Contrôle du compte emplois-ressources de la Fondation Mouvement pour les Villages d'Enfants

De
Crée en 1958, le Mouvement pour les Villages d'Enfants (MVE) a pour activité principale la gestion d'établissements sociaux qui accueillent des mineurs et des jeunes majeurs, pour la plupart victimes de maltraitances, au titre de l'aide sociale à l'enfance (ASE). Le mouvement assure également, de manière subsidiaire, des actions à l'étranger (Liban et Sénégal) en offrant un soutien financier à des veuves et à leurs enfants. Sur le plan juridique, le MVE a le statut de fondation reconnue d'utilité publique, et peut, à ce titre, recevoir des dons de la part des personnes privées ainsi que des legs et autres libéralités. En 2009, ses ressources étaient de 44,2 millions d'euros, provenant en majorité des subventions des conseils généraux au titre de l'ASE (72 %) et de manière subsidiaire des fonds issus de l'appel à la générosité du public (dons et legs) (20 %). L'Inspection générale des affaires sociales (Igas) a procédé, en application de l'article 42 de la loi du 28 mai 1996, au contrôle de l'appel à la générosité publique de la fondation MVE, pour la période 2007-2009.
Publié le : jeudi 1 décembre 2011
Lecture(s) : 8
Tags :
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000708-controle-du-compte-emplois-ressources-de-la-fondation-mouvement-pour-les-villages
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 117
Voir plus Voir moins


Inspection générale
des affaires sociales
RM2011-083P
Contrôle du compte
emplois-ressources de la
Fondation Mouvement pour
les Villages d'Enfants
RAPPORT DEFINITIF
Établi par
Nicolas BONDONNEAU Pascal PENAUD
Membres de l’Inspection générale des affaires sociales
-Septembre 2011 -IGAS, RAPPORT N°RM2011-083P 3
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Synthèse
[1] Crée en 1958, le Mouvement pour les Villages d’Enfants (MVE) a pour activité principale la
gestion d’établissements sociaux qui accueillent des mineurs et des jeunes majeurs, pour la plupart
victimes de maltraitances, au titre de l’aide sociale à l’enfance (ASE). Le mouvement assure
également, de manière subsidiaire, des actions à l’étranger (Liban et Sénégal) en offrant un soutien
financier à des veuves et à leurs enfants.
1 2[2] Sur le plan juridique, le MVE a le statut de fondation reconnue d’utilité publique , et peut, à
ce titre, recevoir des dons de la part des personnes privées ainsi que des legs et autres libéralités.
[3] En 2009, ses ressources étaient de 44,2 millions d’euros, provenant en majorité des
subventions des conseils généraux au titre de l’ASE (72 %) et de manière subsidiaire des fonds
issus de l’appel à la générosité du public (dons et legs) (20 %).
[4] L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) a procédé, en application de l’article 42 de
la loi du 28 mai 1996, au contrôle de l’appel à la générosité publique de la fondation MVE, pour la
période 2007-2009.
1. LE FONCTIONNEMENT GENERAL DE LA FONDATION MVE S’EST
NOTABLEMENT AMELIORE DEPUIS LE PRECEDENT CONTROLE DE L’IGAS,
INTERVENU EN 2000
[5] En 2006, la structure juridique du MVE a été simplifiée grâce à la fusion de l’association
3MVE et de la fondation SALVE . Ne subsiste désormais aux côtés de la fondation qu’une Société
Civile Immobilière (SCI), qui a désormais vocation à être intégrée dans la fondation.
[6] Au plan statutaire, l’examen des comptes-rendus du conseil d’administration et du bureau
démontre que les instances dirigeantes se réunissent de manière régulière et s’impliquent de
manière satisfaisante dans la supervision du fonctionnement de la fondation. On notera également
qu’un commissaire du gouvernement est membre du conseil d’administration du MVE, avec voix
consultative.
[7] La situation financière de la fondation est par ailleurs solide : le MVE bénéficie à la fois de
résultats positifs (4,4 millions d’euros en 2009) et d’actifs d’un niveau important (59,8 millions
d’euros en 2009).
[8] En ce qui concerne l’appel à la générosité du public, les améliorations apportées par la
fondation sont également significatives.
[9] Le MVE a engagé une diversification de ses canaux de collecte (via notamment
l’introduction du télémarketing) et a fourni un effort important de formalisation de sa stratégie de
collecte des dons, qui a vocation désormais à être étendue à la collecte des legs.

