Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Rapport sur la réduction négociée du temps de travail : bilan 2000-2001

De
33 pages
Composé de 10 fiches de synthèse, le rapport analyse les principaux aspects du processus de réduction du temps de travail en s'appuyant sur les données les plus récentes (années 2000 et 2001). L'adhésion aux 35 heures, très inégale selon les catégories socio-professionnelles, l'impact de la législation sur la négociation collective, les salaires et le recours aux heures supplémentaires, sont autant de thèmes abordés par cette étude. Le rapport permet de faire un bilan coût/bénéfice de la réduction du temps de travail en étudiant l'importance des aides publiques accordées sous forme d'allégements de charges sociales patronales. Enfin, les effets sur l'emploi de la RTT sont analysés, à la fois au regard des dispositifs incitatifs (première loi Aubry et Loi Robien) et au regard du cadre général Aubry 2.
Voir plus Voir moins

LA RÉDUCTION NÉGOCIÉE DU TEMPS
DE TRAVAIL : BILAN 2000-2001Projet de rapport du Gouvernement au Parlement
La loi de réduction négociée du temps de travail du 19 janvier 2000 prévoit
que le Gouvernement présente chaque année au Parlement un rapport sur la mise en œuvre
de l’allégement de cotisations sociales associé au passage à 35 heures (article 36 alinéa I).
C’est l’objet du présent rapport que de satisfaire à cette disposition.
Celui-ci se compose d’un jeu de dix fiches qui analysent les principaux aspects du processus
de réduction du temps de travail en s’appuyant sur les données les plus récentes, relatives
aux années 2000 et 2001.Fiche 1
Données de cadrage
Cinq ans après le début du processus de réduction négociée du temps de travail, un peu plus
de la moitié des salariés des secteurs concurrentiels travaillent dans des entreprises passées
à 35 heures. L’inégale diffusion de la RTT selon le secteur et la taille d’entreprise ne résulte
pas du seul calendrier fixé pour la baisse de la durée légale et les aides incitatives ;
elle reflète aussi les contraintes propres aux petites entreprises ou à certaines activités.
À la fin d e l ' a n née 2001, 8, 6 mil i ons d e pers o nnes é tai e n t emp l oyée s dans d e s
e nt repr is e s a ya nt proc é dé à u ne r é duc ti on nég oci é e de l a duré e du trava i l , s oit 5 3 % de s
s a l a rié s des s e c teu rs c oncu rrenti e l s e t a s s oci a tifs . Parm i c e l l e s - c i , 7,4 m il l i ons trava i l l a i e n t
à t e mps c omple t .
Tableau 1
Passage à 35 heures : populations concernées à fin 2001
Population active*
26,2 millions
Actifs occupés* Chômeurs*
23,9 millions 2,3 millions
Non-salariésSalariés*
21,3 millions 2,6 millions
Salariés dans le champ des lois RTT** Salariés hors champ
16,2 millions 5,1 millions
(> 20 salariés) Petites entreprises**Grandes entreprises**
10,9 millions 5,3 millions
TempsTempsSalariés à temps complet Temps complet
partiel partiel
9,5 millions 1,4 m 3,8 millions 1,5 m
TP TPSalariés TC à 35 h*** Salariés Salarié
35h 39h6,9 millions TC à 39 h TC à 39 h
1,1 1,42,6 millions 3,3 millions
Salariés des entreprises à 35 h Salariés des entreprises à 39 h
8,6 millions 7,6 millions (47 %)
()
* Données de l’Enquête Emploi de mars 2002, actifs occupés et chômeurs au sens du BIT
** Données de la base SIRENE 2000
*** Ensemble des salariés travaillant dans des établissements passés à 35 heures (base MASTS-URSSAF).
Fiche 1 : Données de cadrage - 1 -La montée e n ch a rge d e l a R TT éta i t toute fo is très i néga l e s e l o n la t a i l e d’e ntre pris e : à l a
fin de l ’ a nnée 2001, u n peu plu s de 90 % de s s a l a rié s d e s e ntre pr is e s de 200 sa l a rié s ou
plu s é tai e nt à 35 he u res , e nviro n 40 % dans l e s e ntrepr is e s de 21 à 49 sa l a ri é s , e t u n pe u
moins de 10 % da ns l e s e ntrepr is e s de 20 s a l a r i é s ou moins .
S u r l ' e ns e mble des s a l a rié s à 35 he u res à l a fin d e l ' a nné e 200 1, 54 % a v a i e nt co nnu u ne
réd u c tion négoc i é e de l e u r duré e du tra vai l a vant 2 000 ( t a ble a u 1). P a rmi c e u x-c i , l a
moi tié a p part en a i e nt à u ne forte maj orité d'e ntrepr i s e s a yant e u rec o u rs a u x ai de s
i nc i tati v e s pré vue s p a r la l oi de Rob i e n et l a pre miè re l oi Aub ry, e t près de 30 % à u ne
min orité d'e ntr e pris e s de t a i l e plu s i mportante a y a nt pas s é des a c c o rds n' ouvr an t pas
dro i t au x béné fi c e s d e s a i d e s . Av a i e nt éga l e m e nt rédu i t l e u r duré e du trava i l a u c ours de
c e t te pér i ode, l e s gra ndes e ntrep ris e s nati on a l e s ( E DF, GDF, La Poste . . ) q u i ne pouva i e nt,
du fai t de l a l oi, béné fi c i e r des a l é g e ments de c o tis a ti ons s o c i a l e s : el e s e mp l oyai e nt à
e l e s s e u l e s 15 % de s e ffe c tifs s a l a ri é s pas s é s à 35 he u res a v a nt 20 00.
Par mi l e s e ntrepr is e s a yant rédu i t la d u rée d u trav a i l a p rès j a nvie r 2000, on com ptai t une
maj orité d’u nit é s de 20 sa l a rié s ou moi ns bén é fic i a nt des a i des i nci t a tive s ouve r tes pa r la
pre miè re l oi Aub ry (qu i l e u r é tai e nt ac c e s s i ble s j u s qu' à fin 2001) , e t des e ntrepr i s e s d e
tai l l e pl u s i mpor tant e rel e vant d u nouv e a u ré gime d ’ a l l é g e ment fi xé p a r la s e c ond e l oi.
Les premi è res , dont le rythme de pas s a g e s ' e s t ac c é l é ré d u rant l ’ a nné e 2001, e mpl oyai e n t
s e u l e ment 8,5 % des e ffe c tifs pas s é s à 35 he u res a u c o u rs de c e tte péri o de ; le s s e c ondes
plu s de 6 0 %. D u rant c e tte deu xiè me pha s e , on a é ga l e ment obse r vé l ' a ppari t i on un
nombr e i m portan t d'e n trepr is e s qu i , bie n qu’ a yant r é dui t le u r du rée d u trav a i l , n e
bén é fic i a i e nt pa s des a i des , ne v oul a nt pas y préte ndre o u ne p ouva nt pas , e n rai s on
nota mment de l ’ e xige n c e d’u n ac c o rd maj orita i re. C e s e ntre pris e s regr ou pa i e nt plu s du
qua rt des s a l a r i é s pas s é s à 35 he u res e n 2000 e t 20 01. Par a i l l e u rs, s e l on l’ Agen c e
c e n tral e des orga ni s m e s de s é c u rité s oc i a l e ( ACOS S ) , 20 % d e s e ntre pr is e s bén é fic i a nt des
a i d e s i nc i tati v e s Rob i e n ou Aub ry ne profit e nt pas des a i des Aub ry 2.
Tableau 2
Entreprises et salariés : répartition selon la date de passage et le régime d’aide
Avant De juin 1998 à décembre 1999 Depuis janvier 2000 Total
juin 1998
Total Total
ε1,7 % 18,4 % 4,7 % 1,3 % 0,0 % 26,1 % 39,3 % 30,1 % 4,4 % 73,9 % 100,0 %Entreprises
3,8 % 24,2 % 15,9% 1,9 % 8,2 % 54,0% 3,9 % 29,3 % 12,3 % 0,5 % 46,0 % 100,0 %Salariés
* puis aide structurelle à partir de 2000
Lecture : 39,3 % des entreprises passées à 35 heures après janvier 2000 employant 3,9 % des salariés ont bénéficié de l’aide incitative
Source : Base des déclarations d’allégement de cotisations sociales, Dares.
À la fin d e l ’ a n née 20 01, 70 % des e ntr e pris e s a yan t appl i qué l a rédu c tion du tem ps de
trava i l é tai e nt des p e tite s e ntrepr is e s ( 20 s a l a rié s ou m oins ) qui n’ e mploy a i e nt, par
a i l l e u rs, que 7 % des e ffe c tifs c once r nés ( g raph i q u e 1). C e s d e rniè r e s é tai e nt e n
pro portio n moin s nomb reu s e s parmi l e s e ntrepr i s e s q u i ont rédu i t le t e mps d u trav a i l
a vant 200 0 (40 % ) q u ’ a prè s ( 80 %) . E n 200 1 el e s ont repr és e nté 9 0 % de s pas s a ges à
35 he u res .
Fiche 1 : Données de cadrage - 2 -
Aide
incitative
Accord sans
aide incitative*
non aidés
Non éligibles
Aide
incitative
Aide
structurelle
Accords non
aidés
Non éligiblesGraphique 1
Flux cumulé des entreprises passées à 35 heures selon leur taille
180 000
Début 2000, date d’entrée20 ou moins
en vigueur de la nouvelle160 000 plus de 20 157 070
durée légale. Fin de l’aide Début 2001, dernièreensemble
incitative pour les année où l’aide incitative
entreprises de plus de 20 reste ouverte aux
140 000 salariés. entreprises de 20
salariés ou moins
120 000
100 000
80 000 69 982
60 000
31 73540 000
20 000
4 548
0
juin- aoû- oct- déc- fév- avr- juin- aoû- oct- déc- fév- avr- juin- aoû- oct- déc- fév- avr- juin- aoû- oct- déc-
98 98 98 98 99 99 99 99 99 99 00 00 00 00 00 00 01 01 01 01 01 01
Date de mise en œuvre des 35 h
Lecture : 4 548 entreprises sont passées aux 35 heures fin 1998.
Source : Base des déclarations d’allégement de cotisations sociales (base MASTS-URSSAF)
10 % des e ntr e pris e s e mpl oyant 53 % des s a l a rié s s ont au total pas s é e s à 3 5 he u r e s a va nt
l a fin 2 0 01. C e tte propor tion es t très fortem e nt li é e à l a tai l e des e ntrepr is e s pui s q u e
91 % des pers onnel s des e ntrepr i s e s d e 200 sa l a rié s e t plu s t rava i l l e nt à 35 he u res c o ntre
moi ns de 10 % da ns c e l e s de 10 sa l a rié s ou mo i ns ( g raph i q u e 2).
Fiche 1 : Données de cadrage - 3 -Graphique 2
Taux de passage aux 35 h par taille de l’entreprise
entreprises10 ou moins
9,1
salariés
plus de 10 à 20 13,1
plus de 20 à moins de 50 43,8
50 à moins de 200
62,7
200 et plus 90,9
Ensemble
52,9
0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 90,0 100,0
Lecture : 9,1 % des salariés des entreprises de 10 salariés ou moins travaillent dans les établissements passés aux 35 h fin 2001.
Source : Base des déclarations d’allégement de cotisations sociales (base MASTS-URSSAF).
Log i que s de tai l e e t de s e c teu r son t é troite ment m ê l é e s dans l a prop e nsi on des
e nt repr is e s à p a s s e r au x 35 h e u re s . On se borne ra à noter que l ' i ndus trie , c omposé e de
plu s gran des u n i tés , c onnaî t un t a u x de pas s a ge e n terme s d'e ntre pr is e s e t su rtout de
s a l a rié s ( graph i que 3 ) très s u pér i e u r à c e l u i de l a c onst ruc tio n. Le s e c teu r tert i a i re, très
c ompos i te e t qui regr ou pe l a maj o rité d e s e ntre pr is e s e t des s a l a rié s , s e s i tue l u i dan s l a
moye nne.
Graphique 3
Taux de passage aux 35 h par secteur d’activité (NAF 4)
entreprises
Agriculture, sylviculture et pêche salariés
51,5
Industrie
69,4
Construction
29,0
Commerces et services
49,6
Ensemble
52,9
0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0
Lecture : 51,1% des salariés du secteur agriculture, sylviculture et pêche travaillent dans les établissements passés aux 35 h fin 2001.
Source : Base des déclarations d’allégement de cotisations sociales (base MASTS-URSSAF).
Fiche 1 : Données de cadrage - 4 -Graphique 4
Salariés à temps complet ayant une durée collective de 35 h ou moins
80 %
70 %
60 %
50 %
40 %
30 %
20 %
10 %
0 %
2000t3 2000t4 2001t1 2001t2 2001t3 2001t41999t3 1999t4 2000t1 2000t2
Dans les enterprises de 10 à 19 salariés 20 salariés et plus
Source : ACEMO-Dares
Fiche 1 : Données de cadrage - 5 -Les sources statistiques sur le passage à 35 heures utilisées
1. Le fichier des demandes d’allégement URSSAF / DARES
La p r i n c ip al e so u r c e sp é c i fi q u e u t i l i sée p o u r l e sui vi d e l a RT T est l a b ase c o n st i t u é e à
p art i r d es d ema n d es d ' a l l é g emen t d e c o t i satio n s so c ial es ins t au ré es p ar l a se c o n d e l o i
d e R TT d e j an vier 2 0 0 0 . E l le p er met d e r ep ére r t o u t es l es en t r ep ris e s q u i s o l l ic it en t
l 'al l é g emen t : au t i tr e d 'un c u m ul avec l es ai d es i n c i t ati ves de l a pr em i è re l o i d e RTT p o u r
l es u n i t é s «  an t i c i p atr i c es » , o u d 'u n p assag e au x 3 5 h eu res sans ai d e i n c i tat i ve avan t o u
ap rè s 2 0 00 o u vran t l e seu l b é n é f ic e d e c et all é g em en t . Le d é p ô t d e c et t e d éc l ar at io n
au pr è s d es U RSSAF ( o u d es au t r es o r g an ism es de r ec ou vr em en t d es c o t i sat i o n s so c i al es)
est o b l i gato i r e p o u r p o u vo ir b é n éf i c i er d es e xo n éra t io n s. Le fi c h ier c o n st it u é p a r l a D AR E S
à par t i r d e c es d é c l ar at i o ns r ec en se t ou t es les d eman d es, y c o mp r i s cel l es d es
en tr ep r i ses af fi l i é es à l a M u t u ali t é Soc i al e Ag r i c ol e, d es en t rep r i ses d é j à à 3 5 h eu r es
avan t j u in 1 9 9 8 ( n o t am m en t d an s l e c ad re d e l a l o i R o bi en ) , o u d es en t r ep r i ses p assées à
3 5 h eu r es en app l i c ati o n d ir ec t e d ’ u n ac c o r d d e b r an c h e. L’ i nfo rmat ion d isp o n ib l e p o rte
su r l ’ en sem b l e d es sal ar i é s d e l ’é t ab l issem ent d em an d eu r ( y c o mp r i s les salar i é s à t em ps
p art i el et l es c ad r es ) , ap rè s ap par i em en t avec l a base d e d o n n ées SIRE N E .
2. Les bordereaux URSSAF / ACOSS
Il s’ ag i t d es bo r d er eau x r éc ap i t ul at i f s d e c ot i sat io n s ( BR C ) p ro d u i t s p ar les c o ti san t s d u
Ré gi m e g én é r al , et r ec en sé s p ar l’ AC OSS, d an s l esq uel s c haq u e mesu r e d ’ al l ég em en t d e
c o t i sat io n s so ci al es (et n ot am m ent l es ai d es «  Ro bi en   », «  Au br y   I  »et «  Au br y II  ») est
d i st i n g u é e. Il s r ec ensen t d o n c t ou t es l es en tr ep r i ses b é né f i c i an t d e c es all é g em en ts, y
c o mp r i s c el l es d é j à à 3 5 h e u r es a van t ju i n 1 99 8 et c el l es p as s é es à 3 5 h eu res en
ap pl i c at io n d i rec t e d’ u n acc o r d de b r anc h e. En r evan c h e, l es ent r ep r ises n on é l i gi bl es à
l ’ a i d e o u af f i l i é es à l a M SA so n t exc l ues. L’in fo rmat io n d isp o n ib l e po rt e su r l ’ en semb l e
d es sal ari é s d e l ’ é t a b l i ssem en t d em an d eu r .
3. L’enquête ACEMO
L’ en q u ê t e t r i m est r i ell e AC EM O d e l a D ARE S est r é al isé e aup r è s des en tr ep r i ses d e 1 0
salar i é s o u p l u s d an s l es sec t eu rs c o n cu r r en ti el s n o n ag ri c o l es. E l l e f o ur n i t des
in fo rmat i o n s su r l es ef f ec ti f s d es é t abl i ssemen t s, l es sal ai r es d e b ase,   l es d i f f é r en t es
d u ré es c ol l ec t ives h e b d o m ad ai r es d u t r avai l , et l es c au ses de l eu r variat io n . La d u ré e
c o l l ec t iv e est u n e d ur ée o ff er t e, co r r esp o n d an t à l’ h o r aire af f ic h é   ; l o rsq u e so n mo d e d e
d é c o m p t e a é t é m o d i f ié , à l ’ o c c asi o n d e l a m ise en p l ac e d e l a RTT, so n é vol u t i o n dan s
l ’ en q u ê t e p eu t ê t r e d i f f é r en t e d e l a b a isse effe c t iv e ( c f.fic h e n °4 ) . C h acu ne des enq u ê t es
p o rt e su r 2 0 0 0 0 à 3 0 0 0 0 ét ab l i ssem en ts o u en t r ep ri ses po u r l esq u el s l es pr i n c i pau x
in d ic at eu rs so n t ren s ei g n é s. E l l es so n t exh au st i ves p o u r l es ent r ep r ises d e p l u s d e 1 0 0
salar i é s et p ar so n d ag e p o u r l es en t r epr i ses d e 1 0 à 9 9 sal ar i é s. El l es ne p er m ett en t pas
d e d i st i ng u er s u ivan t l e t yp e d ’ a i de r eç u e au t i t r e d e l a RTT.
Selo n l e f i c h i er d es d em an des d ’ al lé g em ent , f i n 2 0 01 , 76 % d es sal ar i és t r avai l l aien t d an s
u n e en t r ep r i se d e p l u s d e 20 sal ar i é s ay an t mi s en œ u vr e l a r é du c t i o n d u t em p s d e t r avai l
c o n t r e 1 0% d an s l es mo i n s d e 2 0 . Sel o n l ’ enq uê t e Ac em o , en se l im i t an t au seu l t emp s
c o mp l et , c es c hi f f r es so n t r esp ect i vem en t d e 76 % et d e 1 6% ( Gr ap h i qu e  3 ) .
Fiche 1 : Données de cadrage - 6 -




































Fiche 2
La négociation de la réduction du temps de travail
Conformément aux intentions du législateur, le passage aux 35 heures légales s’est très
largement appuyé sur la négociation d’entreprise, qui a connu depuis 1998 une ampleur
inédite avec plus de 35 000 accords conclus chaque année. Dans les petites entreprises
sans délégué syndical, cet essor doit beaucoup à la nouvelle procédure du mandatement,
devenue le mode le plus fréquent de négociation. Cependant la négociation de branche
n’a pas été en reste : elle a notamment permis qu’après 2000 les petites entreprises réduisent
et aménagent en grande majorité le temps de travail par la voie de « l’accès direct ».
Avant 2000, l e mode d ’ a c c è s privi l é gié à l a R TT éta i t l’ a c c ord d’e ntr e pris e , s ouv e nt si gné
par u n sa l a rié mand at é , du fai t de l a p rédom ina nc e des e n trepr is e s de moins de 20
s a l a rié s ( 7 su r 10 – tabl e a u 2). À l’ i nvers e , moi ns d’u ne de c e s e n trepr i s e s s u r qua t re
pas s a i t à 35 he u res e n appl i c a tio n dire c te d’ u n ac c ord de branc h e c a r u n no mbre l i mité
de branc h e s a vai e nt al ors n é goci é de te l s a c c ords. Après 2000, l a pro portio n s’ i n vers e :
plu s de s i x pas s a ges s u r di x se s ont eff e c tué s s e l o n ce tt e proc é dure , a vec u ne fo rte
a c c é l é rat i on en 2001 (3 pa s s a ges s u r 4), tena nt à l a mont é e e n ch a rge de l a RTT da ns l e s
trè s peti te s e n trepr is e s ( t a ble a u 2).
