Jo Siffert, un pilote en liberté
64 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Jo Siffert, un pilote en liberté , bd

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
64 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Jo Siffert est un pilote automobile Suisse, né le 7 juillet 1936 à Fribourg (Suisse) et mort le 24 octobre 1971 sur le circuit de Brands Hatch à Longfield (Angleterre). Issu d'un milieu modeste, il se passionne très tôt pour les sports mécaniques. Champion de Suisse de motocyclette en 1959, il dispute également plusieurs compétitions internationales en side-car avant de passer au sport automobile. En 1960, il débute en Formule Junior et devient, l'année suivante, le meilleur représentant européen de la discipline. Il accède à la Formule 1 grâce à la Scuderia Filipinetti, court ensuite sous ses propres couleurs, avant de rejoindre le Rob Walker Racing Team. Cette écurie lui permettra de remporter sa première victoire en Championnat du Monde au Grand Prix de Grande Bretagne 1968. Pilote éclectique, il dispute plusieurs saisons de Formule 2 en tant que pilote d'usine BMW et se forge un important palmarès en endurance en tant que pilote officiel Porsche. Il remporte les plus prestigieuses épreuves de la discipline comme les 12 Heures de Sebring, les 24 Heures de Daytona, les 6 Heures de Watkins Glen, les 1.000 km du Nürburgring, les 1.000 km de Monza, les 1.000 km de Spa ou la Targa Florio. Joseph Siffert est, avec 14 victoires en 41 courses, le pilote le plus titré durant la période 1968-1971 durant laquelle le championnat international des marques se disputait en catégorie Sport (5 litres) et Prototype (3 litres). Il est, avec Clay Regazzoni et Emmanuel de Graffenried, un des trois pilotes suisses à avoir remporté au moins une victoire en Formule 1. Il est considéré comme une véritable légende de la course automobile en Suisse. Quelques semaines après un deuxième succès en Championnat du monde (Grand Prix d'Autriche 1971), Joseph Siffert meurt asphyxié dans l'incendie de sa monoplace accidentée, lors de la Course de la Victoire, une épreuve de Formule 1 hors-championnat à Brands Hatch. Ses funérailles réunissent 50.000 personnes dans la ville de Fribourg.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 mai 2018
Nombre de lectures 15
EAN13 9782889521852
Langue Français
Poids de l'ouvrage 239 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0300€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

OlivierMarin
Scénario, dialogues >Olivier Marin Dessin, textes >Michel Janvier Textes >Famille Jo Siffert Couleur >Stibane
MichelJanvier
Préface
Touché parToluechviérpuasrldeevirluascdeoluarcsoeurasuetaoutmomoobbilileeà l’âge de 11 ans au GP de Suisse à Berne, Jo “ Seppi ” Siffert se jura alors de devenir pilote de course. Parti de rien et de nulle part, il consacra dès lors toute son énergie pour atteindre l’objectif de sa vie. Travaillant sans relâche pour financer la réalisation du rêve d’un enfant né pauvre, il construisit peu à peu une carrière qui allait l’amener au sommet de la F1 et de l’endurance.
Après la moto et le sidecar, il passa à la monoplace et disputa sa première course de F1 en 1962 à Bruxelles, en indépendant. Il se fit rapidement remarquer et sa victoire devant Jim Clark en 1964 à Enna (Sicile) fut le véritable point de départ de sa carrière.Pilote officiel Porsche, il domina l’endurance durant plusieurs années, et ses victoires en F1 aux GP d’Angleterre (1968) et d’Autriche (1971) lui valurent une renommée mondiale. Hélas, le 24 octobre 1971, le destin brisa le rêve de ce pilote chaleureux et simple que le public adorait bien audelà de son sport.
Chroniqueur de ses exploits, témoin de ses joies et de ses peines dès 1962, j’ai eu le privilège de partager une longue amitié complice avec Jo Siffert. La forte personnalité, le sens humain et la ténacité ont permis à ce pilote attachant de surmonter toutes les épreuves d’une vie trop brève.
Près d’un demisiècle après sa mort, c’est avec bonheur que j’ai suivi la mise en œuvre et la réalisation, par Michel Janvier (dessinateur), Olivier Marin (scénariste), et Stibane (coloriste), de la BD dédiée au plus grand pilote suisse de l’histoire !
Jacques Deschenaux
Jo Siffert et Jacques Deschenaux, amitié et complicité (GP de France 1970). >
1936 — Naissance de Jo Siffert à Fribourg, en Suisse.
1948 — Présent au Grand Prix de Suisse de Formule 1 à Berne (Suisse), il veut être lui aussi pilote « plus tard ».
1957 — Premières courses de motos.
1958 — Pilotant régulièrement des motos en course, il fait sa première course de sidecar avec Edgar Strub, pilote suisse alémanique.
1959 3 — Champion de Suisse de moto en catégorie jusqu'à 350 cm .
1960 — Premières courses de voiture au volant d’une monoplace Stanguellini.
1961 — Sur une Lotus 18, il termine premier (ex aequo avec l’anglais Tony Maggs) du Championnat d’Europe de Formule Junior. e — 3 des 1 000 km du Nürburgring sur Ferrari 330 TRC.
1962 — Engagé par la Scuderia Filipinetti, il dispute ses premières courses de Formule 1 avec une Lotus.
1963 — Départ de la Scuderia Filipinetti en cours de saison. — Premiers points en Formule 1 au Grand Prix de France. — Vainqueur du Grand Prix de Syracuse (Italie). e — 3 des 500 km de Spa au volant d'une Ferrari GTO. e — 14 du championnat du monde de Formule 1.
1964 — Il gagne le Grand Prix de Méditerranée, à Enna (Italie), devant Jim Clark, Champion du monde en titre. e — 10 du championnat du monde de Formule 1.
1965 — Seconde victoire au Grand Prix de la Méditerranée, et gagne la course de côte des Rangiers. — Première participation aux 24 Heures du Mans, sur une Maserati. Repères e — 11 du championnat du monde de Formule 1.
1966 e — Vainqueur à l'indice de performance, il termine 4 aux 24 Heures du Mans avec une Porsche officielle. — Gagne à nouveau la course de côte de StUrsanne  Les Rangiers. e — 14 au championnat du monde de Formule 1.
1967 — Il devient pilote officiel Porsche au Championnat du monde des marques. — Vainqueur à l'indice de performance aux 24 Heures du Mans, il e termine 5 de la course. e — 11 du championnat du monde de Formule 1. — Pilote officiel de BMW en Formule 2. — Auteur de cinq records du monde de distance à Monza avec une Porsche 911 R.
1968 — Vainqueur des 24 Heures de Daytona, des 12 Heures de Sébring, des 1 000 km du Nürburgring et du Grand Prix d'Autriche sur Porsche. — Remporte le Grand Prix de GrandeBretagne de Formule 1 à Brands Hatch au volant d'une Lotus 49 de l'écurie privée de Rob Walker. Il signe ainsi la première victoire d’un pilote suisse en Formule 1. — Remporte de nouveau la course de côte de StUrsanne  Les Rangiers. e — 7 du championnat du monde de Formule 1.
1969 — Il s'impose à BrandsHatch, à Monza, à Spa, au Nürburgring, à Watkins Glen et en Autriche sur Porsche 908 et 917, en Championnat du monde des constructeurs. — Champion du monde des marques avec Porsche. e — 3 au Grand Prix de Monaco et 9e au Championnat du monde de Formule 1. e — 4 au classement national de la CANAM sur Porsche 917. — Pilote officiel de BMW en Formule 2.
1970 — Vainqueur de la Targa Florio sur Porsche 908, il récidive aux 1 000 km de Spa et de Zeltweg au volant d'une Porsche 917. er — 1 à Rouen en Formule 2. — Non classé au championnat du monde de Formule 1 où il court pour la nouvelle écurie March. — Champion du monde des marques avec Porsche. — Pilote officiel de BMW en Formule 2.
1971 er — 1 aux 1 000 km de BuenosAires sur Porsche 917. — Vainqueur du Grand Prix d'Autriche de Formule 1 sur une BRM. e — 4 du championnat du monde de Formule 1. e — 4 de la CANAM sur Porsche 917. er — 1 du Grand Prix de Colombie en Formule 2.
Jo Siffert décède le 24 octobre sur le circuit de Brands Hatch lors d'une course de Formule 1 ne comptant pas pour le championnat du monde. « Il fut un héros pour la Suisse, ce qui fut prouvé lorsque cinquante mille personnes lui témoignèrent son attachement en assistant à ses funérailles, les plus imposantes que j'aie vues depuis celles de Churchill », a écrit son ancien chef d'écurie Rob Walker (préface du livre de Jacques Deschenaux,Jo Siffert, tout pour la course).