1 Pour des raisons de lisibilité nous n’avons pas choisi, comme l’aurait souhaité la fondation de remplacer
l’acronyme le MVE par la rédaction « la fon
dation MVE », les deux appellations désignent la même réalité à compter de 2006 et donc pendant la période
contrôlée.
2 A ce titre un commissaire du gouvernement participe à son conseil d’administration avec voie consultative.
3 Lors du précédent contrôle de l’Igas portant sur les exercices 1997 à 1999, deux structures concouraient à la
mission d’aide à l’enfance pour laquelle il était fait appel à la générosité publique : l’association mouvement
pour un village d’enfants et la fondation SALVE. 4 IGAS, RAPPORT N°RM2011-083P
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
[10] Par ailleurs, les messages adressés aux donateurs décrivent de manière relativement fidèle les
activités réalisées au sein des établissements d’accueil. La présentation des situations des enfants
victimes de maltraitances a gagné en sobriété, même si des progrès peuvent encore être faits pour
les campagnes de recrutement des donateurs.
[11] La fondation a mis en concurrence ses principaux prestataires intervenant dans la collecte
des dons, à l’exception notable de la société chargée du télémarketing, qui devra faire l’objet d’une
mise en concurrence dans les meilleurs délais.
[12] Le MVE s’est doté d’outils de contrôle interne et de pilotage de la collecte des dons et legs.
Ces dispositifs, globalement satisfaisants, peuvent encore être améliorés, notamment en réalisant
des rapprochements réguliers entre la comptabilité de la fondation et les états du prestataire chargé
4
de la gestion opérationnelle de la collecte .
2. DES PROGRES SIGNIFICATIFS SONT ENCORE NECESSAIRES
2.1. Malgré les progrès réalisés par la fondation dans la gestion de la collecte
des fonds issus de la générosité du public, le MVE dispose dans ce
domaine de marges de progrès non négligeables
[13] En premier lieu, la stratégie de collecte de la fondation devrait mieux prendre en compte les
attentes et les critiques des donateurs. Les droits des donateurs au sens large (fréquence maximale
de sollicitation, modalités d’expression dans les supports de communication de la fondation,
réalisation d’enquêtes sur leurs attentes…) ne sont en effet peu ou pas abordés par le conseil
d’administration du MVE et ne sont pas formalisés dans les documents stratégiques de
la fondation.
[14] La fondation devrait par ailleurs afficher de manière plus transparente dans ses messages les
sources de financement de son action, qui proviennent très majoritairement des conseils généraux.
En outre, il paraît indispensable que le MVE soit en mesure d’identifier précisément dans sa
communication quelles sont les activités de ses établissements qui ne sont pas prises en charge par
les subventions des conseils généraux et qui sont donc financées par l’appel à la générosité du
public.
Réponse de l'organisme :
Nous comprenons votre remarque mais souhaitons insister que le fait que la Fondation envoie
depuis plusieurs années ces états financiers à l’ensemble de ses donateurs. Ces états financiers font
état des financements issus des Conseils généraux. La Fondation fait par ailleurs le choix de
communiquer sur l’importance de l’apport des donateurs, sans laquelle la Fondation MVE ne
serait pas en mesure d’accueillir les enfants et les jeunes dans un cadre de vie de type familial,
spécificité de son projet.
Observation de la mission :
Comme le montre le rapport nous estimons que la fondation peut afficher de manière plus
transparente dans ses messages, c'est-à-dire au moment du don et non a posteriori. De même nous
estimons que dans sa communication en général elle n’identifie pas suffisamment les activités des
établissements et les dépenses afférentes qui contribuent à son accueil spécifique sans être
financées par les conseils généraux. Observation maintenue.

4 La gestion opérationnelle de la collecte des dons est sous-traitée à un prestataire, SAFIG Dataway, qui
assure la collecte des fonds, leur remise en banque, l’édition des reçus fiscaux et la gestion de la base de
données des donateurs.
IGAS, RAPPORT N°RM2011-083P 5
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
[15] On constate également que les coûts de collecte des ressources issues de la générosité du
public ont fortement progressé entre 2007 et 2009 :
 de 28 à 32 % pour l’ensemble des fonds (dons et legs)
 de 39 à 52 % pour les seules ressources issues des dons.

