Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Rapport d'information déposé par la commission des affaires européennes sur le projet de budget 2013 de l'Union européenne

De
81 pages

La commission des affaires européennes examine dans ce rapport le projet de budget de l'Union pour 2013 présenté par la Commission européenne, septième et dernier projet à s'inscrire dans le cadre financier de l'Union européenne pour la période 2007-2013.

Ajouté le : 01 juillet 2012
Lecture(s) : 0
Signaler un abus
______ ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de lAssemblée nationale le 18 juillet 2012.R A P P O R T D  I N F O R M A T I O N DÉPOSÉ PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES EUROPÉENNES(1) surleprojet de budget 2013 de lUnion européenne,
ET PRÉSENTÉPAR MmeEstelle Grelier et M. Marc Laffineur, Députés 
(1)La composition de cette Commission figure au verso de la présente page.
La Commission des affaires européennes est composée de :MmeDanielle AUROI,présidente; MmesAnnick GIRARDIN, Marietta KARAMANLI, MM. Jérôme LAMBERT, Pierre LEQUILLER, vice-présidents CARESCHE, Philip CORDERY, M Christophe; MM.meEstelle GRELIER, M. André SCHNEIDER,secrétaires ; ABOUBACAR, François ANDRÉ, Jean-LucMM. Ibrahim BLEUNVEN, Alain BOCQUET, Emeric BREHIER, Jean-Jacques BRIDEY, Mme Nathalie CHABANNE, M. Jacques CRESTA, MmeSeybah DAGOMA, MM. Charles de LA VERPILLIÈRE, Bernard DEFLESSELLES, Mme DUMAS, M WilliamSandrine DOUCET, M.meMarie-Louise FORT, MM. Yves FROMION, Jean-Claude FRUTEAU, Hervé GAYMARD, MmeChantal GUITTET, MM. Razzi HAMMADI, Michel HERBILLON, Marc LAFFINEUR, MmeAxelle LEMAIRE, MM. Christophe LÉONARD, Jean LEONETTI, Michel LIEBGOTT, MmeAudrey LINKENHELD, MM. Lionnel LUCA, Philippe Armand MARTIN, Jean-Claude MIGNON, Jacques MYARD, Michel PIRON, Joaquim PUEYO, Didier QUENTIN, Arnaud RICHARD, MmeSophie ROHFRITSCH, MM. Jean-Louis ROUMEGAS, Rudy SALLES, Gilles SAVARY, MmePaola ZANETTI.
 3 
SOMMAIRE___
Pages
RÉSUMÉ DU RAPPORT.................................................................................................. 5 PREMIÈRE PARTIE : LES NÉGOCIATIONS DU BUDGET POUR 2013, ÉTAPE DÉCISIVE POUR LE PROCHAIN CADRE FINANCIER PLURIANNUEL...................... 9 I. 2013, DERNIÈRE ANNÉE DE L ACTUEL CADRE FINANCIER PLURIANNUEL..... 9 II. L EXÉCUTION DU BUDGET EUROPÉEN EN 2011 ET 2012.................................... 11 A. LEXÉCUTION 2011.................................................................................................... 11
B. LEXÉCUTION 2012.................................................................................................... 14
III. LE CADRE FINANCIER PLURIANNUEL 2014-2020................................................ 16 A. LA PROPOSITION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE............................................ 16
1. Les grandes priorités en matière de dépenses............................................ 16 2. Les propositions en matière de recettes....................................................... 19
B. LA POSITION DU PARLEMENT EUROPÉEN............................................................... 19 C. LA POSITION DU CONSEIL........................................................................................ 20
DEUXIÈME PARTIE : UN PROJET DE BUDGET POUR 2013 AXÉ SUR LA CROISSANCE ET L EMPLOI.......................................................................................... 23 I. LE PROJET DE BUDGET POUR 2013 PRÉSENTÉ PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE................................................................................................................. 23
A. CROISSANCE DURABLE (RUBRIQUE 1) : LA PRIORITÉ DU BUDGET POUR 2013..... 28
1. Le budget en faveur de la « Compétitivité » (sous-rubrique 1a)............... 29 a) Les engagements............................................................................................. 29
b) Les paiements.................................................................................................. 31
2. Le budget en faveur de la « Cohésion » (sous-rubrique 1b)..................... 33 a) Les engagements............................................................................................. 33
b) Les paiements.................................................................................................. 34
4B. CONSERVATION ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES (RUBRIQUE 2) : AFFERMISSEMENT ET RÉORIENTATION DES MOYENS................. 36 1. Les dépenses agricoles................................................................................... 37 2. Les mesures vétérinaires et phytosanitaires................................................ 37
