Rapport sur nanosciences et progrès médical

De
Publié par

Le rapport étudie les nanobiotechnologies, spécialement consacrées à la médecine et à la pharmacie, estimant qu'elles vont prendre une part importante dans l'essor du progrès médical. Il donne une définition des nanosciences et des nanotechnologies, évoque la médecine du XXIème siècle, les progrès du diagnostic (mieux voir in vivo et in vitro), des soins (notamment la vectorisation des médicaments) et la compensation des déficits (neuroprothèses, ingénierie tissulaire...). Il présente les enjeux économiques, les aspects socio-culturels et socio-économiques, souhaite que les financements des pouvoirs publics soient à la hauteur de l'enjeu stratégique des nanobiotechnologies afin que les pays européens ne soient pas distancés par les Etats-Unis et le Japon et que les aspects éthiques soient pris en compte.
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/044000233-rapport-sur-nanosciences-et-progres-medical
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 300
Voir plus Voir moins

- 1 -
N° 1 588 N° 293
ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 SESSION ORDINAIRE DE 2003-2004
DOUZIÈME LÉGISLATURE
Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale Annexe au procès verbal de la séance
le 6 mai 2004 du 6 mai 2004
O F F I C E P A R L E M E N T A I R E D ' É V A L U A T I O N
D E S C H O I X S C I E N T I F I Q U E S E T
T E C H N O L O G I Q U E S
RAPPORT
sur
« Nanosciences et progrès médical »
par MM. Jean-Louis LORRAIN et Daniel RAOUL,
Sénateurs
Déposé sur le Bureau de l'Assemblée nationale Déposé sur le Bureau du Sénat
par M. Claude BIRRAUX par M. Henri REVOL
Président de l'Office Premier Vice-Président de l'Office- 2 -
Créé par la loi du 8 juillet 1983, l’Office parlementaire
d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, composé de
députés et de sénateurs, a pour mission d’informer le Parlement sur
les conséquences de ses choix à caractère scientifique ou
technologique.
Les saisines, transmises par un des organes des deux
assemblées, sont confiées à un rapporteur choisi parmi les membres
de l’Office.
Celui-ci, après avoir procédé à des auditions et à des
missions sur place et à la consultation d’experts, rend un rapport qui
est soumis à l’approbation de l’ensemble des membres de l’Office,
qui décident de sa publication.
Organisme exclusivement parlementaire, l’Office est
totalement indépendant du Gouvernement et des administrations.- 3 -
S O M M A I R E
Pages
INTRODUCTION .................................................................................................................... 5
INTRODUCTION .................................................................................................................... 8
PREMIER CHAPITRE.......................................................................................................... 10
NANOSCIENCES ET NANOTECHNOLOGIES.................................................................. 10
Quelques éléments de définition ............................................................................................ 10
DEUXIEME CHAPITRE....................................................................................................... 24
NANOSCIENCES ET MEDECINE DU XXIEME SIECLE ................................................. 24
Les progrès du diagnostic, des soins et de la compensation des déficits ............................... 24
I. LA CONVERGENCE DES NANOSCIENCES ET DES SCIENCES DU VIVANT .......... 24
II. LES OBJECTIFS DES NANOBIOTECHNOLOGIES..................................................... 28
III. MIEUX VOIR POUR AMELIORER LE DIAGNOSTIC ............................................... 29
A. MIEUX VOIR IN VIVO...................................................................................................... 29
B. MIEUX VOIR IN VITRO : BIOPUCES A ADN, PROTEINES, CELLULES ....................... 32
IV. MIEUX SOIGNER........................................................................................................... 37
A. LA VECTORISATION DES MEDICAMENTS ................................................................... 37
B. L’ACTIVATION DES NANOPARTICULES DES MEDICAMENTS ANTI-
CANCEREUX .................................................................................................................... 50
C. LES NANOPARTICULES A BASE DE FER (INJECTEES PUIS CHAUFFEES) ................ 50
V. COMPENSER LES DEFICITS ACQUIS OU CONGENITAUX ..................................... 51
A. LES NEUROPROTHESES.................................................................................................. 51
B. L’INGENIERIE TISSULAIRE ............................................................................................ 52
TROISIEME CHAPITRE...................................................................................................... 56
Ni angélisme, ni catastrophisme............................................................................................. 56
I. LES ENJEUX ECONOMIQUES........................................................................................ 56- 4 -
A. LA FRANCE ET L’EUROPE .............................................................................................. 60
B. PAYS ETRANGERS HORS ETATS-UNIS ET JAPON ....................................................... 74
C. JAPON ET ETATS-UNIS.................................................................................................... 76
II. LES ASPECTS SOCIO–CULTURELS Quels sont les risques potentiels des
nanotechnologies ? ............................................................................................................ 84
A. LA DISSEMINATION DES NANOPARTICULES DANS LE CORPS HUMAIN ET
L’ENVIRONNEMENT....................................................................................................... 84
B. LA GREY GOO OU LES DANGERS D’AUTOREPLICATIONS DES NANOROBOTS ..... 90
C. LES MODALITES D’UTILISATION DES NANOTECHNOLOGIES ?............................... 92
III. LES ASPECTS SOCIO-ECONOMIQUES...................................................................... 96
A. LA MULTIPLICITE DES DONNEES RECUEILLIES ........................................................ 96
B. UNE MEDECINE A PLUSIEURS VITESSES ? .................................................................. 97
C. POURRA-T-ON EN FRANCE AVOIR RECOURS AUX
NANOBIOTECHNOLOGIES ? .......................................................................................... 98
QUATRIEME CHAPITRE : RECOMMANDATIONS ET CONCLUSIONS .................... 102
Décider aujourd’hui pour être prêts demain....................................................................... 102
I. LA RECHERCHE ............................................................................................................ 103
A. LES RECHERCHES SCIENTIFIQUES............................................................................. 103
B. LES STRUCTURES DE RECHERCHE............................................................................. 104
C. RECHERCHE ET ECONOMIE ......................................................................................... 107
II. LES ASPECTS SOCIO-CULTURELS ET ETHIQUES................................................. 108
A. ORGANISER UNE INFORMATION LARGE ET EN AMONT, CIBLEE EN
FONCTION DES PUBLICS ............................................................................................. 108
B. ACQUERIR ET DIFFUSER DES MAINTENANT DES CONNAISSANCES AU
SUJET DES RISQUES EVENTUELS QUE PRESENTERAIENT LES
NANOTECHNOLOGIES.................................................................................................. 109
C. DES REGLES D’ETHIQUE SONT INDISPENSABLES ................................................... 111
III. ASPECTS SOCIO-ECONOMIQUES............................................................................ 111
A. DES NORMES INTERNATIONALES .............................................................................. 111
B. LA BREVETABILITE ...................................................................................................... 112
C. LA PREPARATION D’UN «TISSU » ............................................................................... 112- 5 -
D. PREVOIR DES ETUDES DANS DES DOMAINES TRES DIVERS ................................. 114
EXAMEN DU RAPPORT PAR L’OFFICE......................................................................... 116
ANNEXES ............................................................................................................................ 128
ANNEXE 1 ........................................................................................................................... 130
ACTES DU COLLOQUE DU 6 FEVRIER 2004 ................................................................. 130
P A R M . A L A I N C I R O U , C O N S U L T A N T
S C I E N T I F I Q U E A E U R O P E 1 .................................................................... 130
PREMIERE TABLE RONDE : L’ETAT DES RECHERCHES .............................. 132
PREMIERE TABLE RONDE ................................................................................................. 154
L’ETAT DES RECHERCHES ............................................................................................... 154
INTRODUCTION DE ............................................................................................................. 154
JEAN-MARC GROGNET ...................................................................................................... 154
JEAN-PAUL DURAND ......................................................................................................... 154
ELIAS FATTAL .................................................................................................................... 154
DAVID HULMES ................................................................................................................... 154
DEUXIEME TABLE RONDE ................................................................................................. 198
LES ENJEUX ECONOMIQUES ............................................................................................ 198
INTRODUCTION DE ............................................................................................................. 198
RENZO TOMELLINI ............................................................................................................. 198
MARC CUZIN ....................................................................................................................... 198
PASCAL BOULON ............................................................................................................... 198
BERNARD DAUGERAS ....................................................................................................... 198
TROISIEME TABLE RONDE ................................................................................................ 236- 6 -
LES CONSEQUENCES SOCIALES ..................................................................................... 236
INTRODUCTION DE ............................................................................................................. 236
JEAN-LOUIS LORRAIN ....................................................................................................... 236
CHRISTIANE SINDING ........................................................................................................ 236
DOUGLAS PARR ................................................................................................................. 236
LOUIS LAURENT ................................................................................................................. 236
BERTRAND FOURCADE ..................................................................................................... 236
LAURENT CHICOINEAU...................................................................................................... 236
ANNEXE 2 PERSONNALITES ENTENDUES A L’OCCASION D’AUDITIONS A
L’OFFICE OU COLLOQUES............................................................................................. 288
ANNEXE 3 ........................................................................................................................... 290
MISSION BESANÇON ........................................................................................................ 290
ANNEXE 4 ........................................................................................................................... 292
MISSION EFFECTUEE EN AMERIQUE DU NORD ........................................................ 292
ANNEXE 5 ........................................................................................................................... 296
MISSION GRENOBLE........................................................................................................ 296
ANNEXE 6 ........................................................................................................................... 298
LES NANOBIOTECHNOLOGIES...................................................................................... 298
SCIENCES PHYSIQUES N° 4 – JUIN 2003 ....................................................................... 298
AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS ............................................................... 298
MISSION SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE......................................................... 298- 7 -- 8 -
INTRODUCTION
Le 29 octobre 2002, le Bureau du Sénat a saisi l’Office Parlementaire
d’évaluation des choix scientifiques et technologiques d’une demande d’étude
sur le thème « Nanosciences et progrès médical ».
Par le présent rapport, nous avons tenté de répondre à cette demande
qui nous avait paru particulièrement avisée car les nanotechnologies en
général vont prendre un essor considérable au cours des prochaines années et
tout au long de la première moitié du XXIème siècle.
Les nanobiotechnologies, spécialement consacrées à la médecine et à
la pharmacie prendront une part importante dans les progrès que l’on peut
attendre. Ces progrès se situeront dans trois domaines :
- le diagnostic (mieux voir in vivo et in vitro),
- les soins (notamment la vectorisation des médicaments),
- la compensation des déficits (neuroprothèse, ingénierie tissulaire…).
Nous avons essayé de présenter de façon « pédagogique » ces
nouvelles techniques qui sont encore peu connues du grand public et qui ne
sont pas toutes sorties du champ de la recherche.
Nous avons également donné des axes de réflexion pour que les
décideurs politiques aient une attitude de soutien, mais aussi un souci de
responsabilité et d’éthique en matière d’utilisation des nanotechnologies qui
vont avoir des répercussions économiques et sociales considérables.- 9 -- 10 -
PREMIER CHAPITRE
NANOSCIENCES ET NANOTECHNOLOGIES
Quelques éléments de définition
Les nanosciences regroupent l’ensemble des recherches ayant
pour objectif la synthèse et l’étude de nano-objets doués de propriétés
spécifiques que celles-ci soient physiques, chimiques ou biologiques.
Les nanosciences par construction s’intéressent à des objets physiques
de taille de l’ordre de grandeur. Le nanomètre vaut un milliardième de mètre
(10-9m). On qualifie de nanométrique des objets dont la taille sera comprise
entre une centaine de nm et quelques nanomètres.
Pour fixer les idées, on se trouve dans la zone de taille
immédiatement supérieure à celle des atomes ou des molécules qui constituent
la matière qu’elle soit vivante ou inerte. Typiquement, un atome a une taille de
l’ordre du dixième de nanomètre (en moyenne 0,3 nm). Dans un nanomètre on
aligne donc environ trois atomes et, dans une sphère de 2 ou 3 nanomètres, on
place environ un millier d’atomes.
Un objet nanométrique sera donc constitué d’un petit nombre
d’atomes ou molécules. On peut considérer que l’ambition des nanosciences
sera de fabriquer, caractériser et manipuler les objets les plus petits que
l’homme puisse concevoir. Les objets « classiques » macroscopiques sont
constitués d’un nombre impressionnant de molécules ou atomes. A titre
pédagogique, on peut calculer le nombre de molécules qui existent dans un
litre d’eau. On, tombe sur une valeur proche de 300 10+23 soit largement
supérieure au milliard de milliard de milliard de molécules !!! Si l’on alignait
les molécules consistant ce litre d’eau, on trouverait une distance supérieure à
10+13 km soit de l’ordre de grandeur d’une année lumière.
Il convient toutefois de remarquer que ces objets nanométriques n’ont
de sens qu’insérés ou parties d’objets plus grands (de la taille du micromètre)
eux-mêmes inclus dans des dispositifs manipulables à l’échelle humaine. C’est
pourquoi bien souvent le vocable de nanoscience ou de nanotechnologie

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.