Réponse de l'organisme :
Nous souhaitons rappeler ici que vous incluez, dans le calcul de vos ratios, les dépenses à la
gestion des appels d’offres effectués en 2009, appels d’offres que par ailleurs vous préconisez. Ces
coûts exceptionnels viennent fausser des ratios ainsi que leur analyse.
Par ailleurs, il ne nous parait pas pertinent d’évoquer un ratio de collecte pour les seules
ressources issues des dons. En effet, 85 % des testateurs ayant été donateurs, il ne semble pas
justifier d’exclure les legs d’un tel ratio.
Observation de la mission :
L’augmentation des coûts de collecte entre 2008 et 2009 est liée, aux trois quarts, à la croissance
des dépenses de télémarketing, qui n’ont fait l’objet d’aucun appel d’offre. L’explication donnée
par la fondation est donc inexacte.
Concernant le ratio de collecte, le rapport prend soin d’afficher les deux ratios, incluant ou non les
legs. Le fait d’afficher un ratio excluant les legs est justifié par le fait que ce type de ressources est
soumis à de fortes variations annuelles, qui peuvent fausser l’analyse. Il faut donc bien se fonder
sur les deux ratios pour apprécier l’évolution du coût de l’appel à la générosité publique.
La rédaction initiale est maintenue.

[16] Cette augmentation s’accompagne d’une baisse de la rentabilité des principaux canaux de
collecte (publipostage, magazine des donateurs) de la fondation.
[17] Les données provisoires pour 2010 font toutefois état d’une tendance à la diminution des
dépenses de collecte, qui permettraient à la fondation de retrouver un coût de collecte proche du
niveau de 2007.
[18] En tout état de cause, compte-tenu des ambitions affichées par le MVE de renforcer sa
communication à l’égard des donateurs et du grand public, le coût de collecte des dons doit faire
l’objet d’une attention soutenue de la part des instances dirigeantes de la fondation.
[19] Enfin, l’information des donateurs sur l’utilisation des fonds issus de la générosité du public
a certes progressé depuis 2000, mais reste perfectible.
[20] D’une manière générale, on constate un décalage persistant entre le contenu des messages
adressés aux donateurs et la réalité de l’utilisation des sommes collectées. En effet ces messages
valorisent fortement les actions éducatives mises en œuvre par le MVE, alors que la majorité des
sommes collectées sont affectées à la construction, la rénovation et l’équipement des
établissements d’accueil de la fondation.
Réponse de l'organisme :
Nous prenons acte de vos commentaires liés à une vision des choses que nous ne partageons pas.
L’action éducative et le projet de la Fondation reposent sur un mode de prise en charge dans
lequel le cadre de vie joue un rôle fondamental, comme vous le notez à plusieurs reprises dans
votre rapport (par exemple le point [41] page 9).
Les investissements réalisés par la Fondation dans ses constructions et rénovations ne peuvent être
ni dissociés ni opposés à son action éducative. La Fondation a, bien au contraire, la conviction que
son patrimoine fait partie intégrante de son projet éducatif, notamment pour l’accueil des fratries.
6 IGAS, RAPPORT N°RM2011-083P
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Observation de la mission :
La mission ne conteste pas le rôle et l’importance des investissements réalisés par le MVE dans la
qualité de l’accueil offert aux enfants.
Ce n’est pas la nature des dépenses qui est critiquée mais le décalage entre le contenu des
messages adressés aux donateurs, qui valorisent fortement les actions éducatives et la réalité des
dépenses de la fondation, qui concernent majoritairement (à 55%) l’acquisition d’immobilisations.
La rédaction initiale est maintenue.

2.2. Des corrections significatives sont à apporter au CER 2009
[21] Comme tous les organismes faisant appel à la générosité du public, le MVE a par ailleurs
l’obligation d’établir chaque année un compte d’emploi annuel des ressources (CER), qui retrace
l’utilisation des fonds issus de la générosité du public.
[22] La mission a constaté en 2009 l’imputation aux missions sociales de charges qui relèvent de
frais de fonctionnement ou de recherche des fonds et demande que le CER soit corrigé sur ces
points.
Tableau 1 : Emplois en 2009 des ressources collectées auprès du public (en K €)
format MVE format IGAS
Missions sociales France 2 580 19,2 % 2 159 14,2 %
Missions sociales à l’étranger 602 4,5 % 602 3,9 %
Acquisitions d’immobilisation 3 461 25,8 % 3 461 22,7 %
Frais de recherche de fonds 2 638 19,7 % 2 819 18,5 %
Frais de fonctionnement 606 4,5 % 845 5,5 %
Ressources non consommées en fin d’exercice 3 527 26,3 % 5 364 35,2 %
Total de l’utilisation de l’AGP en 2009 13 413 100 % 15 250 100 %