3. Le développement rural................................................................................... 38 4. Les affaires maritimes et la pêche................................................................. 38 5. Lenvironnement et le climat........................................................................... 39 C. CITOYENNETÉ, LIBERTÉ, SÉCURITÉ ET JUSTICE (RUBRIQUE 3) : UN ACCENT MIS SUR LA SOLIDARITÉ ET LA GESTION DES FLUX MIGRATOIRES...................... 40 1. Liberté, sécurité et justice (sous-rubrique 3a).............................................. 40
a) Solidarité et gestion des flux migratoires....................................................... 41
b) Sécurité et protection des libertés................................................................... 43
c) Droits fondamentaux et justice....................................................................... 43
2. Citoyenneté (sous-rubrique 3b)...................................................................... 44 a) Accès aux biens et services de base................................................................ 45
b) Culture et diversité européennes.................................................................... 46 D. ACTION EXTÉRIEURE DE LUNION EUROPÉENNE (RUBRIQUE 4) : DES PRIORITÉS REVUES................................................................................................. 47 E. ADMINISTRATION (RUBRIQUE 5) : UNE VOLONTÉ AFFICHÉE DE MAÎTRISER LES DÉPENSES........................................................................................................ 49
  II. L ÉTAT D AVANCEMENT DES NÉGOCIATIONS...................................................... 51 A. LES TRAVAUX DU PARLEMENT EUROPÉEN............................................................ 51
1. Croissance durable........................................................................................... 53 a) Compétitivité................................................................................................... 53
b) Cohésion......................................................................................................... 54
2. Conservation et gestion des ressources naturelles.................................... 54 3. Citoyenneté, sécurité, liberté et justice......................................................... 55
4. Action extérieure de lUnion européenne...................................................... 56
5. Dépenses administratives............................................................................... 56 B. LES TRAVAUX DU CONSEIL...................................................................................... 57
1. La position de départ des États membres.................................................... 57
2. Le compromis adopté....................................................................................... 57 CONTRIBUTION DE M. MARC LAFFINEUR, CO-RAPPORTEUR............................... 63 TRAVAUX DE LA COMMISSION.................................................................................... 65 A N N E X E S...................................................................................................................... 75
5
RÉSUMÉ DU RAPPORT
Le projet de budget de lUnion pour 2013 présenté par la Commission européenne sélève à 151 milliards deuros en engagements et 138 milliards deuros en paiements. Par rapport à 2012, il saffiche en très forte hausse en crédits de paiement (+ 6,85 %) et suit une progression proche de linflation prévisionnelle en engagements (+ 2,05 %).
Le budget de lUnion pour 2013 présente la particularité dêtre à la fois un budget de crise et le dernier budget du cadre financier pluriannuel 2007-2013.
La crise justifie ainsi, pour certains, une intervention accrue du budget européen et, pour dautres, au contraire, une évolution du budget européen modérée, cohérente avec les stratégies de redressement budgétaire mises en uvre au niveau national.
Larrivée à son terme de la programmation financière 2007-2013 implique, pour sa part, un besoin croissant de crédits de paiement pour honorer les engagements. Le budget pour 2013 met ainsi en exergue la problématique de lévolution des crédits de paiement et des restes à liquider, à laquelle il convient dapporter une réponse adaptée, qui pourrait notamment prendre la forme de laffectation dune partie de la taxe sur les transactions financières.
Mais, surtout, la fin de la programmation financière actuelle fait du budget pour 2013 un enjeu essentiel pour les négociations du prochain cadre financier pluriannuel puisquil en constituera, à bien des égards, le point de départ. Le projet de budget pour 2013 met ainsi en évidence nombre de questions en débat sur le cadre financier pluriannuel 2014-2020, comme celles du rôle du budget de lUnion européenne, de son volume, de ses priorités et de ses ressources.
Le budget pour 2013 doit être un budget responsable, tenant compte à la fois des défis que lUnion doit relever pour la croissance et des contraintes budgétaires qui pèsent sur les États membres.
6
pour le Fonds de solidarité de lUnion européenne (18 millions
Ainsi, au niveau global, les engagements augmentent de
écarts existent.
Mesdames, Messieurs,
7
Dernier budget du cadre financier pluriannuel 2007-2013 et budget de crise, le budget de lUnion européenne pour 2013 présente des enjeux considérables à plusieurs égards.
Dernier budget de lactuel cadre financier pluriannuel, il apparaît comme un point de référence pour le cadre financier pluriannuel 2014-2020, au sujet duquel les négociations ont déjà commencé, avec lobjectif daboutir dici à la fin de lannée. Le budget pour 2013 constitue ainsi un premier terrain daffrontements des positions à venir, aussi bien pour les États membres que pour les institutions de lUnion européenne.
Budget de la dernière année de programmation, il met en exergue la problématique de lévolution des crédits de paiement. La fin de la programmation financière pluriannuelle est en effet traditionnellement marquée par larrivée à leur rythme de croisière des projets soutenus par lUnion et par laccélération du rythme des paiements des projets  accentuée en 2013 par le fait que, de manière exceptionnelle, les créances transmises par douze États membres devront être présentées pour deux tranches dengagement annuelles. La bonne gestion des deniers de lUnion exige de se pencher sur la question des restes à liquider, cest-à-dire des engagements non honorés  qui sélevaient, fin 2011, à 207 milliards deuros, sur les niveaux dexécution des différents programmes et les difficultés dabsorption des crédits rencontrées par certains États membres.
Budget de crise, il doit concilier deux objectifs : dune part, soutenir davantage la croissance et lemploi ; dautre part, présenter une évolution cohérente avec les stratégies de redressement budgétaire mises en place par les États membres.
Cest dans ce contexte difficile que la Commission européenne a présenté un projet de budget pour 2013 marqué par une très forte hausse des paiements (+ 6,85 %) par rapport à 2012 et une progression des engagements proche de linflation prévisionnelle (+ 2,05 %)(2) .
(2)Par rapport au budget initial pour 2012, la progression des engagements sélève à 2,51 %.
8  Les deux branches de lautorité budgétaire ont réagi de manière contrastée à cette proposition, mettant en évidence deux conceptions opposées du budget européen :
 celle du Parlement européen, selon laquelle le budget de lUnion, en tant que budget dinvestissement, doit être un instrument privilégié de relance de la croissance économique, et ne doit donc pas être « sacrifié » ;
 celle du Conseil qui, tout en reconnaissant la valeur ajoutée des actions financées par le budget de lUnion et la nécessité de soutenir la croissance et lemploi, met en avant le paradoxe quil y aurait à autoriser au niveau européen une progression des dépenses publiques qui est interdite à la majorité des États membres au niveau national. Le Conseil devrait ainsi adopter, le 24 juillet prochain, un budget en hausse de 2,79 % en paiements et de 1,27 %(3) en engagements.
Au-delà des moyens inscrits au sein du budget de lUnion, le soutien à la croissance et à lemploi suppose la mobilisation de tous les outils existants et la mise en place dinstruments innovants, comme cela est proposé dans le pacte pour la croissance et lemploi adopté par le Conseil européen le 29 juin dernier.
Les discussions sur le budget pour 2013 posent ainsi les questions du rôle du budget de lUnion européenne, de son volume, de ses priorités et de ses ressources, qui sont autant denjeux pour la négociation du cadre financier pluriannuel 2014-2020.
(3)Hausse de 1,73 % par rapport au budget initial pour 2012.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin