Evaluation de l'enseignement dans l'académie de Besançon

De
L'évaluation de l'enseignement dans l'académie de Besançon a été conduite au cours de l'année scolaire 2002-2003, elle s'inscrit dans le processus d'évaluation commencé en 1998, qui a déjà donné lieu à la remise de dix rapports d'évaluation. Le rapport présente les caractéristiques principales de l'enseignement dans l'académie de Besançon (démographie et population) et dresse un diagnostic du système éducatif franc-comtois. Enfin il formule des propositions pour une amélioration du pilotage académique.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/044000301-evaluation-de-l-enseignement-dans-l-academie-de-besancon
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 213
Voir plus Voir moins
L
En raison de son poids et afin de faciliter son téléchargement, le rapport a été découpé endeuxfichiers. Pour permettre la navigation entre les fichiers, utilisez la table des matières active (signets) à gauche de lécran.
MINISTERE DE LA JEUNESSE,DE LEDUCATION NATIONALE ET DE LA RECHERCHE _____ Inspection générale Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale de l’éducation nationale et de la recherche _____ _____   
Janv ier 2004
Evaluation de l’enseignement dans l’académie de Besançon
Rapport présenté par :
Pie rre BALME Anne ARMAND Inspect eur général de l’administ rat ion de l’éducat ion Inspectrice générale de l’éducat ion nat ionale nat ionale et de la recherche Hélène BERNARD Je an -Ge orges KUHN Inspectrice générale de l’administrat ion de Inspect eur général de l’éducat ion nat ionale l’éducat ion nat ionale et de la recherche Cl au de HAINIGUE He nri -George s RICHO N Chargé de mission à l’inspect ion générale de Inspect eur général de l’éducat ion nat ionale l’administrat ion de l’éducat ion nat ionale et de la recherche Fran cis POUX Ch ristine S AINT-MARC Chargé de mission à l’inspect ion générale de Chargée de mission à l’inspect ion générale de l’administrat ion de l’éducat ion nat ionale et de la l’éducat ion nat ionale recherche Rémy S UEUR Jacques VERC LYTTE Inspect eur général de l’administ rat ion de l’éducat ion Inspect eur général de l’éducat ion nat ionale nat ionale et de la recherche
3
L’équip e char gée de cette mission d’évaluation et de la rédaction du rap p ort a bénéficié des contributions de membres des deu x insp ections gén érales, soit du fait de leur p articip ation à certaines visites d’établissement, de l’analy se de la situation dans certaines discip lines ou de certains asp ects de la p olitique académique. Elle tient donc à remercier :
Gisèle DESSIEUX (histoire- géo grap ie) Gérard GHYS (IGAENR, group e Est) Rémy JOST (mathématiques) Claude LECOM PTE (IGAENR, group e Est) Francis LOSCOT (esp agnol) Pierre M ALLEUS (p hy sique-chimie) Didier PRAT (sciences et techniques industrielles) Dominique ROJAT (sciences de la v ie et de la terre) M ichèle SELLIER (v ie scolaire)
4
SOMMAIRE
INTRODUCTION............................................................................................................................14 
Remarques méth odologi ques prélimin aire s........................................................................................ . 12
Au tres remarques de ci rconstance............................................................................................... ........ 16
PREMIERE PART IE : LA FRANCHE-COMTE, S ES ELEVES , SON ECOLE ..................... 19
I- LA FRANC HE CO MTE.............................................................................................................. 19 -
1. Culture et territoire ....................................................................................................... ......... 16
1.1 Une terre de contrastes..............................................................................................................19 
1.2 Les apports de lhéritage............................................................................................................20 
2. Une région industrielle dans un monde rural....................................................................... 21
2.1 Une région rurale ..................................................................................................................21 
2.2 La pre mière régi on in dustrielle de Fran ce ................................................................................. 2 3
2.3 Ve rs une é voluti on de la cul tu re in dustrielle .............................................................................. 24
2.3.1 La Franche-Com té voit fondre peu à peu ses em plois industriels ............................................... 25
2.3.2 Les modes de gestion traditionnels disparaissent ...................................................................... 25
2.3.3. Les qualifications requises ne cessent d’évoluer........................................................................ 26
2.4 Prin ci pal créateu r d’emplois, le te rtiai re reste en core fai ble en Fran che -Comté ........................ 28
3. Une population active industrieuse, un marché du travail relativement favorable.......... 28
3.1 Une population acti ve i n dustrieuse ......................................................................................... ... 28
3.2 Un marché du travail favorable , «au prix de forte s mi grati ons d’actifs»................................... 30
3.3 Une in serti on des jeu nes relati ve ment facile, au prix d’une plus gran de pré cari té des contrats de travail......................................................................................................................32 3.4 L’empl oi s’e ssouffle un peu …............................................................................................... ..... 33
5
4. Le vieillissement démographique est aggravé par le départ des jeunes diplômés. ........... 34
4.1 La bai sse dé mographi que : «une régi on jeune qui pren d de l’âge » ............................................ 34
4.2 Le dé part des jeunes di plômés : au jeu des migrations, l a ré gion pe rd sa matière gri se ............. 35
4.3 Une émigration des étudiants et des cadres, mais une immigration de jeunes travailleurs masculins peu qu ali fiés ...........................................................................Erreur ! Signet non défini.
