Formation aux statistiques officielles et rôle de l

Formation aux statistiques officielles et rôle de l'Institut de statistique pour l'Asie et le

-

Documents
19 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Distr. NATIONS UNIES GÉNÉRALE CONSEIL E/ESCAP/SOS/10 16 janvier 2004 ÉCONOMIQUE FRANÇAIS ET SOCIAL ORIGINAL: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE POUR L’ASIE ET LE PACIFIQUE Sous-Comité de statistique Première session 18-20 février 2004 Bangkok FORMATION STATISTIQUE, Y COMPRIS LE RÔLE DE L’INSTITUT DE STATISTIQUE POUR L’ASIE ET LE PACIFIQUE (Point 8 de l’ordre du jour provisoire) FORMATION AUX STATISTIQUES OFFICIELLES ET RÔLE DE L’INSTITUT DE STATISTIQUE POUR L’ASIE ET LE PACIFIQUE Note du secrétariat de l’Institut ?????E/ESCAP/SOS/10 Page 1 Formation aux statistiques officielles et rôle de l’Institut de statistique pour l’Asie et le Pacifique 1. L’Institut asiatique de statistique [actuellement dénommé Institut de statistique pour l’Asie et le Pacifique (ISAP)] a été créé à Tokyo en 1970 par 20 pays et par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). L’objectif était de répondre à la fois à une pénurie critique de personnel formé aux statistiques officielles dans la plupart des pays en développement de la région et à l’absence de moyens nationaux et internationaux de formation statistique. 2. Depuis lors, les capacités statistiques de la région se sont sensiblement améliorées. Un certain nombre de pays possèdent maintenant des bureaux de statistique bien développés, et certains disposent de leurs propres moyens de formation. Cependant, il se trouve encore des pays dans lesquels ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 25
Langue Français
Signaler un problème


Distr. NATIONS UNIES
GÉNÉRALE
CONSEIL E/ESCAP/SOS/10
16 janvier 2004 ÉCONOMIQUE
FRANÇAIS ET SOCIAL ORIGINAL: ANGLAIS

COMMISSION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE POUR L’ASIE ET LE PACIFIQUE

Sous-Comité de statistique

Première session
18-20 février 2004
Bangkok






FORMATION STATISTIQUE, Y COMPRIS LE RÔLE DE L’INSTITUT DE
STATISTIQUE POUR L’ASIE ET LE PACIFIQUE

(Point 8 de l’ordre du jour provisoire)

FORMATION AUX STATISTIQUES OFFICIELLES ET RÔLE DE L’INSTITUT
DE STATISTIQUE POUR L’ASIE ET LE PACIFIQUE

Note du secrétariat de l’Institut

ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
E/ESCAP/SOS/10
Page 1
Formation aux statistiques officielles et rôle de l’Institut de statistique
pour l’Asie et le Pacifique
1. L’Institut asiatique de statistique [actuellement dénommé Institut de statistique pour l’Asie et
le Pacifique (ISAP)] a été créé à Tokyo en 1970 par 20 pays et par le Programme des Nations Unies
pour le développement (PNUD). L’objectif était de répondre à la fois à une pénurie critique de
personnel formé aux statistiques officielles dans la plupart des pays en développement de la région et
à l’absence de moyens nationaux et internationaux de formation statistique.
2. Depuis lors, les capacités statistiques de la région se sont sensiblement améliorées. Un certain
nombre de pays possèdent maintenant des bureaux de statistique bien développés, et certains
disposent de leurs propres moyens de formation. Cependant, il se trouve encore des pays dans lesquels
les possibilités de formation statistique sont très limitées et où la demande à satisfaire demeure
considérable.
3. En outre, la portée et la complexité des demandes que reçoivent les bureaux de statistique
nationaux ne cessent d’augmenter. Des statistiques sont requises à l’appui de l’élaboration des
politiques et de l’application et du suivi des politiques et programmes. Une demande de statistiques se
fait jour dans de nouveaux domaines, en relation par exemple avec les sommets mondiaux:
statistiques comparables sur la pauvreté aux fins des objectifs du Millénaire pour le développement,
comparaisons internationales des prix, statistiques sur l’économie du savoir et l’économie non
observée, statistiques sexospécifiques, etc. La mondialisation des économies et le progrès de l'action
multilatérale et intergouvernementale orientée vers la solution des problèmes régionaux ont accru la
demande de statistiques homogènes, comparables et actuelles. Dans le même temps, on assiste à une
augmentation de la demande de statistiques de meilleure qualité dans les domaines «traditionnels» tels
que la comptabilité nationale, la balance des paiements, la mortalité et la morbidité.
A. Programmes de formation
4. On note bien des lacunes en ce qui concerne la formation. Les bureaux de statistique
nationaux ne cessent de répéter que, pour qu’ils puissent au moins tenter de répondre aux besoins, il
faudrait accroître sensiblement le nombre et la portée des cours dispensés. De nombreux domaines ne
sont pas couverts et il faudrait notamment organiser une formation à l’appui des activités suivantes:
Élaboration, suivi et évaluation de documents stratégiques de réduction de la pauvreté;
Suivi et évaluation des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du Millénaire
pour le développement;
Élaboration de la comptabilité nationale (SNA 93) et des comptes satellites;
Amélioration des indices des prix et des données sur les prix, notamment aux fins du
Programme de comparaison internationale;
Développement des compétences de recherche en vue de l'amélioration de l'analyse et de
la qualité des données et des procédures statistiques;
/... ƒ
ƒ
ƒ
E/ESCAP/SOS/10
Page 2
Développement des compétences en matière d'analyse et d'interprétation des données;
Formation des cadres supérieurs de gestion axée sur les problèmes importants et
émergents;
Développement des statistiques relatives aux technologies de l'information et de la
communication (TIC) (problèmes de définition et de mesure).
5. Pour remédier aux insuffisances constatées et fixer des priorités entre les diverses demandes
de formation, un critère essentiel devrait être celui de la pertinence; la dimension quantitative de la
formation serait quant à elle définie en fonction des stratégies qui apporteraient de la valeur ajoutée
aux moyens et arrangements institutionnels existant dans la région.
1. Pertinence
6. Les cours de formation devraient avoir une orientation pratique et porter sur la collecte,
l'analyse et la diffusion des statistiques. Dans tous les cas, la théorie devrait s'accompagner d'exemples
pratiques, de travaux sur le terrain et de travaux axés sur des projets. Toutefois, le caractère pratique
des cours sera encore renforcé si, lorsqu'ils travaillent sur des projets particuliers, les participants sont
amenés à utiliser des données et des exemples relatifs à leur propre pays.
7. Les cours devraient être conçus spécialement pour les statisticiens des services officiels des
pays de la région. Ils devraient porter sur tous les domaines des statistiques officielles, y compris les
secteurs sociaux et économiques et le domaine du travail et mettre l'accent sur la qualité des données.
8. Pour que les cours de formation aident réellement les pays à développer leurs capacités
statistiques, il est essentiel qu’ils correspondent à leurs besoins immédiats. Sur le plan de la
pertinence, les cours doivent être actuels, correspondre aux besoins prioritaires des pays concernés et
être accessibles aux pays appropriés.
a) Les cours de l’ISAP sont-ils réellement actuels?
9. D’après l’information reçue des bureaux de statistique nationaux, les cours de l’ISAP
correspondent tout à fait à leurs besoins et portent sur de nombreuses questions émergentes. Sous leur
présente forme, ils comportent une analyse des cadres statistiques officiels, font une plus large place à
la mesure et à l’analyse de la pauvreté, traitent du traitement de l’erreur en tant que partie intégrante
de l'activité de sondage et insistent particulièrement sur l’analyse des données, la gestion des données,
la construction de sites Web et de progiciels statistiques ainsi que sur la bonne tenue des registres des
activités industrielles et commerciales. Une plus large place est également faite aux techniques de
présentation.
10. Le cours sur les statistiques sociales a mis l'accent sur les objectifs du Millénaire pour le
développement, le cadre de développement humain et les initiatives programmatiques de la CESAP,
en particulier la réduction de la pauvreté et les questions sociales émergentes. Le cadre du Système de
comptabilité nationale a été utilisé pour intégrer les différents sujets relatifs aux statistiques
économiques traités au cours du programme.
/... E/ESCAP/SOS/10
Page 3
11. On fait plus de place aux TIC et à l'utilisation de progiciels spécialisés pour le traitement et
l'analyse statistiques. Le cours destiné aux statisticiens des pays d'Asie centrale est expressément axé
sur la collecte, la compilation et l'analyse des statistiques officielles nécessaires dans le cadre d'une
économie de marché.
12. On s’accorde à reconnaître dans la région que les pays doivent être mieux à même
d’entreprendre des recherches sur les problèmes méthodologiques et de procéder à des travaux plus
complexes d’analyse des données. Le cours de formation fondée sur la recherche a été conçu pour
répondre à ce besoin.
13. Les bureaux de statistique nationaux estiment que les programmes de l’ISAP correspondent
aux besoins de la région. Si certains pays ont dépassé le stade de la formation de base dispensé par
l’Institut, ils comprennent néanmoins la nécessité de continuer à organiser ce genre de formation à
l’intention des pays les moins avancés et des pays en développement.
b) Les cours correspondent-ils aux priorités nationales?
14. Il est évident que la formation matière de statistiques officielles doit répondre directement aux
besoins des pays. En fixant ses priorités, l’ISAP est tenu par ses Statuts de prendre en considération
les recommandations du Comité de statistique, exigence à laquelle il s’est attaché à se conformer. Il a
également un important rôle à jouer pour analyser et évaluer les besoins indiqués par les différents
pays et recensés par les organes des Nations Unies et d’autres institutions tant au cours des
nombreuses réunions ponctuelles qui ont lieu chaque année qu’à l’occasion des débats qui se tiennent
à l’ONU et ailleurs.
15. La pertinence des cours du programme de vulgarisation de l’ISAP est pratiquement assurée, le
contenu de ces cours étant fixé en réponse directe à un besoin spécifique, dans un pays donné (par
exemple mesure de la pauvreté en Chine au Myanmar et au Viet Nam; analyse des données et
prévision de la production agricole au Pakistan). L’ISAP travaille en étroite collaboration avec des
experts internationaux et avec le personnel des organismes compétents des Nations Unies tels que la
FAO et le FNUAP pour arrêter le contenu des cours.
16. Bien qu’il existe de nombreuses voies permettant de recommander des priorités pour les
programmes de l’ISAP, les résultats seraient meilleurs si certaines démarches étaient entreprises de
façon plus fréquente et plus formelle. De la même manière, l’ISAP devrait organiser des débats plus
réguliers (au moins chaque année) avec les Divisions de la CESAP traitant des trois thèmes
«réduction de la pauvreté», «gestion de la mondialisation» et «problèmes sociaux émergents», afin
d’identifier les nouveaux problèmes et les besoins et priorités statistiques avec l’assistance de la
Division de statistique de la CESAP. Des entretiens réguliers analogues devraient avoir lieu avec les
principaux organismes des Nations Unies et autres institutions multilatérales (telles que le PNUD, le
FNUAP, l’UNESCO et la BAsD).
/... ƒ
ƒ
E/ESCAP/SOS/10
Page 4
2. Les cours sont-ils accessibles aux pays les moins avancés et aux pays insulaires
du Pacifique et correspondent-il à leurs besoins?
17. Les pays insulaires du Pacifique ont les moyens de bien se faire entendre au Conseil
d’administration de l’ISAP et bénéficient de l’appui efficace du secrétariat de la Communauté du
Pacifique, qui assiste en qualité d’observateur aux réunions du Conseil d’administration. Les
interventions faites en leur faveur ont certainement contribué au maintien du cours de six mois sous sa
forme actuelle, qui met l’accent sur l’établissement d’une base statistique et comporte un large
programme. Les pays les moins avancés et les pays insulaires du Pacifique demeurent en outre
fortement représentés, avec plus de 30 % des places, dans les cours dispensés à Tokyo.
18. Ces pays ont également participé à bon nombre de stages ISAP/PNUD, sept des seize cours
nationaux portant sur l’élaboration des rapports nationaux sur le développement humain ayant eu lieu
à Tokyo (il s’agit des cours pour le Bangladesh, le Bhoutan, le Cambodge, le Myanmar, le Népal, la
République démocratique populaire lao et le Samoa). Les Fidji et le Népal ont également bénéficié de
deux des trois cours sur le plan de sondage organisés dans le cadre du programme de vulgarisation
(le troisième a eu lieu au Viet Nam).
19. L’un des cours organisés à Tokyo, le cours de deux mois à l’intention des pays d’Asie
centrale a expressément pour objet d’aider les pays en transition de cette sous-région.
3. Les cours présentent-ils de l’intérêt eu égard aux thèmes et
au programme de travail de la CESAP?
20. En tant qu’organe subsidiaire de la CESAP, l’ISAP est tout à fait conscient des pressions
qu’imposent aux bureaux de statistique nationaux les trois grands thèmes de la CESAP: objectifs du
Millénaire pour le développement, stratégie de réduction de la pauvreté et élaboration des rapports
nationaux sur le développement humain. Il reconnaît qu’il a un rôle à jouer pour aider les pays à se
constituer la capacités statistiques nécessaires à ces fins.
21. De nombreux éléments des cours de l’ISAP présentent un rapport direct ou indirect avec les
thèmes de la CESAP ou offrent un contexte utile à cet égard. On citera à ce propos:
Le cours d’analyse et d’interprétation organisé en 2002, qui a porté sur les statistiques
sociales et a mis l’accent sur les initiatives programmatiques de la CESAP, en particulier
la réduction de la pauvreté et les questions sociales émergentes. Une attention
particulière y a aussi été accordée aux objectifs du Millénaire pour le développement et
au cadre du développement humain.
Les sujets traités lors du cours de formation modulaire sur les statistiques officielles
fondamentales (d’une durée de six mois) abordent de nombreux domaines en rapport
avec les thèmes de la CESAP:
– Statistiques du revenu et mesure de la pauvreté, indicateurs de la main-d’œuvre, de
la santé, de l’éducation et du développement humain, revenu et dépenses des
ménages, secteur informel et enquêtes sur l’utilisation du temps (réduction de la
pauvreté);
/... ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
E/ESCAP/SOS/10
Page 5
– Statistiques de la fécondité, de la mortalité, des migrations, tables de mortalité,
statistiques des divorces, projections de la population, statistiques par sexe et u handicap (problèmes sociaux émergents);
– Tableaux internationaux entrées-sorties, bilans, comptes courants, comptes des
stocks, cycle conjoncturel et modèles économiques (gestion de la mondialisation).
22. Lorsqu’ils ont été priés d’indiquer leurs besoins pour le cours national de 2002, aucun des
bureaux de statistique nationaux n’a directement fait mention des thèmes de la CESAP; toutefois, un
certain nombre des cours demandés avaient directement trait à ces thèmes. Ainsi, des cours ont été
demandés sur les questions suivantes:
Mesure et analyse de la pauvreté;
Mesure des inégalités de revenu;
Statistiques sociales;
Indicateurs du bien-être;
Statistiques de l’environnement;
Utilisation des registres administratifs pour l’établissement des statistiques sociales et
culturelles;
Calcul des indices des prix, y compris les indices des prix à l’exportation et à
l’importation.
4. La formation est-elle quantitativement suffisante?
23. Pour être efficace, l’ISAP doit répondre aux besoins de formation statistique des pays.
Certaines des lacunes statistiques identifiées précédemment retiennent déjà l’attention. Ainsi, l’Institut
examine actuellement avec le PNUD la possibilité d’organiser des cours de formation nationaux
centrés sur les objectifs du Millénaire pour le développement. Ces cours devraient faciliter l’obtention
des données relatives aux objectifs de développement et l’élaboration et le suivi des politiques visant
la réalisation de ces objectifs. Un tel programme ferait utilement suite aux cours nationaux organisés
avec succès sur l’élaboration des rapports sur le développement humain (16 au total) qui ont eu lieu
ces trois dernières années.
24. Le nombre de places disponibles dans les cours de formation fondée sur la recherche sera
relevé et leur financement sera rendu possible en organisant les cours ailleurs qu’au Japon. D’autre
part, le séminaire destiné aux cadres supérieurs qui avait été organisé conjointement avec la Division
de statistique de la CESAP en février 2003, s’est révélé très pertinent, et un séminaire analogue a eu
lieu en janvier 2004 pour continuer à satisfaire les besoins.
a) Nécessité d’un meilleur accès aux cours sur les paramètres statistiques fondamentaux
25. Il est difficile de répondre à la demande de plus large accès à un cours général portant sur les
paramètres statistiques fondamentaux, sur le modèle du cours de formation modulaire de six mois sur
/... E/ESCAP/SOS/10
Page 6
les statistiques officielles fondamentales. Une possibilité consisterait à augmenter le nombre de
bourses disponibles pour ce cours, mais ce serait au détriment d’autres cours pour lesquels la demande
est également élevée.
b) Il importe de faire plus de place à l’analyse et à l’interprétation
26. L’accroissement de la demande de formation à l’analyse et à l’interprétation pourrait trouver
une solution partielle si l’on augmentait le temps consacré à ces questions pendant le cours de six
mois. En outre, tout en tenant compte dans chaque cas des avantages du cours et de la demande dont il
fait l’objet, on pourrait réduire légèrement (de trois ou quatre par exemple) le nombre des bourses
accordées pour le cours de six mois, ce qui donnerait les moyens de doubler le nombre de bourses
disponibles pour le cours d’analyse et d’interprétation de deux mois.
c) Il existe une demande pour un plus grand nombre de cours destinés au personnel expérimenté
de pays plus développés
27. Les cours de l’ISAP ne correspondent guère, sous leur forme actuelle, aux besoins de ceux
des pays de la région qui sont plus développés sur le plan statistique. Ainsi, la République de Corée et
Singapour ont signalé la nécessité d’une formation de haut niveau qui porterait sur des questions telles
que l’analyse des séries chronologiques avancées (comment traiter les ruptures de série),
l’économétrie, les estimations aérolaires utilisant les données de recensement et d’enquête et la
conception des registres des activités industrielles et commerciales comme sources de données.
L’ISAP pourrait peut-être réunir de temps à autre les parties intéressées de pays plus avancés lorsque
des besoins communs ont été définis. Cela pourrait se faire par exemple en organisant un cours de
formation, atelier ou séminaire avancé portant sur une question statistique complexe.
28. Actuellement, l’ISAP répond surtout à la demande la plus élémentaire (en complexité et en
profondeur) du marché de la formation statistique. Toutefois, si la demande de ce type persiste (et il y
a peu de chance qu’elle diminue à court terme), il existe un marché croissant pour une formation plus
professionnelle et plus approfondie portant sur des sujets complexes et émergents. Nombre de
mesures ont déjà été prises pour répondre à cette demande: ainsi de nombreux stages spécialisés ont
été organisés ou financés par des organismes multilatéraux (FMI, BAsD, PNUD, FAO), par des
bureaux de statistique nationaux et par la Division de statistique de la CESAP notamment. Ces
activités ne sont généralement pas coordonnées à l’échelon de la région et rares sont les consultations
entre les organismes qui les dispensent.
d) Nécessité d’organiser un plus grand nombre de cours relevant du programme de vulgarisation
29. La liste des lacunes constatées montre à l’évidence que le niveau actuel du programme de
vulgarisation est très inférieur aux besoins. Pendant la période 2000-2002, en dehors des 16 cours
ISAP/PNUD sur les RDH, l’ISAP n’a organisé que 13 cours et ateliers régionaux. Cinq de ces
derniers portaient sur le plan de sondage (la durée des cours variant de 10 jours à 4 semaines), les
/... ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
E/ESCAP/SOS/10
Page 7
autres portaient sur la pauvreté (2), le handicap (2), l’agriculture (2), les séries chronologiques
avancées (1), et la gestion et la diffusion des données (1). L’Institut a également organisé deux stages
nationaux sur la mesure de la pauvreté, qui ont eu lieu respectivement en Chine et au Myanmar.
30. À l’exception du cours ordinaire sur le plan de sondage pour les enquêtes sur les ménages et
les établissements, tous les cours étaient essentiellement organisés sur une base ad hoc. Tout en
présentant de l’intérêt en eux même, il semble qu’ils aient donné moins de résultats que les cours
organisés régulièrement (il n’y a pas d’effet cumulatif) et qu’il soit difficile aux bureaux de statistique
nationaux de prévoir d’y participer, étant donné leurs propres échéances et d’autres considérations.
