Rapport d'information déposé (...) par la commission des affaires sociales en conclusion des travaux de la mission sur la santé mentale et l'avenir de la psychiatrie : rapport d'étape

De
Publié par

Créée par la commission des affaires sociales le 7 novembre 2012, la mission d'information sur la santé mentale et l'avenir de la psychiatrie présente son rapport d'étape. Pour la première partie de ses travaux, la mission a choisi de se consacrer plus spécifiquement aux soins sans consentement, en évaluant les effets d'une décision rendue par le Conseil constitutionnel en avril 2012. Saisi par le Conseil d'Etat d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) - la quatrième en matière de soins psychiatriques sous contrainte en moins de deux ans - posée par le Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), le Conseil constitutionnel, dans sa décision n° 2012-235 QPC, a déclaré contraires à la Constitution deux dispositions du code de la santé publique : issues de la loi de 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge, elles concernent le régime dérogatoire applicable à la sortie des personnes ayant séjourné en unité pour malades difficiles (UMD) ou déclarées pénalement irresponsables.
Publié le : mercredi 1 mai 2013
Lecture(s) : 20
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/134000373-rapport-d-information-depose-par-la-commission-des-affaires-sociales-en
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 93
Voir plus Voir moins
 N° 1085 ______   ASSEMBLÉE   NATIONALE  CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE
 Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 29 mai 2013.    RAPPORT IOATN INDRMFO   DÉPOSÉ  en application de l’article 145 du Règlement    PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES   en conclusion des travaux de la mission sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie : rapport d’étape    ET PRÉSENTÉ PARM. DENYSROBILIARD,  Député.  ___    
— 3 —    SOMMAIRE ___   
Pages  
AVERTISSEMENT........................................ ..................................................................  7
INTRODUCTION.................................... ..........................................................................  9
I.- LA DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL DU 20 AVRIL 2012 RELATIVE AUX SOINS PSYCHIATRIQUES SANS CONSENTEMENT ...............................................  13 A. LE DISPOSITIF DE LA DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.... ................  13 1. Le juge des libertés et de la détention et la mainlevée des soins sans consentement (II de l’article L. 3211-12 du code de la santé publique).......   13
2. Le représentant de l’État et le prononcé de la fin des soins sans consentement (article L. 3213-8 du code de la santé publique)............. ......  14 B. LA PORTÉE DE LA DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL.................... .....  15 1. Les personnes séjournant ou ayant séjourné en unité pour malades difficiles (UMD).......... .........................................................................................  15
2. Les personnes déclarées pénalement irresponsables...................................   16 C. LES CONSÉQUENCES DE LA DÉCISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL... ........  17 1. L’intervention du législateur est-elle nécessaire ?.................................. ........  17 a) La dangerosité psychiatrique des malades concernés...................................... .  17 b) Les conséquences de l’abrogation des dispositions déclarées contraires à la Constitution........ .........................................................................................  19 c) Les dispositions indirectement visées par la décision du Conseil constitutionnel....................................................................................... ..........  20
2. Quel peut être l’apport du législateur ?.................................................... ........  20 a) Le renforcement des garanties légales encadrant l’admission dans une unité pour malades difficiles (UMD)...... ..........................................................  20
b) Le renforcement des garanties légales encadrant la transmission entre l’autorité judiciaire et le préfet pour les personnes déclarées pénalement irresponsables......... ........................................................................................  21 II.- LES AUTRES QUESTIONS SOULEVÉES AU COURS DES AUDITIONS................. ...  23 A. L’ADMISSION EN SOINS SANS CONSENTEMENT................. ................................  23
1. Le champ de la contrainte................... ..............................................................  23 a) La question du maintien du principe des soins ambulatoires sans consentement................................................... ................................................  23
— 4 —
 
b) L’opportunité d’un contrôle juridictionnel des programmes de soins sans consentement........................................................................................ ...........  24 c) La question du contrôle de l’hospitalisation des mineurs..................................   25 d) Le recours à la contention et à l’isolement........................................................  26 e) Le contrôle de la privation de liberté dans le cadre de soins somatiques ou psychiatriques dispensés hors du champ psychiatrique, voire hors de l’hôpital.......................................... .................................................................  28
2. Le rôle des différents acteurs dans la décision d’admission ..........................  30 a) L’intervention du préfet............ ........................................................................  31 b) L’intervention du maire................................................................................ ....  33 c) Le rôle discret mais prépondérant du directeur d’établissement......... ...............  34 d) La possibilité pour le juge de prendre les mesures de soins sans consentement................................................................................... ................  34
3. Les dysfonctionnements du système : parcours et capacités ........................  35 a) Les difficultés de la prise en charge....... ...........................................................  35
b) La mauvaise organisation des urgences et l’orientation des malades par défaut.................................................................................................. ............  36 c) Le « tourniquet »............................................................. .................................  37 d) La « transformation » d’hospitalisations libres en hospitalisations sous contrainte.................................................................... ....................................  38
4. L’appréciation de l’état du malade........ ............................................................  38 a) La possibilité pour un médecin non psychiatre d’établir un certificat en vue d’une admission en soins sans consentement..............................................  38 b) L’insuffisance de la prise en considération des affections somatiques......... ......  39 B. L’INTERVENTION DU JUGE DES LIBERTÉS ET DE LA DÉTENTION .....................  40 1. Les questions soulevées par l’intervention du juge des libertés et de la détention............................................................................................................ .  41 a) Le rôle du juge des tutelles................ ...............................................................  41 b) Le maintien du terme de « détention » dans la dénomination du juge............... .  41
2. La difficulté d’accès au juge des libertés et de la détention.. .........................  42 a) L’exercice de leur droit de recours par les malades.......... ................................  42 b) L’établissement systématique par certains psychiatres de certificats dispensant le malade de comparaître devant le juge.........................................  44 c) La représentation du malade par un avocat..................... .................................  44
3. Les conditions d’intervention du juge des libertés et de la détention............  45
a) Le délai dont dispose le juge pour statuer..................................................... ....  45 b) La faculté pour le juge de rejeter sans tenir d’audience les « demandes répétées » de mainlevée « manifestement infondées »..................... ..................  46 c) L’obligation de communiquer au juge le bulletin n° 1 du casier judiciaire ........  47
— 5 — 
d) Le lieu de l’audience ........................................................................................  48 e) La publicité de l’audience........... ......................................................................  50 4. L’organisation judiciaire................................................................................. ....  51 a) L’inégalité des situations..................................................................................   51 b) La formation des magistrats............................................................ .................  52 C. LE SUIVI DES SOINS SANS CONSENTEMENT...................................... ................  52
1. L’exigence de certificats médicaux successifs................................................   52
a) Une charge excessive pour les psychiatres ........................................................  53
b) Une multiplicité peu protectrice pour les patients......................... ....................  53
c) L’absence de certificat actualisé en appel......................... ................................  54
2. Les difficultés liées aux sorties........ .................................................................  55 a) La suppression des sorties d’essai.......... ..........................................................  55 b) Le conditionnement des sorties autres que thérapeutiques à la mise en œuvre d’un programme de soins......................................................................   56 3. Les droits des malades.................................................................................. ....  57 a) La désignation de la personne de confiance..................................................... .  57
b) Le respect des libertés individuelles et de la dignité........................................ ..  58 c) Les commissions départementales des soins psychiatriques.................. ............  59
LISTE DES 17 PRÉCONISATIONS..................................... .........................................  63 TRAVAUX DE LA COMMISSION.......... ........................................................................  65 ANNEXES.......... ..............................................................................................................  85
ANNEXE 1 : COMPOSITION DE LA MISSION D INFORMATION. ..........................  87
ANNEXE 2 : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES........ .................................  89
ANNEXE 3 : INDEX DES SIGLES UTILISÉS............................................................ ..  93   
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.