LE  BARRAGE  DE  NAUSSAC ,  une  réelle  menace .

LE BARRAGE DE NAUSSAC , une réelle menace .

-

Français
4 pages
Lire
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

Publication qui sert à démontrer les réels dangers que fait peser cet ouvrage de nos jours sur les populations de l'aval .

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 26 février 2012
Nombre de lectures 2 619
Langue Français
Signaler un problème


LE BARRAGE DE NAUSSAC : UNE REELLE MENACE .
Le barrage de Naussac situé dans le département de la Lozére (Languedoc-Roussillon)
est mis en service depuis le début des années 1980 .
Ce réservoir a une capacité totale de 190 Millions de M/3 d' eau lorsqu'il est rempli.
Trop souvent ,et trop longtemps plein cela devient dangereux.
Le département de la Lozére dérive de l' eau de qualité à l'amont de la ville de Langogne,
la stocke dans le réservoir de Naussac en l'appauvrissant de ses propriétes naturelles , pour
rendre de l'eau crôupie en été pour les besoins d'EDF, de l'agriculture, des sports d' eaux
vives en Haute- Loire sur le bassin versant de l'Allier et ensuite de la Loire.
Cette eau pûre collectée en amont de Naussac , devenue de qualité médiocre et sans propriétés
aprés avoir été brassée par pompages et emprisonnée dans cette retenue ne sert donc qu'à EDF,
l'arrosage du maïs , pour le tourisme de masse dûrant l'été...Nul besoin d'eau pûre pour cela...
Drôle de gestion...! N'est-ce-pas ? Difficile de dire le contraire aprés tant de constatations et
d'exemples plutôt fâcheux, notamment concernant la qualité d'eau.
Cette riviére jadis majestueuse, est donc désormais de nos jours et par une gestion très discutable
réduite en hiver à un débit minimum avec la complicité de nos Gouvernants qui de toute évidence
ne s'occupent pas de l'Environnement et de la préservation des milieux naturels, cadet de leurs
soucis semble-t-il.....Profits , toujours profits.......
L'Allier est polluée, sans eau pour en atténuer les effets et très bientôt sans poissons !....Voilà le
résultat....
Il apparaît donc clairement qu'on s'en moque dans les plus hautes instances régionales alors que
l'on projète et autorise la création d'un Parc Naturel Régional (ou National) en Haut-Allier...! Raison
invoquée: pour le tourisme! Pour eux , << tourisme >> signifie donc : pollution et agréssions aux
milieux aquatiques....Consternant..!
Quant à moi , un Parc Naturel (ou National ) signifie tout simplement INTERDIT au public (comme
dans d'autres Pays) pour éviter toutes nuisances et agréssions multiples au milieu naturel..C'est aussi
simple que cela et je rappelle que des Lois existent pour protéger la Nature même si on se refuse de
les faire respecter. Ne l'oublions pas,de grâce...
Parlons maintenant du réel danger de Naussac:
A-t-on réellement pensé ou au mieux réfléchi à ses multiples dangers? A-t-on oublié, ou le fait-on
volontairement,qu'aprés des pluies torrentielles (comme le réservoir est plein) on AMPLIFIE alors
les crues de l'ALLIER, comme en 2003 et 2008, en lâchant d'énormes quantités d'eau qui lessivent
le lit de la riviére, tuent les poissons et autres animaux, saccagent les berges et les propriétés mettant
en danger les populations de l'aval ?
En est-on vraiment conscients dans les Préfectures et les Conseils Régionaux? Apparement la
réponse est NON....
De fait, avec le plus grand soin et le plus grand sérieux , les réglements d'eau ainsi que les débits
réservés doivent être revus et augmentés au plus vite.
Il faut REMETTRE de l'eau dans l'ALLIER car la préssion de l'eau (190 Millions de M/3) exercée
sur le barrage lorsque le réservoir est plein est trop importante et trop dangereuse pour la sécurité
des populations pour être négligée à ce point. Ce serait lourd de conséquences pour les Elus.
La sécurité des populations est PRIMORDIALE, messieurs les Elus , et l'ALLIER ne doit pas
devenir un terrain de jeux comme c'est projeté actuellement par certains d'entre vous, bien au
contraire . La riviére ALLIER est suffisament dangereuse sans pour cela y rajouter la réelle
possibilité de la rupture de Naussac . Prévoir la possibilité d'une telle catastrophe doit être une de
vos premières préoccupations. Aussi, avant de subir pareil fléau, la sécurité des populations doit être
rapidement prise en compte par l'amélioration des débits réservés afin de DESTOCKER de l'eau stabulée dans le réservoir.
Ces débits réétudiés et augmentés assureront beaucoup moins d'inquiétudes ( bien légitimes) au sein
des populations qu'actuellement. Pensez y bien avant l'irréparable.......
Naussac, tel qu'il est géré de nos jours ,peut devenir à court terme et à tous moments , une véritable
catastrophe écologique , voire humaine . Ce barrage a déjà 30 ans, ne l'oublions pas. On ne peut
continuer plus longtemps ainsi.