Tableau 1
Modes d’accès à la RTT à la fin 2001
Accord d'entreprise Application directe Nombre d’entreprises
% lignes
Avant 2000 Après 2000 Avant 2000 Après 2000 Avant 2000 Après 2000
68,6 % 26,6 % 31,4 % 73,4 % 14 667 89 47720 et moins
+ de 20 à moins de 50 84,9 % 58,0 % 15,1 % 42,0 % 11 927 13 388
50 et + 100,0 % 100,0 % 0,0 % 0,0 % 10 747 10 840
30 361 41 516 6 980 72 189 37 341 113 705Nombre d’entreprises
Lecture : sur 14 667 entreprises de 20 salariés et moins passées à 35 heures avant 2000, 68,6 % l’avaient fait par accord d’entreprise
et 31,4 % par application directe d’un accord de branche
Source : Base des déclarations d’allégement de cotisations sociales , Dares.
Touj ours fortem e nt marq ué e par l e thè me de l a rédu c tion de l a d u rée d u trav a i l , l a
nég oci a tion d’e ntrepr i s e s ’ e s t ma i ntenu e à u n nive a u très é l e vé e n 20 01, c o mpara b l e à
c e l u i des deu x anné e s préc é dente s ( plu s de 35 000 a c c ords c h a que a nné e ) e t ce , ma l gré
l ’ a c c é l é r a tion des pas s a ges à 35 he u res par a c c è s d i rec t. C e s a c c ords ont é té s i g nés par
plu s de 2 0 000 entre p ris e s e t ont c once rné plu s d’u n sa l a rié s u r ci nq. C omme i l s ’ a git
maj orita i reme nt d’e nt repr is e s de moins de 50 sa l a rié s ( 58 % ) , plu s d e s i x texte s de RT T
s u r dix o nt é té négoc i é s par u n s a l a rié mand a té.
Fiche 2 : La négociation du temps de travail - 1 -E n ca s de mand a teme nt , l a C FDT es t le p remi e r s yndi c a t si gnata i re a vant c om me a prè s
200 0 (pl u s de 4 a c c ords s u r 10) d e vanç a nt la C GT-FO en 2 0 00 et l a C FTC a prè s 2000 .
Lors que l ’ a c c ord e s t négoc i é par u n o u plu s i e u rs dél é gué s s yndi c a u x, e l l e r e s te e n
pre miè re pla c e e t si g ne l a moiti é des a c c ords , deva nt l a C GT (t a ble a u 2).
La propen s i on à s i gne r des s yndic a ts pré s e nts dans l ’ e ntr e pris e , vari e de 8 6 et 9 6 % ,
dim i nua nt l é gèr e ment a pr ès 2000, s a u f pou r l a C FTC. E n 20 00, l a C FDT et C GT s i gne nt
plu s fréq u e mmen t lor s que l ’ a c c ord c omport e de s e nga geme nt s e n te rmes d’e mploi .
Tableau 2
Accords de RTT selon les syndicats signataires ou mandants
En % CFDT CGT CGT-FO CFTC CGC
Accords signés par délégué syndical : taux de signature*
avant 2000 54,5 37,9 22,4 27,5 18,5
après 2000 50,3 41,7 30,5 21,1 21,5
Accords signés par salarié mandaté : taux de signature*
avant 2000 44,4 15,7 23,6 12,8 2,7
après 2000 41,1 15,5 16,3 24,8 2,9
Propension à signer des délégués syndicaux**
avant 2000 96,2 86,4 95,2 88,9 94,5
après 2000 93,5 85,8 90,7 93,5 93,2
Note de lecture :
* 54,5 % des accords sont signés par un délégué CFDT, 37,9 % par un délégué CGT. Plusieurs délégués syndicaux pouvant avoir signé
le même accord, la somme est supérieure à 100.
** La CFDT signe 96,2 % des accords lorsqu'elle est présente dans l'entreprise, la CGT 86,4 %.
Source : Base des accords d'entreprises ou d'établissements, Dares.
Fiche 2 : La négociation du temps de travail - 2 -