QUALITÉ 3.1 Circulaire du 22 février 2005 relative à l’organisation des soins en cancérologie 3.2 A ces nouvelles organisations, s’ajoutent des mesures visant à assurer une équité d’accès aux médicaments les plus coûteux et à l’innovation 3.3 Un plan pour faciliter et accélérer l’accès à la greffe de moelle osseuse 3.4 Cancérologie pédiatrique : nouvelle organisation, nouveaux moyens 3.5 Un appui spécifique aux CECOS 3.6 Un réseau de tumorothèques 3.7 Recherche clinique en cancérologie : une priorité du PHRC
4
VOLET SOCIAL ET INFORMATION : L’ACCOMPAGNEMENT DES MALADES L’ information au plus près des lieux de vie Améliorer l’accès aux prêts bancaires Un rôle renforcé pour les associations à l’Hôpital Au sein des Hôpitaux, la constitution de comités de patients favorisée Renforcer l’implication des patients dans les essais cliniques Adapter l’Allocation de Présence Parentale Travailler avec un cancer
8 12
13
14 20
22
24 28
29
30
32
48 54 54 54 55 55
56
58 59 59 59 59 59
5
5
5.1 5.2
5.3
6
6.1 6.2 6.3 6.4 6.5
DÉMOGRAPHIE MÉDICALE ET ÉVOLUTION DES FORMATIONS :PRÉPARER L’AVENIR Des professionnels plus nombreux Former davantage de médecins dans les spécialités de la cancérologie Former le plus grand nombre de professionnels à la prise en charge du cancer
RECHERCHE :COORDONNER POUR ACCÉLÉRER L’INNOVATION Sept cancéropôles en mouvement Un réseau de tumorothèques Recherche clinique en cancérologie : une priorité du PHRC Création d’emplois d’ARC et de TEC supplémentaires La recherche sur le cancer inscrite dans les pôles de compétitivité
7 INSTITUT NATIONAL DU CANCER
8 INDICATEURS DE SUIVI DES OBJECTIFS DU PLAN CANCER
9 BUDGETS ALLOUÉS AU PLAN CANCER 9.1 Crédits de l’Etat 9.2 Crédits de l’assurance maladie (mesures nouvelles) 9.3 Budget des agences sanitaires
61
64
66
67 70 72 72 73
77
78
80 81 83
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin