Rapport sur la place des biotechnologies en France et en Europe

De
Constatant que la recherche n'est pas la priorité des responsables politiques français, le rapporteur s'attache, dans la première partie, à démontrer l'urgence de reconnaître en France la dimension stratégique des sciences de la vie et des biotechnologies. Il estime que les biotechnologies sont une technologie clé ayant des domaines d'intérêt variés (alimentation, environnement, santé, sécurité) et qu'elles se développent dans un contexte contraignant (concurrence internationale, encadrement réglementaire). Il donne comme illustration de la crise des biotechnologies en France et en Europe, le problème des OGM dans l'agriculture (bénéfice des OGM, risques sanitaires, enjeux économiques...). Dans la deuxième partie, il propose d'identifier les leviers essentiels d'un développement des biotechnologies en France et en Europe, insistant sur le financement de la recherche dans les secteurs publics et privés et sur la possibilité d'établir des partenariats.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000254-rapport-sur-la-place-des-biotechnologies-en-france-et-en-europe
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 436
Voir plus Voir moins

N° 2046 N° 158
___ ___
ASSEMBLÉE NATIONALE SÉNAT
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
DOUZIÈME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2004 – 2005
__________________________________ ________________________________
Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale Annexe au procès-verbal
Le 27 janvier 2005 de la séance du 27 janvier 2005
OFFICE PARLEMENTAIRE D’ÉVALUATION
DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES
________________________
RAPPORT
sur
LA PLACE DES BIOTECHNOLOGIES EN FRANCE ET EN EUROPE
Par M. Jean-Yves LE DÉAUT,
Député
_________ _________
Déposé sur le Bureau Déposé sur le Bureau du Sénat
de l’Assemblée nationale par M. Henri REVOL,
par M. Claude BIRRAUX,
Premier Vice-Président de l’Office Président de l’Office
_______________________________________________________________________- 2 -
Composition de l’Office parlementaire d’évaluation
des choix scientifiques et technologiques
Président
M. Henri REVOL
Premier Vice-Président
M. Claude BIRRAUX
Vice-Présidents
M. Claude GATIGNOL, député M. Jean-Claude ÉTIENNE, sénateur
M. Pierre LASBORDES, député M. Pierre LAFFITTE, sénateur
M. Jean-Yves LE DÉAUT, député M. Claude SAUNIER, sénateur
DÉPUTES SÉNATEURS
M. Jean BARDET M. Philippe ARNAUD
M. Christian BATAILLE M. Paul BLANC
M. Claude BIRRAUX Mme Marie-Christine BLANDIN
M. Jean-Pierre BRARD Mme Brigitte BOUT
M. Christian CABAL M. Roland COURTEAU
M. Alain CLAEYS M. Jean-Claude ÉTIENNE
M. Pierre COHEN M. Christian GAUDIN
M. Francis DELATTRE M. Pierre LAFFITTE
M. Jean-Marie DEMANGE M. Serge LAGAUCHE
M. Jean DIONIS DU SÉJOUR M. Jean-François LE GRAND
M. Jacques DOMERGUE Mme Catherine PROCACCIA
M. Jean-Pierre DOOR M. Daniel RAOUL
M. Claude GATIGNOL M. Ivan RENAR
M. Louis GUÉDON M. Henri REVOL
M. Christian KERT M. Bernard SAUGEY
M. Pierre LASBORDES M. Claude SAUNIER
M. Jean-Yves LE DÉAUT M. Bruno SIDO
M. Pierre-André PÉRISSOL M. Alain VASSELLE- 3 -
Saisine- 5 -
Table des matières
AVANT PROPOS .................................................................................................................................................9
INTRODUCTION................................................................................................................................................13
CHAPITRE 1 : L’URGENCE DE RECONNAITRE EN FRANCE LA DIMENSION STRATEGIQUE
DES SCIENCES DE LA VIE ET DES BIOTECHNOLOGIES ...................................................................17
A – LES BIOTECHNOLOGIES CONSTITUENT UNE « TECHNOLOGIE CLE »...........................................................21
1 - Les domaines d’intérêt des biotechnologies .........................................................................................21
a) Les biotechnologies, un concept équivoque ?.....................................................................................................22
b) L’alimentation ....................................................................................................................................................24
c) La santé...............................................................................................................................................................26
d) L’environnement ................................................................................................................................................30
e) La sécurité ..........................................................................................................................................................34
2 - La diffusion des biotechnologies ..........................................................................................................38
a) La « pluridisciplinarité » et la dynamique des biotechnologies ..........................................................................38
b) La diffusion des biotechnologies dans le secteur de la pharmacie......................................................................41
c) La diffusion des connaissances, « le paradoxe européen » .................................................................................46
B - LES BIOTECHNOLOGIES EMERGENT DANS UN CONTEXTE CONTRAIGNANT.................................................53
1- L’enjeu des biotechnologies dans la concurrence internationale .........................................................54
a) Concentration et sectorisation industrielles : l’exemple des semences et de la pharmacie .................................54
b) Recherche et développement, la France est en train de décrocher......................................................................58
c) Le potentiel économique des biotechnologies ....................................................................................................61
d) L’internationalisation de la recherche industrielle et la menace de délocalisations............................................66
e) L’appréciation du « risque économique » lié aux biotechnologies .....................................................................68
f) Le sort des pays émergents ou en développement...............................................................................................73
2 - L’encadrement réglementaire du développement des biotechnologies ................................................75
a) Les interdictions relevant de l’ordre juridique général : cellules souches, brevets, bases de données et protection
