Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'économie touristique plurisaisonnière

De
Description de l'évolution de la demande de la clientèle touristique (des motivations de plus en plus diverses pour des séjours plus courts, des courts séjours en toute saison) et des différents types séjours qui peuvent y répondre (détente de fin de semaine, stages de perfectionnement, tourisme de santé, tourisme de congrès...).& Puis description de l'évolution de l'offre et constat d'un désordre dans la construction des produits touristiques, d'un cloisonnement dans l'organisation de la commercialisation, d'un gâchis dans l'effort de promotion...& Enfin proposition pour une politique touristique plurisaisonnière fondée sur une organisation territoriale de l'économie touristique à base de pôles territoriaux d'économie touristique, une organisation partenariale secteur public secteur privé et une organisation interministérielle de l'économie touristique.
Publié le : dimanche 1 janvier 1995
Lecture(s) : 16
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/954062300-les-raisons-les-voies-et-les-moyens-d-une-politique-nationale-de-l-economie-touristique
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 171
Voir plus Voir moins
LES
RAISONS,
DE
Janvier 1995
D©UNE POLITIQUE NATIONALE
L©ECONOMIE TOURISTIQUE PLURISAISONNIERE
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
ET LES MOYENS
LES VOIES
par L—once Deprez d—put— charg— de mission par le ministre de l©Equipement des Transports et du Tourisme
ASSEMBLEE NATIONALE
L.D./N.M.
LEONCE DEPREZ DEPUTE Du PAS-DE-CALAIS VICE-PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL NORD-PAS-DE-CALAIS SECRETAIRE DU BUREAU DE L©ASSEMBLEE NATIONALE MAIRE DU TOUQUET
Monsieur le Ministre
Le 14 F—vrier 1995
Monsieur BernardBOSSON Ministre de l©Equipement, des Transports et du Tourisme 3, Place Fontenoy 75007 PARIS
Pour faire suite  la mission que vous m©avez confi—e par lettre en date du 26 Juillet 1994, je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport que j©ai r—dig— sous le titre"Les raisons, les voies et les moyens d©une politique nationale de l©Economie touristique plurisaisonni–re"ainsi que ses annexes I et II.
Ce rapport r—sulte de vingt-huit tables rondes que j©ai organis—es  travers la France pour r—pondre  votre demande de propositions pouvant toucher l©ensemble du territoire français.
Je souhaite vivement que vous puissiez donner une suite officielle et concr–te  ce travail et aux propositions que je me suis attach—  pr—senter en conclusion de cette mission.
Je vous prie de croire, Monsieur le sentiments les meilleurs.
Ministre,  l©assurance de mes
L—once Deprez
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
Le Ministre de l©Equipement, des Transports
CAB/FB
et du Tourisme
Cher Monsieur le D—put—-Maire et Cher Ami,
Une des voies possibles pour d—velopper les activit—s touristiques dans notre pays consiste  favoriser le d—veloppement de la fr—quentation des zones d©attraction touristique tout au long de l©ann—e, et non plus seulement pendant les traditionnelles "saisons", de mani–re  obtenir une v—ritable "plurisaisonnalit—" du tourisme.
C©est pourquoi je souhaiterais, ainsi que nous en sommes convenus, que vous acceptiez de mener une mission sur ce th–me.
Le premier objet de votre mission consistera  analyser la demande constat—e pour ce type de tourisme, en recensant les types de client–les int—ress—es et leurs dat©tehnt—ebsergeenmetnetr,meetsc...d). (th–mes de s—jour,e "produits" touristiques conditions
Vous comparerez cette demande  l©offre existante.
A partir du jugement que vous porterez sur l©ad—quation entre l©offre existante et la demande constat—e, vous formulerez des propositions destin—es  favoriser le d—veloppement d©un tourisme "plurisaisonnier" sur notre temtoire.
Sur le plan de la m—thode, je souhaite que votre approche soit principalement —conomique, de mani–re  d—montrer qu©une telle approche est "rentable" pour les acteurs publics et priv—s de l©—conomie touristique, en rapprochant les recettes suppl—mentaires des charges induites.
Je ne verrais que des avantagcs  ce que votre analyse se r—f–re  un certain nombre de cas concrets, qui devrait être repr—sentatifs des probl—matiques rencontr—es tant sur le littoral qu©en montagne et dans les zones rurales.
En vous remerciant encore d©avoir bien voulu accepter cette mission, je vous prie de croire, Cher Monsieur le D—put—-Maire et Cher Ami,  l©assurance de mes sentiments les meilleurs, et les plus amicaux. Bien  toi,
Monsieur L—once DEPREZ D—put— du Pas-de-Calais Maire du Touquet Assembl—e Nationale 126 rue de l©Universit— 75355 PARIS 07 SP
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
Les raisons, les voies et les movens d©une politique nationale de l©Economie touristique plurisaisonni–re
POUROUOI UNE POLITIOUE NATIONALE DE L©ECONOMIE TOURISTIQUE PLURISAISONNIERE ?
- Oui, l©apparence du tourisme français est bonne... - Mais la sant— est mauvaise
TITRE 1 : LE CONSTAT DE L©EVOLUTION DE LA DEMANDE DE LA CLIENTELE TOURISTIQUE
1Ê) Les s—jours r—pondant  une motivation de d—tente de fin de semaine 2Ê) Les s—jours r—pondant  une motivation de vacances trimestrielles 21 3Ê) Les s—jours r—pondant  une motivation de stages de perfectionnement 4Ê) Les s—jours r—pondant  une motivation de sant— 5Ê) Les s—jours r—pondant  des besoins de rencontres
TITRE II : LE CONSTAT DE L©EVOLUTION DE L©OFFRE A LA CLIENTELE TOURISTIQUE
1Ê) Le d—sordre... dans la construction des "produits touristiques" 2Ê) Le cloisonnement dans l©organisation de la commercialisation 3Ê) Le gâchis dans l©effort de promotion 4Ê) Le secteur hôtelier de l©Economie touristique est trop dissoci— des entit—s territoriales de base de cette Economie touristique
TITRE III : LE CONSTAT DES PROGRES ATTEINTS ET A POURSUIVRE POUR ASSURER L©ADEQUATION DE L©OFFRE A UNE DEMANDE QUI SERA DE PLUS EN PLUS PLURISAISONNIERE
1Ê) L©inad—quation entre l©offre et la demande vient surtout de l©insuffisante prise de conscience que l©Economie touristique doit s©organiser pour devenir plurisaisonni–re
2Ê) L©ad—quation entre l©offre et la demande de s—jours doit tenir compte de l©ouverture du march— des temps libre  la client–le des retrait—s
12
16
4
23 26 28
38
38 42 45
48
54
54
62
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
3Ê) Une Economie touristique  un quart de son chemin
4Ê) Une Economie touristique plurisaisonni–re pour r——quilibrer et revitaliser le territoire Français ( l©essentiel des enseignementstir—s de l©exploration  travers la France de 25 "points de rep–re")
TITRE IV : LES PROPOSITIONS POUR UNE POLITIOUE TOURISTIQUE PLURISAISONNIERE
1Ê) Premi–re proposition : une organisation territoriale de l©Economie touristique  hase de pôles territoriaux d©Economie touristique
A - les quatre exigences de composantes  retenir comme crit–res objectifs d—terminant les pôles d©Economie touristique
B - la n—cessit— de la clarification et de la d—finition des pôles territoriaux de l©Economie touristique  labelliseren les classant en trois groupes d©entit—s territoriales  caract–re diff—rent
C - la n—cessit— de la labellisation des pôles territoriaux de l©Economie touristique  trois niveaux
a) la premi–re cat—gorie de pôles d©Economie touristiqueles stations les stations -les stations thermales - les stations maritimes ou lacustres - les stations de montagne - les stations villes d©art et d©histoire les stations class—es les stations class—es quatre saisons
b) la deuxi–me cat—gorie de pôles d©Economie touristiqueles villes de congr–s les villesde congr–s " Accue5i0l 0 " les villes de congr–s " Accueil 1 500 " les villesde congr–s " Accueil 2 500 "
63
67
113
113
114
118
120
120
123
c) la troisi–me cat—gorie de pôles d©Economie touristiqueles P.A.R.I(pays d©accueil ruraux intercommunaux)125 les P A R I - animation 1 saison les P A R I - animation 2 saisons les P A R I - animation 4 saisons
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
D - Les moyens financiers  assurer aux pôles d©Economie touristique
127
a) les moyens  assurer aux stations129 (r—surrection de la dotation touristique dans le cadre de la dotation d©am—nagement du territoire) b) La n—cessit— de la r—forme du calcul des bases de calcul du potentiel fiscal132 c) la n—cessit— de la r—forme de la l—gislationrelative  la comptabilit— publique133 d) la n—cessit— d©abonder le fonds d©interventiontouristique134 e) la n—cessit— d©—tendre la taxe de s—jour aux trois cat—gories de pôles territoriaux de l©Economiteouristique 138 f) la n—cessit— de la reconnaissancedu droit des stations class—es  la cr—ation d©un casino ou de plusieurs casinos138
2Ê)Deuxi–me proposition: Une organisation partenariale secteur public - secteur priv— de l©Economie touristique
140
A - L©exon—ration des subventions des collectivit—s territoriales pour l©animation et la promotion touristique 144
B - L©incitation  la cr—ation d©associations de gestion des —quipements et —v—nements touristiques
145
C - L©Economie partenariale doit être —galement renforc—e au niveau de la commercialisation et de la promotion touristique 147
a) un partenariatexigeantla cr—ationd©officesdu tourismes intercommunaudxanslecadredesP.A.R.I. b) une politiquepartenarialede commercialisationdes produits touristiquespartantdes C D T et desC R T c) Cetteaction partenarialedoit viserde plus un produittounstiquc globalaux composantes varices
3Ê) Troisi–me proposition : Une organisation interminist—rielle de l©Economie touristique
CONCLUSION :
147 148 150
152
Des r—formes  caract–re l—gislatif et r—glementaire pour une organisation territoriale du tourisme et pour le d—veloppement d©une Economie touristique plurisaisonni–re 168
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
Pourquoi une politique nationale de l©Economie touristique plurisaisonni–re ?
Pourquoi M. Bernard Bosson, ministre de l©Equipement, des Transports et du Tourisme a-t-il jug— utile de me confier une mission nationale  partir de son Minist–re pour une Economie touristique plurisaisonni–re ?
Pourquoi cette mission, alors que tant de rapports, nombreux et de qualit—, ont pu être r—dig—s et pr—sent—s depuis son arriv—e même au Minist–re pour —clairer le Gouvernement sur le tourisme en France et sur ce qu©apporte le tourisme  la France ?
Je r—pondrai sans d—tour en soulignant les raisons qui motivent cette mission et surtout les propositions que je me dois d©—tablir en fonction des conclusions de ma mission.
L©apparence du tourisme Français,  travers ses statistiques, est bonne mais la r—alit— v—cue par ceux qui construisent le chiffre d©affaires de l©Economie tounstique française est mauvaise.
1Ê/ Oui, l©apparence est bonne.
Le tourisme a d—gag— en 1994 un exc—dent dans la balance commerciale française de 60 milliards de francs, du même ordre qu©en 1993.
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re4
Oui, la fr—quentation d©environ 5% en 1994.
a
globalement
progress—
Oui, les s—jours des Français ont connu une forte progression : - 6,5% et la client–le —trang–re est venue plus nombreuse.
Oui, la consommation touristique int—rieure française repr—sente aujourd©hui 550  650 milliards de francs de chiffre d©affaires.
Oui, la France enregistre 350 milliards de francs de d—penses de s—jours sur cette somme globale et 150 millions de nuit—es par an.
Oui, le tourisme repr—sente aujourd©hui 550 000 emplois directs.
Oui, le tounsme commence  gagner fort heureusement la France profonde puisqu©on peut —valuer  70 milliards de francs le chiffre d©affaires dans le domaine qu©on appelle le tourisme vert.
Oui, en bref, les chiffres sont flatteurs qui expnment l©importance que repr—sente d—j le tourisme en France : 57 milliards d©investissements touristiques, 20 millions de lits touristiques (l©offre la plus importante du monde) 21 000 hôtels class—s, 13  20 000 hôtels non class—s, 500 r—sidences de tourisme, 2 600 licences d©agences de voyages disposant de 5 000 points de vente, 2 200 communes touristiques, 500 stations class—es, 46 villes de congr–s, 8 700 campings, 39 000 gîtes ruraux, 450 000 meubl—s de tounsme, 60 millions d©arriv—es d©—trangers.
C©est ainsi que la France peut être jug—e la premi–re Nation en volume en mati–re d©accueil d©—trangers et le deuxi–me pays en valeur derri–re les U.S.A.
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
5
C©est donc vrai que l©apparence est bonne. Mais si j©ai accept— de mener cette mission qui imposait une —coute attentive des acteurs de l©Economie touristique, c©est parce que je savais, comme bien d©autres, que la r—alit— est diff—rente de l©apparence.
2Ê/ L©apparence est bonne. Mais la sant— est mauvaise.
Il faut, pour juger cette r—alit—, cesser de parler de tourisme mais d©Economie touristique. Et il faut bien comprendre que l©Economie touristique est conçue. construite, forg—e par des entit—s territoriales  vocation touristique repr—sentatives d©un dynamisme public et par des entreprises professionnelles repr—sentatives d©un dynamisme pnv—, professionnel, commercial ou associatif, accroch—es au sol de ces entit—s territoriales.
La v—rit— oblige de dire aujourd©hui, apr–s analyse des r—sultats des entreprises publiques que sont les collectivit—s territoriales et des entreprises priv—es qui regroupent les professionnels de l©Economie touristique, que ces entrepnses ne sont pas en bonne sant—.
Ce rapport doit tendre  expliquer pourquoi et doit aboutir  proposer les voies  prendre et les objectifs  atteindre pour que la r—alit— de l©Economie touristique française devienne bonne dans ses r—sultats autant que l©est aujourd©hui l©apparence telle qu©elle se d—gage p—riodiquement des conf—rences de presse minist—rielles.
L©analyse n©a pas —t— faite, jusqu© ce jour. selon une m—thodologie pr—cise, de la situation —conomique, sociale et financi–re des collectivit—s temtonales qui ont vocation de g—n—rer la vie tounstique  travers le temtoire français
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re6
Des communes touristiques qui souffrent de l©absence d©une politique de l©Etat tenant compte de leurs efforts et de leurs charges
Une recherche —manant du Groupe d©—tudes sur le tourisme  l"Assembl—e Nationale, bas—e sur plus de 350 communes officiellement class—es stations  ce jour, aboutit  la conclusion que ces collectivit—s sont, pour le plus grand nombre d©entr©elles, en sant— pr—caire et qu©une —norme disparit— existe entre les r—sultats des unes et les r—sultats des autres.
Ces disparit—s sont li—es bien sûr aux recettes tr–s —pisodiques et insuffisantes que ces communes perçoivent mais aussi aux charges terriblement discordantes qui p–sent sur les unes par rapport aux autres en fonction du niveau de d—veloppement —conomique des d—partements et des r—gions dans lesquels elles s©ins–rent.
Ces collectivit—s territoriales, dont on ne dit pas assez qu©elles portent le tourisme français en elles, n©envahissent pas les terrains de l©opinion publique, les colonnes et les —missions des m—dias.
Elles sont moins de 3 000 en France par rapport aux 36 000 communes qui recouvrent le territoire Français. On n©en parle pas au Congr–s des Maires de France. Elles repr—sentent en r—alit— une France silencieuse. Une minorit— silencieuse. Elles n©en assument pas moins une fonction —conomique et sociale essentielle dans l©Economie touristique nationale.
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
Mais la situation de ces communes touristiques s©aggrave d©ann—e en ann—e, dans la mesure où elles sont amen—es  supporter des charges de plus en plus lourdes pour rendre leur territoire attractif et anim—.
C©est en effet de leur pouvoir d©attraction que d—pend la vie des entreprises hôteli–res, commerciales et associatives arrach—es  ce territoire.
Si elles veulent assurer la s—cunt—, l©entretien des espaces, l©acc–s  des activit—s sportives et culturelles et  des espaces de nature de qualit—, ces entit—s temtonales sont oblig—es de faire face  des charges salariales et financi–res croissantes d©ann—e en ann—e.
Dans le pass—, ces activit—s et les charges correspondantes —taient limit—es  quelques mois par an.
Mais les entreprises professionnelles vivant du tourisme ne sont plus finançables et vivables si leur production se limite  une saison de trois ou quatre mois. Et le chômage qui en r—sulte pour les employ—s et cadres de ces entreprises professionnelles vivant du tourisme n©est plus admissible socialement.
Pour la Nation, le poids des allocations chômage ne devient plus supportable.
Les communes  vocation touristique doivent donc s©organiser pour vivre et faire vivre toute l©ann—e. Leur —quilibre financier devient donc de plus en plus difficile.
La documentation Française : Les Raisons, les voies et les moyens d'une politique nationale de l'—conomie touristique plurisaisonni–re
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.