Ils furent concurrents, partenaires ou coéquipiers de Jo Siffert. Ils comptent parmi les plus grands noms de la course automobile des années soixante et soixantedix. À l'occasion de la réalisation de cet album, ces pilotes ont fait part de leurs sentiments et témoignages exclusifs à l'égard du coureur automobile suisse.
Kurt Ahrens
Pilote pour Porsche de 1968 à 1970, il était le coéquipier de Jo Siffert lors de la première victoire de la célèbre 917 en 1969 sur le circuit de Zeltweg.
Seppi était un grand modèle pour moi. Son charisme, le calme dont il faisait preuve… c'était un partenaire fiable ! En tant que pilote de course, il était le parfait professionnel ! Très rapide et persévérant… Son attitude envers le sport automobile était exemplaire. J'étais heureux de l'avoir comme ami… RIP Seppi !
Sir Jackie Stewart OBE
Triple champion du monde de Formule 1 (196919711973), vingtsept victoires en Grands Prix, il se battit avec conviction pour l'amélioration de la sécurité des pilotes.
Jo Siffert a été un grand ambassadeur pour la Suisse. Pilote très talentueux et volontaire, il était un homme généreux, aussi bien en piste que dans la vie. Adversaire redoutable, il fut aussi un très bon ami. Sa mort fut une perte tragique pour la Suisse et pour la Formule 1.
Henri Grandsire
Champion de France de Formule 3 en 1964, pilote chez Alpine en endurance, il incarna le personnage de Michel Vaillant dans la série télévisée du même nom, diffusée à partir de 1967.
Nous avons été concurrents en Formule Junior, nous remportions des courses à tour de rôle en 1961. Même si nos bagarres étaient rudes, je garde le souvenir d'un pilote très gentil et très correct, respectueux des autres, jamais de mauvais gestes en piste…
Gérard Larrousse
Double vainqueur des 24 Heures du Mans, triple vainqueur du Tour de France Automobile, il remporta également de nombreux rallyes internationaux.
J'avais deux modèles, deux idoles, dans la course automobile, Jim Clark et Jo Siffert. Ça a été un réel honneur de courir sur ses voitures en 1971. Sa perte a été pour moi un immense drame personnel…
Richard Attwood
Le pilote britannique fut l'artisan, avec l'Alle mand Hans Herrmann, de la première victoire d'une Porsche aux 24 Heures du Mans, en 1970.
Comme Jo, je faisais partie du Team Porsche, à l’époque où son coéquipier attitré était Brian Redman. Au sein de l’équipe, Jo faisait preuve d’une féroce détermination. Il cherchait tou jours à être le plus rapide. C’était un garçon absolument délicieux en dehors de la voiture, et qui changeait radicalement de personnalité une fois installé derrière le volant. Son tempé rament explosif donnait l'impression qu'il était possédé. Son seul objectif était alors d’aller le plus vite possible.
Hans Herrmann
Il démarra sa carrière en Formule 1 dans les années 50, et se tourna vers l'endurance, entre autres pour Porsche. Il était coéquipier de Richard Attwood lors de la première victoire de la marque de Stuttgart en 1970 aux 24 Heures du Mans.
Siffert, en tant que pilote, était très rapide, néanmoins très sûr. Il avait toujours une bonne vision des choses. Il conduisait avec beaucoup de cœur. En 1967 et 1968 nous avons été équipiers en endurance (15 courses ensemble ), avec de nombreux succès ! Siffert, sur le plan humain, a construit son par cours à partir de racines familiales modestes, et il a bien gagné sa vie dans le commerce de voitures d'occasion. Il avait réuni une col lection de voitures d'une très grande valeur. C'était une personne honnête, drôle et fiable. Il nous manque beaucoup !
Henri Pescarolo Pilote emblématique de sa génération, doué dans toutes les disciplines, on retiendra ses trentetrois participations aux 24 Heures du Mans qu'il remporta à quatre reprises.
C'était un des meilleurs de nous tous. Et un des plus rapides, si ce n'est le plus rapide de tous. Je garde le souvenir de nos pérégrina tions nocturnes dans les marais de Colombie en février 1971, entre deux courses. Le jour de l'accident, à Brands Hatch, j'étais là…
Dieter Quester
Titulaire d'un impressionnant palmarès en tourisme comme en endurance, le pilote autrichien a mené une très longue carrière, il était encore présent sur les circuits dans les années 2000.
