Rapport d'information déposé (...) par la Commission des affaires sociales en conclusion des travaux de la mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale sur le fonctionnement de l'hôpital

De
Publié par

La mission s'est penchée sur le fonctionnement et l'organisation des hôpitaux publics dans le cadre de la tarification à l'activité et la perspective d'un retour à l'équilibre financier en 2012. L'étude du cas, jugé préoccupant, du Centre hospitalier intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye et de très nombreuses auditions et tables-rondes ont permis de dresser le constat de performances contrastées et de marges de progression encore substantielles dans la gestion des hôpitaux. À partir de ce bilan, la mission formule quarante-six propositions pour améliorer le pilotage des hôpitaux publics, poursuivre leur réorganisation et l'évolution de leurs activités, renforcer la performance de leurs outils comptables et informatiques, rendre plus efficients leurs achats et la gestion de leur patrimoine, clarifier leur financement et améliorer leurs rapports avec les usagers ainsi que la gestion de leur personnel.
Publié le : samedi 1 mai 2010
Lecture(s) : 15
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000554-rapport-d-information-depose-par-la-commission-des-affaires-sociales-en
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 506
Voir plus Voir moins
A
° N 2556 ______
SSEMBLÉENATIONALECONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE
Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 26 mai 2010 RAPPORTDINFORMATIONDÉPOSÉ en application de larticle 145 du Règlement PAR LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES en conclusion des travaux de lamission dévaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité socialesurle fonctionnement de lhôpitalET PRÉSENTÉ PAR M. Jean MALLOT, Député. 
 3  SOMMAIRE ___
Pages
INTRODUCTION................................................................................................................ 9 I.-LARECHERCHEDELÉQUILIBREFINANCIERDESÉTABLISSEMENTSHOSPITALIERS SUPPOSE D EN AMÉLIORER L EFFICIENCE MÉDICO-ÉCONOMIQUE................................................................................................................... 11
A. LÉVOLUTION DE LACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ EST MARQUÉE PAR LA RÉDUCTION DE LA DURÉE DES SÉJOURS ET LAUGMENTATION DE LACTIVITÉ AMBULATOIRE............................................... 11
1. Le développement de lhospitalisation ambulatoire sinscrit dans la tendance générale à la réduction de la durée des séjours hospitaliers........ 12
a) Le nombre de lits dhospitalisation complète diminue....................................... 12 b) Lhospitalisation partielle continue de se développer........................................ 12 2. Chaque année, une personne sur six est hospitalisée dans un service de médecine, chirurgie ou obstétrique............................................................. 13 a) Les établissements publics de santé représentent deux tiers de lactivité mais la place du secteur privé est importante................................................... 13
b) Plus de la moitié des séjours sont des séjours classés en médecine................... 14 c) Les cliniques représentent près de la moitié des séjours en chirurgie................ 14 d) Lhospitalisation partielle continue de se développer et le rééquilibrage entre les secteurs est amorcé............................................................................ 15 B. LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ PUBLICS ONT ÉTÉ PLACÉS SOUS LA CONTRAINTE DU RETOUR À LÉQUILIBRE FINANCIER EN 2012......................... 15 1. La dégradation de la situation financière des hôpitaux publics a été ralentie en 2008................................................................................................. 15
a) De 2004 à 2007, la situation financière des hôpitaux publics sest dégradée.......................................................................................................... 16
b) En 2007, les produits des hôpitaux publics ont augmenté plus fortement que lannée précédente, mais encore moins vite que les charges...................... 17 c) Sous limpulsion du plan Hôpital 2007, les hôpitaux publics ont réalisé des investissements importants, mais qui ont été surtout financés par lendettement................................................................................................... 18
d) 2008 marque une inversion de la tendance à la dégradation de la situation financière des hôpitaux publics : le déficit global qui représente 1 % des produits a été réduit dun cinquième, mais près de 40 % des établissements demeurent en déficit................................................................. 19
 4 
e) Les centres hospitaliers régionaux représentent 70 % du déficit........................ 20 f) Par comparaison, le résultat économique et financier des cliniques privées est resté globalement favorable, mais une clinique sur quatre déclare des pertes............................................................................................................... 23 2. Les établissements, compte tenu de lévolution de lobjectif national des dépenses dassurance maladie (ONDAM) hospitalier, sont contraints de sadapter pour améliorer leur efficience................................... 25 a) La dépense hospitalière représente 53 % de lONDAM et 3,6 % du PIB........... 25
b) Lobjectif de retour à léquilibre financier de tous les établissements hospitaliers en 2012 était déjà important......................................................... 25
c) Cet objectif sera plus difficile à atteindre si le rythme de progression de lONDAM hospitalier est plus faible................................................................ 26 d) Le vieillissement de la population pourrait entraîner une augmentation du recours aux soins hospitaliers.......................................................................... 27 C. DIVERS TRAVAUX MONTRENT DES ÉCARTS IMPORTANTS DANS LA MOBILISATION DES MOYENS ET LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ÉTABLISSEMENTS.................................................................................................. 28
1. Les disparités dans lallocation des moyens pour une même activité de soins semblent considérables.......................................................................... 28 a) Les moyens mobilisés peuvent aller du simple au triple, voire davantage.......... 28
b) Certaines activités sont très déficitaires............................................................ 29
c) Tous les établissements étudiés présentent des activités déficitaires.................. 29 2. Les écarts de productivité entre services peuvent être très importants........ 29
a) Les écarts de coûts de production des soins sont très importants...................... 29 b) Tous les établissements peuvent améliorer leur performance............................ 30 c) Les établissements et services sont confrontés à la difficulté dadapter les moyens à lactivité........................................................................................... 30
II.- AMÉLIORER LE PILOTAGE MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES ÉTABLISSEMENTS HOSPITALIERS................................................................................................................. 33 A. LE PILOTAGE STRATÉGIQUE NATIONAL DE LA PERFORMANCE HOSPITALIÈRE DEVRAIT ÊTRE PLUS AFFIRMÉ................................................... 33
1. Mettre en place une stratégie nationale de la performance médico-économique dans les établissements hospitaliers......................................... 34 a) La réorganisation de ladministration centrale vise à dépasser lhospitalo-centrisme, favoriser les coopérations et inciter à la performance..................... 34 b) Ladministration centrale doit se mobiliser sur le thème de lefficience médico-économique et définir des priorités nationales..................................... 36 c) Mieux préparer et accompagner la mise en uvre des réformes........................ 37 d) Anticiper les évolutions de lhôpital.................................................................. 38 2. Renforcer et clarifier laudit hospitalier............................................................. 38
a) Clarifier lorganisation de laudit hospitalier................................................... 38
 5 
b) Diffuser les référentiels de bonne pratique organisationnelle............................ 42
c) Instituer une obligation daudit périodique des établissements hospitaliers....... 43
B. METTRE EN PLACE LES NOUVEAUX INSTRUMENTS DU PILOTAGE RÉGIONAL DE LEFFICIENCE MÉDICO-ÉCONOMIQUE......................................... 43
1. Les agences régionales de santé doivent être fortement mobilisées sur le thème de lefficience...................................................................................... 44 a) Lorganisation des agences régionales de santé doit clairement traduire la priorité donnée à lamélioration de lefficience médico-économique................ 44 b) Les agences régionales de santé doivent saffirmer dans leur rôle dappui-conseil des établissements hospitaliers............................................................. 45
2. Les agences régionales de santé doivent assurer un suivi précis des établissements................................................................................................... 46
a) Les agences régionales de santé doivent alimenter le dialogue de gestion avec les établissements.................................................................................... 46 b) Les agences régionales de santé doivent donner la priorité au redressement des établissements en déficit....................................................... 46
III.- GÉNÉRALISER LES BONNES PRATIQUES D ORGANISATION DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ........................................................................................ 49
A. VEILLER À LA QUALITÉ DE LADMINISTRATION DES ÉTABLISSEMENTS ET À LEFFICIENCE MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES PÔLES DACTIVITÉ..................... 49 1. Accorder un intérêt accru à la qualité de ladministration des établissements................................................................................................... 49 a) Les directeurs détablissements publics de santé disposent de pouvoirs très larges dorganisation et de gestion.................................................................. 49 b) Mieux former et sélectionner les équipes de direction des établissements hospitaliers...................................................................................................... 51 c) Veiller aux conditions douverture effective du corps des directeurs dhôpital.......................................................................................................... 52
d) Renforcer la formation dadaptation au poste................................................... 53
e) Veiller au bon usage de lintéressement aux résultats....................................... 54 2. Mieux associer la communauté médicale au pilotage médico-économique et appuyer la mise en place des pôles dactivité...................... 55 a) Mieux impliquer la communauté médicale dans la définition du projet médical et la gestion des établissements........................................................... 55
b) Poursuivre la mise en place des pôles en veillant à la mise en place de la délégation de gestion....................................................................................... 57 3. Généraliser la mise en place des instruments de pilotage et de gestion...... 61
a) Généraliser une comptabilité analytique performante permettant de mesurer les coûts de production....................................................................... 61 b) Généraliser la mesure de la performance et mettre en place des tableaux de bord............................................................................................................ 64
 6
c) Mettre à niveau et rendre interopérables les systèmes dinformation hospitaliers...................................................................................................... 65
d) Inciter les établissements et les pôles à réaliser des audits de performance financiers et de processus................................................................................ 67 e) Préparer la certification des comptes des établissements de santé..................... 68 B. INCITER AUX RÉORGANISATIONS FAVORABLES À LA QUALITÉ DES SOINS ET À LAMÉLIORATION DE LEFFICIENCE................................................. 68
1. Tirer réellement les conséquences des audits de performance.................... 69 a) Veiller à lapplication des conclusions des audits............................................. 69
b) Assurer le suivi des préconisations................................................................... 69 2. Optimiser la permanence des soins et des urgences..................................... 70 a) Soulager les urgences hospitalières grâce à la réorganisation territoriale de la permanence des soins en médecine ambulatoire...................................... 70 b) Veiller à lutilisation du levier financier redonné aux agences régionales de santé pour organiser la permanence des soins hospitalière......................... 71 c) Améliorer la prise en charge des usagers aux urgences.................................... 71 3. Améliorer la gestion des capacités................................................................... 72 a) Lapplication des bonnes pratiques organisationnelles pourrait permettre de gagner, au minimum, 10 % des journées de séjour...................................... 72 b) Lapplication des bonnes pratiques organisationnelles permet daméliorer la prise en charge des usagers......................................................................... 74 4. Accélérer le développement de la chirurgie ambulatoire et améliorer la gestion des blocs opératoires........................................................................... 75 a) Rattraper le retard en chirurgie ambulatoire.................................................... 75
b) Améliorer la gestion des blocs opératoires....................................................... 78
5. Maîtriser les dépenses de médicaments, dimagerie et dexamens biologiques......................................................................................................... 79
a) Éviter la surprescription en mettant en place des référentiels........................... 79 b) Regrouper les équipements de biologie et dimagerie....................................... 80 6. Veiller à la pertinence des séjours et des actes et renforcer le contrôle de la qualité et de la sécurité des soins........................................................... 81
a) Veiller à la pertinence des séjours et des actes.................................................. 81
b) Assurer la qualité des soins.............................................................................. 82 7. Améliorer les politiques dachats et garantir la sécurité juridique des marchés publics passés par les établissements publics de santé................ 85 a) Recourir davantage aux groupements dachats................................................. 85
b) Fiabiliser les achats......................................................................................... 86 c) Mutualiser les fonctions supports...................................................................... 87
 7 
C. SIMPLIFIER LE PARCOURS DU PATIENT ET ASSURER LE RECOUVREMENT DES RECETTES........................................................................ 87 1. Faciliter le parcours de lusager........................................................................ 87 a) Simplifier le parcours de lusager dans létablissement hospitalier................... 87 b) Mieux simpliquer dans la prise en charge en amont et en aval de lhôpital...... 88
c) Développer la télémédecine.............................................................................. 89 2. Favoriser le développement de lhospitalisation à domicile........................... 90 a) Lhospitalisation à domicile constitue une alternative à lhospitalisation complète.......................................................................................................... 90 b) Le nombre de places en hospitalisation à domicile est en augmentation sensible............................................................................................................ 91
c) Loffre de soins dhospitalisation à domicile reste inégalement répartie sur le territoire...................................................................................................... 92
d) Lhospitalisation à domicile doit encore être développée.................................. 92 3. Fiabiliser la chaîne de facturation-recouvrement............................................ 92 a) Favoriser le recouvrement direct des consultations externes............................. 93 b) Expérimenter la facturation directe avant de décider sa mise en oeuvre........... 94
IV.- CLARIFIER LE FINANCEMENT DES ÉTABLISSEMENTS ET AMÉLIORER LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES...................................................................... 97 A. ADAPTER LE MODE DE FINANCEMENT ET MODERNISER LE PATRIMOINE HOSPITALIER.......................................................................................................... 97
1. La tarification à lactivité ne garantit pas lefficience....................................... 97 a) Depuis lannée dapplication des tarifs de séjours au taux de 100 %, le déficit des établissements hospitaliers à, de fait, tendance à diminuer.............. 97
b) Le système de financement nest pas encore stabilisé........................................ 97 c) Le nouveau mécanisme de financement ne garantit pas lefficience................... 99 d) Le nouveau dispositif ne garantit pas laccessibilité géographique des soins................................................................................................................ 100
2. Renforcer léquité du système de financement pour en faire un levier defficience médico-économique...................................................................... 101 a) Veiller à léquité des financements................................................................... 101
b) Veiller à la juste couverture des coûts par les tarifs.......................................... 102 c) Mieux valoriser la qualité des soins pour éviter les dérives dans lutilisation de la tarification à lactivité.......................................................... 103
d) La question de léventuelle convergence des tarifs des secteurs privé et public reste posée............................................................................................ 104 e) Le travail de clarification des dotations au titre des missions dintérêt général doit être poursuivi............................................................................... 107 f) Veiller à la bonne utilisation des aides à la contractualisation.......................... 108
 8 
g) Mieux valoriser la prise en charge sociale, éducative voire psychologique des patients à lhôpital et dans leur parcours de soins.............. 109 h) Améliorer la visibilité budgétaire des établissements........................................ 109
i) Préparer les prochaines étapes......................................................................... 110 3. Moderniser le patrimoine hospitalier et améliorer sa gestion......................... 111 a) Moderniser le patrimoine hospitalier................................................................ 111 b) Améliorer la gestion du patrimoine hospitalier................................................. 113
B. AMÉLIORER LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES ET ANTICIPER LE RENOUVELLEMENT DU PERSONNEL HOSPITALIER...................................... 114 1. Améliorer la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.......... 115 a) Depuis 1980 les personnels hospitaliers ont augmenté dun peu plus dun tiers................................................................................................................. 115 b) Les praticiens hospitaliers occupent une place importante dans les établissements de santé publics........................................................................ 116 c) Renforcer la gestion prévisionnelle des emplois hospitaliers et des compétences.................................................................................................... 118 2. Renforcer lattractivité des carrières à lhôpital................................................ 120
a) Renforcer lattractivité des carrières médicales................................................ 120
b) Améliorer les carrières des personnels non médicaux....................................... 121 c) Prendre en compte lévolution des métiers, favoriser la délégation de tâches et la reconnaissance des nouvelles pratiques......................................... 123 3. Améliorer les conditions de travail des personnels hospitaliers et mieux les associer au fonctionnement des établissements...................................... 123 a) Mieux prendre en compte les difficultés des métiers pour lutter contre la souffrance au travail........................................................................................ 123 b) Mieux associer les personnels hospitaliers aux réformes.................................. 124
PRINCIPALES PROPOSITIONS................................................................................... 125 CONTRIBUTION DE MME JACQUELINE FRAYSSE POUR LES MEMBRES DU GROUPE DE LA GAUCHE DÉMOCRATE ET RÉPUBLICAINE (GDR)............ 129
TRAVAUX DE LA COMMISSION.................................................................................. 131 ANNEXES........................................................................................................................ 143 ANNEXE 1 : UN CAS GRAVE DE DÉRIVE : LE CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL DE POISSY-SAINT-GERMAIN-EN-LAYE............................................ 143 ANNEXE 2 : COMPOSITION DE LA MISSION..................................................................... 179 ANNEXE 3 : LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES....................................................... 181
ANNEXE 4 : COMPTES RENDUS DES AUDITIONS............................................................. 185
 9 
I N T R O D U C T I O N
À la demande de la commission des affaires sociales, la Mission dévaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (MECSS) sest penchée sur le fonctionnement de lhôpital public. Cette réflexion intervient à un moment particulier puisque la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de lhôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, qui concerne notamment les établissements hospitaliers, nest pas encore totalement appliquée, tous les textes devant en préciser les conditions dapplication nayant pas encore été publiés.
La MECSS qui a concentré son analyse sur les établissements hospitaliers publics a étudié les voies et moyens de nature à améliorer lorganisation et le fonctionnement interne des établissements afin daméliorer la qualité du service médical rendu aux usagers et leur efficience médico-économique. Elle na pas souhaité refaire les débats qui ont eu lieu au moment de lexamen de la loi du 21 juillet 2009 au Parlement ni anticiper sur les conséquences de cette loi, notamment sur lorganisation territoriale des soins.
Le partage et lapplication des bonnes pratiques dorganisation lui ont semblé être un levier important pour améliorer le fonctionnement interne des établissements et lefficience médico-économique.
La Mission a cherché à formuler des propositions en conciliant légalité daccès aux soins, la qualité et la sécurité des soins, dans le respect de léthique médicale et de la bientraitance des usagers, dans le cadre de leur parcours global de soins et dune organisation des prises en charge mieux coordonnée.
Les constats effectués et les propositions avancées pour contribuer à un meilleur fonctionnement de lhôpital public ont naturellement vocation à sintégrer dans une démarche plus vaste : à partir de lénoncé dune politique de santé publique, de la définition des missions attribuées à chaque acteur du système de santé et de lorganisation territoriale de la prise en charge des patients à chaque étapede la prévention aux soinsles établissements se voient fixer des objectifs sanitaires et attribuer des moyens financiers.
La MECSS a décidé de commencer ses travaux par létude approfondie du cas concret dun hôpital. Le choix sest porté sur le Centre hospitalier intercommunal de Poissy-Saint-Germain-en-Laye. Cet établissement qui est le résultat dune fusion de deux établissements a pendant plusieurs années réalisé des déficits croissants, au point dêtre placé dans une situation financière périlleuse, en raison, notamment, de réorganisations insuffisantes et dune accumulation de sérieuses défaillances de gestion (graves insuffisances des outils de pilotage, défaut de récupération de recettes, anomalies dans les procédures de marchés publics). Depuis deux ans, la nouvelle équipe dirigeante a inversé la tendance et réduit sensiblement le déficit. La MECSS a entendu les principaux acteurs du centre hospitalier ainsi que les autorités de pilotage et de contrôle pour mieux comprendre les logiques et les causes ayant conduit à cette situation, tout en ayant
 10 
conscience quelle nest pas représentative de la gestion de tous les établissements hospitaliers.
La Mission a ensuite procédé pendant plusieurs mois à laudition de la Cour des comptes et des principaux acteurs du monde hospitalier : ministre de la santé et des sports, services ministériels, agences et missions techniques, fédérations détablissements, directeurs détablissements publics et détablissements privés, syndicats des personnels de direction, des praticiens hospitaliers et des personnels non médicaux, associations représentants les usagers, Haute Autorité de santé, Caisse nationale dassurance maladie des travailleurs salariés, École des hautes études en santé publique, Inspection générale des affaires sociales et conseillers généraux des établissements de santé. Elle a également reçu des contributions qui ont alimenté sa réflexion.
Les comptes rendus de lensemble des auditions sont présentés en annexe du présent rapport.
Celui-ci tente de prendre la mesure des marges damélioration possibles de lefficience médico-économique (I) et propose de renforcer le pilotage de lefficience (II), de généraliser les bonnes pratiques dorganisation (III), de clarifier le financement des établissements et enfin daméliorer la gestion des ressources humaines (IV).
 11
I.-LARECHERCHEDELÉQUILIBREFINANCIERDESÉTABLISSEMENTSHOSPITALIERSSUPPOSEDENAMÉLIORERL EFFICIENCE MÉDICO-ÉCONOMIQUE
Les établissements de santé jouent un rôle majeur dans la réponse aux problèmes de santé des Français. Fin 2008, on dénombrait 3 040 établissements publics et privés de santé (988 entités juridiques publiques et 2 052 entités géographiques privées). Les effectifs employés sont évalués à 1,2 million de personnes soit plus dun million en équivalents temps plein. En 2010, lobjectif national des dépenses hospitalières sélève à 71,2 milliards deuros.
Limportance de la mission de lhôpital, qui est de produire un service médical afin daméliorer la santé des usagers, et le poids des moyens mobilisés justifient lintérêt porté à lamélioration du fonctionnement des établissements et à leur efficience médico-économique. Lobjectif est dassocier la recherche de la pertinence, de la qualité et de la sécurité maximum des soins à la recherche de la meilleure efficacité économique de leur production. Lamélioration de lorganisation et du fonctionnement interne des établissements doit leur permettre daméliorer lefficience médicale et la qualité du service rendu aux usagers. Cette recherche sinscrit donc dans lobjectif premier daméliorer la santé des personnes.
Mais la réalisation de cet objectif ne soppose pas à lintérêt des personnels médicaux et non médicaux. Elle nécessite, bien au contraire, dassocier étroitement lensemble des personnels dans un dialogue social permanent pour conduire les évolutions nécessaires des établissements en prenant en compte les préoccupations, les difficultés et les attentes des personnels. De ce point de vue, il faudra veiller à ce que les nouvelles dispositions issues de la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de lhôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, qui renforcent la centralisation du pouvoir dans les établissements publics de santé et dont les conséquences sur la participation de la communauté médicale aux processus de décision devront être évaluées, permettent également au dialogue social de se développer. Car lamélioration de lefficience médico-économique des établissements de santé publics et dont les conséquences sur la participation de la communauté médicale aux processus de décision devront être évaluées, dépend, en grande partie, de la qualité de ce dialogue social, de lattention portée aux personnels ainsi que de leur implication dans une démarche collective et partagée.
A. L ÉVOLUTION DE L ACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ EST   MARQUÉEPARLARÉDUCTIONDELADURÉEDESSÉJOURSETL AUGMENTATION DE L ACTIVITÉ AMBULATOIRE
Lactivité des établissements évolue en fonction des modifications des techniques médicales et des modes de prise en charge des patients. Globalement, il est estimé que le volume dactivité des établissements progresse de 1 % à 1,5 % par an. Par ailleurs, on observe que lévolution des prises en charge se traduit, à la
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.