[23] Par ailleurs la mission conteste la méthode adoptée par la fondation pour calculer le montant
des dons et legs qui n’avaient pas été consommés au début de l’année 2009.
[24] La situation particulière de la fondation, qui s’est vue apporter en 2006 le patrimoine de
l’association MVE préexistante, lui permet de calculer ce chiffre autrement que par la méthode
qu’elle a utilisé (moyenne des montants non consommés sur les trois dernières années, rapportées à
l’ensemble des ressources de la fondation).
[25] Le montant affiché par la fondation dans son CER s’élève en effet à 4,9 millions d’euros,
alors que l’évaluation (conservatrice) réalisée par la mission abouti à un chiffrage significativement
supérieur, de l’ordre de 6,6 millions d’euros.







IGAS, RAPPORT N°RM2011-083P 7
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Tableau 2 : Ressources collectées auprès du public disponibles en 2009 (en K€)
format MVE format IGAS
Report des ressources des années antérieures 4 978 37,11 % 6 600 43,28 %
Dons non affectés 4 876 36,36 % 5 091 33,39 %
Dons affectés 4 0,03 % 4 0,03 %
Legs non affectés 3 608 26,90 % 3 608 23,66 %
Autres produits 14 0,10 % 14 0,09 %
Variations fonds dédiés -68 -0,51 % -68 -0,45 %
Total des ressources de l’AGP disponibles en 2009 13 413 100 % 15 250 100,00 %
Source : MVE CER 2009-retraitement Igas
2.3. Il convient de clarifier la stratégie patrimoniale de la fondation et
communiquer de manière précise sur ce thème vis-à-vis des donateurs
[26] La stratégie patrimoniale de la fondation manque en effet de clarté, ce qui rend difficile la
communication sur ce thème vis-à-vis des donateurs.
[27] Compte tenu de son statut de fondation reconnue d’utilité publique, le MVE a en effet la
possibilité de définir une dotation et de financer sur cette dotation des actions conformes à son
objet social.
[28] La fondation MVE peut donc faire appel à la générosité publique pour constituer cette
dotation. Dans ca cas de figure, il convient d’afficher clairement vis-à-vis des donateurs le fait que
le rendement de ce patrimoine permettra de financer les actions menées par la fondation.
[29] Le MVE peut aussi choisir de ne pas accumuler de patrimoine propre, à l’exception des
actifs nécessaires à l’accomplissement de sa mission (constitués principalement du patrimoine
immobilier affectés aux établissements). Les réserves constituées doivent lui permettre d’assurer la
continuité de son fonctionnement pendant quelques années afin d’être en mesure de s’adapter à une
éventuelle dégradation de ses ressources.
[30] La fondation n’a pour l’instant pas fait de choix clair entre ces deux options de gestion
patrimoniale et peine donc à communiquer de manière transparente sur ce sujet vis-à-vis de ses
donateurs.
[31] Enfin il faut souligner qu’avant la fusion opérée en 2006, la fondation SALVE avait un
patrimoine peu important ; celui de la nouvelle fondation MVE provient donc pour l’essentiel des
apports de l’association MVE. Or en 2006, la nouvelle fondation MVE n’a pas clairement informé
ses donateurs sur l’option prise quant à l’utilisation des dons non consommés venant de
l’association MVE.
[32] Des réflexions ont été menées en interne au sein de la fondation ; il convient maintenant
qu’elles se traduisent dans des orientations claires communiquées aux donateurs.
IGAS, RAPPORT N°RM2011-083P 9
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Sommaire
SYNTHESE ..........................................................................................................................................3
1. LE FONCTIONNEMENT GENERAL DE LA FONDATION ET SA SITUATION FINANCIERE....................11
1.1. L’organisation statutaire : une profonde restructuration intervenue en 200612
1.1.1. Les statuts ..................................................................................................................14
1.1.2. Le fonctionnement des instances dirigeantes ............................................................14
1.1.3. L’équipe administrative.............................................................................................15
1.1.4. L’intégration de l’association MVE dans la fondation..............................................16
1.1.5. L’appartenance au comité de la Charte .....................................................................16
1.2. Une mission sociale qui pour l’essentiel intervient en complément de l’aide sociale à
l’enfance (ASE)............................................................................................................................16
1.3. Organisation et fonctionnement...........................................................................................17
1.4. Les comptes de la fondation (2007-2008-2009) ..................................................................18
1.4.1. Charges produits et résultats......................................................................................18
1.4.2. Situation financière....................................................................................................20
2. LA COLLECTE DES RESSOURCES AUPRES DU PUBLIC...................................................................20
2.1. La collecte des dons.............................................................................................................20
2.1.1. La stratégie d’appel aux dons ....................................................................................20
2.1.2. Le contenu des messages d’appel à la générosité du public et le rendement des