31. Il est nécessaire d’accroître sensiblement la portée du programme de vulgarisation et en
particulier d’y introduire certains éléments réguliers. L’ISAP créera initialement cinq nouveaux cours
réguliers.
32. Un nouveau programme commun ISAP/PNUD axé sur les objectifs du Millénaire pour le
développement semble prometteur et devrait se révéler utile. Il sera financé par le PNUD.
33. Les autres cours porteront sur les sujets suivants:
Mesure de la pauvreté;
Comptabilité nationale (SNA 93) et comptes satellites;
Statistique des prix, y compris le Programme international de comparaison;
Paramètres fondamentaux des statistiques officielles.
Il est également prévu de financer un programme de formation pour les pays insulaires du Pacifique
en collaboration avec le secrétariat de la Communauté du Pacifique.
e) Il importe d’obtenir un appui accru d’organismes multilatéraux
34. L’expansion recommandée du programme de vulgarisation doit être considérée comme une
première étape. Pour parvenir à un programme de portée raisonnable (par rapport à la demande), il
faudra aller plus loin, et cela requerra certainement un financement additionnel.
35. La meilleure source de financement supplémentaire devrait être constituée par les organismes
multilatéraux, qui sont gros consommateurs de statistique et pour qui la formation et le
développement statistiques présentent un réel intérêt. Ces organismes ont conçu et réalisé, dans bien
des pays, de nombreux projets de développement statistique. L’ISAP devait faire un effort concerté
pour obtenir de ces organismes et institutions qu’ils financent les partenariats de formation existants.
Étant donné les sujets proposés pour les cours supplémentaires du programme régulier de
vulgarisation, les principaux candidats devraient être le PNUD, la BAsD, la Banque mondiale et le
FMI, bien qu’il puisse fort bien s’en trouver d’autres (par exemple PARIS 21, OIT, FAO, UNICEF et
UNIFEM).
/... E/ESCAP/SOS/10
Page 8
f) Il importe de faire davantage appel aux bureaux de statistique nationaux
36. Il conviendrait de solliciter également l’appui des bureaux de statistique nationaux pour le
programme étendu de vulgarisation. L’Indonésie et la République de Corée possèdent d’excellentes
installations de formation, y compris des logements sur place, et se sont déclarées disposées à
coparrainer certains cours et à assumer tout ou partie des dépenses dans le pays. D’autres bureaux de
statistique nationaux de la région possèdent également de bons moyens de formation et réagiraient
certainement positivement si une demande leur était adressée.
37. Les pays de la région ont de nombreux besoins communs de formation. Il faut espérer qu’ils
se rendront compte qu’en combinant une partie de leurs ressources, ils seront en mesure de participer
à un ensemble de programmes de formation plus solide et plus substantiel.
5. Évaluation de la formation
38. Au cours des sept dernières années, le Conseil d’administration de l’ISAP s’est attaché à
définir un cadre pour l’évaluation des prestations des conférenciers et un cadre analogue pour
l’évaluation des résultats des étudiants. Les objectifs et le contenu général de chacun des cours de
l’ISAP ont été évalués en utilisant les appréciations recueillies régulièrement auprès des participants
et des bureaux de statistique nationaux. Le Conseil a examiné la structure des cours organisés à
Tokyo, la répartition des participants et des cours par pays et l’actualité des cours. Il a également
examiné régulièrement la situation financière de l’Institut et les ressources mises à sa disposition.
39. Les mesures prises jusqu’ici se sont certes révélées utiles, mais le Conseil d’administration et
toutes les parties prenantes auraient néanmoins davantage confiance dans la qualité générale des
prestations de l’Institut si l’évaluation qui en est faite s’inscrivait dans un cadre global. Un tel cadre
devrait être «axé sur les résultats» et établi dans le contexte d’un plan stratégique de l’ISAP.
40. À ce jour, l’ISAP a élaboré son propre «énoncé de mission», qui correspond étroitement aux
objectifs de son statut. Si le Conseil d’administration a adopté certaines stratégies générales pour
l’exécution de cette mission, celles-ci sont cependant incomplètes et n’embrassent pas la totalité des
objectifs, activités et opérations de l’ISAP. On ne s’est pas employé à préciser de façon détaillée les
objectifs précis à atteindre ni les produits ou résultats attendus au cours des trois à cinq prochaines
années.
41. Une telle planification stratégique, entreprise à intervalles réguliers (peut-être tous les cinq
ans pour coïncider avec l’élection du Conseil d’administration), établirait des directives claires et des
priorités pour l’Institut. Elle constituerait également un cadre général par rapport auquel les résultats
obtenus par l’Institut pourraient être examinés régulièrement. Elle permettrait de veiller à ce que ces
produits et résultats correspondent aux objectifs et aux priorités de l’heure, par exemple aux trois
thèmes qui sont au cœur de l’ensemble des travaux de la CESAP. Une approche plus stratégique de la
planification et de l’évaluation aiderait également l’ISAP à répondre plus étroitement aux besoins de
la gestion des programmes de la CESAP.
/... E/ESCAP/SOS/10
Page 9
B. Renforcement des capacités de formation statistique
1. Stratégies externes
a) Les cours peuvent être coparrainés ou sous-traités
42. Le programme de vulgarisation de l’Institut constitue le seul élément de ses activités qui soit
axé sur l’objectif de renforcement des capacités statistiques. Tous les cours nationaux et régionaux
relevant de ce programme se tiennent en dehors du Japon.
43. L’organisation d’un cours de l’Institut dans un pays en développement est utile pour les
centres locaux de formation là où il s’en trouve, bien que dans certains cas le seul avantage puisse être
de leur fournir une occasion d’observer comment organiser un cours de manière efficace. L’intérêt du
cours se trouve accru s’il est coorganisé car le centre local de formation a alors la possibilité
d’acquérir une expérience directe de son organisation et de sa gestion.
44. Dans un petit nombre de cas, l’ISAP est allé plus loin encore. Pour les cours relatifs aux RDH
aux Philippines (2000), en Indonésie (2001) et au Sri Lanka (2001), il a chargé des institutions locales
de dispenser la formation et de désigner les participants et les spécialistes-conseils, le programme de
cours, le calendrier et les moyens de formation étant la responsabilité de l’ISAP. De tels arrangements
de collaboration, en particulier lorsqu’il s’agit de sous-traiter l’organisation des cours, contribuent
sensiblement à renforcer la capacité de formation statistique des pays en développement.
b) Une expérience en matière de formation peut être acquise dans un petit nombre de centres qui,
à leur tour, peuvent aider d’autres pays
45. Lorsque les cours du programme de vulgarisation ont été organisés sur une base ad hoc, les
avantages qui en ont résultés pour les organismes locaux n’ont pas été aussi grands car ces organismes
n’ont pas été en mesure d’accumuler une expérience appréciable. Toutefois, dans certains cas, des
cours nationaux ou régionaux ont été organisés dans un centre de formation national de manière
régulière et les avantages en ont été plus substantiels et plus durables. Ainsi, le bureau de statistique
national coréen a bénéficié de l’expérience acquise en organisant quatre stages relevant du programme
de vulgarisation au cours des cinq années écoulées. Les avantages de cette formule ont trouvé leur
confirmation lorsqu'il a organisé avec succès le huitième stage sur le plan de sondage pour les
enquêtes sur les ménages et les établissements, à Daejeon en mars 2003. Tout comme le Bureau de
statistique de l'Indonésie, le Bureau national coréen pourra être amené à coorganiser d'autres stages à
l'avenir.
46. L'ISAP a collaboré avec des bureaux de statistique nationaux dotés de systèmes statistiques
relativement avancés et de moyens de formation de qualité pour organiser des cours et ateliers
régionaux et sous-régionaux de formation. Cette stratégie se poursuivra et se renforcera dans le cadre
du programme de vulgarisation élargi. Elle a le double avantage de créer des capacités nationales dans
les pays où se déroulent les activités et de faire connaître aux statisticiens des services officiels de la
région les systèmes statistiques d'autres pays en développement de la CESAP.
/...