Les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999 en Gironde : aléas et prévention

De
Ce rapport étudie le projet territorial de l'Etat en Gironde, après les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999. Il analyse les aléas (tempêtes, marées, entretien des lignes d'eau) et émet des propositions pour la prévention des risques naturels, l'aménagement foncier, l'urbanisme et la protection du bâti existant. Il examine le rôle des acteurs principaux en matière de prévention, d'annonce et d'information sur le risque (services chargés de la police des eaux, ministère de l'équipement, des transports et du logement, Direction régionale de l'environnement, service interministériel régional de défense et de protection civile, Météo France).
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000100-les-submersions-associees-a-la-tempete-du-27-decembre-1999-en-gironde-aleas-et
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins
  
  
Affaire IGE/00/006
 
 
 
   
 
 
Paris, le 17 janvier 2002
 LES SUBMERSIONS ASSOCIÉES À LA TEMPÊTE DU 27 DÉCEMBRE 1999 EN GIRONDE  Aléas et prévention.  
  par   Gérard Couzy Ingénieur général des ponts et chaussées  et  Xavier Martin Ingénieur en chef du génie rural, des eaux et des forêts Membres de l'inspection générale de l'environnement
 
 
République trançaise
M I N I S T E R E D E L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L'ENVIRONNEMENT Paris, le17 janvier 2002 INSPECTION GENERALE DE L'ENVIRONNEMENT Le chef du service NotepourMonsieurleministredel'aménagementdu territoire et de l'environnement Objet:retour d'expérience en Gironde sur les submersions associées à la tempête de décembre 1999. Affaire n° IGE/00/006Par lettre du 14 mars 2000, la dir llutions et (ddeesvreisnquuesademl'aInGdEéàlamissiond'inescptieocntiodnelsapépcriéavliesnéteiodnedl'eesnpvioronnermleenstsubmerUsieondseapanustisésoprcreiocéjeeetsnt)dàeluarnatleepe.pmmopirsêttsaieoédnteéddreéecrmeeitmsobcurroeudr1'a9en9xt9p.émriaein2c0e01e.nA,Glicareodtnteedmeasniudeiodennav lda'exdireertcitsieonaédtelapréventiondes,pollutionslesetaldéeassertislqesuedsiffémssectsrents asp deaeulxapeptrédveesnftioorêntsdeasértiésrqaésueseos;iéX2àa2vGaiéeorrûatrMd2a0rCt0io1nu,sziuynrgIéGniPeCu.renchefdugénierural,desc Le rapport vous a été remis le 19 décembre. J'ai examiné avec le coordonnateurdelaMIGTN°6delleavDolPetreslpesectducodedesmarchétséddaesnsfalietssét ent no quuideosntréaalpipseéleésalevuerclaettsecnrtéiodintsmaisilsPn'Ron(tinspecteursavaiationsapprofondies),nLoauvMeIllGeTverrésailoisnerdaucreatptepoarnt,ncéieblupénaeesseupnrrqolaucéêptdreéédvàéetnadtiiellséeidnsevusersrticisegquvolet.Decedfiaituneones,aété ré gée. inspelcstLeeudridsgirudeeecstreéuealrnidceolum'nepalcuéomamvepanittednesloanctoemmpmsanddeemainnidtiéaluen.aJ'papirodfeomndainsdseémaeunxtsur e ser lément à leur rapport cmlairniifsitcéLaretiietolrlnaevdaielsqrureeéspjeonvsoaubsiliatiérseemnitsremleettsaisteernviécevisdeetncdeeurnapbepseloindeimlapodrtoacsnttriildnaeeibeistioaitnivde'.upnp.coreLtrtesaiopnidfceétlaeistpomnuiorctiapvrbéolece,éndmemraiastàiècqreue'sildceonrperreéscvotiietonntpisao.snJredeenvsdoruuisspqpuurebolsip,comsàeaindootnrecque ce ra t ommu n Copie: C Chassande, DE, DPPR, MIGT N° 6 J L Laurent chef du service Adresse : 20 avenue de ségur, 75302 Paris 07 SP Téléphone : 01 42 19 13 40 Télécopie : 01 42 19 13 45
Retour d'expérience en Gironde sur les submersions associées à la tempête de décembre 1999. Plan de diffusion Ministre 1 ex Cabinet 1 ex
DPPR DE DGAFAI Préfet de région, préfet de la Gironde Préfet délégué DIREN DDE DDAF Service navigation Service maritime Météo France CG PC CG GREF Auteurs Chef IGE Documentation IGE
3 ex 1 ex 1 ex
1 ex 1 ex 1 ex 1 ex 1 ex. 1 ex 1 ex
1 ex
2 ex
2 ex 1 ex
5 ex
SOMMAIRE
I PRESENTATION. .......................................................................................................................... 1
II LE PROJET TERRITORIAL DE L'ÉTAT EN GIRONDE. .................................................... 3