des animaux ............................................................................................................................................................76
b) Les réglementations relatives à la production, à la commercialisation et à la circulation de certains produits
issus des biotechnologies........................................................................................................................................86
c) L’évaluation des risques et des bénéfices ...........................................................................................................97
C – LES OGM DANS L’AGRICULTURE, UNE ILLUSTRATION DE LA CRISE DES BIOTECHNOLOGIES EN FRANCE ET
EN EUROPE ....................................................................................................................................................109
1 - La perception des Français et des Européens sur les OGM est négative...........................................109
2 - Bref historique des plantes génétiquement modifiées en France........................................................111
3 - Un débat qui s’enlise..........................................................................................................................114
4 - Les techniques de la transgénèse végétale .........................................................................................115
5 - Les bénéfices des OGM ......................................................................................................................117
a) Mieux protéger l’environnement ......................................................................................................................117
b) Améliorer la qualité sanitaire et nutritionnelle des aliments.............................................................................119
c) Les impacts économiques dans les pays du Sud : si les OGM permettaient de maîtriser les coûts de
production ?..........................................................................................................................................................122
6 - Les risques sanitaires et les incertitudes sur les OGM.......................................................................125
a) Les risques sanitaires ........................................................................................................................................125
b) Les risques environnementaux .........................................................................................................................131
7 - L’assurabilité et la responsabilité juridique liées aux risques potentiels des OGM ..........................135
8 - Les enjeux économiques des OGM.....................................................................................................136
a) Les enjeux internationaux.................................................................................................................................136
b) Les risques de domination économique des pays qui possèdent les brevets.....................................................140
c) OGM et propriété intellectuelle ........................................................................................................................142
d) Les rapports entre les pays du Nord et les Pays du Sud....................................................................................144
9 - Le droit pour le citoyen de savoir et de choisir ..................................................................................146
a) Le nécessaire étiquetage et la mise en oeuvre de la traçabilité des OGM.........................................................147
b) La guerre des seuils des contaminations fortuites d’OGM ...............................................................................151
c) La question de la coexistence des filières .........................................................................................................152- 6 -
10 - La recherche sur les plantes génétiquement modifiées est indispensable ........................................154
a) Les expérimentations en plein champ sont-elles nécessaires ? .........................................................................154
b) Les destructions des expériences......................................................................................................................158
11 - La nécessité d’un débat fondateur en France sur les biotechnologies .............................................159
a) Le manque de courage des responsables politiques..........................................................................................159
b) Une évolution idéologique du dossier ..............................................................................................................164
c) Quel système d’autorisation en France et en Europe ........................................................................................165
12 - Conclusion........................................................................................................................................167
CHAPITRE 2 : LA NECESSITE D’IDENTIFIER LES LEVIERS ESSENTIELS D’UN
DEVELOPPEMENT DES BIOTECHNOLOGIES EN FRANCE ET EN EUROPE...............................169
A – LA QUESTION CRUCIALE DU FINANCEMENT ............................................................................................173
1 – Interventionnisme ou libéralisme ?....................................................................................................174
a) Les premiers domaines d’application des biotechnologies sont ceux où traditionnellement l’Etat s’implique.174
b) L’effort de recherche consenti dans les biotechnologies repose sur une imbrication des sphères publique et
privée....................................................................................................................................................................175
c) La visibilité d’une politique publique permet d’attirer (et de retenir) les capitaux privés.................................177
d) Le statut de l’aide publique à la recherche privée reste ambigu .......................................................................178
e) Dans le domaine des biotechnologies, les Etats européens ont initié les politiques les plus diverses en tenant
compte de leurs spécificités nationales .................................................................................................................180
2 - La situation du secteur privé et les limites rencontrées......................................................................183
a) Les dépenses de R&D des groupes industriels sont généralement comptées....................................................183
b) Le financement privé des sociétés de biotechnologies reste problématique .....................................................189
c) Les aides publiques sont nécessaires mais doivent être plus ciblées.................................................................196
d) Le financement de l’amorçage et le soutien au développement des produits issus des biotechnologies doivent
trouver prioritairement des solutions rapides........................................................................................................201
3 - La place déterminante de la recherche publique................................................................................204
a) Les biotechnologies dépendent de la recherche académique ............................................................................205
b) A travers la recherche publique, les Etats définissent des orientations stratégiques.........................................207
c) L’Union européenne a tenté de créer une dynamique sans véritablement y parvenir .......................................212
d) En France, les principales interrogations portent sur la mobilisation de fonds complémentaires et l’étendue du
champ d’intervention de la recherche publique ....................................................................................................214
B – QUE SIGNIFIE UN PARTENARIAT PUBLIC/PRIVE ?.....................................................................................219
1 - Le problème de l’organisation de l’espace : clusters et biopoles.......................................................220
a) Le phénomène cumulatif des pôles d’excellence : l’exemple de Boston ..........................................................221
b) L’impact de politiques locales adossées à une stratégie nationale : l’exemple de la Bavière ...........................223
c) Les difficultés rencontrées par certaines stratégies locales indépendantes : l’exemple de Chiba, par opposition à
Osaka ou Kobe......................................................................................................................................................225
d) L’avenir incertain des pôles transnationaux : l’exemple de BioValley.............................................................230
e) La difficile évaluation des pôles constitués : l’exemple des bilans des génopoles............................................231
f) La diversité des « profils » en biotechnologies : le cas des régions françaises..................................................238
2 - Le problème du choix des structures, des personnes et des partenaires ............................................242
a) Des structures de valorisation peu mentionnées ...............................................................................................243
b) L’importance accordée aux moyens humains...................................................................................................245
c) Des partenaires industriels introuvables ?.........................................................................................................247
3 - Le problème de la consolidation des vecteurs de valorisation ...........................................................250
a) La valorisation des brevets, le Bayh Dole Act et les difficultés rencontrées .....................................................250
b) La viabilité des supports utilisés.......................................................................................................................256
c) La valorisation du métier de chercheur.............................................................................................................260
CONCLUSION.................................................................................................................................................265
RECOMMANDATIONS................................................................................................................................269
EXAMEN DU RAPPORT PAR L’OFFICE.............................................................................................................297
COMPOSITION DU GROUPE DE TRAVAIL .........................................................................................................303
LISTE DES PERSONNES AUDITIONNEES...........................................................................................................305
AUDITION PUBLIQUE DU JEUDI 2 DECEMBRE 2004 ........................................................................................321- 7 -
ANNEXES........................................................................................................................................................413
ANNEXE 1: LA REGLEMENTATION DES BIOTECHNOLOGIES VEGETALES AUX ETATS-UNIS (PUBLICATION DE LA
MISSION ECONOMIQUE DE L’AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS).....................................................415
ANNEXE 2 : EVOLUTION DU NOMBRE DE DEMANDES D’AUTORISATION RELATIVES A DES PGM (PARTIE B DE
LA DIRECTIVE) DEPOSEES ANNUELLEMENT EN FRANCE.................................................................................431
ANNEXE 3 : LES ESSAIS SUR LES PGM EN FRANCE, EN 2004 ........................................................................433
ANNEXE 4 : LA GENESE D’UN MEDICAMENT .................................................................................................435
-------- ...........................................................................................................................................................436- 9 -
Avant propos
J’ai souhaité entreprendre ce rapport, il y a maintenant 18 mois. Après
l’âge d’or du développement des biotechnologies aux Etats-Unis ou au Japon, en
Chine aujourd’hui, des signes d’essoufflement semblent caractériser l’Europe,
mais aussi la France.
J’en ai réellement pris conscience lors de la publication du déchiffrage du
génome humain. Alors que M. Jean Weissenbach avait réussi « une première » en
décrivant, en 1992, le bornage du génome, nous n’avons, au final, déchiffré qu’un
chromosome sur 23 et cela aurait pu être pire si Mme Elizabeth Dufourcq,
Secrétaire d’Etat du gouvernement d’Alain Juppé, n’avait intuitivement compris
ce défi et confié, en 1996, à M. Jean-Marc Egly, Grand prix de l’INSERM 2004,
membre du Conseil Scientifique de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix
Scientifiques et Technologiques, la mission de replacer la France dans la
compétition sur le génome humain.
Plusieurs conversations avec M. Bernard PAU, alors Directeur des
Sciences de la Vie au CNRS, membre du comité de pilotage, ainsi qu’avec M.
Hervé Chneiweiss, conseiller technique au cabinet de M. Roger-Gérard
Schwartzenberg de 2000 à 2002, membre du Conseil Scientifique de l’Office
Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, en 2002 et
2003, ont conforté mon analyse. Il m’apparaissait nécessaire de relancer
rapidement l’innovation biopharmaceutique en France.
Ces interrogations se croisaient avec deux constats majeurs que j’avais pu
faire comme responsable politique. Elu député depuis bientôt 19 ans, scientifique
de formation, docteur ès sciences, professeur de biochimie, j’ai participé à
l’aventure de la création et de « la mise sur orbite » de l’Office Parlementaire
d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques. Cette expérience a été
passionnante, car petit à petit, nos études ont montré à la classe politique les
rapports ambigus qu’entretiennent Science et Société et l’Office Parlementaire a
contribué à apporter des réponses aux questions posées par les citoyens.
L’Office Parlementaire a ainsi souvent été sollicité pour répondre aux
préoccupations manifestées sur le clonage thérapeutique, les organismes
génétiquement modifiés, la brevetabilité du vivant, la sécurité nucléaire, les
épidémies de légionellose, d’encéphalite spongiforme, les effets toxiques des
métaux lourds, de l’amiante, l’impact des ondes électromagnétiques… Mais, ces
questions étaient le plus souvent posées en période de crise, quand le public
réclamait une réponse rapide.- 10 -
J’ai rapidement acquis la conviction que la recherche et le progrès de
la connaissance n’étaient pas la priorité des responsables politiques français.
Au delà des sarcasmes maintes fois ressassés sur la nécessité d’avoir « des
chercheurs qui trouvent », la plupart des responsables politiques français formés
« dans le même moule » et acquis à la pensée économique unique, n’ont pas
compris l’intérêt de mener une politique ambitieuse de propriété intellectuelle, de
formation « à et par la recherche », de soutien au financement des entreprises
innovantes, de contrôle des technologies clés. L’économie de demain sera
foncièrement différente, elle ne pourra être assise uniquement sur les services. La
perte des emplois industriels devra être compensée par des emplois dans les hautes
technologies, qui créeront de la richesse et qui permettront d’irriguer le tissu
économique et social.
L’exemple de l’Institut américain de la santé (les NIH) le prouve. Les
Présidents Clinton puis Bush ont décidé que ses crédits seraient doublés de 2000 à
2004, car ils voulaient asseoir la domination économique des Etats-Unis dans le
secteur clé des biotechnologies, dont dépend aujourd’hui la pharmacie. Les Etats-
Unis ont également misé sur les technologies de l’environnement, le secteur
agroalimentaire, le secteur de l’énergie et compris que la domination économique
et le contrôle des technologies clés passaient par des soutiens financiers massifs à
la R & D.
Il y a chez eux une réelle stratégie politique. Le résultat a été à la hauteur
des ambitions. L’augmentation des crédits du NIH a été de près de 4 milliards de
dollars en 2003 quand le budget total de l’INSERM (2004) plafonnait à 400
millions d’euros, soit huit fois moins que la seule augmentation des crédits du
NIH, alors que le budget total des recherches consacrées à la santé par tous les
organismes français (2002) se montent à moins de 900 millions d’euros, soit 4 fois
moins que la seule augmentation du NIH. Si l’on rajoute toutes les dépenses de
recherche et développement publiques consacrées à la santé et aux sciences de la
vie, on atteint un chiffre inférieur à 2 milliards d’euros en 2002 soit deux fois
moins que la seule augmentation du budget du NIH.
La France et l’Europe ne « jouent plus dans la même cour ». En effet, par
tête d’habitant, le NIH consacre à périmètre identique, 6 fois plus que tous les
1organismes de recherche français sur des objectifs se rapportant à la santé .
La situation européenne n’est pas meilleure que celle de la grande majorité
des Etats membres. Les crédits du programme cadre européen de recherche et de
technologie sont très largement insuffisants pour revenir dans la course au
contrôle des technologies clés.
Le financement total du PCRDT (17,5 milliards d’euros) entre 2002 et
2006 ne représente que 5 % des financements des Etats membres de l’Union. Et si
1
Source : Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.