Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Prix du pétrole

De
188 pages
Le rapport de Joël Maurice examine la question du prix du pétrole dans une perspective de court terme puis de moyen-long terme. Il fait un certain nombre de suggestions afin de réduire la volatilité du prix du baril dans les douze prochains mois. En ce qui concerne les perpectives à l'horizon 2010 ou 2020, il souligne deux problèmes principaux. Le premier est l'augmentation tendancielle des parts de marché détenues par l'OPEP. Le second problème est le dépassement tendanciel des émissions de CO², par rapport aux engagements de Kyoto. Selon Joël Maurice il est nécessaire de mettre en oeuvre, en même temps qu'une taxe, des politiques structurelles (visant notamment les transports collectifs et le ferroutage). Le rapport est accompagné de commentaires de Michel Didier et de Guy de Monchy ainsi que de neuf compléments rédigés par des experts des questions énergétiques et pétrolières qui explorent différents volets de la question traitée.
Voir plus Voir moins

Prix du pØtrole
Rapport
Joºl Maurice
Commentaires
Michel Didier
Guy de Monchy
ComplØments
Arnaud BuissØ, Jean-Paul Depecker et Bruno Tissot
Denis Babusiaux
Xavier Burucoa et Didier Houssin
Olivier Appert
Patrick Criqui et Pierre-Noºl Giraud
FrØdØric Lasserre
Jean-Marie Chevalier
StØphane Gallon
Fran ois MoisanRØalisØ en PAO au Conseil d Analyse conomique
par Christine Carl
' La Documentation fran aise. Paris, 2001 - ISBN : 2-11-004990-9
« En application de la loi du 11 mars 1957 (article 41) et du Code de la propriØtØ intellectuelle du 1er juillet 1992, toute
reproduction partielle ou totale usage collectif de la prØsente publication est strictement interdite sans l autorisation
expresse de l Øditeur.
Il est rappelØ cet Øgard que l usage abusif de la photocopie met en danger l Øquilibre Øconomique
des circuits du livre. »La crØation du Conseil d Analyse conomique « rØpond la nØcessitØ
pour un gouvernement trop souvent confrontØ l urgence, de pouvoir se
rØfØrer une structure de rØflexion qui lui permette d Øclairer ses choix
dans le domaine Øconomique. J ai souhaitØ aussi crØer un lien entre deux
mondes qui trop souvent s ignorent, celui de la dØcision Øconomique publi-
que et celui de la rØflexion Øconomique, universitaire ou non.
J ai pris soin de composer ce Conseil de fa on tenir compte de toutes
les sensibilitØs. Le Conseil d Analyse conomique est pluraliste. C est l
un de ses atouts principaux, auquel je suis trŁs attachØ. Il doit Œtre un lieu
de confrontations sans a priori et les personnes qui le composent doivent
pouvoir s exprimer en toute indØpendance. Cette indØpendance je le
sais vous y tenez, mais surtout je la souhaite moi-mŒme.
Ces dØlibØrations n aboutiront pas toujours des conclusions parta-
gØes par tous les membres ; l essentiel mes yeux est que tous les avis
puissent s exprimer, sans qu il y ait nØcessairement consensus.
...
La mission de ce Conseil est essentielle : il s agit, par vos dØbats, d ana-
lyser les problŁmes Øconomiques du pays et d exposer les diffØrentes op-
tions envisageables. »
Lionel Jospin, Premier Ministre
Discours d ouverture de la sØance d installation
du Conseil d Analyse conomique, le 24 juillet 1997.
Salle du Conseil, H tel de Matignon.Sommaire
Introduction ............................................................................................... 7
Jean Pisani-Ferry
Prix du pØtrole ......................................................................................... 11
Joºl Maurice
Commentaires
Michel Didier .......................................................................................... 73
Guy de Monchy ........................................................................................ 81
ComplØments
A. Le marchØ pØtrolier l horizon 2000-2002 ........................................ 83
Arnaud BuissØ, Jean-Paul Depecker et Bruno Tissot
B. lØments pour l analyse des Øvolutions des prix du brut ................... 93
Denis Babusiaux
C. volution de l offre de pØtrole court terme.................................... 107
Xavier Burucoa et Didier Houssin
D. Prospective ØnergØtique mondiale l horizon 2020 :
une prØsentation du World Energy Outlook .......................................... 121
Olivier Appert
E. Une exploration des stratØgies de prix de l OPEP
l aide du modŁle ØnergØtique mondial POLES................................... 135
Patrick Criqui et Pierre-Noºl Giraud
F. Le r le de l tat dans la gestion du risque de prix du pØtrole ........... 141
FrØdØric Lasserre
G. DØtermination du prix du gaz naturel ............................................... 147
Jean-Marie Chevalier
PRIX DU P TROLE 5H. Les perspectives du marchØ du gaz en Europe ................................. 151
StØphane Gallon
I. Les actions structurelles dans le domaine des transports ................... 171
Fran ois Moisan
RØsumØ ..................................................................................................181
Summary ................................................................................................189
6 CONSEIL D ANALYSE CONOMIQUEIntroduction
Au tournant du millØnaire, la hausse du prix du pØtrole est venue rap-
peler aux Øconomies avancØes qu elles avaient eu tendance oublier au
cours des quinze annØes prØcØdentes : leur dØpendance pØtroliŁre et leur
vulnØrabilitØ aux fluctuations du prix du brut. Certes, cette dØpendance a
fortement diminuØ. Mais dans le mŒme temps, notre tolØrance l inflation
a, elle aussi, beaucoup baissØ, et en Europe au moins, du fait de gains
annuels de productivitØ par tŒte nettement plus faibles que dans les annØes
soixante-dix, une dØgradation des termes de l Øchange implique plus rapi-
dement une perte de pouvoir d achat. Enfin, les usages du pØtrole sont
aujourd hui concentrØs sur les transports, ce qui limite les possibilitØs de
substitution entre Ønergies au moins court terme. Nous sommes donc
la fois moins dØpendants du pØtrole et plus sensibles aux fluctuations de
son prix.
Au cours des derniŁres annØes, le prix du brut est passØ de 25 dollars par
baril ($/b) au dØbut de 1997 10 $/b la fin de 1999, pour remonter 35 $/b
? l automne 2000 et enfin redescendre 25 $/b. Pourquoi cette instabilitØ ?
Les fluctuations de la croissance mondiale n expliquent pas tout. Le
rapport de Joºl Maurice Øtudie longuement cette question centrale. Les
rØponses qu il apporte ne sont pas rassurantes : il dØpeint un marchØ
sophistiquØ par les instruments qu il mobilise, mais primitif dans son fonc-
tionnement le prix rØpond largement l Øcart instantanØ entre offre et
demande mondiales, et dØfaillant dans sa capacitØ produire une infor-
mation fiable celle qui concerne les stocks est, selon le rapport, « lacu-
naire et imprØcise » ; il rappelle le caractŁre fortement oligopolistique de
ce marchØ, souligne qu au terme d un cycle d un quart de siŁcle, l OPEP a
retrouvØ son contr le du marchØ, et montre en mŒme temps combien l orga-
nisation des pays producteurs a ØtØ maladroite dans la gestion de sa poli-
PRIX DU P TROLE 7tique de quotas. Deux des graphiques les plus saisissants du rapport sont
ainsi celui de la page 37, qui montre comment quinze ans de prix bas ont
reconstituØ le pouvoir de marchØ de l OPEP, et celui de la page 40, qui met
en Øvidence ses fausses man uvres dans la pØriode rØcente. Au total, l insta-
bilitØ du prix du pØtrole para t bien Œtre en partie liØe des dØficiences dans
l organisation et le fonctionnement de ce marchØ.
Ces questions sont d autant plus actuelles que le rapport envisage ho-
rizon de dix ans un net renforcement du pouvoir de marchØ de l OPEP, et
plus spØcifiquement du Moyen-Orient. AprŁs une longue Øclipse, le retour
des producteurs serait donc durable, avec pour consØquence des prix net-
tement plus fermes que dans les quinze derniŁres annØes mais ØloignØs
des sommets atteints en 1980 et une modification substantielle du partage
du revenu mondial. Si cette perspective se concrØtise, les pays consom-
mateurs n auront plus, comme par le passØ, la possibilitØ de faire recours
des Ønergies de substitution : se replier sur le charbon serait, le rapport le
montre bien, contradictoire avec les objectifs de ma trise des Ømissions de
gaz effet de serre qui invitent plut t substituer du pØtrole au charbon ;
il n est plus aujourd hui rØaliste de miser sur un dØveloppement important
du nuclØaire ; le prix du gaz reste indexØ sur celui du pØtrole ; les autres
Ønergies n auront pas de contribution trŁs significative horizon de
dix ans. Il n y a donc pas, cette fois, d Øchappatoire au tŒte- -tŒte entre
producteurs et consommateurs.
Sur la base de cette analyse, Joºl Maurice concentre logiquement ses
propositions sur l organisation et le fonctionnement du marchØ pØtrolier.
Ses recommandations visent principalement rØduire la volatilitØ du mar-
chØ en accroissant sa transparence et protØger les utilisateurs des consØ-
quences des fluctuations de prix en dØveloppant les techniques de couver-
ture. C est apparemment modeste, mais important et difficile, compte tenu
de l Øtat du dialogue entre producteurs et consommateurs. Il rappelle aussi
que le respect des objectifs de Kyoto nØcessite que les prix pour l utili-
sateur final reflŁtent correctement le coßt pour la collectivitØ des consom-
mations d Ønergie, ainsi que des actions structurelles (notamment dans les
transports). La forte sensibilitØ au prix des combustibles qui s est mani-
festØe l occasion de la hausse du prix du pØtrole ne retire rien la perti-
nence de cette recommandation.
Le rapport est accompagnØ de commentaires de Michel Didier et
Guy de Monchy. Le premier rØsume le fonctionnement du marchØ pØtrolier
en une formule saisissante : les Øvolutions structurelles sont lentes, les mou-
vements conjoncturels sont brutaux. Il relativise le risque de pØnurie de
pØtrole mais, comme Joºl Maurice, souligne celui des contraintes environ-
nementales. Le second marque son accord avec l analyse et les recom-
mandations du rapport et souligne la situation spØcifique de l Europe quant
ses approvisionnements ØnergØtiques.
8 CONSEIL D ANALYSE CONOMIQUELe rapport de Joºl Maurice est accompagnØ de neuf complØments rØdi-
gØs par des experts des questions ØnergØtiques et pØtroliŁres, qui explorent
diffØrents volets de la question traitØe.
Le rapport prØliminaire a ØtØ discutØ la sØance plØniŁre du Conseil
d analyse Øconomique du 21 dØcembre 2000, puis, en prØsence du
Premier ministre, le 18 janvier 2001.
Jean Pisani-Ferry
PrØsident dØlØguØ du Conseil d analyse Øconomique
PRIX DU P TROLE 9Prix du pØtrole :
(*)quelles perspectives court terme et moyen terme ?
Joºl Maurice
Conseil d Analyse conomique
Introduction
(1)Le prix du pØtrole est passØ de 9,5 dollars par baril ($/b) en
dØcembre 1998 37,4 $/b en septembre 2000, soit une multiplication par
3,9 (graphique 1). En moyenne annuelle, il a ØtØ portØ de 12,8 $/b en 1998
17,9 $/b en 1999, puis 28,4 $/b en 2000 (AIE, 2001) ; soit deux augmen-
tations successives de 40 et 59 %.
Ce mouvement de hausse a surpris par son ampleur. Il n avait pas ØtØ
anticipØ. Pour ne citer qu un exemple, le prix du pØtrole pour l annØe 2000
avait ØtØ estimØ par l OCDE successivement 14,2 $/b, 15,3 $/b, 22,1 $/b,
et 25,2 $/b dans ses prØvisions dØcembre 1998, juin 1999, dØcembre 1999
et juin 2000.
En fait, on n avait pas davantage vu venir le mouvement prØcØdent de
baisse, au cours duquel le prix du pØtrole est passØ de 25 $/b au dØbut de
janvier 1997 9,5 $/b en dØcembre 1998 soit une division par 2,6. En
moyenne annuelle, ce prix qui Øtait de 19,1 $/b en 1997 est tombØ 12,8 $/
b en 1998, soit une rØduction de 33 %.
(*) L auteur du rapport adresse ses plus vifs remerciements aux membres du groupe de
travail qui s est rØuni au Conseil d analyse Øconomique, auprŁs desquels il a puisØ tous les
ØlØments d information, d analyse et de rØflexion, dont le rapport propose une synthŁse. Il
reste bien entendu seul responsable des erreurs Øventuelles qui pourraient subsister dans le
rapport, ainsi que du point de vue qui y est exprimØ.
(1) Il s agit ici du pØtrole de qualitØ brent datØ, provenant de la mer du Nord (Agence
Reuters et DIMAH).
PRIX DU P TROLE 111. volution des cours quotidiens du brent datØ
En dollars par baril
40
35
30
25
20
15
10
5
1997 1998 1999 2000
Source : Reuters.
Regard rØtrospectif sur le prix du brut
Il est vrai que ces oscillations de grande amplitude tranchent avec une
dØcennie de relative stabilitØ du prix du pØtrole autour de 20 $/b, entre 1987
et 1997 (si l on excepte la brŁve pointe 40 $/b lors de la Guerre du Golfe)
(graphique 2).
2. volution du prix du baril de pØtrole
En dollars par baril
100
RØvolution iranienne
80
(*)Prix rØel
60
Guerre du Kippour
Guerre du Golfe
40
20
Prix courant
0
1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000
Note : (*) Prix courant dØflatØ par l indice des prix la consommation des tats-Unis, base 2000.
Sources : FMI et calculs de la Direction de la prØvision.
12 CONSEIL D ANALYSE CONOMIQUE