III L'ANALYSE. ................................................................................................................................ 4
III1 LA CONNAISSANCE DE L'ALEA. .................................................................................................. 4 A La modélisation SOGREAH. .................................................................................................... 4B La reconstitution des lignes d'eau en Gironde. ........................................................................ 5C L'analyse de la marée de tempête du 27 décembre 1999. ........................................................ 5D La prévision de la surcote marine au Verdon. ......................................................................... 6E La faisabilité d'un dispositif de prévision et d'alerte lié à la remontée des eaux marines dans l'estuaire de la Gironde ( et de la Loire ). .............................................................. 7F La modélisation de l'aléa à la centrale électro nucléaire de Blaye. ........................................ 7III 2 LA PREVENTION. ...................................................................................................................... 7 III 2 A La prévision. L'annonce. ................................................................................................ 7III 2 B La diminution de la vulnérabilité. .................................................................................. 9a Les plans des zones submersibles. ........................................................................................ 9 b Les plans de prévention des risques ( inondation ). ............................................................ 10 Les compétences. ................................................................................................................ 10 La fixation de l'aléa de référence. ....................................................................................... 11 c L'aménagement. .................................................................................................................. 12 d L'urbanisme......................................................................................................................... 14 e La protection du bâti existant. ............................................................................................. 14
IV LES ACTEURS PRINCIPAUX. ............................................................................................... 15IV 1 LAMISESERVICES CHARGES DE LA POLICE DES EAUXET LES . ............................................. 15 IV 2 LES SERVICES DUMETLET DE SES ETABLISSEMENTS PUBLICS. ............................................ 15 IV 3 LE SERVICE INTERMINISTERIEL REGIONAL DE DEFENSE ET DE PROTECTION CIVILE (SIRDPC)........................................................................................................................................16IV 4 LA DIREN AQUITAINE ET LA DIRENDE BASSIN, DIREN MIDIPYRENEES........................ 16 IV 5 METEO-FRANCE................................................................................................................ 17
V SYNTHESE DU CONSTAT. ...................................................................................................... 18
V 1 SUR L'ORGANISATION.............................................................................................................. 18 V 2 SUR LES ETUDES...................................................................................................................... 18
VI NOS PROPOSITIONS............................................................................................................... 19
VI 1 SUR L'ORGANISATION............................................................................................................ 19 VI 2SUR LA PREVENTION.............................................................................................................. 19 VI 3 SUR L'ADMINISTRATION 20. ........................................................................................................
I PRESENTATION.
Par lettre du 3 avril 2000, le ministre en charge de l'environnement ( direction de la prévention des pollutions et des risques ) a demandé à la mission d'inspection spécialisée de l'environnement, devenue depuis l'inspection générale de l'environnement une mission de retour d'expérience en Gironde sur les submersions associées à la tempête de décembre 1999. Cette mission a été confiée à Gérard Couzy, à l'époque ingénieur en chef des ponts et chaussées qui l'a conduite de mai à octobre 2000 en association avec le lieutenant de vaisseau Stéphane Lecroc pour le bureau des risques naturels de la direction de la défense et de la sécurité civiles du ministère de l'intérieur. Appelé à d'autres missions, ce dernier n'a pas poursuivi sa participation. Un avant projet de rapport a été remis courant mai 2001 au chef du service de l'inspection générale de l'environnement et au directeur de la prévention de la pollution et des risques. A la demande de la direction de la prévention des pollutions et des risques, cette mission d'expertise a été recentrée le 22 août 2001 sur les aléas et les différents aspects de la prévention des risques; Xavier Martin, ingénieur en chef du génie rural, des eaux et des forêts, ayant participé à plusieurs missions de retour d'expérience sur des inondations, a été associé à Gérard Couzy. La mission a pris connaissance du rapport conjoint du 10 août 2001 du conseil général du génie rural, des eaux et des forêts et du conseil général des ponts et chaussées sur l'inspection de la DDE et de la DDAF de la Gironde sur leurs compétences en matière de risques naturels. Elle a aussi pris connaissance du rapport conjoint d'inspection de la DIREN Aquitaine du 5 avril 2000 conduite par les deux conseils. Enfin, elle a pris connaissance du rapport, du 6 juillet 2001, de l'inspection générale de l'environnement sur les services départementaux de police de l'environnement en Gironde. La mission s'est déroulée sur le terrain en novembre 2001. Elle s'est déplacée à Bordeaux les 15 et 16 novembre, puis les 28, 29 et 30 novembre; elle a rencontré et a eu des entretiens avec: Monsieur Gérault, préfet délégué pour la sécurité et la défense, Monsieur Buchoux, chef du service interministériel régional de la défense et de la sécurité civile et ses collaborateurs monsieur Gimenez et monsieur Castagna, Monsieur Dupuy, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, Monsieur Mery, directeur des actions interministérielles à la préfecture de la Gironde, Monsieur Massenet, directeur régional et départemental de l'équipement, Monsieur Dupin, directeur départemental délégué de l'équipement de la Gironde, Monsieur Manini, chef du service de l'urbanisme, de l'environnement et de la prospective, à la DDE, Monsieur de Laitre, chargé de mission "risques" à la DDE, Monsieur Guellec, chef du service d'aménagement territorial de l'aire bordelaise à la DDE,
Page 2
Monsieur Michaud, directeur de l'aménagement du port autonome de Bordeaux, adjoint au directeur du service maritime et de la navigation de la Gironde, Monsieur Feral du port autonome de Bordeaux, Monsieur Servat, chef du service de l'eau et des milieux aquatiques et monsieur Coudesfeytes, chef du service des impacts et des fonds européens à la DIREN Aquitaine et Monsieur David, directeur interrégional adjoint pour METEO-FRANCE Sud Ouest à Bordeaux. Elle a eu des entretiens téléphoniques en particulier avec MM Vidal, chef de la délégation de bassin Adour Garonne à la DIREN Midi Pyrénées à Toulouse, Thoueilles, responsable du service d'annonce des crues de la Garonne aval.
Les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999 en Gironde
II LE PROJET TERRITORIAL DE L'ÉTAT EN GIRONDE.
Page 3
Il convient tout d'abord d'examiner le projet territorial de l'État en Gironde: Le champ de notre mission le concerne pleinement. "Rendre la Gironde plus sûre" constitue le premier chantier du projet territorial de l'État dans le département de la Gironde. A l'intérieur de ce chantier "mieux gérer le risque inondation" constituela troisième action. Ses responsables sont: "MM Buchoux ( directeur du service interministériel régional de défense et de protection civile ou SIRDPC, chef de projet ), Quiard ( Sous préfet de Blaye ) et Manini ( chef du service de l'urbanisme, de l'aménagement et de la prospective de la DDE )".Ses objectifs sont: "En matière de prévention: Doter les communes exposées au risque inondation d'un PPR d'ici fin 2000. Mettre en uvre des programmes prioritaires de prévention dans les zones bâties à aléas et enjeux forts. En matière de prévision et de gestion de crise: Se doter d'un outil de prévision et d'alerte. Organiser l'information des populations, la protection des principaux équipements publics et des points sensibles, l'accessibilité des réseaux et la coordination des secours. En matière de protection: Se doter d'outils pérennes de gestion des ouvrages de protection et d'une instance départementale de gestion".Les acteurs et partenaires de cette action couvrent en particulier les horizons de la prévision, de l'annonce, de l'alerte, de l'administration, de la prévention de la crise et de l'indemnisation. Les moyens sont ciblés et les échéances comme les indicateurs de suivi sont définis. Nous remarquons que les termes de référence du projet n'utilisent pas le vocabulaire classique employé en matière de risques. De même les termes du projet associent des actions qui ne sont en général pas associées les unes aux autres. Ceci peut prêter à confusion.
Les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999 en Gironde
III L'ANALYSE.
Page 4
En effet, l'analyse des événements dommageables est normalement réalisée selon des points qui constituent chacun un "bloc"homogène: La connaissance de l'aléa. La prévention avec ses deux aspects: La prévision du risque et l'annonce. La diminution de la vulnérabilité avec en particulier: L'occupation des sols avec les PPR. L'aménagement. L'information préventive. Dans ces premiers points, les aspects scientifiques et techniques dominent. L'alerte, la crise et sa gestion. La post-crise. Dans ces derniers points, les aspects politiques et organisationnels dominent. Nous travaillerons sur les premières rubriques tant en ce qu'elles concernent les objectifs fixés que les moyens assignés; nous ne nous intéresserons ni à l'alerte, ni à la crise, ni à la gestion de la crise et à la post crise qui constituent des métiers d'un autre ordre et nous laisserons de coté l'information préventive. III 1 LA CONNAISSANCE DE L'ALEA.
La connaissance de l'aléa fonde le dispositif de mitigation: Celle-ci permet de définir des objectifs de prévention dans une politique harmonieuse de diminution de la vulnérabilité par la réglementation et par l'aménagement. Dans les documents qui nous ont été présentés, l'objectif d'améliorer la "connaissance de l'aléa " n'est pas identifié mais il transparaît de façon implicite dans les actions de prévision et/ou d'alerte. Or la prévision est un moyen de prévention et l'alerte est le premier acte de la gestion de la crise. C'est dans ces conditions que nous avons relevé les actions entreprises pour améliorer la connaissance de l'aléa en Gironde. Nous ferons des rappels sur les principales études réalisées. A La modélisation SOGREAH. Une modélisation hydraulique de la Garonne et de la Dordogne a été financée dans les années 90, par l'État et la communauté urbaine de Bordeaux ( CUB ) et confiée à SOGELERG ( SOGREAH ). Elle avait pour but de définir des cotes de submersion à Bordeaux, en fonction d'événements élémentaires: hydrologiques ( débit de la Garonne et de la Dordogne ), déterministes ( marée ) et météorologiques ( surcote au Verdon et vitesse du vent ). Lors de la restitution du modèle ( linéaire, à casier ) il est apparu que: Les événements exceptionnels pouvaient être reconstitués sur chaque fleuve.
