Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Prospective des métiers de la santé - Journée d'étude du 18 novembre 2004

De
49 pages
La France comptait 205 000 médecins en 2004. Selon les estimations, cet effectif va augmenter légèrement en 2005 puis va diminuer pour atteindre 186 000 médecins en 2025. La question de la pénurie des métiers de la santé est un des thèmes abordés au cours de la journée d'étude organisée le 18 novembre 2004. Les interventions de la matinée tentent ainsi de mieux cibler les facteurs d'évolution des métiers de la santé et mettent notamment l'accent sur le rôle de la démographie médicale et sur l'évolution des besoins. Parmi les autres sujets retenues, les interventions de l'après-midi abordent la question de l'évolution des métiers selon plusieurs angles : quelles sont les données mécaniques (exemple de la durée des études), les évolutions plausibles ? Quels sont les arguments mis en avant par les corporations, les porteurs de telle ou telle pathologie, les acteurs locaux, les médias, les doyens ? Comment décrire l'offre ? Faut-il réorganiser les métiers, revoir la distribution des professionnels ? En quoi la territorialisation de la gouvernance apporte-t-elle quelque chose, en positif et en négatif ? Peut-il y avoir délégation de pouvoir de la part de l'Etat ?
Voir plus Voir moins
PROSPECTIVE DES MÉTIERS DE LA SANTÉ
JOURNÉE DÉTUDE DU 18 NOVEMBRE 2004
Avec la participation des groupes de projet Caducée,Geste,Poles,Prométhée
n° 3 Mai 2005
AVANT-PROPOS
Depuis plusieurs années, les obser-vateurs les plus innocents protestent contre lincapacité du pouvoir politique à élaborer des prévisions sérieuses sur les métiers de santé. On semble passer dun sureffectif des médecins corrigé par un terrible numerus claususqui simpose comme dans aucune autre discipline univer-sitaire à la crainte de la pénurie dans certaines spécialités. On contrôle le recrutement des infirmières pour déplorer ensuite leur trop faible nombre et recourir à des compétences immigrées. Il ne sagit pourtant que de prévision et pas encore de prospective. En cohérence avec les indications du Premier ministre, le Plan a fait de la santé une priorité pour la prospective de lÉtat stratège. Par nature, la santé relève de lintérêt général. Par histoire, lÉtat sest depuis longtemps impliqué dans un domaine où les inégalités sont immédiatement insupportables. Sans assumer la curieuse revendication dun droit à la santé qui na aucun sens, lÉtat garde la responsabilité dun droit aux soins, consubstantiel à la moindre des exigences démocratiques.
Mais les erreurs du passé doivent davantage être digérées que condam-nées. Dans le présent les intérêts corporatistes  tout ce qui est rare est cher et donc mieux rémunéré  peu-vent contribuer à laveuglement des pouvoirs publics ; il est donc indispen-sable dorganiser une prospective de la santé, dans toutes ses dimensions. Lexercice est difficile : les adminis-trations de la santé regorgent de diagnostics critiques, croulent sous les analyses, sexténuent dans la confron-tation des responsabilités négatives.
Il faut donc changer de méthode et exhausser les discours critiques. Nous ny parviendrons quen multipliant et diversifiant les approches et les perspectives. Aussi ne suffit-il plus de
simplement prévoir les effectifs à cinq, dix ou vingt ans. Nous devons élaborer une véritable prospective des métiers de la santé. Le Plan est fait pour ça. Grâce à lexpérience de léquipe qui travaille depuis plusieurs années sur la Prospective des métiers et des qualifi-cations(PMQ), le croisement avec nos groupes de projet sur la santé sera fer-tile. Jaime le nom deProméthée choisi par ce groupe qui investit dans les métiers de demain.Épiméthéepen-sait que lintelligence avait été distri-buée par le caprice des dieux. Prométhéeveut, lui, agir pour lhuma-nité tout entière, quitte à subir les critiques acérées dun aigle vengeur. Nous devons en effet prendre des risques et aborder des questions que les intérêts immédiats ont tendance à obérer. Le travail nest pas encore achevé mais cette journée de réflexion qui subsume les besoins des personnes prêtes à sengager dans les professions de santé et lintérêt général exprimé par lessence même de la médecine, constitue une première manifestation de cette volonté : lÉtat doit non seule-ment prévoir, mais organiser les trans-formations des métiers. LÉtat ne peut se contenter de réglementer et de cer-tifier : il doit, en stratège, préparer ses troupes à la guerre contre la maladie et la souffrance. Cette journée nest quune étape.Les Cahiers du Plansont là pour animer le débat public. Dun colloque, on évoque toujours les actes quand ce ne sont que des dialogues. Je souhaite que cette publication soit performative, quelle induise débats et contributions et que les actes soient plus consé-quences que publications. Nous devons aller plus loin, au plus près de laction. Toutes les suggestions seront bienvenues, doù quelles viennent.
Alain Etchegoyen
SOMMAIRE
PRÉFACE
PREMIÈRE PARTIE Introduction et contributions de la matinée
Introduction de Claude Seibel
Approches méthodologiques croisées 1.La démarche de prospective des métiers de Christine Afriat (Commissariat général du Plan) 2.La prospective en matière de santé de Stéphane Le Bouler (Commissariat général du Plan)
Observer la démographie médicale et paramédicale 1.Les acquis récents en matière danalyse de la démographie médicale et paramédicale de Pascal Breuil (DREES)  Ministère de la Santé 2.Les ressources humaines dans le cadre du projet de lOCDE sur la santé de Peter Scherer (OCDE) 3.Éléments de débat sur lobservation de la démographie médicale et paramédicale
Appréhender les besoins 1.La prise en charge du grand âge de René Eskl (Cabinet Geste) 2.Les métiers de la coordination des soins de Marie-Ange Coudray (DHOS) - Ministère de la Santé 3. Éléments de débat sur lappréhension des besoins
9
13
13
14
14
18
20
20
23
25
27
27
30 32
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin