"Réinventons le parti politique de demain"

"Réinventons le parti politique de demain"

-

Documents
5 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Europe 1 s'est procuré une note interne des Républicains destinée à Laurent Wauquiez.

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 12 octobre 2018
Nombre de visites sur la page 3 831
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Note à l’attentionde Laurent Wauquiez, Président Les Républicains REINVENTONS LE PARTI POLITIQUE DE DEMAIN Les réformes d’oƌgaŶisatioŶ et de ŵĠthodedans les Fédérations Face à une société désormais en mutation permanente (développement des nouvelles technologies, réformes institutionnelles, statut du ŵilitaŶt et de l’Ġlu…Ϳnotre organisation doitƌapideŵeŶt tƌouveƌ les ƌessoƌts d’une adaptation par la mise en place notamment d’uŶecommunication,d’une animation etd’un militantisme alliant en quelque sortel’espƌit Start-up etl’appĠteŶĐe pouƌles circuits courts (la proximité). I]ElaďoƌatioŶ d’uŶ Ŷouveau paƌti: Bâtir un nouveau système opérationnel 1) Des évolutions de fonctionnement : multiplier les actions locales pour développer et renforcer notre assise sur le plan national : LE MODELE DES CAUCUS. Constat :→ Aujouƌd’hui, oŶ Ŷe peut plus ŵoďiliseƌuniquement sur les enjeux nationaux. Ce sont les particularismes locaux qui doivent prévaloir, notamment autour des élus ayant une assise peƌsoŶŶelle loĐale ;Maiƌe, dĠputĠ, etĐ…Ϳqui soudent et mobilisent les militants sur leur teƌƌitoiƌe d’ĠleĐtioŶ. Il faut s’appuLJeƌ et Đapitaliseƌ dessus pour assoir notre implantation sur tout le territoire national. Dans de nombreux territoires, nos instances locales LR sont devenues des clubs fermés qui foŶĐtioŶŶeŶt autouƌ d’uŶ petit gƌoupe de ŵilitaŶtssouvent dépassés par la dynamique des assoĐiatioŶs de sLJŵpathisaŶts d’Ġlus loĐaudž.Ils Ŷ’oŶt plus de peƌŵaŶence et se mobilisent le plus souvent au moment des élections sur des enjeux nationaux. Cette situation entraine une démotivation des sympathisants et décourage les nouveaux adhérents qui ont le sentiment d’ġtƌe ŵoďilisĠs suƌ des thĠŵatiƋues Ƌui Ŷeles concernent pas directement. En oubliant la notion de proximité, on empêche toute opération de recrutement et de reconquête locale qui, au regard du calendrier électoral, permettra une meilleure dynamique au moment des élections présidentielle et législatives. Solutions :Le modèle des Caucus: DoŶŶeƌ plus d’autoŶoŵie à l’ĠĐheloŶlocal qui pourrait être coordonné ou organisé au niveau de la circonscription, dans une perspective de renforcement de la proximité et de dynamisation de nos instances locales. Il fautune organisation et une animation de proximité sur le modèle des caucus, qui fondent leur dynamique sur les leaders et les enjeux locaux. Ce modèle offre une meilleure souplesse et adaptabilité aux différents territoires, il pourrait êtreŵis eŶ plaĐe à l’ĠĐheloŶ de nos circonscriptions. Les élus et les cadres bien implantés organiseront régulièrement des réunions de Caucus centrées sur des thèmes très locaux. Ce qui permettra, le moment venu,d’oƌgaŶiseƌ des ĐaŵpagŶes et ƌĠuŶioŶs de seŶsiďilisatioŶ ou d’iŶfoƌŵatioŶ suƌ des sujets de politiƋue ŶatioŶale.1
Les aĐtioŶs ŵilitaŶtes tout au loŶg de l’aŶŶĠe,pas uniquement au moment des campagnes ĠleĐtoƌales, soŶt le ŵeilleuƌ ŵoLJeŶ de faiƌe d’uŶ paƌti politique une organisation vivante et connectée aux réalités du terrain. Le caucus permettra un recrutement plus large des sympathisants au-delà des Républicains. Il servira de sas et assurera une meilleure fidélisation des adhérents pour une plus forte dynamisation. 2)La ĐiƌĐoŶsĐƌiptioŶ doit ƌesteƌ l’uŶitĠ de ĐooƌdiŶatioŶqui est la plus à même en tant Ƌu’échelon administratif reconnu de faire le lien entre le local et le national Constat :Renforcer le rôle et la dynamisation des circonscriptions implique dese doteƌ d’un outil peƌŵettaŶt de fiŶaŶĐeƌ et de stƌuĐtuƌeƌ toutes les aĐtioŶs loĐales autouƌ d’uŶ pƌojet commun : LE MICRO-PARTI. Nos iŶstaŶĐes loĐales ŵiliteŶt aujouƌd’hui aveĐ des ŵoLJens financiers quasi inexistants. Cette situation empêche toute actionde pƌodžiŵitĠ Đoŵŵe l’ouveƌtuƌe de lieudž de soĐiaďilitĠ oul’iŶstallatioŶd’outils d’iŵpƌessioŶdes tracts locaux. Elle eŶgeŶdƌe les ĐoŶditioŶs d’uŶeprise en main par un petit nombre de militants qui sont souvent réélus sans avoir fait les preuves de leurs actions et empêche toutes formes de concurrence. Solutions :
Le micro-paƌti est la tƌaduĐtioŶ foƌŵelle des ĐauĐus. FoƌĐe est de ĐoŶstateƌ Ƌue l’aƌgeŶt est le Ŷeƌf de la gueƌƌe. Le foŶĐtioŶŶeŵeŶt d’uŶ ŵiĐƌo paƌti doit ƌesteƌ sous l’autoƌitĠ des Républicains et permettre en contrepartie une plus grande autonomie, grâce à trois ŵodalitĠs Ƌu’il faudƌait ŵettƌe eŶ plaĐe: - Assurer la représentativité des micro-partis au sein du conseil national par la désignation de représentants en son sein. - Déduire les cotisations faites au parti de celles déjà versées aux micro-partis, moyennant une réduction correspondante du forfait alloué à la circonscription par le parti. - Rétablir les comptes par circonscription, pour remettre de la souplesse et de l’effiĐaĐitĠ suƌ les territoires, mais aussi pour remotiver les élus à payer leurs cotisations.3)Mise eŶ plaĐe d’uŶ sLJstğŵe ĠleĐtoƌal iŶteƌŶe ƌĠĠƋuiliďƌĠ entre le Secrétaire départemental et le Président de la Fédération. Constat : A l’ĠĐhelon des circonscriptions, la superposition des fonctions peut conduire à un blocage et des conflits dès lors que le Président et le Secrétaire départemental ne sont pas d’aĐĐoƌd. Pouƌ leveƌ les ĐoŶflits, il s’agit doŶĐ de ŵieudž ƌĠpaƌtiƌ les tâĐhes eŶtƌe le Président et le Secrétaire départemental.
2
En effet, dans un contexte de forte tendance à la dissidence et de multiplication des chapelles autouƌ de ŵouveŵeŶts assoĐiĠs où l’autoƌitĠ teŶd à se dĠliteƌ, il devieŶt iŵpoƌtaŶt d’avoiƌ au sein des fédérations un vrai patron, qui soit le garant de la ligne du parti et de sa mise en œuvƌe suƌ le plaŶ loĐal.
La réorganisation de nos statuts en 2015 a modifié le rôle du Président du Comité départemental qui est dorénavant élu au suffrage universel et perd une bonne partie de ses missions au profit du Secrétaire départemental. Solutions : Le Président de la Fédération doit devenir un médiateur, un animateur, un sage du Comité départemental, pour laisser le rôle de coordination départementalede l’aĐtioŶ au Secrétaire départemental. Le Secrétaire départemental doit représenter la ligne du parti et être une sorte de Préfet, il doit être le patronopĠƌatioŶŶel de l’organisation de la Fédération. Le Président de la Fédération ne doit plus être élu au suffrage universel mais par les membres élus du comité départemental. Il doit redevenir le Président du Comité départemental, en être l’animateur. Il faut redonner à nos instances départementales une gouvernance politique plus claire: Affaiďliƌ la lĠgitiŵitĠ du pƌĠsideŶt dĠpaƌteŵeŶtal Đ’estrenforcer celle du SD donc du niveau National. II]ElaďoƌatioŶ d’uŶ Ŷouveau paƌti: PƌeŶdƌe eŶ ĐoŶsidĠƌatioŶ l’appoƌt des nouvelles technologies et valoriser le fonctionnement en mode start-up : Constat : La ƌelatioŶ eŶtƌe le Ŷiveau ŶatioŶal et les fĠdĠƌatioŶs s’Ġtaďlit sur une base militante standard ;tƌaĐteƌ, assisteƌ audž ƌĠuŶioŶs ou diffuseƌ de l’iŶfoƌŵatioŶ ŶatioŶaleͿ aloƌs Ƌue l’eŶgageŵeŶt s’est foƌteŵeŶt tƌaŶsfoƌŵĠ. Pouƌ s’adapteƌ à Đette Ŷouvelle paƌtiĐipatioŶ, les paƌtis doiveŶt ĐoŶĐevoiƌ d’autƌes foƌŵes d’eŶgagement que le rôle unique du militant dévoué corps et âme au paƌti. Cela suppose ŶotaŵŵeŶt de voiƌ l’eŶgageŵeŶt ŵilitaŶt Đoŵŵe ƋuelƋue Đhose de ĐoŶtiŶu, Ƌui peut ĐoŶŶaîtƌe diffĠƌeŶts degƌĠs d’iŶteŶsitĠ iŶteƌŵĠdiaiƌes eŶtƌe le siŵple électeur et le militant actif. Il faut inventer des pôles de responsabilités différenciées et créer des fiĐhieƌs et des levieƌs d’aĐtioŶ et de ŵoďilisatioŶen fonction du degré de militantisme. Les nouvelles technologies sont une occasion de fidéliser un type de militants notamment les plus jeunes. EllesdoiveŶt ġtƌe ŵises au seƌviĐe de l’aĐtioŶ ŵilitaŶte et de teƌƌaiŶ et ŶoŶ pas pensées en remplacement ou en concurrence comme cela a été trop souvent le cas.
Pour les militants plus attirés par les questions de stratégie, il est possible de développer des outils types « big data ». Ils doiventpeƌŵettƌe d’avoiƌ uŶe ŵeilleuƌe ideŶtifiĐatioŶ géographique des secteurs électoraux stratégiques ou prioritaires. Ils permettentd’adapteƌ les stƌatĠgiƋues d’aĐtioŶs ŵilitaŶtes ;tƌaĐtage, Đourrier, mailing, affichage, etc..) aux réalités et atteŶtes loĐales ;sĠĐuƌitĠ, saŶtĠ…Ϳ.
3
Solutions : -Fonctionner en mode start-up en utilisant les nouvelles technologies, notamment pour les plus jeunes. -D’uŶe paƌt, daŶs uŶ espƌit de staƌt-up, avecl’utilisatioŶ des ƌĠseaudž soĐiaudž etdes nouvelles technologies. -D’autƌe paƌt,sur le terrain, qui doit êtrerenforcé et optimisé, par un ciblage des actions militantes et de communication rendu possible grâce au Big-Data. Cela implique un investissement et une identification des militants sensibles aux questions de stratégie territoriale. III]ElaďoƌatioŶ d’uŶ Ŷouveau paƌti: Tirer profit des expériences du passé : 1) Rétablir des circuits courts efficaces : valoriser le capital humainOrganiser desaĐtioŶs ŵilitaŶtes eŶ dehoƌs des ŵoŵeŶts d’ĠleĐtioŶ est le ŵeilleuƌ ŵoLJeŶ de faiƌe d’uŶ paƌti politiƋue uŶe oƌgaŶisatioŶ vivaŶte et ĐoŶŶeĐtĠe au ƌeste de la soĐiĠtĠ.Au-delà des réseaux sociaux, il est nécessaire de faire vivre cet esprit militant de terrain qui a fait les plus belles années de la droite. Ainsi, il faut prévoir une place pour toute personne prête à donner un peu de son temps et de son énergie en lui faisantseŶtiƌ Ƌu’elle estau centre du parti. Pouƌ Đela plusieuƌs tLJpes d’aĐtioŶsconcrètes peuvent être engagés : -LaŶĐeŵeŶt d’un grandplaŶ d’ouveƌtuƌe de peƌŵaŶeŶĐes. Sur le plan du financement : iŶstauƌeƌ uŶ sLJstğŵe de ĐalĐul pouƌ la paƌtiĐipatioŶ des Ġlus à l’aĐƋuisitioŶ ou la loĐatioŶ de permanences, qui intègre les dons aux micro-partis locaux.-EtaďlisseŵeŶt d’uŶ pƌogƌaŵŵe d’aŶiŵatioŶ des peƌŵaŶeŶĐes etmultiplication des rencontres convivialeslocales de terrain (cafés, pots, ďaƌďeĐues etĐ…Ϳ-ReŶouvelleŵeŶt de l’opĠƌatioŶ duprintemps militant -Organisation de concours avecuŶ sLJstğŵe de ƌĠĐoŵpeŶses seloŶ le Ŷoŵďƌe d’adhésions par circonscription, selonl’edžpĠƌieŶĐe…2) Développer et renforcer la formation (entre autreà l’aŶiŵatioŶ et à la pƌise de paƌole en public) de nos cadres : -CƌĠatioŶ d’uncarnet formation -CƌĠatioŶ d’uneĐhaƌte d’iŶvestituƌeƋue l’oŶ pouƌƌait appeleƌ «charte du bon candidat », Ƌui iŶtğgƌe ŶotaŵŵeŶt le paƌĐouƌs ŵilitaŶt, la foƌŵatioŶ etĐ…4
3) Accompagner et encadrer les militants : -La remiseeŶ plaĐe d’aƌguŵeŶtaiƌes ƌĠgulieƌsadressés par le siège national aux militants -La ƌeŵise eŶ plaĐe d’uŶe sĠƋueŶĐe aŶŶuelle des adhĠsioŶs, « Le printemps des Adhésions ». Des actions de porte-à-porte pourraient également être menées dans ce cadre, qui, pour être optimum, doivent pouvoir permettreaudž ŵilitaŶts d’adhĠƌeƌ eŶ diƌeĐt,et donc rétablir le règlement en numéraire. Ces séquences doivent être structurées autour de référents par seĐteuƌ, aLJaŶt des oďjeĐtifs, foƌŵĠs pouƌ alleƌ Đhez les sLJŵpathisaŶts, eŶ s’appuLJaŶt suƌ les outils numériques de ciblage.
-LaMise eŶ plaĐe de ƌĠseaudž d’aĐĐoŵpagŶeŵeŶt de Ŷos Ġlus d’oppositioŶ, avec formations, pƌĠpaƌatioŶs d’argumentaires et désignationd’uŶréférent qui peut être un maire ou parlementaire.
-La Mise eŶ plaĐe d’uŶaccueil soigné des nouveaux arrivants, en prévoyant une prise en charge très rapide (et conviviale!) par un référent local.
5