Les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999 en Gironde
Page 5
La définition d'un scénario combinant tous les événements et en particulier avals, soulevait des difficultés insolubles dues en particulier au nombre et à la qualité des événements élémentaires à combiner. Dans ces conditions, des commissions de travail ont été constituées pour déterminer à partir de cotes de submersion à Bordeaux des "scénarios" combinant des événements élémentaires de période de retour diverses. Onze1événements ont été définis et l'événement numéro 7 a été retenu par le préfet comme événement de référence. En 1994, le modèle a été affiné sur le territoire de la CUB en précisant la topographie. En 1996, le modèle a été appliqué à la Gironde, lits mineur et majeur. Les résultats de cette modélisation ont été utilisés pour établir le plan des surfaces submersibles. Ceci à notre avis constitue une erreur car le modèle a été appliqué au-delà de ses limites de validité; les casiers dans la Gironde n'ont été définis ni avec suffisamment d'éléments ni suffisamment de précisions. En 1998, le modèle a été appliqué sur le territoire du SDAU; la pertinence de l'événement 7 a été critiqué violemment par les élus qui ont estimé sa période de retour plusieurs fois centennale2. B La reconstitution des lignes d'eau en Gironde. C'est dans ces conditions et parce qu'il estimait que ces reconstitutions n'étaient pas satisfaisantes que le port autonome de Bordeaux a reconstitué les lignes d'eau dans l'estuaire, en 1998, à partir des observations des marégraphes. Il s'agit d'un travail considérable car les séries de mesure disponibles ont été critiquées, validées et/ou reconstituées. La ligne d'eau centennale a pu être évaluée avec un écart type satisfaisant. L'étude statistique a été validée par le laboratoire national d'hydraulique ( LNH ). Il apparaît, évidemment, dans cette expertise, que la reconstitution "du" scénario centennal est impossible dans l'état actuel de l'art. En effet à une ligne d'eau peut correspondre de multiples combinaisons d'aléas, c'est à dire à un nombre infini de scénarios. Par ailleurs, les cotes de la ligne d'eau associé à l'événement n°7 ont une période de retour au delà du centennal, sans possibilité d'avoir plus de précisions. L'état actuel de l'art ne permet pas d'apprécier la période de retour de l'événement n°7. C L'analyse de la marée de tempête du 27 décembre 1999. Le port autonome de Bordeaux a fait une analyse fine de la marée-tempête du 27 décembre 1999. Cette analyse qui date du 22 février 2000 a été très largement diffusée par le service maritime et de navigation de la Gironde ( SMNG ). Seul, le directeur du service météorologique interrégional du Sud Ouest appelle l'attention du SMNG sur la corrélation négative qui y est rapportée entre la surcote et le coefficient de marée: Il estime que cette apparente aberration peut avoir deux raisons: un artefact statistique et/ou un défaut dans les approches SOGREAH. Il nous est apparu qu'aucune recherche complémentaire n'a été faite pour répondre à ces remarques; elle aurait permis d'avancer dans la compréhension des phénomènes et du modèle et mériterait d'être reprise rapidement. 1ou treize selon les documents. 2 Voir ci-dessous.
Les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999 en Gironde
Page 6
D La prévision de la surcote marine au Verdon. Une mission de prévision de la surcote marine au Verdon a été confiée à Météo France3 la suite des inondations du 23 décembre 1995 à4 et du 7 février 19965 des quais de Bordeaux. La proposition de METEO-FRANCE a été adressée le 2 décembre 1996 à la DIREN Midi-Pyrénées. La demande a été confirmée avec insistance au directeur inter-régional de METEO-FRANCE par le préfet délégué pour la défense et la sécurité à la suite des événements de 1999. Ce modèle, étudié par METEO-FRANCE Toulouse est, le 21 août 2001, considéré comme "achevé" par METEO-FRANCE à Toulouse comme à Bordeaux; il rentre en phase pré-opérationnelle à Bordeaux. Il a été calé sur les événements importants; sa sensibilité aux événements élémentaires a été étudiée. Ce modèle donne des résultats jugés par METEO-FRANCE excellents et permet d'éclairer la connaissance de l'aléa en relativisant les facteurs déclenchant les uns par rapport aux autres.  Le premier facteur est la marée; cet événement déterministe a une influence directe sur la surcote ( voir ci-dessus ). Ensuite, la surcote est un phénomène ondulatoire dû à un ensemble de phénomènes météorologiques6mais aussi hydrauliques et hydrologiques. La surcote dépend aussi des facteurs suivants: du vent indépendamment des effets de la dépressionL'effet 7. L'effet de dépression.  L'effet dynamique dû à la vitesse de déplacement de la dépression et de l'impact de la géométrie de la côte et de l'estuaire: La surcote augmente avec la vitesse de déplacement de l'onde dans l'estuaire. Cette modélisation ne s'applique ni à l'estuaire ni à Bordeaux. Il nous apparaît d'une importance stratégique qu'un modèle identique soit testé dans l'estuaire depuis le Verdon jusqu'au point le plus amont où le train d'ondes est amorti totalement. Nous recommandons à la DPPR de confirmer l'intérêt qui s'attache à cette démarche.
3 .p ? 54oPpdulmaàemsiealtEd)PR(aDParl.tnespaidévn'etesauscrtoeftedlllel'efurlaque  ont de Pierre. 6( onde ) qui se déplace du Verdon jusqu'à l'amontLa surcote peut être appréciée comme une vague de Bordeaux. Sa hauteur dans l'estuaire est fonction de sa vitesse, elle-même fonction de la géométrie de l'estuaire, du vent qui la pousse et des débits d'eau de la Garonne et de la Dordogne qui la surélève encore.été mis en évidence mais pourraient ne pas seDes effets de résonance ont produire. Ceci pourrait être affiné. 7Les événements ne sont pas indépendants
Les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999 en Gironde
Page 7
E La faisabilité d'un dispositif de prévision et d'alerte lié à la remontée des eaux marines dans l'estuaire de la Gironde ( et de la Loire ). Le préfet de la Gironde a confié le 18 août 2000 au chef du service maritime et de la navigation de la Gironde"la responsabilité du pilotage d'une étude sur la faisabilité d'un dispositif de prévision et d'alerte8la remontée des eaux marines dans à  lié l'estuaire de la Gironde ( et de la Loire9)".Dans sa lettre le préfet annonce que des contacts ont été pris avec la DIREN de Bassin et Météo Toulouse. Il invite à les poursuivre dans la perspective d'une collaboration la plus efficace possible. Cette demande aurait dû être recentrée pour tenir compte des résultats de METEO-FRANCE et donc du manque de pertinence d'une étude de faisabilité. Un marché de 58.000 euros HT ( plus une option de10.620 euros soit un total de 450 KF ) a été signé à une date à laquelle le service aurait dû avoir connaissance des résultats de l'étude METEO-FRANCE; l'ordre de service apparaît en tout cas postérieur. Nous soulignons que METEO France fait partie du comite de pilotage de cette étude et que lors du lancement de l'étude l'intérêt de l'application du modèle METEO FEANCE à l'estuaire est apparu à tous les participants. Ceci montre qu'il existe de sérieux problèmes de liaison entre les services. F La modélisation de l'aléa à la centrale électro nucléaire de Blaye. A la suite de la submersion très partielle de la centrale électronucléaire de Blaye en décembre 1999, EDF a fait durcir sa modélisation de la Gironde évidemment à des fins de meilleure compréhension de l'aléa. Le modèle10 est étudié par le LNH. Le suivi de la modélisation c'est à dire son expertise et son contrôle sont réalisés par la direction de la sécurité des installations nucléaires. Nous avons pris contact le 20 novembre avec la direction de la sécurité des installations nucléaires qui nous a proposé de provoquer une réunion de présentation entre ses services, le LNH et l'IGE. Le 13 décembre, une date n'a pas encore été arrêtée. La mission recommande qu'un transfert de toutes les connaissances soit apporté au profit des services déconcentrés de l'État. III 2 LA PREVENTION.
III 2 A La prévision. L'annonce. Le projet territorial de l'État associe "outil de prévision" et "gestion de crise". De même, le préfet de département dans sa lettre du 18 août 2000 au chef du service maritime et de la navigation de la Gironde rappelle que"le choix d'un dispositif et la définition d'une stratégie de surveillance et d'alerte relève du traitement opérationnel de la crise et à ce titre de la compétence du préfet délégué pour la défense et la sécurité". 8 9siisalmoit-ondcomelleopxalupeseuatxauirmaeral"teeftuo""uapér"annonceprendresis?tion  c. 10il s'agit d'un modèle en 2D.
Les submersions associées à la tempête du 27 décembre 1999 en Gironde
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.