Plan de développement rural national français

De
Face aux divers scénarios possibles pour la mise en oeuvre du règlement de développement rural, la France a choisi un dispositif qui prend en compte les orientations actuelles des politiques nationales agricole, forestière ou de développement rural et, d'autre part, la structure politique et administrative française. Il est proposé un Plan de développement rural national (PDRN) unique, complété par une déclinaison régionale au niveau des DOCUP des zones d'objectif 2 et de soutien transitoire. Le Plan de développement rural français est en correspondance avec la place de l'agriculture et de la forêt en France. Il ne constitue pas l'unique outil du développement rural qui s'appuiera également sur les fonds structurels mis en oeuvre au niveau des DOCUP ainsi que sur les divers instruments nationaux. La configuration du Plan de développement rural national est liée à celle du Contrat territorial d'exploitation (CTE), à la mise en oeuvre nationale de la stratégie forestière communautaire, à la poursuite d'un certain nombre d'actions structurelles agricoles, au soutien d'investissements stratégiques en matière d'industries agro-alimentaires, ainsi qu'à la mise en oeuvre de la directive Habitats. Pour toutes les actions correspondantes, il est indispensable de garantir une cohérence des objectifs et moyens au niveau national ; bien entendu, la mise en oeuvre du PDRN fera l'objet d'une déconcentration importante aux niveaux régional et départemental. Une structure de concertation adaptée sera mise en place de façon à assurer un suivi territorial de toutes ces actions.
Publié le : vendredi 1 décembre 2000
Lecture(s) : 23
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/014000081-plan-de-developpement-rural-national-francais
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 106
Voir plus Voir moins
Préambule ............................................................................................................................................ 2 
1. Intitulé du plan de développement rural ...................................................................................... 3 2. État membre et région administrative (le cas échéant).............................................................. 3 3. ....................................................................................3.........................eganoZ................................ 3.1. ZONE GEOGRAPHIQUE COUVERTE PAR LE PLAN............................................................................. 3 3.2. ZONES RELEVANT DES OBJECTIFS NOS 1ET2................................................................................. 3 3.2.1. Zones relevant de l’objectif 1 et soutien transitoire ....................................................................... 3 3.2.2. Zones relevant de l’objectif 2 et soutien transitoire ....................................................................... 3 
4. Planification au niveau géographique pertinent ......................................................................... 4 5. Description quantifiée de la situation actuelle............................................................................ 7 5.1. DESCRIPTION QUANTIFIEE DE LA SITUATION ACTUELLE................................................................... 7 Introduction ............................................................................................................................................. 7 5.1.1. Approche globale du milieu rural français ..................................................................................... 7 5.1.2. Agriculture et industries agro-alimentaires .................................................................................. 39 5.1.3. Filière forêt-bois .......................................................................................................................... 55 5.1.4. Situation spécifique des Départements d'Outre Mer ................................................................... 65 Conclusion ............................................................................................................................................ 70 5.2. EFFETS DE LA PERIODE DE PROGRAMMATION PRECEDENTE....................................... .................. 74 5.2.1. Les investissements dans les exploitations agricoles ................................................................. 74 5.2.2. L’installation des jeunes agriculteurs .......................................................................................... 75 5.2.3. La préretraite............................................................................................................................... 77  5.2.4. L’appui à l’agriculture des zones défavorisées........................................................................... 78 5.2.5. Les mesures agroenvironnementales ......................................................................................... 79 5.2.6. La transformation et commercialisation des produits agricoles................................................... 83 5.2.7. La formation ................................................................................................................................ 87 5.2.8. Filière forêt bois .......................................................................................................................... 88 5.2.9. Le programme 5b........................................................................................................................ 89 5.2.10. Le programme d’initiative communautaire Leader ...................................................... .. 90 ............ 5.3. AUTRES INFORMATIONS SUR LA SITUATION ACTUELLE.................................................................. 91 5.3.1. Les dispositifs nationaux d’aménagement du territoire ............................................................... 91 5.3.2. Les dispositifs environnementaux et de prévention des risques naturels ................................... 98 5.3.3. Autres dispositifs....................................................................................................................... 102 
 
Plan de Développement Rural National
1/103
6. Description de la stratégie proposée, de ses objectifs quantifiés, des priorités retenues en matière de développement rural et de la zone géographique couverte.............. 5 6.1. STRATEGIE PROPOSEE,OBJECTIFS QUANTIFIES,PRIORITES RETENUES.......................................... 5 Prise en compte de l’intégration des hommes et des femmes................................................................ 5 6.1.1. Orienter les exploitations agricoles vers une agriculture durable et multifonctionnelle ................. 5 6.1.2. Valoriser et développer les ressources forestières ..................................................................... 12  6.1.3. Développer la valeur ajoutée et la qualité des produits............................................................... 16 6.1.4. Equilibrer l'occupation du territoire et maîtriser les inégalités économiques ............................... 19 6.1.5. Protéger et mettre en valeur le patrimoine écologique................................................................ 22 6.1.6. La stratégie de formation, complément indispensable du Plan de Développement Rural .......... 27 6.2. DESCRIPTION ET EFFETS DES AUTRES MESURES............................... ........ 28 ................................ .. 6.2.1. Aspects communautaires............................................................................................................ 28 6.2.2. Aspects des politiques nationales ............................................................................................... 32 6.3. ZONES GEOGRAPHIQUES COUVERTES PAR DES MESURES LOCALISEES SPECIFIQUES..................... 35 6.3.1. Contexte général de la répartition géographique des diverses mesures .................................... 35 6.3.2. Les zones agricoles défavorisées ................................................................... ........ 3 ................ .... 7 6.3.3. Les autres zones spécifiques...................................................................................................... 39 6.4. C PROPOSE A ERPOUR LA MISE EN OEUVRE DES DIVERSES MESURES.................. LENDRI................ 41  Priorité 1 : Orienter les exploitations agricoles vers une agriculture durable et multifonctionnelle ........ 41 Prio té 2 : Valoriser de développer les ressources forestières ............................................................. 41 ri Priorité 3 : Développer la valeur ajoutée et la qualité des produits ....................................................... 42 Priorité 4 : Equilibrer l’occupation du territoire et maîtriser les inégalités économiques........................ 43 Priorité 5 : Protéger et mettre en valeur le patrimoine écologique .......... .............................................. 44  Priorité 6 : Formation ............................................................................................................................ 44 7. EVALUATION DES IMPACTS ATTENDUS SUR LES PLANS ECONOMIQUES, ENVIRONNEMENTAL ET SOCIAL............................................................................................... 45  7.1. EFFETS DES MESURES SUR LES QUESTIONS COMMUNES.............................................................. 45 7.1.1. Effet sur l’évolution de la population rurale (nombre, composition, distribution)........... 45  7.1.2. Effet sur la dynamique des acteurs en zone rurale ..................................................................... 46 7.1.3. Effet sur l’emploi ......................................................................................................................... 46 7.1.4. Effet sur le niveau de revenu en zone rurale .............................................................................. 47 7.1.5. Effet sur l’amélioration des marchés lié notamment aux redéploiements des productions, à l’amélioration de la qualité des productions, à la compétitivité .................................................. 47 7.1.6. Effet sur l’environnement, notamment sur l’amélioration des politiques agricoles ...................... 48  7.1.7. Effet de la complémentarité des actions du PDR........................................................................ 48 7.2. EFFETS PROPRES DES MESURES................................................................................................ 48 ides aux investissements dans les exploitations agricoles ....................................................... 48 7.2.1. A 7.2.2. Aides à l’installation des jeunes agriculteurs............................................................................... 49 7.2.3. Aides à la formation .................................................................................................................... 50 7.2.4. Préretraites ................................................................................................................................. 50 7.2.5. Aides aux zones défavorisées et aux zones soumises à des contraintes environnementales.... 51 7.2.6. Agroenvironnement................................................................................................. .... 5 ................ 1 7.2.7. Améliorations de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles................ 52 7.2.8. Sylviculture.................................................................................................................................. 53 7.2.9. Encouragement à l’adaptation et au développement des zones rurales..................................... 54 8. Tableau financier général indicatif ............................................................................................. 55 9. Description des mesures envisagées pour mettre en œuvre les plans ................................. 68 9.1. EXIGENCES GENERALES............................................................................................................. 68 9.2. EXIGENCES CONCERNANT TOUTES LES MESURES OU UNE PARTIE DENTRE ELLES......................... 69  9.2.1. Contribution communautaire fondée sur le coût total.................................................................. 69 9.2.2. Intensité et/ou montant des soutiens différenciation appliquée................................................... 70  9.2.3. Exceptions visées à l’article 37 ................................................................................................... 72 9.2.4. Détails concernant les conditions d’éligibilité .............................................................................. 73 9.2.5. Critères utilisés pour démontrer la viabilité économique ............................................................. 76 9.2.6. Bonnes pratiques agricoles habituelles....................................................................................... 76 9.2.7. Normes minimales requises dans le domaine de l’environnement de l’hygiène et du bien-être des animaux ....................................................................................................................... 81 9.2.8. Niveau des connaissances et des compétences professionnelles requises ............................... 84 9.2.9. Evaluation suffisante de débouchés normaux ............................................................................ 85 9.2.10. Description des contrats en cours............................................................................................. 87 9.3. INFORMATIONS REQUISES POUR DES MESURES SPECIFIQUES....................................................... 95 9.3.1. Investissement dans les exploitations agricoles.......................................................................... 95 9.3.2. Installation de jeunes agriculteurs............................................................................................... 98 9.3.3. Formation.................................................................................................................................. 100 
 
Plan de Développement Rural National
1/210 
9.3.4. Préretraite ................................................................................................................................. 104 9.3.5. Zones défavorisées et zones soumises à des contraintes environnementales......................... 107 9.3.6. Agroenvironnement................................................................................................................... 112 9.3.7. Amélioration de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles ............... 119 9.3.8. Sylviculture................................................................................................................................ 128 9.3.9. Encouragement à l’adaptation et au développement des zones rurales................................... 144 10. Désignation des autorités compétentes et des organismes responsables. ....................... 157 
11. Dispositions prises en vue dassurer une mise en œuvre efficace et adéquate des plans y compris en matière de suivi et dévaluation ; définition des indicateurs quantifiés servant à l évaluation ; arrangements relatifs aux contrôles, aux sanctions et aux mesures de publicité. ..................................................................................................... 162 
11.1. DESCRIPTION DES CIRCUITS FINANCIERS UTILISES POUR LE VERSEMENT DU SOUTIEN AUX BENEFICIAIRES FINALS............................................................................................................. 162 11.1.1. Le réseau des services déconcentrés du ministère de l’agriculture et de la pêche et du ministère de l’économie, des finances et de l’industrie ........................................... . 16 ................ 2 11.1.2. Le Centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA) ............................................................................................................................... 163 11.1.3. L’Office national interprofessionnel des oléagineux, protéagineux et cultures textiles (ONIOL) ................................................................................................................................... 163 11.1.4. Financement des autres bailleurs de fonds nationaux (notamment collectivités territoriales).............................................................................................................................. 164 11.2. SUIVI ET EVALUATION............................................................................................................. 164  11.2.1. Indicateurs de suivi ................................................................................................................. 164 11.2.2. Evaluation ........................................ ....................... 164 ................................................................ 11.3. ROLE ET COMPOSITION DES COMITES DE SUIVI....................................................................... 171 3 Comité national de suivi ........... 11. .1. ............................................................................................... 171 11.3.2. Comité national de programmation ......................................................................................... 172 11.3.3. Comité régional de suivi.......................................................................................................... 172 11.3.4. Commission Départementale d’Orientation de l’Agriculture .................................................... 173 11.4. CODIFICATION DES ACTIONS................................................................................................... 174 11.5. MISE EN ŒUVRE DES CONTROLES........................................................................................... 174 11.5.1. Manuels de procédure ............................................................................................................ 175 11.5.2. Contrôles administratifs .......................................................................................................... 175 11.5.3. Contrôles sur place ................................................................................................................. 176 11.5.4. Contrôle de deuxième niveau ................................................................ ................................. 177 11.6. SANCTIONS............ ............................................................................................................... 177 11.6.1. Dispositif de sanctions prévu au règlement 3887/92 du 23/12/1992....................................... 178 11.6.2. Modalités particulières propres aux sanctions apportées dans le cadre du C.T.E. ................. 180 11.6.3. Modalités particulières aux aides forestières .......................................................................... 183 11.7. ARRANGEMENTS RELATIFS A LA PUBLICITE.............................................................................. 184 11.7.1. Information préalable du public ............................................................................................... 184 11.7.2. Information des bénéficiaires .................................................................................................. 185 11.7.3. Panneaux d’affichage ............................................................................................................. 185 
12. Résultats des consultations et désignation des autorités et organismes associés ainsi que des partenaires socio-économiques ....................................................................... 186 12.1. PARTENAIRES SOCIO-ECONOMIQUES ET AUTRES ORGANISMES................................................. 186 12.1.1. Partenaires à consulter ........................................................................................................... 186 12.1.2. Organismes participant à la gestion du dispositif agroenvironnemental ................................. 188 12.2. RESUME DES CONSULTATIONS- IMPACTS............................................................................... 189 12.2.1. Consultation du Conseil Supérieur d’Orientation et de Coordination de l’Economie Agricole et Alimentaire (CSO).................................................................................................. 189 12.2.2. Consultation des organisations environnementales et de consommation............................... 191 12.2.3. Consultation des collectivités territoriales ............................................................................... 191 12.2.4. La concertation interministérielle............................................................................................. 192 12.2.5. Résultats des consultations relatives aux actions sylvicoles................................................... 192 13.2.6. Résultats des consultations dans les secteurs de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles ................................................................................ 193 
13. Equilibre entre les différentes mesures de soutien............................................................... 194 13.1. CONSEQUENCES DU CHOIX D'ELABORATION D'UNPDRNATIONAL UNIQUE................................ 194 13.2. UN EQUILIBRE A DEUX FINALITES............................................................................................ 194 13.3. L'EQUILIBRE INTERNE DUPDRN............................................................................................. 195 13.3.1. L'évolution des équilibres financiers........................................................................................ 195 13.3.2. La dynamiques d'évolution des équilibres financiers de 2000 à 2006 .................................... 197 
 
Plan de Développement Rural National
2/210 
14. Compatibilité et cohérence ...................................................................................................... 200 
14.1. COMPATIBILITE ET COHERENCE AVEC LES AUTRES INSTRUMENTS DE LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE.................................................................................................020.............................. 14.1.1. Compatibilité et cohérence avec la politique de concurrence et les autres instruments de la PAC ..................................................................................................................................... 200 14.1.2. Cohérence entre les mesures de développement rural et les mesures de soutien relevant des organisations de marché (OCM). ...................................................................................... 200 14.2. COMPATIBILITE ET COHERENCE DES MESURES VISEES A LARTICLE33AVEC LES AIDES FINANCIERES DUFEDERET LES MESURES DU TITREII. ............................................................ 205 14.2.1. Compatibilité et cohérence des mesures visées à l’article 33 avec les aides financières du .......................... 205 FEDER .......................................................................................................... 14.2.2. Compatibilité et cohérence des mesures visées à l’article 33 avec les mesures du titre II ..... 205 14.3. DASSURER LA BONNE COORDINATION AVEC LES DIFFERENTESISPOSITIONS DESTINEES A
ADMINISTRATIONS RESPONSABLES POUR LES MESURES DE DEVELOPPEMENT RURAL PREVUES PAR LA LEGISLATION NATIONALE.............................................................................................. 205 14.3.1. Mesures de développement rural prévues par la législation nationale.................................... 205  14.3.2. Mesures de coordination entre administrations....................................................................... 207 14.3.3. Dispositions de coordination entre les mesures nationales de développement rural et le Plan de développement rural national ..................................................................................... 209 15. Aides d Etat complémentaires ............................................................................................ . 2 0 .... 1
 
Plan de Développement Rural National
3/210 
Préambule
Face aux divers scénarios possibles pour la mise en œuvre du Règlement de développement rural, la France a fait le choix d'un dispositif simple et cohérent, d'une part, avec les orientations actuelles des politiques nationales agricole, forestière ou de développement rural et, d'autre part, avec la structure politique et administrative française. Ainsi, il est proposé un Plan de développement rural national (PDRN) unique, complété par une déclinaison régionale au niveau des DOCUP des zones d'objectif 2 et de soutien transitoire. Le Plan de développement rural français est en correspondance avec la place de l'agriculture et de la forêt dans ce pays et les objectifs ambitieux qui sont assignés à ces deux secteurs. Il ne constitue pas pour autant l'unique outil du développement rural qui s'appuiera également sur les fonds structurels mis en œuvre au niveau des DOCUP ainsi que sur les divers instruments nationaux. La configuration du Plan de développement rural national est liée à celle du Contrat territorial d’exploitation (CTE), à la mise en œuvre nationale de la stratégie forestière communautaire, à la poursuite d'un certain nombre d'actions structurelles agricoles, au soutien d'investissements stratégiques en matière d'industries agro-alimentaires, ainsi qu'à la mise en œuvre de la directive Habitats. Pour toutes les actions correspondantes, il est indispensable de garantir une cohérence des objectifs et moyens au niveau national ; bien entendu, la mise en œuvre du PDRN fera l'objet d'une déconcentration importante aux niveaux régional et départemental. Une structure de concertation adaptée sera mise en place de façon à assurer un suivi territorial de toutes ces actions.  
 
Plan de Développement Rural National
2/103 
1. Intitulé du plan de développement rural
Plan de développement rural national français.
2. État membre et région administrative (le cas échéant)
France.
3. Zonage
3.1. Zone géographique couverte par le plan
L'ensemble du territoire national.
