La lecture en ligne est gratuite
Télécharger

er
En application de la loi du 11 mars 1957 (article 41) et du Code de la propriété intellectuelle du 1 juillet 1992,
toute reproduction partielle ou totale à usage collectif de la présente publication est strictement interdite sans
autorisation expresse de l’éditeur.
Il est rappelé à cet égard que l’usage abusif et collectif de la photocopie met en danger l’équilibre économique
des circuits du livre.
© La Documentation française – Paris, 2000
ISBN 2-11-004627-9SommaireSOMMAIRE
Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Des transformations profondes de la société
et de l’économie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Le renouvellement des générations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
L’émergence du principe de mixité16
La révolution de l’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Les nouvelles configurations territoriales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
La place du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Nouveaux risques sociaux et nouvelles opportunités . . . . . . . . . . . . 30
De nouvelles régulations à inventer . . . . . . . . . . . . . . . 32
Les leviers d’une croissance durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
Le développement par l’emploi et la solidarité . . . . . . . . . . . . . . . . 38
L’État, promoteur et garant des choix collectifs44
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
CHAPITRE PREMIER
La société française :
éléments d’un diagnostic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
L’évolution des liens sociaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
La mixité : de l’inégalité à la différence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
L’évolution de la place des femmes dans la société . . . . . . . . . . . . . 54
Les mutations familiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Des problèmes nouveaux pour la collectivité . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
La modification des âges de la vie et des relations entre générations . 57
Les nouveaux âges de la vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Les relations entre générations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59SOMMAIRE6
La place et le rôle de la formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Le défi du nombre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
La question des inégalités scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Les relations école-travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
La formation professionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
L’évolution du travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
La transformation des formes et statuts du travail . . . . . . . . . . . . . 63
L’accroissement du chômage64
L’intensification du travail65
L’évolution des territoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
L’ouverture au monde et à l’Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
La croissance de l’urbanisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
La situation économique des territoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
Le rôle des technologies de l’information sur le territoire . . . . . . . . . 69
Une différenciation croissante des situations
et des risques de fragmentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
La différenciation des situations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
La progression globale des revenus et du pouvoir d’achat moyen . . . . 70
L’évolution des inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
D’insuffisantes performances du système redistributif . . . . . . . . . . . 73
Des risques persistants d’exclusion et de ségrégation . . . . . . . . . . . . 74
Pauvreté et exclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Les ségrégations territoriales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Des attentes nouvelles à prendre en compte . . . . . . . 78
Une société dont la perception du risque se transforme . . . . . . . . . . 78
La perception du risque économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
La montée du sentiment sécuritaire et la délinquance . . . . . . . . . . . 79
Une sensibilité accrue aux risques thérapeutiques, alimentaires
et environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Le moral des Français : les paradoxes d’une embellie. . . . . . . . . . . . 80
Une société où la prise en compte de la qualité devient importante . . 80
L’évolution des consommations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Le choix du lieu d’habitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
La gestion du temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
Une société où l’autonomie se développe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
Les enquêtes sur les systèmes de valeur des Français . . . . . . . . . . . . 83
Autonomie individuelle et norme collective . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
Une société dont les aspirations démocratiques évoluent . . . . . . . . . 84
Les nouvelles formes de débat public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 857
L’évolution du rôle des médias . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
La demande de régulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
CHAPITRE II
Projet européen et mondialisation . . . . . . . . . . . 91
Le Marché unique et l’Organisation mondiale
du commerce . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
Les bénéfices pour la France d’une internationalisation croissante . . . 91
Le commerce mondial et l’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Une meilleure régulation des échanges internationaux . . . . . . . . . . . 93
La préparation des prochaines négociations . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
L’importance de la partie traditionnelle de la négociation . . . . . . . . 94
L’Organe de règlement des différends au centre du processus de réforme 95
La redéfinition de la politique d’aide au développement de la France . 97
Vers de nouvelles politiques communes en Europe . 99
Les politiques économiques et sociales en union monétaire . . . . . . . 99
Le renforcement de la coordination des politiques macro-économiques 99
L’Europe sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Vers un espace européen de sécurité et de justice . . . . . . . . . . . . . . 107
Des besoins importants, qui vont s’accroître . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
Des modèles pour l’Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
L’élargissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Des perspectives favorables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Les frontières de l’Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
De nouvelles institutions européennes . . . . . . . . . . . . . 111
La réponse à l’urgence sans compromettre l’avenir112
Le changement de régime de l’intégration européenne . . . . . . . . . . 112
L’absence de modèle institutionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
La réforme institutionnelle pour le long terme . . . . . . . . . . . . . . . . 114
Citoyenneté nationale et citoyenneté européenne . . . . . . . . . . . . . . 115SOMMAIRE8
CHAPITRE III
Croissance, productivité et emploi . . . . . . . . . . 117