4.4 Un «problème d’image» ? .................................................................................................... ...... 37
II- ELEV ES ET ETUDIAN TS ........................................................................................................ .. 38
1. La diminution de la population scolaire touche tous les niveaux de formation................ 38
1.1 Le premie r degré ........................................................................................................... ............ 40
1.2 Le se con d degré ............................................................................................................ ............. 40
2. Une baisse de la population étudiante en perspective.......................................................... 38
3. Un temps de formation plutôt court...................................................................................... 42
3.1 A l ’exce ption du Ju ra, un fai ble tau x de scolarisation de s deux an s, qui dimin ue de puis plu s de di x ans................................................................................................................ ............ 42
3.2 Une bon ne scolari sation des 16-19 an s, qui fléchi t à l a fin des années 1990 ............................... 43
3.3 Le fai ble tau x de scolari sation de s 20-24 an s.............................................................................. 43
4. Des élèves de milieux plutôt modestes, qui respectent l’école............................................. 44
4.1 Caracté risti que s é conomi ques et sociales des fami lles................................................................ 44
4.2 Peu d’élè ve s de n ation alité é tran gère ...................................................................................... ... 45
4.3
4.4
4.5
4.6
4.7
Moins d’élè ves bou rsie rs qu ’on pou rrai t le su pposer, sau f dans l ’enseignement su pé rieu r. ....... 46
Une forte tradi tion de re cou rs à l’in te rnat, avec des capaci tés largement excé den taire s ............ 47
L’é du cati on priori tai re con ce rne proporti onnellemen t plus d’élè ves au collège qu ’à l ’école ...... 49
Le comportement satisfaisan t de s élè ves .................................................................................... 50
La pré ven tion de la violen ce scol ai re...................................................................................... .... 51
6
III- UN APPAREIL D E FO RMATIO N RIC HE ET DIV ERS IFIE, Q UE LA BAISS E DEMO GRAPHIQ UE N’A GUERE R EMO DELE ....................................................................... 52
1. L’importance des petites structures dans l’enseignement obligatoire, reflet des contraintes dun territoire rural............................................................................................54
1.1 Pré domin an ce des peti tes é coles, en milieu ru ral et parfois u rbain ............................................ 54
1.2 Un maillage serré du réseau des collèges .................................................................................... 54
1.2.1 La dim inution des effectifs de collégiens se traduit par la baisse des effectifs par division… ........ 55
1.2.2. …et par l’augm entation des m oyens en postes et heures d’enseignem ent par élève (H/E).................. 56
1.3 Des efforts iné gau x de pl ani fi cation du rése au ........................................................................... 57
1.3.1 Les regroupem ents d’école................................................................................................ ...... 57
1.3.2 Un effort de planification à signaler : le programme «collèges 2010» du conseil général du Doubs....................................................................................................................................58 
2. Le poids impo rtant de l’enseignement technologique et professionnel de l’éducation nationale en Franche-Comté.............................................................................. 60
2.1 Le s l ycées géné rau x et tech nol ogi que s...................................................................................... .. 62
2.1.1 Une offre de formation diversifiée m ais peu polarisée ............................................................... 62
2.1.2 Un taux d’occupation des structures a priori correct en lycée, m ais des disparités entre départements..........................................................................................................................64 
2.1.3 La progression des séries technologiques et le recul des filières générales ................................. 65
2.1.4 Le poids du post-bac court ............................................................................................... ....... 65
2.1.5 Des formations post-bac très réparties, un taux d’occupation à la baisse ................................... 66
2.1.6. Evolution de la carte des formations en lycée et contrainte budgétaire ....................................... 68
2.2 Les lycées professionnels............................................................................................................68 
2.2.1 La petite taille des lycées professionnels................................................................................... 68
2.2.2 L’importance de l’enseignem ent professionnel au niveau V contraste avec la faible place qu’il occupe encore au niveau IV............................................................................................. 69
2.2.3 La carte des formations professionnelles : une évolution qui ne prend que partiellem ent en com pte l’érosion des effectifs................................................................................................... 70
2.3 Une ini tiati ve heu reuse de l’académie : le C FA pu bli c «h ors les mu rs»...................................... 73
2.4 L’académie man que de cré di ts d’é qui pement pou r mode rni ser le parc des maté riels................ 75
7
3.
3.1
3.2
4.
4.1
4.2
5.
6.
Les documents de programmation régionaux : un schéma prévisionnel des formations extrêmement prudent et l’obsolescence du Programme Régional de Développement des Formations Professionnelles des jeunes (PRDF)................................ 76
Un nou veau schéma pré vi sionnel des formations, trè s pru dent.................................................. 77
Un PRDF en cou rs d’élaboration ............................................................................................. .. 79
Le dynamisme de l’enseignement agricole et de l’apprentissage accentue les spécificités francs comtoises.................................................................................................. . 81
Le su ccès de l ’enseignemen t agri cole....................................................................................... ... 81
L’apprenti ssage ........................................................................................................... ............. 83
La place modeste de l’enseignement privé............................................................................ 85
L’enseignement supérieur universitaire : un contraste entre l’excellence des filières techniques et scientifiques et la faible attractivité des filières juridiques et littéraires.................................................................................................................... .............. 86
8
DEUXIEME PARTIE : LE D IAGNOS TIC .................................................................................. 92
I- LA FRANC HE-CO MTE O BTIEN T D E BO NS RES ULTA TS SCO LAIRES , AU PRIX D’UN FORT INV ES TIS S EMEN T D E L’ ETA T. .......................................................................... 92
1. Les bons résultats scolaires du premier degré et du lycée, les résultats plus modestes du collège............................................................................................................ ..... 92
1.1 Le s résul tats su rprenan ts du premie r degré et du collè ge .......................................................... 92
1.2 Un tau x d’accè s pe rforman t au ni ve au V................................................................................... 93
1.3 L’accès très satisfaisant au ni veau IV..................................................................................... .... 94
1.4 La fai blesse des pou rsui tes d’étu des après le baccal au réat......................................................... 95
1.5 Des sorties sans qu ali fi cation relati vement importan tes............................................................. 96
2. Le coût élevé de l’appareil de formation franc-comtois...................................................... 98
2.1 Le s don nées de l a comptabili té nati onale : une dé pen se d’é ducation su pé rieu re à la moyenne n ati onale pou r l ’Etat e t le s dé parte ments, mais in férieu re pou r l a Région. ................. 99 2.2 Le s caracté risti ques de s pe rsonnels ne semblen t pas être le facteu r dé te rminant dexplication............................................................................................................................100
2.3 La bai sse dé mographi que e t le coût des formations.................................................................. 101
2.4 La pré dominance des formation s tech nol ogi que s et professi onnelles, le poi ds des formati ons in du strielle s, le choi x de l a proximi té, les su rcapaci tés de l’offre et la ru ralité son t le s prin ci pau x facteu rs de su rcoût .................................................................................... 102
2.5 Le s dé passemen ts bu dgé tai res............................................................................................... ... 102
II- LES S TRA TEGIES AC ADEMIQ UES ET LE FO NC TIO NNEMEN T DU S YS TEM E EDUCATIF................................................................................................................................104
1. Les orientations académiques du projet de 1999. .............................................................. 104
2. Le premier degré dans l’académie de Besançon : de bons résultats d’ensemble qui masquent d’importantes disparités..................................................................................... 105
2.1 Le s in dicateu rs de l a réu ssi te ............................................................................................. ...... 105 2.1.1 De bons résultats départem entaux aux évaluations nationales CE2 et sixièm e, mais des disparités im portantes au niveau des circonscriptions et des écoles.......................................... 105
9
2.1.2 Les avances et retards scolaires......................................................................................... .... 107
2.2 L’insuffisan ce de s e xpli cati ons quanti tati ves tradi tionnelles .................................................... 108
2.2.1
2.2.2
2.2.3
2.2.4
Les moyens en postes, favorables, ont un pouvoir explicatif lim ité ............................................ 108
Des moyens de remplacement dont on pourrait am éliorer l’efficience ...................................... 109
Des moyens significatifs pour l’éducation spéciale mais un m anque de personnel qualifié ......... 110
Les moyens consacrés à l’accueil des enfants de deux ans....................................................... 111
2.2.5 Les moyens affectés à l’enseignement privé ............................................................................ 113
2.3 Le s facteu rs de la réussi te ................................................................................................ ........ 114
2.3.1 La taille des écoles ............................................................................................................... 114
2.3.2 Le pilotage départemental.....................................................................................................114
2.3.3 Le rôle des enseignants.................................................................................................. ....... 118
2.3.4 Les rapports avec les collectivités territoriales ....................................................................... 120
3. Le collège, «maillon faible» de la scolarité obligatoire ? ................................................... 122 3.1 Un bon point de dé part en 6ème retards des t e valu ation s : de très bonnes é ves les élè pou r plu tôt peu nombreux............................................................................................................ .... 122
3.2 Et pou rtant… Le constat du rel ati f é chec du collège ................................................................ 123
3.2.1
3.2.2
3.2.3
3.2.4
3.2.5
3.2.6
Des résultats au diplôm e national du brevet inférieurs à la moyenne nationale ......................... 123
Le diagnostic académ ique ................................................................................................. .... 124 Les retards scolaires en 3ème.................................... 125 .............................................................. Les redoublements................................................................................................................126
Le poids des dispositifs particuliers........................................................................................ 127
L’orientation en fin de troisièm e........................................................................................ .... 129
3.3 Le s raisons de ce relati f é che c ............................................................................................ ...... 130
3.3.1 Le point de vue académ ique............................................................................................... .... 130
3.3.2 Le pilotage départemental.....................................................................................................131
3.3.3 Pratiques pédagogiques et culture enseignante....................................................................... 132
3.3.4 Les politiques peu innovantes des collèges ............................................................................. 134
3.4 Le s dé terminan ts exte rnes de l ’orien tati on pri vilégiée des collégien s ve rs les formati ons professionnelles........................................................................................................................136
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.