Sénatoriales, tempête tropicale ou cyclone ?

Sénatoriales, tempête tropicale ou cyclone ?

-

Documents
2 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La défaite de la droite aux sénatoriales, peut-elle lui être bénéfique ?

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 septembre 2011
Nombre de visites sur la page 177
Langue Français
Signaler un problème
Sénatoriales, tempête tropicale ou cyclone ?
Le billet d’Eric SEYDOUX
Tempête tropicales fortes, modérées, cycloniques, sont toujours préjudiciables pour ceux qui
les subissent. La brutalité des vents et des pluies qui déferlent sur des populations souvent
alanguies sous des climats de rêve, est d’autant plus mal ressentie, outre les dégâts directs et
indirects qu’elles causent au quotidien de chacun de ceux qui les subissent, qu’elle est
inhabituelle, comme ce vient d’être le cas pour la haute assemblée.
Le Sénat ne connaissait pas ce phénomène météo, qui de façon cyclique s’abat sur les
assemblées d’élus, grandes ou petites et que l’on appelle alternance. Le choc en a été d’autant
plus rude pour les sénateurs de droite.
Et pourtant les moyens techniques actuels permettent de détecter aisément l’évolution de ces
tempêtes pouvant se transformer en cyclone au fur et à mesure de leur avancée. Sans aller
chercher les satellites, une bonne vieille calculette eut permis de savoir au gré des victoires
successives de la droite aux élections locales, que 1 + 1 = 2, et que l’on ne voit pas très bien
comment la gauche aurait pu perdre ces élections. Ce ne devrait être une surprise pour
personne et on ne comprend pas très bien en quoi cela peut-être pour le chef de l’Etat un
camouflet, selon le propos d’Harlem DESIR. Ce n’est qu’un effet logique et annoncé de
scrutins antérieurs.
Certes, la majorité présidentielle qui n’est pas au mieux de sa forme, plutôt que de resserrer
les rangs autour de valeurs sûres et éprouvées, a réédité avec Pierre CHARON l’erreur qu’elle
avait commise aux cantonales avec Patrick DEVEDJAN, créant ainsi auprès de ceux qui
soutiennent Nicolas SARKOZY depuis toujours, un trouble certain.
Mais en toute hypothèse, on peut considérer que les jeux étaient faits depuis longtemps, même
si la majorité aurait pu se dispenser de ces péripéties qui ont un effet calamiteux sur le moral
de ses partisans. Il n’y a donc ni à feindre l’étonnement ni a faire exploser sa joie.
Mais on dit que ces perturbations météo, quelles que soient les dégâts qu’elles causent à ceux
qui les subissent ont un aspect bénéfique. Les réserves en eau sont renouvelées pour
longtemps, l’eau évaporée se refroidit en altitude et retombe en pluie, faisant diminuer
nettement la température. Par ailleurs, les pluies chargées en éléments forment une sorte
d’engrais pour les cultures et ont un effet stimulant sur beaucoup de plants qu’elles
revivifient et assainissent. On a coutume, sous les tropiques, de dire que les éclairs font
"péter" la canne.
Stimulation des esprits, refroidissement de la température, tout ce qui manquait à la majorité
engluée dans les affaires et que l’élection au Sénat, puis celle de son président, vont pouvoir
dissiper pendant quelques temps, peut-être le temps de passer à autre chose.
Le mécanisme enclenché depuis plusieurs mois et qui va crescendo paraît irréversible, tant les
inconvénients pour la majorité s’enchaînent les uns aux autres, comme dans un scénario écrit
d’avance, dont le dénouement apparaît inéluctable à l’ensemble des spectateurs. Mais l’on sait
que les scénarios les meilleurs sont les plus imprévisibles.
Cette tempête tropicale aura-t-elle eu pour effet de changer le climat pour la majorité ? Les
élections sénatoriales seront-elles une tempête tropicale, bénéfique pour la majorité ou
annoncent-t-elles le cyclone des présidentielles ?
gpancrazi.over-blog.com/