Atouts et handicaps de la France
dans le passage à une économie du savoir . . . . . . . . . 118
Le positionnement scientifique et technique de la France et de l’Europe . 119
Un bilan contrasté en matière de R & D et d’innovation . . . . . . . . . 119
Une diffusion tardive mais rapide des TIC . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
La perspective du plein emploi crédible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122
Le niveau extrêmement faible du taux d’emploi français . . . . . . . . . 122
Le contenu en emplois de la croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
L’importance d’une remontée du taux d’activité
dans le contexte du vieillissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Les évolutions macro-économiques et les mutations profondes
des activités et du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
L’émergence de nouvelles activités dans une économie à deux vitesses 127
La quête de rentabilité et de flexibilité par les entreprises . . . . . . . . 129
Les transformations du travail, entre autonomie et dépendance . . . . . 133
Politiques de croissance et d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . 135
Politiques de régulations du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136
De l’actionnariat salarié à la gouvernance des entreprises . . . . . . . . 136
Vers un «.état professionnel des personnes.» . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
Formation tout au long de la vie : vers une problématique
de la compétence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
Des politiques du système productif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Politiques de R & D et d’innovation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
Pour une meilleure articulation entre politique de concurrence
et politique commerciale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
Les politiques en faveur des PME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
CHAPITRE IV
Prévenir les risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
État des connaissances et préparation de la décision 145
Des connaissances plus ou moins incertaines et discutées . . . . . . . . . 146
L’instruction de décision dans un contexte souvent controversé . . . . . 148
La mise en débat et la décision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
Crise de confiance et tendance à la pénalisation . . . . . . . . . . . . . . . 151
De nouvelles formes de concertation pour mieux prendre les décisions 1549
Les outils de prévention des risques
et l’échelon géographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Le niveau de décision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Les limites des outils et procédures159
Pour conclure : relever des défis nouveaux . . . . . . . . 162
CHAPITRE V
Politiques de solidarité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
Des politiques sociales
encore insuffisamment adaptées . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Une situation sanitaire favorable mais une médiocre régulation,
au détriment des plus défavorisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Une incitation faible du système socio-fiscal à l’activité
et à la mobilité professionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Des barèmes des minima sociaux peu incitatifs à la reprise
d’une activité professionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 169
Une couverture encore incomplète des risques
liés aux parcours professionnels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
Des règles dissuasives quant à l’activité des plus âgés . . . . . . . . . . . 171
Un système inadapté aux perspectives du vieillissement . . . . . . . . . . 172
La liberté de choix en matière d’âge de départ en retraite . . . . . . . . 172
La montée en puissance du risque dépendance . . . . . . . . . . . . . . . 173
Les nouveaux enjeux des politiques sociales . . . . . . . 174
La lutte contre les exclusions au centre des politiques sociales . . . . . . 174
La protection sociale face aux évolutions familiales . . . . . . . . . . . . . 177
Mieux prendre en compte la situation des familles et des enfants
en difficulté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
Favoriser l’égalité entre hommes et femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
Dépendance et solidarité familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
La prise en compte de l’intérêt des générations futures . . . . . . . . . . 180
La meilleure conciliation de la solidarité et de l’efficacité . . . . . . . . . 181
Les nouvelles régulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
Réguler les dépenses de santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183SOMMAIRE10
Le rôle des pouvoirs publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
Le rôle des prix dans la régulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
La répartition du travail de régulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 186
Rendre la protection sociale plus favorable à l’activité . . . . . . . . . . . 187
Favoriser le retour à l’activité187
Responsabiliser les entreprises dans le système d’assurance-chômage . 189
Favoriser les transitions entre l’activité et la retraite . . . . . . . . . . . . 191
CHAPITRE VI
Les territoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
Les forces et faiblesses
du système territorial français . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
Les atouts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
Une situation favorable au sein de l’Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
L’émergence de grands ensembles interrégionaux . . . . . . . . . . . . . 199
Une couverture très large du territoire en équipements publics . . . . . 200
Une adaptation différenciée des territoires
à la nouvelle donne économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
Les faiblesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
Le poids d’une culture centraliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
La multiplicité et l’émiettement des cadres territoriaux . . . . . . . . . . 203
Une difficulté collective à définir des stratégies territoriales partenariales 204
L’absence globale de transparence du système . . . . . . . . . . . . . . . . 208
Les actions publiques devant ces enjeux . . . . . . . . . . . 209
Retrouver une capacité d’anticipation et de réflexion stratégique . . . 209
Définir la stratégie territoriale de l’État . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
Articuler cette démarche avec celle des autres échelons territoriaux . . 212
Promouvoir des modes de coopération plus diversifiés . . . . . . . . . . . 213
Recomposer la carte des collectivités territoriales . . . . . . . . . . . . . . 213
Faire prévaloir une logique plus opérationnelle dans l’organisation
des cadres d’action territoriale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
Développer le dialogue entre les partenaires économiques et sociaux . 216
Organiser différemment la répartition des compétences de l’État
et des collectivités territoriales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
Réorganiser les relations financières de l’État
et des collectivités territoriales219
Promouvoir de nouveaux modes de contrôle
et d’évaluation des politiques territoriales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220