Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le risque de transmission à l'homme des virus influenza aviaires

De
95 pages
Le rapport débute par des rappels sur les propriétés des influenzavirus de type A, suivis, en deuxième et troisième parties, par une présentation des infections humaines puis aviaires. Une quatrième partie recense les circonstances épidémiologiques amenant l'homme à être exposé aux virus d'origine aviaire. Une cinquième partie discute de l'intérêt d'une éventuelle vaccination des volailles en terme de maîtrise de la diffusion des virus aviaires. Une sixième partie réalise, à partir des principaux éléments exposés, une tentative d'évaluation du risque pour l'homme et résume les recommandations du groupe de travail.
Voir plus Voir moins
Rapport du groupe de travail sur Le risque de transmission à lhomme des virus influenza aviaires
Adopté par le Comité dexperts spécialisé « Santé animale » le 10 juillet 2002
-2 -
Présentation du rapport du groupe de travail sur Le risque de transmission à lhomme des virus influenza aviaires
Lobjectif du présent rapport est de rassembler autant que possible les informations nécessaires à la formulation de réponses argumentées aux questions de lautosaisine :
1  Quels sont les risques de transmission de virus de linfluenza aviaire à lhomme lors des manipulations doiseaux malades ou porteurs de virus ?
2  Quelles sont les populations humaines à risque ?
3  Quelle est linfluence dune vaccination aviaire sur lincidence du portage et de lexcrétion de virus influenza sauvages par les oiseaux vaccinés ?
4  Quelle est linfluence dune vaccination aviaire sur le risque de transmission du virus influenza sauvage à lhomme par les oiseaux vaccinés ?
Le rapport débutera par de brefs rappels sur les propriétés des influenzavirus de type A en rapport avec la problématique considérée, suivis par une présentation des infections humaines puis aviaires. Une quatrième partie tentera de recenser les circonstances épidémiologiques amenant lhomme à être exposé aux virus dorigine aviaire. Une cinquième partie discutera lintérêt dune éventuelle vaccination des volailles en terme de maîtrise de la diffusion des virus aviaires.Une sixième partie réaliseraàpartirdesprincipauxélémentsexposésunetentativedévaluationdurisquepourl homme, et résumera les recommandations du groupe de travail.
3 --
- 4 -
Sommaire
Résumé : Saisine, synthèse du rapport et recommandations Liste des abréviations Figures et tableaux Introduction1. Rappels sur les caractéristiques des virus influenza A 1.1 Position taxonomique et importance1.2 Structure1.3 Nomenclature1.4 Hôtes principaux1.5 Déterminants moléculaires viraux de la spécificité dhôte1.5.1Liés à la reconnaissance et à lhydrolyse du récepteur cellulaire1.5.2Liés aux protéines du complexe de réplication1.5.3Mécanismes supposés de franchissement de la barrière despèce1.6 Déterminants moléculaires viraux de la virulence1.6.1 Chez lhomme1.6.2 Chez les oiseaux1.7 Mécanismes de variation génétique1.7.1 Mutations ponctuelles1.7.1.1 Importance chez les virus influenza A humains1.7.1.2 Importance chez les virus influenza A aviaires1.7.2 Réassortiment génétique2. Epidémiologie, aspects cliniques et contrôle de la grippe humaine à virus influenza A 2.1 Epidémiologie de la grippe humaine2.1.1 Formes épidémiques et saisonnalité2.1.1.1 Saisonnalité2.1.1.2 Pandémies2.1.1.3 Epidémies2.1.1.4 Cas isolés sporadiques et foyers épidémiques2.1.2 Ecologie globale des virus grippaux et modes de transmission2.1.2.1 Transmission inter humaine2.1.2.2 Transmission du virus des mammifères à lhomme2.1.2.3 Transmission du virus des oiseaux à lhomme2.2 Tableaux cliniques et évolution de la maladie
5 --
9
15
17
19
22
22 22 24 24 26 26 26 26 26
26 27
28 28 28
29 29
31 31 31 31 33 33 34 34 34 34 35 38
2.2.1 Grippe commune2.2.2 Complications2.2.2.1 Complications pulmonaires2.2.2.2 Aggravation des maladies chroniques sous-jacentes2.3 Traitement2.3.1 Traitement étiologique2.3.2 Traitement symptomatique2.4 Prévention2.4.1 La vaccination2.4.2 La chimioprophylaxie3. Aspects cliniques, éléments d épidémiologie et épidémiosurveillance des infections aviaires à virus influenza A3.1 Aspects cliniques3.2 Eléments dépidémiologie descriptive3.2.1 Espèces aviaires sauvages3.2.1.1 Prévalence des infections par les virus influenza chez les oiseaux sauvages3.2.1.2 Etat actuel de la surveillance en France des infections à virus influenza  chez lavifaune sauvage3.2.2 Oiseaux de compagnie et /ou dornement3.2.2.1 Prévalence des infections par les virus influenza aviaires  chez les oiseaux de compagnie et/ou dornement3.2.2.2 Surveillance en France des infections à virus influenza aviaires  chez les oiseaux de compagnie et/ou dornement3.2.3 Volailles délevage3.2.3.1 Prévalence des infections par les virus influenza aviaires chez les volailles délevage3.2.3.2 Surveillance en France des infections à virus influenza aviaires chez les volailles délevage3.3 Eléments dépidémiologie analytique3.3.1 Matières virulentes et transmission3.3.2 Durée dexcrétion3.3.3 Prévalence des influenzavirus au sein des lots infectés4. Exposition de l homme aux virus influenza A aviaires 4.1 Matières potentiellement virulentes et dose infectieuse pour lhomme4.1.1 Sécrétions respiratoires et contentu digestif des oiseaux infectés4.1.2 Tissus et phanères dérivés danimaux infectés4.2 Populations humaines potentiellement exposées4.2.1 Populations humaines au contact doiseaux sauvages4.2.2 Populations humaines au contact doiseaux dornement4.2.3 Populations humaines au contact doiseaux délevage4.2.4.Conclusion : éléments dévaluation du risque pour lhomme
-6 -
38 38 38 39 39 39 40 40 40 40
4141 41 42 42 45 46
46
46 47 47 48 38 48 48 49
50 50 50 50 51 51 52 52 55
5. Vaccination des oiseaux contre l influenza : avantages, inconvénients et limites  en terme de maîtrisede la diffusion du virus 5.1 Exemples de recours à la vaccination et position des autorités sanitaires françaises5.2 Efficacité des vaccins contre les infections par des virus modérément pathogènes  (sous types autres que H5 et H7)5.3 Efficacité des vaccins contre les infections par des virus des sous types H5 ou H75.3.1 Vaccins à virus inactivé5.3.1.1 Vaccins visant les infections par des virus des sous types H55.3.1.2 Vaccins visant les infections par des virus des sous types H75.3.1.3 Conclusion concernant les vaccins à virus inactivé des sous types H5 ou H75.3.2 Vaccins recombinants pox aviaires5.3.2.1 Vaccins visant les infections par des virus des sous types H55.3.2.2 Vaccins visant les infections par des virus des sous types H75.3.2.3 Conclusion concernant les vaccins recombinants pox aviaires5.3.3 Vaccins ADN5.3.3.1 Codant lhémagglutinine virale5.3.3.2 Vaccins codant dautres protéines virales (avec ou sans hémagglutinine virale)5.3.3.3 Conclusion concernant les vaccins ADN5.3.4 Vaccins sous-unitaires5.3.4.1 Vaccins utilisant des hémagglutinines recombinantes5.3.4.2 Vaccins utilisant dautres protéines virales5.3.4.3 Conclusion concernant les vaccins sous unitaires5.4 Discussion  Conclusion5.4.1 Influence de la vaccination sur le portage et lexcrétion de virus par les volailles vaccinées5.4.1.1 Vaccination contre les sous types H5 ou H75.4.1.2 Vaccination contre les sous types autres que H5 et H75.4.1.3 Recommandations concernant la vaccination des volailles5.4.2 Risque pour lhomme lié à la manipulation de volailles vaccinées
56 56 57 58 58 58 60 60 61
61 62 63 63 63 64 64 65 65 65 66 66 66 66 69 69
70
6. Synthèse, évaluation du risque de transmission à l homme et bilan des recommandations72 6.1 Rappel du contexte de la saisine72 6.2 Identification du danger : mécanismes de transmission à lhomme des virus aviaires et conséquences dans le cadre de la présente saisine73 6.3 Probabilité démission : fréquence des infections à influenzavirus chez les oiseaux74 6.4 Exposition humaine aux virus influenza A aviaires 74 6.5 Résultats de lévaluation qualitative 76 6.6 Evaluation des possibillités de gestion du risque par la vaccination des volailles contre linfluenza aviaire 80 6.6.1 Influence de la vaccination sur le portage et lexcrétion de virus par les volailles vaccinées 80 6.6.1.1 Infection par les sous types H5 ou H7 80 6.6.1.2 Infection par les sous types autres que H5 ou H7 81
7 - -
6.6.1.3 Recommendations concernant la vaccination des volailles6.6.2 Risque pour lhomme lié à la manipulation de volailles vaccinées :  Influence de la vaccination sur le portage et lexcrétion de virus par les volailles vaccinées
6.7 Bilan des recommandations du groupe de travail7. Références bibliographiques Annexe Bases législatives et réglementaires pour les pestes aviaires
-8 -
82
82 83
85
95
Saisine, synthèse du rapport et recommandationsSaisine Créé par la décision 2000-485 du Directeur Général de lAfssa datée du 1erfévrier 2001, le groupe de travail « Evaluation du risque de transmission du virus de linfluenza » à lorigine du présent rapport a eu à examiner lautosaisine suivante :
1  Quels sont les risques de transmission de virus de linfluenza aviaire à lhomme lors des manipulations doiseaux malades ou porteurs de virus ?
2  Quelles sont les populations humaines à risque ?
3  Quelle est linfluence dune vaccination aviaire sur lincidence du portage et de lexcrétion de virus influenza sauvages par les oiseaux vaccinés ?
4  Quelle est linfluence dune vaccination aviaire sur le risque de transmission du virus influenza sauvage à lhomme par les oiseaux vaccinés ?
Synthèse du rapport - Nature du risque lié à la transmission de virus influenza aviaires à l homme Les virus influenza de type A sont des virus enveloppés appartenant à la famille desOohtroxymviridaeet sont dotés dun génome constitué de 8 segments dARN. Les virus influenza de type A circulent à létat naturel, de façon inapparente, au sein des populations doiseaux sauvages (notamment oiseaux aquatiques de lordre des ansériformes et des charadriiformes) et sont occasionnellement susceptibles de causer des infections inapparentes ou cliniquement exprimées chez les oiseaux dornement ou les volailles domestiques. Chez les volailles domestiques, linfection par certaines souches virales dites « hautement pathogènes » peut saccompagner dune mortalité très élevée (jusquà 100 %) et évoluer de façon épizootique. De tels épisodes sont rares puisque seulement 18 ont été recensés dans le monde depuis 1959, aucun nétant survenu en France.
Les virus influenza A circulent également chez différentes espèces de mammifères. Certaines lignées de virus influenza A se sont ainsi adaptées de longue date à une circulation chez lHomme, le Porc ou le Cheval. Chez lHomme, la circulation des virus influenza A se traduit par les infections dites grippales qui évoluent sur un mode épidémique annuel, plus rarement sur un mode pandémique caractérisé par la diffusion mondiale rapide dune souche virale donnée.
Lintroduction dans lespèce humaine dun virus influenza A normalement inféodé à une autre espèce, en particulier aviaire, pose deux problèmes. Le premier est lié au pouvoir pathogène propre du virus qui est éventuellement susceptible de causer chez lhomme un syndrome de type grippal grave pour lindividu malade (cf. infra lexemple de lépisode de Hong Kong). Le second problème est lié à la possible introduction dans les populations humaines dune souche virale contre laquelle il nexiste pas dimmunité pré existante. Si le virus nouvellement introduit savérait à la fois suffisamment « nouveau » sur le plan antigénique et suffisamment adapté à une réplication chez sa nouvelle espèce hôte, un tel virus pourrait diffuser ensuite sur un mode pandémique. Ce problème est indépendant du pouvoir pathogène propre du virus nouvellement introduit : un virus aviaire spontanément peu adapté à se répliquer chez lhomme (et donc peu pathogène) mais antigéniquement « neuf » pour les populations humaines pourrait, à loccasion dune surinfection survenant chez un être humain déjà infecté par un virus grippal dorigine humaine, donner naissance par un phénomène dit de « réassortiment génétique » à des particules virales hybrides à la fois antigéniquement « neuves » et bien adaptées à la réplication chez lhomme. Une telle possibilité de réassortiment existe non seulement chez lhomme, mais chez toute espèce animale susceptible de sinfecter naturellement à la fois avec des virus dorigine aviaire et des virus dorigine humaine. Sur le plan épidémiologique, lespèce porcine est actuellement considérée comme la principale de ces
9 --
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin