Rapport annuel 2008 de l'Institut de veille sanitaire

De
Publié par

Etablissement public créé par la loi du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et au contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l'homme, l'InVS présente son rapport 2008. Le rapport fait tout d'abord le point sur les maladies infectieuses émergentes. Il revient ensuite sur les deux aspects de l'alerte que sont la surveillance spécifique (pathologies très identifiées et très surveillées) et non spécifique (risques liés à des expositions environnementales ou professionnelles encore mal connues ou peu investiguées au plan scientifique). Le rapport s'arrête sur la surveillance épidémiologique en matière de risques professionnels ainsi que sur les conséquences des modifications de l'environnement sur la santé des populations humaines. Après s'être penché sur sa mission de surveillance des maladies chroniques, des traumatismes (cancers, maladies cardio-vasculaires, diabète, maladies rares, etc.) et des maladies infectieuses, l'InVS aborde la question de sa coopération avec ses homologues étrangers et son action en région.
Publié le : mercredi 1 juillet 2009
Lecture(s) : 2
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/094000304-rapport-annuel-2008-de-l-institut-de-veille-sanitaire
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins

Institut de veille sanitaire

9GVVUXZ GTT[KR Sommaire
Éditorial
1998-2008 : 10 ans de veille sanitaire ................................. 5

01

Action nationale
L‘InVS au cœur du dispositif de sécurité sanitaire
et du réseau national de santé publique .............................. 1502





Action régionale
Les Cellules interrégionales d’épidémiologie : un dispositif
ancré au cœur du territoire ........................................ 5503
















Action européenne et internationale
Mondialisation des actions de surveillance, d’alerte et de prévention ..........11504


Annexes ........................................................ 12905
!Sq?]HS\H[PVUL[SHZ\Y]LPSSHUJLKLZYPZX\LZ:HU[?L[[YH]HPSKqVYPNPULWYVMLZZPVUULSSL 4HSHKPLZJOYVUPX\LZL[[YH\TH[PZTLZ!SqVIZLY]H[PVUJVU[PU\L3PTV\ZPU7VP[V\*OHYLU[LZ7H`ZKLSH3VPYL9?\UPVU4H`V[[L9O?UL(SWLZ:\K3q0U=:H\QV\YKqO\P!SHZ\Y]LPSSHUJLUVU?SqOL\YLK\IPSHU4PKP7`Y?U?LZ 8\H[YLTPZZPVUZH\ZLY]PJLKLSH]LPSSLZHUP[HPYL -*VVYKVUU?LZKLZ*LSS\SLZPU[LYY?NPVUHSLZKq?WPK?TPVSVNPL!HTIP[PVUZL[WLYZWLJ[P]LZ3q,\YVWLL[SH7Y?ZPKLUJLMYHU?HPZLKLSq<UPVUL\YVW?LUUL:HU[?L[LU]PYVUULTLU[ ?SLKL-YHUJL?YHU?VPZL>3HUN\LKVJ9V\ZZPSSVU (X\P[HPULLILY3q0U=:KLKLTHPU5VYK(\]LYNUL 6\LZ[4H\YPJL.PYV\KWY?ZPKLU[K\*VUZLPSKqHKTPUPZ[YH[PVUKLSq0U=:=LPSSLZHUP[HPYLPU[LYUH[PVUHSLL[[YVWPJHSLK?[LJ[LYHSLY[LYL[ZLWY?WHYLY?[V\[LJYPZLZHUP[HPYLPU[LYU4HSHKPLZPUMLJ[PL\ZLZZV\ZZ\Y]LPSSHUJL*LU[YL*LU[YL,Z[Z,Z[ZW?JPMPX\L+?[LJ[LYKLUV\]LSSLZTLUHJLZZHUP[HPYLZY!SHZ\Y]LPSSHUJLZ\YJPUXMYVU[ZTHQL\/H\[L5VYTHUKPL!KPYLJ[YPJLN?U?YHSLKLSq0U=:H[PVUHSL


(U[PSSLZ.\`HUL
KLZ(U[PSSLZ.\`HUL -VJ\Z !WYLTP?YLZ1V\YU?LZPU[LYY?NPVUHSLZKL]LPSSLZHUP[HPYL
KLZH[[LPU[LZJOYVUPX\LZL[[YH\TH[PX\LZ


Institut de veille sanitaire
À la mémoire de Vincent Pierre,
coordonnateur de la Cellule interrégionale d’épidémiologie Réunion-Mayotte
Institut de veille sanitaire — Rapport annuel 2008 / p. 1
9GVVUXZ GTT[KR 2008 a été l’année des 10 ans de l’Institut de veille préparent à mettre en œuvre. Le séminaire sur la veille
sanitaire (InVS). Cet anniversaire a permis de faire le syndromique a permis pour la première fois de comparer
bilan de progrès considérables réalisés en 10 ans, et les expériences dans différents pays européens et de poser
surtout des très nombreux résultats produits au service les bases d’évolutions communes et de mises en réseau
de la santé publique. Surtout, cette année aura été une de ces systèmes, destinés à voir émerger les menaces
année de consolidation, de développement et de prépa- tous azimuts”.
ration aux crises de demain.
L’efficacité de la lutte contre les menaces sanitaires de
C’est l’extension de la veille non spécifique” ou syndro- demain dépend de cette capacité de mettre en réseau et
mique à la majorité des grandes régions françaises, en de coordonner nos actions de surveillance en Europe et
particulier pour ce qui est de la surveillance des recours dans le monde. Au-delà de la Présidence française, c’est
aux urgences, avec aujourd’hui plus de 120 services une volonté constante, qui s’exprime dans de multiples
d’urgence connectés. C’est aussi l’énorme travail réalisé travaux, par exemple dans la participation active de
depuis 2 ans sur les systèmes d’information. L’Institut l’InVS aux projets de coordination européenne comme
est ainsi engagé dans la modernisation indispensable Anamort sur la comparabilité des données de mortalité,
de ses outils de veille, de surveillance et de communi- projet achevé en 2008.
cation.
En France, l’InVS a continué à agir sur tous les fronts,
Au cours du second semestre, la participation active de des méningites en Seine-Maritime à la surveillance des
l’InVS à la Présidence française de l’Union européenne populations exposées aux sites pollués, de la mise en
lui a permis de dynamiser les réflexions et les actions place de la grande cohorte Coset sur la santé au travail
dans les domaines les plus sensibles de la veille sanitaire. à l’étude Entred sur le diabète, ce sont plusieurs centai-
Le colloque sur la biosurveillance a été l’opportunité de nes d’études et d’investigations qui ont été initiées ou
faire le point sur les orientations et les méthodes de ces poursuivies, dans les principaux domaines de la santé
grandes études que plusieurs pays, dont la France, se publique.
p. 2 / Rapport Annuel 2008 — Institut de veille sanitaire
rrKPYLJ[YPJLN?U?YHSLKHKXKLSq0U=:-XGT?UOYK>WY?ZPKLU[K\*VUZLPSKqHKTPUPZ[YH[PVU4G[XOIK.OXU[JKLSq0U=:Éditorial
L’InVS n’a pas à s’attribuer seul le mérite de ces Surtout, l’année 2008 a montré que les menaces que
résultats. Ils sont dans leur grande majorité le fruit l’on croit connaître et maîtriser ne le sont jamais :
de partenariats et de collaborations très actifs. Tout la nouvelle croissance des infections sexuellement
d’abord avec les professionnels de santé, les établis- transmissibles, la longue litanie des toxi-infections
sements hospitaliers et les laboratoires. Ce sont aussi alimentaires collectives et des sites pollués, ou la
des collaborations interinstitutionnelles dans les résurgence de l’épidémie de rougeole liée à une baisse
grands projets nationaux ou européens. 2008 a vu de la couverture vaccinale, montrent que ces phénomènes
se développer ces collaborations et partenariats, que bénins en apparence, au moins sur le plan populationnel,
ce soit avec les organismes de recherche, les caisses sont autant de drames humains en puissance qui
d’assurance maladie ou les autres agences de sécurité demandent à chacun autant de vigilance et de
sanitaire, avec lesquelles les actions sont parfaitement travail de surveillance et d’évaluation.
complémentaires et les interventions, notamment
pour les études et investigations, de mieux en mieux Pour répondre aux défis des grandes crises comme à
coordonnées. ceux de ces menaces torpides et résurgentes, l’InVS se
doit de continuer sans répit à moderniser ses systèmes
L’InVS a continué à se préparer aux crises majeures et il de surveillance et étendre ses réseaux, que ce soit avec
a renforcé sa veille internationale, par exemple autour les professionnels de santé, les laboratoires, les établis-
des grands rassemblements de population. sements hospitaliers ou les autres agences de sécurité
sanitaire, dont les actions sont très complémentaires.
Il a surtout maintenu une vigilance particulière sur les
menaces émergentes comme les arboviroses, et par- Un des éléments fondamentaux de l’extension de ses
ticulièrement l’épidémie de dengue dont on connaît capacités de réponse au service de la santé publique
le rythme de croissance régulier au travers du monde, et sera le développement et la consolidation des Cellules
le risque de pandémie grippale, dont nous savons qu’il interrégionales d’épidémiologie dans le cadre des futu-
ne diminue pas. res Agences régionales de la santé.
Institut de veille sanitaire — Rapport annuel 2008 / p. 31998-2008: 10 ans de veille sanitaire01
+P_ HUZ HWY?Z SqHKVW[PVU KL SH SVP YLSH[P]L H\ YLUMVYJLTLU[ KL SH ]LPSSL ZHUP[HPYL L[ K\
KLSqHPYK?WPZ[HNLKLZJHUJLYZiL[?SqVJJHZPVUKLJYPZLZZHU P[HPYLZ:YHZJOPR\UN\U`H
Institut de veille sanitaire — Rapport annuel 2008 / p. 5
-UI[YUP]LH\KPZWVZP[PMVTWS?TLU[HYP[?WYPUJPWH\_JLU[HPULZSLZUP]LH\WHYTPZ?J\YP[?SHMPN\YLHJ[PMSq0U=:JVUZ[Y\P[LNYPWWHSLiSHWHUK?TPLHNLUJLZ?]LU[\LSSLL[\ULNY?JL?P[?WY?WHYH[PVUWS\ZPL\YZgJLZqLZ[qH\NY?JLUH[PVUHSK?JPKL\YZ?L[J?KLZVYPLU[H[PVUKLSqZHUP[HPYL?H\JVU[YPI\?ZVUVU[?X\PWYV_PTKq?[\KLZKLZSVJH\_WVSP[PX\LZ?KLZHJ[L\YZKLSH]LPSSLZHUP[HPYLLU-YHUJLY?NPVUHS
Z YPZX\LZ PUMLJ[PL\_ WVSS\[PVU W\ISPX\LZ ? SH MVPZ Z\Y SL SVUN [LYTL WY?]LU[PVU K\ =0/ L[ KL
Z ? KPZWVZP[PVU WHY Sq0U=: (]LJ \UL L_WLY[PZL ZJPLU[PMPX\L ZV\[LU\L WHY SLZ V\[PSZ KL ]LPSSL TP
\YUHISL 3qLMMPJPLUJL KL Z?J\YP[? ZHUP[HPYL HWWHYH?[ H\QV\YKqO\P JVTTL \U TVK?SL PUJVU[V
TL MYHU?HPZ SL KL KPZWVZP[PM JVU[Y?SL KL SH Z?J\YP[? ZHUP[HPYL KLZ WYVK\P[Z KLZ[PU?Z ? SqOVTDurant cette période, l’InVS a également su tirer les leçons
des crises qu’il a vécues. Ainsi, l’épisode dramatique de
la canicule de 2003 a montré combien les dispositifs de
Suite aux différentes crises sanitaires survenues au cours surveillance alors disponibles, certes performants dans
des années 1980-90 (sang contaminé, "vache folle", hor- le cadre de risques connus, n’étaient pas efficaces pour
mones de croissance, amiante), la nécessité de développer détecter les événements inattendus. C’est pourquoi, depuis
et de mettre en place une structure transversale chargée 2004, l’InVS s’est engagé à développer un système de sur-
®de la surveillance de l’état de santé de la population avec, veillance syndromique (SurSaUD ), c’est-à-dire non spécifi-
de surcroît, une vocation de détection des menaces sani- que de pathologies connues. Celui-ci est, à l’heure actuelle,
taires et d’alerte, est apparue comme une évidence. l’un des plus complets en Europe et dans le monde.
Les bases d’un tel dispositif avaient d’ailleurs été posées L’InVS complète ce maillage territorial par une présence
dès 1992, avec la création du Réseau national de santé forte en régions grâce aux Cellules interrégionales d’épi-
publique (RNSP). Ce dernier a en effet introduit en France démiologie (Cire). Enfin, son activité ne pourrait être
les concepts et les méthodes de l’épidémiologie d’appui à pensée sans des liens opérationnels quotidiens et forts
l’intervention sur le modèle des CDC américains. Il a, par avec les autres agences sanitaires chargées notamment
ailleurs, pressenti la mondialisation des urgences de santé de l’évaluation des risques dans un ou des champs spé-
publique et, par conséquent, la pertinence de structurer la cifiques.
veille internationale. Ces principes ont fondé l’actuel InVS.
Enfin, dans un environnement mondialisé où le risque
épidémique tend à se globaliser, l’InVS a inscrit la coo-
<T\GYZKX?YKG[TGZOUTGR pération européenne et internationale dans le champ de
KZOTZKXTGZOUTGRVU[X[TKX?GIZO\OZ? la surveillance, de la vigilance et de l’alerte sanitaires,
UVZOSGRK comme une de ses priorités. Il a ainsi développé des par-
tenariats très forts avec le Centre européen de prévention
La distance parcourue depuis le RNSP est considéra- et de contrôle des maladies (European Centre for Disease
ble. L’InVS apparaît aujourd’hui comme l’un des élé- Prevention and Control – ECDC) et avec l’Organisation
ments clés du dispositif de veille sanitaire français. Ces mondiale de la santé (OMS). Il participe également à de
dix années d’expérience ont tout d’abord montré que la nombreux programmes européens, contribue au Réseau
veille sanitaire ne pouvait s’exercer à travers un seul et global d’alerte et de réponse aux épidémies (GOARN) et
unique établissement public, mais devait s’appuyer sur fournit un appui technique à des pays tiers.
un ensemble de partenaires, organisés dans une même
démarche. Convaincu de cette nécessité dès sa mise en Aujourd’hui, l’InVS rend opérationnelle une veille sanitai-
place, l’InVS a travaillé à constituer un large réseau basé re dont l’objectif est de rassembler et d’évaluer toutes les
sur des partenariats dynamiques avec les professionnels informations relatives à la santé de la population, d’as-
de santé, les établissements de santé et laboratoires, surer la détection et l’évaluation des menaces sanitaires,
et qui couvre aujourd’hui l’ensemble du territoire et du connues ou émergentes, et déployer les orientations des
champ de la santé publique. politiques de santé publique et de sécurité sanitaire.
p. 6 / Rapport Annuel 2008 — Institut de veille sanitaire
JKRp?ZGZJKYGTZ?JKRGVUV[RGZOUT<TU[ZORZXGTY\KXYGRJKY[X\KORRGTIKZT?RpNK[XKJ[HORGT
WHYSq0U=:
WHYJV\Y\ JOLTPU SL LZ\YLY KL L[ TLU?LZ HJ[PVUZ KLZ IPSHU \U KYLZZLY KL SqVJJHZPVU ?[? H
P[?Z ZJPLU[PMPX\LZ *L[ HUUP]LYZHPYL )HJOLSV[5HYX\PU TPUPZ[YL JOHYN?L KL SH :HU[? L[ KL WLYZVUUHS
WH\_ WHY[LUHPYLZ KL 4TL 9VZLS`UL SqLUZLTISL KL ZLZ WLYZVUULSZ HJ[\LSZ L[ HUJPLUZ KL ZLZ WYPUJP
LZKP_HUZ LUWY?ZLUJL KL 3LQ\PU Sq0UZ[P[\[ KL]LPSSL ZHUP[HPYL 0U=: M?[?H0201
-XGT?UOY +GHOY , méde-
cin épidémiologiste et
professeur à l’Institut de
santé publique, épidémio-
logie et développement de
l’Université Victor Segalen
à Bordeaux, achèvera cou-
rant 2009 son deuxième
mandat en tant que prési-
dent du Conseil scientifique de l’InVS. Il dresse un bilan de
ses six années passées à la présidence de ce Conseil.
de nous situer dans une planification à moyen et à long
terme, en aidant l’InVS à réfléchir à l’organisation de ses
Le Conseil scientifique est une instance dont le rôle est d’aider actions futures au-delà de la gestion des crises et de ses
la direction générale et les départements de l’InVS à définir activités planifiées.
et à construire leur politique scientifique. À ce titre, il émet
des avis et formule des recommandations. Contrairement au
Conseil d’administration, notre Conseil n’est pas une instance
décisionnaire, mais uniquement consultative. Nous nous réu-
nissons entre trois et quatre fois par an, soit parce que nous
proposons à la direction générale d’examiner une activité pré- Incontestablement, l’InVS a démontré par son organisa-
cise de l’Institut, soit parce que la direction générale ou le tion et par la diversification de ses champs d’observation,
Conseil d’administration souhaitent nous voir émettre un avis de surveillance et d’alerte qu’il dispose, aujourd’hui, d’une
sur une action particulière, ou encore, pour être consultés lors expertise solide recouvrant l’ensemble des problématiques
d’une saisine de l’InVS par son ministère de tutelle. Nous avons prioritaires relatives à la santé des Français. Une des prin-
par ailleurs mis en place, depuis un peu plus de deux ans, une cipales évolutions de ces dernières années a été la mise en
revue systématique des principaux programmes de chaque place d’un système de surveillance syndromique, c’est-à-dire
département: nous examinons comment ils travaillent, quels non spécifique de telle ou telle pathologie, mais qui permet
sont leurs grands axes prioritaires, comment ils sont abordés, désormais de détecter avec un bon niveau de confiance
afin d’aiguiller les équipes de l’Institut dans une réflexion pros- les alertes sanitaires, par définition inattendues, et ainsi
pective de leurs champs d’activité particuliers. Nous apportons d’anticiper beaucoup de menaces. Un autre point très positif
ainsi à l’InVS un regard extérieur sur son organisation, ses choix concerne la régionalisation de l’action de l’InVS au travers
d’actions prioritaires et ses résultats, pour l’aider à développer du dispositif des Cellules interrégionales d’épidémiologie.
un dispositif complet et cohérent de veille sanitaire et répondre Cet échelon régional permet à l’Institut de bénéficier d’un
au mieux aux missions qui lui sont confiées. véritable ancrage loco-régional de l’alerte sanitaire. Enfin,
conscient de l’importance d’avoir une vision mondiale des
problèmes de santé publique pour la réalisation de ses mis-
U[Y G\K` VX?YOJ? VKTJGTZ YO^ GTY RK *UTYKOR sions, l’InVS est parvenu à développer un important réseau
partenarial en Europe et à l’international.
En six ans, j’ai eu la chance et l’honneur d’accompagner Le Conseil scientifique continuera à encourager l’InVS à ren-
l’InVS et de prendre la mesure de son évolution dans le pay- forcer les champs dans lesquels il est engagé, champs qui
sage sanitaire français. Il est vraiment devenu la vigie de la reflètent les grandes thématiques pour lesquelles la veille
santé de la population française. Historiquement très centré sanitaire est aujourd’hui indispensable. L’Institut doit porter
sur les maladies infectieuses, l’InVS a su progressivement une attention particulière à la délimitation précise de son
élargir ses champs de compétence et ses activités, jusqu’à, domaine de compétence, afin qu’il y ait complémentarité
aujourd’hui, couvrir l’ensemble des grandes problématiques avec les travaux réalisés par les autres acteurs de la veille
de santé publique comme l’a voulu la loi de sécurité sanitaire. sanitaire. Pour cela, il devra de plus en plus travailler en
Je me réjouis d’avoir vu l’InVS gérer de manière très utile et partenariat avec les autres agences de sécurité sanitaire, les
très pertinente les différentes crises et problèmes sanitaires instituts de recherche et les établissements universitaires,
auxquels ses équipes ont dû faire face pendant ces années, et ainsi se positionner dans une fonction de coordination,
comme la canicule de 2003, le Sras, la préparation à une de tête de réseau. L’InVS a véritablement la possibilité de
éventuelle pandémie de grippe, le chikungunya… Notre rôle devenir le centre de gravité de l’observation des questions de
a consisté dans ces circonstances à accompagner l’Institut en santé humaine en France, en fédérant l’ensemble des acteurs
sollicitant de la part de ses équipes des retours d’expériences, du réseau de santé publique. L’InVS est bien le coordinateur
afin d’analyser rétrospectivement l’événement et, surtout, la du dispositif français de veille sanitaire dans notre pays, et
manière dont il avait été traité. Nous avons également essayé je suis sûr qu’il continuera à le faire au mieux.
Institut de veille sanitaire — Rapport Annuel 2008 — Institut de veille sanitaire / Rapport annuel 2008 / p. 7p. 7
=&JKRp0T=:J&YIOKTZOLOW[KW[KRHORGTKTZOXK`\U[Y=&
Interview
KZW[KRRKYVKXYVKIZO\KYVU[XRG\KORRKYGTOZGOXK
IOJ? G\KI RKY JO^ GTY K Rp0T=: 8[KRRKY ?\UR[ZOUTY
UZXK VX?YOJKTIK J[ *UTYKOR YIOKTZOLOW[K G IU?T
8[KRRKY YUTZ RKY SOYYOUTY J[ *UTYKOR YIOKTZOLOW[K
VXUYVKIZO\Kr
KZGOJKX?[TKX?LRK^OUT
JKYXKIUSSGTJGZOUTY
K^Z?XOK[XVU[X?TUTIKX
q(VVUXZKX[TXKMGXJDans le cadre de ses missions, il participe également à
l’action européenne et internationale de la France,
notamment par des collaborations avec des réseaux inter-
L’InVS a en charge la surveillance et l’observation per- nationaux de santé publique dédiés à la surveillance et à
manentes de l’état de santé de la population. Pour cela, l’alerte sanitaires.
il participe au recueil et au traitement des données sur l’état
de santé de la population à des fins épidémiologiques, en
s’appuyant notamment sur des correspondants publics et
privés qui constituent le réseau national de santé publique.
Il met en oeuvre la veille et la vigilance sanitaires. À ce Les missions de l’InVS s’appliquent à l’ensemble des
titre, il rassemble, analyse et actualise les connaissances domaines de la santé publique parmi lesquels :
sur les risques sanitaires, leurs causes et leur évolution.
Il détecte aussi de manière prospective les facteurs de - les maladies infectieuses : infection par le VIH,
risque susceptibles de modifier ou d’altérer la santé de virus des hépatites B et C, infections sexuellement
la population ou de certaines de ses composantes, de transmissibles, tuberculose, risques infectieux d’origine
manière soudaine ou diffuse. Enfin, il étudie et répertorie, alimentaire, zoonoses, maladies évitables par la
pour chaque type de risque, les populations les plus fra- vaccination, infections nosocomiales et résistance aux
giles ou menacées. antibiotiques, infections respiratoires, grippe saisonnière
Il est responsable de l’alerte sanitaire. Dans ce cadre, il et grippe pandémique, arboviroses, maladies tropicales
doit informer sans délai le ministre chargé de la Santé en cas et risques d’importation ;
de menace pour la santé de la population ou de certaines
de ses composantes, quelle qu’en soit l’origine, et lui recom- - les effets de l’environnement sur la santé :
mander toute mesure ou action appropriée pour prévenir la risques liés à la pollution de l’air, aux expositions aux
réalisation ou atténuer l’impact de cette menace. polluants chimiques, aux rayonnements ionisants,
Enfin, l’InVS apporte une contribution à la gestion des risques hydriques, nuisances physiques, risques liés aux
situations de crise sanitaire, en proposant aux pouvoirs variations climatiques... ;
publics toute mesure ou action nécessaire.
p. 8 / Rapport Annuel 2008 — Institut de veille sanitaire
JKYGTZ?V[HROW[K+KYSOYYOUTYGJGVZ?KYG[^KTPK[^<TINGSVJpGIZOUTZXGTY\KXYGR3p0T=:G[PU[XJpN[OHL
?TLYNLU[Z
ZZHUP[HPYLZY?JLU[LZL[SLZYPZX\LZ K?MPZY?]?S?ZWHYSLZJYPZL K\LZHMPUKLY?WVUKYLH\_UV\]LH\_
]\ ZLZ TPZZPVUZ JVTWS?[?LZ L[ ?[LU SVP K\ HV?[ Z\Y SH WVSP[PX\L KL ZHU[? W\ISPX\L Sq0U=:
ZHU[?W\ISPX\LSHKL +LW\PZZ SH Z\Y]LPSSHUJLKL ]PNPSHUJLKLKqHSLY[LL[KVTHPULKHUZ[V\ZSLZ
KLSH:HU[?0SY?\UP[SLZTPZZPVUZ ?[HISPZZLTLU[W\ISPJWSHJ?ZV\ZSH[\[LSSLK\TPUPZ[?YLJOHYN?
[P[\[ KL ]LPSSL ZHUP[HPYL 0U=: LZ[ \U KL SH Z?J\YP[? ZHUP[HPYL KLZ WYVK\P[Z KLZ[PU?Z ? SqOVTTL Sq0UZ
JVU[Y?SLH\[ Q\PSSL[ YLSH[P]LYLUMVYJLTLU[H\ ]LPSSLSHKLZHUP[HPYL K\SVP*Y??SHZ\P[L?
LY

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.