Lorsqu’il était chez BMW en Formule 2, j’ai été son équipier pendant deux ans. Jo était quelqu’un dont le pilotage touchait à la perfection. Son ressenti exacerbé au volant et sa façon d’exploiter une voiture de compétition, me rappellent par certains aspects Jochen Rindt. Il avait, de surcroît, une grande compréhension technique. Dans les courses d’endurance, cette qualité faisait de lui le pilote idéal pour espérer rallier l’arrivée. C’était un partenaire très agréable, serviable et intelligent en plus d’être un homme d’une exquise politesse. Ce fut pour moi un grand honneur d’avoir pu conduire dans la même équipe que Jo.
Brian Redman
Une longue carrière alternant entre mono places et courses d'endurance caractérise ce brillant pilote qui fut le meilleur coéquipier de Jo Siffert… pour le bonheur de Porsche !
Jo a été mon ami et mon coéquipier pen dant deux formidables saisons chez Porsche. En 1969 et 70, nous avons contribué à la conquête du premier titre mondial « construc teurs » de cette écurie en gagnant huit courses. Que ce soit sur la piste ou dans la vie, Jo n’avait qu’une seule et même cadence : il était à fond ! Je le regrette et éprouve pour lui une immense tendresse.
Jacky Ickx
Six fois vainqueur au Mans, huit victoires en Championnat du monde de Formule 1, vainqueur d'un ParisDakar, l'éclectisme caractérisa son exceptionnelle carrière.
Jo… Que de beaux souvenirs d'une époque révolue ! D'un temps où les pilotes étaient considérés comme les chevaliers des temps modernes, ton histoire a été et restera une source d'ins piration pour la jeunesse. J'aime l'idée de la faire revivre à travers cette bande dessinée. Car tu as été deux fois formidable, comme homme et comme pilote ! Respect !
Vic Elford
Pilote polyvalent par excellence, Vic Elford brilla autant en rallyes qu'en circuit, dans des disciplines où il se construisit un solide palmarès.
Jo Siffert était un des plus difficiles à dépas ser… Il fut un grand concurrent, mais aussi un grand coéquipier et un grand partenaire. J'ai roulé avec lui, et contre lui. Une chose qui était toujours là, c'était son grand sourire. Et aujourd'hui, presque 50 ans ont passé, et je me souviens toujours de sa joie de vivre !
Derek Bell MBE
Un des plus grands pilotes d'endurance, cinq fois victorieux au Mans où il courut vingtsix fois. Il tourna dans le filmLe Mansau côté de Steve McQueen.
Jo Siffert a été mon premier coéquipier chez Porsche en 1971 et nous avons gagné notre première course, les 1000 km de Buenos Aires. Il était hyper rapide et un super modèle pour le jeune pilote que j’étais. Nous avons vécu beaucoup de bons moments ensemble durant notre trop brève période comme coé quipiers. Je n’oublierai jamais les 1000 km de Spa. Durant le dernier relais, j’avais reçu l’ordre de maintenir la deuxième place, mais debout sur le mur des stands au bas du pitlane, Seppi me faisait de grands signes m’enjoignant d’attaquer l’autre Porsche 917 pilotée par Pedro Rodriguez ! C’était un vrai coureur doté d'un grand sens humain.
JeanPierre Jabouille
Champion d'Europe de Formule 2 en 1976, il participe comme pilote au développement du programme de Renault en Formule 1. Il amènera en 1979 la marque française à sa première victoire, qui sera également le premier succès d'un moteur turbocompressé dans la catégorie reine.
Jo et moi avons participé aux mêmes épreuves de Formule 2, en sport prototypes aussi, et puis je l'ai retrouvé sur le tournage du filmLe Mans. Il était charmant, d'une grande gentillesse, très accessible. Le vrai gentleman driver…
Jo Siffert Lesdébuts
Parti de rien, avec rien, il a prouvé que dans le sport automobile, comme dans la vie, quiconque peut atteindre le but qu’il s’est raisonnablement fixé, s’il a la volonté, la détermination et la capacité d’y parvenir. Jo Siffert en est un exemple frappant. — Jacques Deschenaux
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents