Découvrir le coloriste

Réaliser une bande dessinée n’est pas simple. Il faut plusieurs compétences et donc plusieurs métiers pour intervenir sur un seul ouvrage. Parfois, il s’agit d’un même homme, mais il peut aussi avoir deux, voire trois ou quatre personnes qui vont travailler pour la création d’un album, ce sont donc des créateurs de BD. Parmi celles-ci, nous nous intéressons ici au coloriste.

Mais quel est son rôle ?

Comme son nom l’indique, un coloriste de BD va réaliser la mise en couleur des bandes dessinées, car ce n’est pas toujours le dessinateur qui va se charger de cette mission. Son travail n’est pas si simple que cela, car il va devoir choisir les bonnes couleurs, les appliquer sur les traits laisser par le dessinateur et conserver les couleurs tout du long pour apporter une continuité chromatique à l’ensemble. En général, le coloriste va aussi s’occuper de la lumière et des ombres en fonction du scénario.

Alors qu’il était autrefois dénigré en étant simplement considéré comme un sous-traitant par les éditeurs, les coloristes de bandes dessinées ont réussi à obtenir une reconnaissance à partir des années 1990. Aujourd’hui, ils sont même considérés parfois comme des auteurs et figurent donc sur les couvertures de certains albums, au même titre que les dessinateurs qui vont réaliser les graphismes ou les scénaristes qui vont créer l’histoire, tout simplement, car la couleur est un élément essentiel de la BD et qu’elle aide à sa lecture, sa compréhension.

Même si le coloriste de bédés est devenu quelqu’un d’important, il n’est pas toujours obligé d’en avoir un dans une BD. Effectivement, certains dessinateurs font le métier de coloriste. Il peut aussi avoir des auteurs complets qui vont s’occuper de tout faire eux-mêmes, du texte au dessin, en passant par le coloriage.

Comment travaille-t-il ?

Depuis maintenant quelques années ou décennies, le métier de coloriste de bandes dessinées a bien évolué grâce au progrès et de la technologie et surtout du dessin sur ordinateur. Effectivement, la majorité des coloristes travaillent maintenant directement sur informatique, avec des outils très performants qui permettent d’arriver à des résultats quasiment similaires au coloriage à l’aquarelle ou la gouache.

Cette numérisation facilite aussi le travail de l’éditeur qui reçoit les fichiers en numérique et il n’a plus qu’à les mettre en forme pour les imprimer ou bien les vendre en version ebook.

Pour bien mettre en couleur un album, il est nécessaire de rester cohérent, d’avoir les bonnes couleurs pour les bons personnages et pour les bons lieux. Elles vont aussi varier selon l’histoire et le moment de la journée ou la saison. Il est aussi important de s’imprégner de l’histoire de la bédé et si c’est une série d’essayer de garder une mise en couleur similaire à celle d’avant.

Il existe soit des coloristes indépendants, soit des studios qui disposent d'équipes pour ses missions.

Plus d’infos, sur le sujet sur www.benbk.com/coloriste-bd-cest-quoi/