différents canaux de collecte................................................................................................24
2.1.3. La gestion de la collecte des dons .............................................................................34
2.2. La collecte des legs et autres libéralités..............................................................................37
2.2.1. La stratégie de collecte ..............................................................................................37
2.2.2. Les canaux de collecte...............................................................................................37
2.2.3. La gestion des legs et autres libéralités .....................................................................38
2.3. L’évolution des ressources issues de la collecte..................................................................38
2.3.1. L’évolution des recettes issues des dons ...................................................................39
2.3.2. ution des recettes issues des legs et autres libéralités .....................................41
3. LE COMPTE D’EMPLOI DES RESSOURCES.....................................................................................42
3.1. Les méthodes d’élaboration.................................................................................................42
3.2. En 2009, le coût de la collecte est de 51,6 % pour les dons 5,0 % pour les legs et 32,3 %
du total des sommes collectées...42
3.3. Le montant des ressources collectées auprès du public non affectées et non utilisées au
début de l’année 2009 (T1) est calculé selon une méthode qui conduit à le sous estimer ..........44
3.3.1. L’association MVE apporte début 2006 à la fondation MVE 11,9 M€ de fonds
collectés auprès du public non dépensés..............................................................................44
3.3.2. La méthode de calcul du T1 retenue par le MVE est contestable..............................44
3.4. Un examen poste par poste des emplois qui conduit, en 2009, à des reclassements...........46
3.5. Tableau global du CER rectifié ...........................................................................................46
3.5.1. Ressources collectées auprès du public disponibles en 2009 ....................................47
3.5.2. Utilisation des ressources consommées en 2009.......................................................47
3.6. L’utilisation de l’argent tiré de la générosité publique au regard des motifs d’appel à la
générosité publique .....................................................................................................................48 10 IGAS, RAPPORT N°RM2011-083P
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
3.6.1. Une faible utilisation des fonds collectés pour des motifs ciblés hors travaux de
construction et de rénovation...............................................................................................48
3.6.2. L’adéquation de l’utilisation des fonds aux motifs généraux d’appel à la générosité
publique figurant sur le site internet ....................................................................................49
3.6.3. L’adéquation de l’utilisation des fonds aux motifs généraux d’appel à la générosité
publique figurant dans le magazine « Grandir ensemble » .................................................50
3.7. La présentation formelle et l’information des donateurs ....................................................52
REPONSE DE LA FONDATION MOUVEMENT POUR LES VILLAGES D’ENFANTS............55
LISTE DES ANNEXES......................................................................................................................57
ANNEXE 1 : LETTRE DE MISSION................................................................................................59
ANNEXE 2 : METHODE DE TRAVAIL ET LISTE DES PERSONNES RENCONTREES ..........61
ANNEXE 3 : LISTE DES RECOMMANDATIONS.........................................................................63
ANNEXE 4 : SYNTHESE DES THEMES ABORDES PAR LE CONSEIL
D’ADMINISTRATION DE LA FONDATION EN MATIERE DE COLLECTE DE DONS ET
LEGS...................................................................................................................................................65
ANNEXE 5 : ANALYSE DES COMPTES........................................................................................67
ANNEXE 6 : ANALYSE DES RESULTATS FINANCIERS ET DE LA GESTION DES
VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT. .................................................................................75
ANNEXE 7 : EXTRAITS DES MAILINGS DE LA FONDATION MVE ENTRE 2007 ET 2010..87
ANNEXE 8 : EXTRAITS MAILING RECRUTEMENT (MENTION CNIL)..................................89
ANNEXE 9 : ANALYSE DU CALCUL DU MONTANT DES RESSOURCES COLLECTEES
AUPRES DU PUBLIC NON AFFECTEES ET NON UTILISEES EN DEBUT D’ANNEE ...........91
ANNEXE 10 : JUSTIFICATION DES EMPLOIS ET PASSAGE DE LA COMPTABILITE AU
CER.....................................................................................................................................................97
ANNEXE 11 : RECLASSEMENTS OPERES SUR LE CER 2009.................................................105
ANNEXE 12 : JUSTIFICATION DE L’UTILISATION DES FONDS COLLECTES...................107
ANNEXE 13 : LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE VILLAGES D’ENFANTS (IVE) ............113

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.