3.2. Zones relevant des objectifs nos1 et 2
3.2.1. Zones relevant de l objectif 1 et soutien transitoire
Les zones relevant de l'objectif 1 sont la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion et la Guyane, soit les quatre départements d’outre-mer. Relèvent du soutien transitoire la région Corse et le territoire du Hainaut. Dans ces zones, selon les dispositions de l'article 31 du règlement du Conseil, le Plan de développement rural national s'applique pour les seules mesures d'accompagnement, soit : - la préretraite (mesure d) - les indemnités compensatoires (mesure e) - l’agroenvironnement (mesure f) - le boisement de terres agricoles (mesure h)
3.2.2. Zones relevant de l objectif 2 et soutien transitoire
L’ensemble des régions de la France métropolitaine, à l’exception de la Corse, comporteront des zones d’Objectif 2 et soutien transitoire. Une dotation de FEOGA G leur sera attribuée sous réserve qu’elles comportent un territoire rural. Cette dotation sera intégrée à la programmation relative à ces zones pour les mesures suivantes : - les actions locales de formation (partie de la mesure c) - les investissements agro-alimentaires de niveau régional (partie de la mesure g) - les mesures de l’article 33 (en tenant compte de la partie relevant du niveau national).
 
Plan de Développement Rural National
3/103 
4. Planification au niveau géographique pertinent
Un seul plan de développement rural concernant certaines mesures de développement rural couvrira l'ensemble du territoire français. Ce cadrage national se déclinera au niveau local approprié, régional ou départemental, par le biais d'une application déconcentrée des mesures à laquelle pourra s'adjoindre, le cas échéant, une participation des collectivités locales. Cette approche nationale déconcentrée a été privilégiée pour différentes raisons tenant d'une part à une volonté de cohérence, d'équité dans l'application des différents dispositifs et d'articulation optimale des différentes mesures entre elles, d'autre part à une recherche d'efficacité des mesures compte tenu de l'organisation administrative française. En effet, dans le cadre de cette réforme importante que constitue la mise en place du 2ème pilier de la PAC, la stratégie de la France est soutendue par 3 principes forts : 1) Renforcement considérable des moyens consacrés au développement durable et à la protection de l’environnement ; 2) Approche intégrée du développement rural au niveau de l’exploitation agricole ; 3) Souci d’une transition harmonieuse avec cette nouvelle programmation. S’agissant du premier principe, il convient de relever que le tiers de l’enveloppe financière affectée au développement rural sera utilisée pour l’agroenvironnement. Concernant le deuxième principe, les contrats territoriaux d’exploitation (CTE) institués par la loi d'orientation agricole visent à instaurer une nouvelle relation contractuelle entre l'Etat et l'agriculteur afin d'inciter celui-ci à inscrire son exploitation dans un projet global cohérent intégrant deux dimensions, socio-économique d’une part, environnementale et territoriale d’autre part. Le CTE qui repose sur une reconnaissance de la multifonctionnalité de l'agriculture, est donc conçu comme un outil d'orientation et de développement appelé à fédérer un grand nombre de mesures d'aide à l'agriculture. Son caractère novateur, et les objectifs qui lui sont assignés notamment en matière de développement d'une agriculture durable sur l'ensemble du territoire français imposent que les aides articulées autour du CTE bénéficient d'un encadrement national. Les mesures intégrées dans le CTE ne seront pas pour autant déconnectées de la réalité locale car elles ont été préalablement définies par le niveau départemental dans le cadre de préfigurations avant d'être agrégées au niveau national dans un souci d'harmonisation. De plus, l'ensemble des orientations nationales seront appropriées au niveau régional et départemental par la mise en place de contrats types constitués de mesures types qui serviront de base au contrat signé par l'agriculteur. Enfin et relativement au 3ème principe, la France opte pour un seul plan de développement rural national afin d’éviter la multiplication de plans qui s’avèrent lourds à fabriquer, à modifier, à gérer, à suivre et à évaluer. La mise en place d’un nouveau dispositif est déjà suffisamment complexe pour ne pas ajouter à cette complexité en prétendant modifier, quand cela n’est pas indispensable, l’organisation des mesures. Cela signifie que la mise en oeuvre du nouveau dispositif “ développement rural ” se fera en étapes, la première s’attachant à organiser le cadre, les suivantes à réorganiser plus précisément les mesures. Cette préoccupation est liée aussi à l’attention qu’il faut avoir pour ne pas détruire des mesures qui sont efficaces, que les agriculteurs connaissent et appliquent dans de bonnes conditions, alors qu’il n’y aurait pas de garanties suffisantes quant à une efficience au moins équivalente de dispositifs réformés. Par ailleurs et contrairement à certains de ses voisins européens, la France ne dispose pas d'une structure administrative et politique relevant d'une organisation fédérale. Dans ces conditions, une approche exclusivement régionale, outre qu'elle ne correspond pas à la culture française, risquerait d'entraîner des dysfonctionnements préjudiciables à une bonne application des mesures de développement rural. Le système administratif déconcentré a fait les preuves de sa réelle efficacité en alliant à la fois une égalité de traitement des différents bénéficiaires des aides et une véritable appropriation locale des dispositifs définis au niveau national et qui peuvent faire l'objet d'adaptations.
 
Plan de Développement Rural National
4/103 
Dès lors, le choix fait par la France sur la base de ces lignes directrices, est fondée sur la simplicité et l’efficacité : -élaboration d’un Plan de Développement Rural dont la configuration est liée à celle du CTE, de la plupart des mesures 5 a actuelles, de la mise en œuvre nationale de la stratégie forestière communautaire et du soutien communautaire à apporter dans les zones rurales hors objectif 1 et 2. -Une programmation régionale limitée aux seules zones d’objectif 2 et de soutien transitoire d’objectif 2, dont l’avantage est de permettre une articulation avec le FEDER et le FSE dans ces zones, une limitation de la demande financière en faveur des zones rurales hors objectif 1 et 2 et une pression corrélative sur le zonage d’objectif 2 pour une meilleure prise en compte des zones rurales. Compte tenu de ces différents objectifs, la configuration du plan de développement rural français est liée à celle du CTE qui est un dispositif national, déconcentré aux niveaux régional et départemental. Certaines mesures, actuellement programmées et gérées au niveau national, sont à poursuivre hors les régions d’objectif n° 1. Il s’agit des mesures c, e, g et i. La mesure e devenant une mesure d’accompagnement, comme les mesures d, f et h, elle est dorénavant à programmer sur tout le territoire, y compris pour les régions d’objectif n° 1 ; sa programmation nationale est par ailleurs positive par rapport au cadre réglementaire (modulation, nouveau plafond), sans que cette programmation soit exclusive d’éventuelles adaptations régionales. En outre, la stratégie forestière communautaire repose sur la mise en oeuvre d'une politique nationale dans le cadre de la résolution du Conseil des 14 et 15 décembre 1998. ”. Sa mise en œuvre au sein du PDR sera articulée avec les spécificités de chaque région sur la base des “ orientations régionales forestières Une modulation des taux d’aide sera appliquée dans les zones relevant de l’objectif 2 et des zones de soutien transitoire. S’agissant de la programmation en zone d’objectif 1, chacun des 4 DOM et les 2 régions en soutien transitoire (Corse et Hainaut) élaboreront un DOCUP soutenu par le FEDER, le FSE, la section orientation du FEOGA et l’IFOP. La programmation des 4 mesures d’accompagnement, cofinancées par la section garantie du FEOGA est contenue dans le PDR national en raison de la démarche générale du CTE, de la souplesse utile pour le soutien aux zones défavorisées et de l’affectation à prévoir à partir de l’exercice 2001 du produit de la modulation.
Planification : synthèse
PDR National CTE - volet socio-économique = a (investissements pour partie), b (installations progressives), d (aide à la transmission), h (boisement de terres agricoles - investissement), i2 (forêt paysanne pour partie), j (amélioration des terres pour partie), m (commercialisation de produits de qualité -porteurs de projets collectifs), p (diversification pour partie) - volet environnemental et territorial = f (agroenvironnement pour une grande part), i7 (coupe-feux pour partie), o (patrimoine rural, pour partie), q (gestion de la ressource en eau), t (protection de l'environnement et bien être des animaux, approche individuelle) L’incorporation d’un certain nombre de mesures de l’article 33 au sein du CTE est justifiée par le caractère même de ce nouvel outil qui vise à intégrer dans un même contrat les actions que peut conduire l’agriculteur au titre de la multifonctionnalité de l’agriculture et donc au delà de la seule fonction productive. Permettre l’insertion de ces mesures dans le CTE n’est pas un frein à leur utilisation dans les DOCUP puisqu’elles y sont également programmées mais dans d’autres conditions : les moyens financiers réservés aux DOCUP sont loin d’être négligeables puisqu’ils représentent 720 MF par an en moyenne, à comparer aux 1,100 milliard programmés annuellement sur la période 94-99 dont il faut déduire toutes les actions forestières et les soutiens strictement individuels aux exploitants désormais programmés au niveau national.
 
Plan de Développement Rural National
5/103 
filière forêt-bois : h1 et h2 (boisement de terres agricoles), i1 à i7  de la politique structurelle agricole poursuite a (investissements), b (installation), c : (formation - accompagnement du CTE), d (préretraite), e (ICHN), f (agroenvironnement pour partie) appui aux investissements agro-alimentaires stratégiques : g Natura 2000 Intégration aux DOCUP d'objectif 2 et soutien transitoire
g (appui aux investissements agro-alimentaires de niveau régional)  jv (ensemble des mesures de l'article à  en tenant compte de la partie relevant du 33, niveau national) Suite aux tempêtes de la fin de l’année 1999, la programmation de la mesure u au seul niveau des DOCUP ne paraît pas à ce stade poser de problème particulier ; les régions qui le souhaitent peuvent utiliser cette mesure sur laquelle crédits nationaux et régionaux peuvent appeler un cofinancement du FEOGA. S’agissant d’investissements chez les agriculteurs à prévoir suite à cette catastrophe, la mesure a du PDRN est accessible et paraît suffisante à ce stade.
Intégration aux DOCUP d'objectif 1 et soutien transitoire
toutes mesures sauf d, e, f, h intégrées au PDR national. * *                        * Ainsi, les vingt-deux mesures du RDR peuvent être réparties en 3 catégories : - celles qui sont exclusivement programmées dans le PDRN : mesures a, b, c, d, e, f, h et i - celles qui peuvent être utilisées exclusivement dans le DOCUP : mesures l, n, r, s, u, et v - celles qui, utilisées dans le PDRN, peuvent aussi être programmées dans les DOCUP : g, j, k, m, n, o, p, q, et t. Pour ces mesures d’utilisation conjointe, les actions mises en œuvre dans les DOCUP sont distinctes de celles du PDRN. Les mesures retenues au titre des CTE sont soulignées. Ainsi, le financement d'actions relevant d'une seule démarche individuelle à l'échelle de l'exploitation agricole ne sera pas possible au niveau des DOCUP ; en revanche, on peut y prévoir le financement d'actions agricoles et de développement rural relevant de démarches collectives contribuant au développement territorial. * *                        * L'articulation et la complémentarité entre le PDRN et les DOCUP de l'objectif 2 a été précisée par le biais de deux circulaires jointes en annexe G ; l'une en provenance du ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement, l'autre en provenance du ministère de l'agriculture. Pour chacune des mesures dont la programmation est prévue à la fois aux niveaux national et régional, la ligne de partage est précisée entre les deux et notamment pour ce qui concerne le secteur agricole. Au niveau du PDRN sont pris en compte les investissements strictement individuels tandis qu'au niveau des DOCUP ils ne pourront être soutenus que dès l'instant qu’ils s'insèrent dans une démarche collective effective et concrétisée par une charte, une convention ou autre dispositif. C'est d'ailleurs dans ce sens que les projets de DOCUP ont été rédigés. De façon à assurer la cohérence de l'ensemble de ces interventions et éviter l'éligibilité d'une action sur un même territoire en faveur d'un même bénéficiaire au départ de deux programmes distincts, deux dispositifs fondamentaux sont prévus : 1) une mise en cohérence des programmations à travers des comités de suivi mis en place tant aux niveaux national que régional. Au niveau régional plus précisément, une coordination du suivi pour la mise en œuvre du PDRN et des DOCUP sera établie par les mêmes partenaires. 2) un système de suivi et de contrôle de l'ensemble des aides au niveau de l'exploitation.
 
Plan de Développement Rural National
6/103 
5. Description quantifiée de la situation actuelle
5.1. Description quantifiée de la situation actuelle
Introduction
L'importance des mobilités de la population et l'évolution démographique tendent à estomper progressivement en France la distinction traditionnelle entre le rural et l'urbain. Le développement des zones rurales doit donc désormais mieux tirer parti des complémentarités entre villes et campagnes, et s'alimenter davantage de la valorisation des ressources spécifiques des territoires ruraux, en réponse notamment à la demande urbaine. C'est ce que la description de la situation actuelle de l'espace rural et des enjeux principaux de son développement entend illustrer. Cette description quantifiée de la situation actuelle est réalisée à l'échelle du territoire national métropolitain. Elle considérera les atouts, disparités, lacunes et potentialités du développement de l'espace rural, tels qu'ils peuvent être actuellement appréhendés. La description abordera successivement la situation globale du milieu rural, puis plus spécifiquement celle des secteurs de l'agriculture, de la sylviculture et des activités industrielles qui leur sont liées, afin de souligner les principaux enjeux de développement. Ces secteurs occupent en effet une place évolutive mais déterminante dans l'économie et la gestion de ce territoire, dont l'approche globale du milieu rural rendra compte, et qu'il s'agira dans les prochaines années de consolider ou renforcer. Mais surtout, leur évolution se fait en France sous le signe d'une valorisation accrue des différentes potentialités des espaces ruraux, de leurs produits et des services qu'ils rendent à la société, en réponse à ses attentes et notamment dans le cadre de partenariats entre les différents acteurs du développement rural.
L'approche globale du milieu rural portera sur quelques aspects qui permettent d'en aborder les différentes dimensions, économique, sociale et environnementale : - la situation démographique, - les activités, emplois, ressources humaines et services du milieu rural, - la richesse et la diversité des espaces et paysages ruraux, - la situation environnementale, en particulier au plan des ressources naturelles et de la biodiversité. Les descriptions plus spécifiques de la situation de l'agriculture et des industries agro-alimentaires puis de la filière forêt-bois permettront de préciser les enjeux à la base de la stratégie de mise en œuvre nationale du Règlement de Développement Rural, développée dans le chapitre suivant.
5.1.1. Approche globale du milieu rural français
5.1.1.1. Démographie : des situations contrastées, entre développement et fragilisation
5.1.1.1.1. Etat actuel
5.1.1.1.1.1. Situation générale du peuplement en France
La situation du peuplement en France a longtemps présenté un contraste entre une forte expansion de l'agglomération parisienne et des grandes villes, et une tendance au dépeuplement du monde rural. La situation actuelle, marquée par la mobilité accrue des populations entre différentes parties du territoire, reste nettement dessinée par ce contraste mais il importe de le nuancer. La situation spécifique des départements d'outre-mer sera traitée au point 5.1.4.
 
Plan de Développement Rural National
 7/103
En tendance longue, le processus d'urbanisation a entraîné une diminution de moitié de la proportion de ruraux dans la population totale, d'environ 40 % en 1954 à environ 20 % en 1999. Au cours des dernières décennies, et jusqu'en 1990, l'effectif de la population rurale était resté relativement stable, autour de 13 millions d'habitants, tandis qu'augmentaient les populations urbaine et totale, mais il a diminué depuis, au moins dans certaines parties du rural. Tableau : Evolution des peuplements urbains et ruraux (France métropolitaine)
 1968 Population totale ( %) 49.780 (100 %) Population rurale ( %) 13.468  (27,0 %)  Dont rural isolé ( %) 5.590 (11,2 %) Population des 7.253 ménages agricoles ( %) (14,6 %)
1975 52.655 (100 %) 13.169 (25,0 %) 5.314 (10,1 %) 5.884 (11,2 %)
1982 54.580 (100 %) 13.259 (24,3 %) 5.189 (9,5 %) 4.735 (8,7 %)
1990 56.615 (100 %) 13.376 (23,6 %) 5.062 (8,9 %) 3.737 (6,6 %)
(milliers) source : recensements de population
Afin de mieux appréhender la situation d'un peuplement de plus en plus marqué par une interpénétration entre les espaces ruraux et urbains, l’INSEE a conçu en 1996 un nouveau "zonage en aires urbaines" (ZAU) fondé sur une approche plus restrictive de la ville et de l’espace périurbain. Les "pôles urbains" sont les 361 unités les plus importantes (offrant au moins 5 000 emplois). Les "communes périurbaines" comptent 40 % au moins de leur population travaillant dans les pôles urbains ou dans d’autres communes périurbaines sous influence de ces pôles. Selon ce découpage, l’espace français "à dominante urbaine" (pôles urbains et communes urbaines) regroupe 13.300 communes et près de 80 % de la population totale en 1999. L’espace "à dominante rurale" rassemble 23.300 communes où vivent 13 millions d’habitants, répartis entre des espaces "sous faible influence urbaine", des "pôles ruraux", la "périphérie des pôles ruraux", et enfin des "espaces ruraux isolés". Ce dispositif statistique permet de constater des évolutions démographiques distinctes des différents ensembles spatiaux de l'espace à dominante rurale. - les espaces ruraux sous faible influence urbaine, qui représentent, comme les "communes périurbaines", environ 24 % du territoire national et 5 millions d'habitants dont une partie récemment venue des pôles urbains. Les agriculteurs et retraités y sont relativement plus nombreux que dans les "communes périurbaines" plus proches du pôle urbain, - les pôles ruraux et leur périphérie, petites unités de 2 à 5000 emplois, dispersées sur l'ensemble du territoire, comptent plus d'emplois que d'actifs résidents. Ils exercent une certaine attraction et une structuration de l'espace de leur périphérie. Ils aident au maintien des activités (notamment tertiaires) et de la population. Ces pôles et leur périphérie représentent environ 3 millions d'habitants. - l'espace rural isolé représente 37 % du territoire national et 10.900 communes, et connaît, avec environ 5 millions d'habitants et une densité de 25 hab/km2, une situation démographique défavorable qui s'exprime par : - une faible natalité, - un vieillissement de la population, qu'accélère le départ des jeunes ruraux vers la ville (études et recherche d'emploi), - un dépeuplement progressif, conduisant potentiellement à une désertification humaine. Les agriculteurs et forestiers sont présents dans l'espace rural isolé en plus forte proportion que dans les autres espaces. (cf. Annexe 1 : "zonage en aires urbaines et complément de l'espace rural")
 
Plan de Développement Rural National
 8/103
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.