A-t-on vraiment bien mesuré ce que pourrait engendrer la rupture de Naussac?
1)-destruction des ponts de Monistrol, Prades ,St Arcons, Langeac, Le Chambon, Lavoûte,
etc...
2)-destruction des axes routiers bordant la vallée de l'Allier.
3)-destruction des voies S N C F.
4)-destruction des animaux (gibiers, poissons,bétails) et de la flore.
Et bien entendu PERTES DE VIES HUMAINES !
Est-on vraiment conscients de cela ?
Qui payera ce désastre? La LOZERE? La réponse est NON et laisser vivre des populations dans la
peur c'est être irrésponsables..!
Croyez-vous sincérement que l'on doit dévellopper le tourisme dans cette partie de l'ALLIER ?
Le département de la Lozére, situé en Languedoc-Roussillon , peut-il plus longtemps laisser planer
cette menace sur l'ensemble des populations de l'aval : régions Auvergne, Bourgogne, Centre, Pays
de Loire? Les départements concernés par cette menace sont la Haute-Loire , le Puy-de-Dome,
l'Allier , la Niévre , leLoiret, le Loir et Cher , l' Indre et Loire, le Maine et Loire et la Loire
Atlantique. La Lozére , quant à elle , ne subirait aucuns dommages...! Etrange gestion.....
Le réservoir de Naussac, le plus souvent plein, pèse donc de tout son poids avec cette menace de
rupture sur un nombre très élevé des populations de l'aval.
Alors OUI il faut remettre de l'eau dans l'Allier pour la sécurité de l'ouvrage et les populations en
AUGMENTANT les débits réservés notamment en HIVER et au PRINTEMPS.
OUI il faut se servir de Naussac pour écréter les crues trop importantes mais pour parvenir à cela
on ne doit pas avoir le réservoir plein comme c'est trop souvent le cas....
D'autre part , n'est-il pas étonnant de constater le manque d'eau dans l'Allier, faute à des débits
réservés insuffisants par le complexe Naussac - Naussac 2- Poutés sans que personne ne s'en
offusque ? Il faut dire qu'il n'y a aucuns contrôles !
L'Allier à Brioude (depuis le dernier coup d'eau de Décembre 2010) n'a plus d'eau et personne, je
dis bien personne ne réagit ! Il faut dire que l'on s'habitue à tout dans notre Pays, même au pire.....
Faut-il être à ce point laxistes et inintéréssés aux besoins naturels de notre rivière devant une telle
calamité orchestrée par la gestion de ces barrages qui se sont accaparés, ne l'oublions pas, un bien
commun: l'eau et son écoulement naturel.
Que penser lorsque l'on constate que pour la pratique des Sports d'hiver on fabrique de la neige dans
les stations d'Auvergne pour le bien des skieurs , alors que pour la rivière Allier, les populations et
les poissons, il n'est pas question d'en lâcher tout en laissant planer cette réelle menace de rupture de
Naussac...!
L'Allier SE MEURT, sâchez le, faute d'une bonne gestion du complexe Naussac-Naussac2-Poutés,
sa qualité d'eau aussi et les poissons disparaissent . Voilà l'implacable et triste réalité, semble-t-il
dans la plus grande indifférence....Personne n'a le monopole de l'eau . Elle appartient à tous . Est-il
besoin de le rappeller ?..
LAISSONS COULER LA RIVIERE, de grâce .Les Gouvernants de notre Région doivent réagir au
plus vite et ne plus laisser continuer plus longtemps cette gestion de Naussac, inadaptée à notre
époque et bien trop dangereuse pour l'Homme et l'Environnement.
Ne rien faire conduirait inévitablement et inéxorablement à une catastrophe annoncée, véritable
scénario d'épouvante. Pour le bien des populations et de la rivière Allier laissons couler la rivière, je
le répéte.
Sâchez qu'avec une largeur moyenne de 12 à18 métres,le Haut-Allier en cas de rupture de Naussac
verrait arriver une vague déferlante de prés de 18 métres de hauteur!...N'oublions pas que le réservoir domine la rivière de 60 mètres!
Dans un vacarme assourdissant et effrayant, le flot dévastateur s'écoulerait à une vitesse moyenne
de 28 km/ heure.! Tout simplement l'apocalypse !
Et cela durerait 3 jours ! Poutés de son côté n'aurai que 20 minutes pour déstocker les 2,4 millions
de M3 de sa retenue et amplifierai encore la catastrophe.
Le barrage résisterait-il à tant de préssion ? Dans le Vieil-Allier ,compris entre le barrage de Poutés
et Monistrol ( 9 kms) la vague attendrait 24mètres de hauteur dans les gorges!...
Les ponts d'Alleyras,Vabres, Rauret , Monistrol, Prades, St Julien, Langeac, Le Chambon,
Lavoûte-Chilhac, seraient détruits et emportés.
Bourgs et villages bordant la rivière seraient submergés.Prades serait rasé tout simplement, St Julien
des Chazes également. Que se passerait-il à Langeac avec ses 4500 habitants ? Le village de
Reilhac serait anéanti, Le Chambon aussi, Lavoûte également . L'eau ne s'étalerait qu'à partir de la
Limagne de Brioude, noyant les propriétés jusqu'aux remparts ! Dans le village de Cohade, l'eau
monterait jusqu'aux toits des maisons...Chappes ,Grigue, Brassac, Auzat, Le Breuil seraient
également détruits.
La puissance incontrôlable de ce flot dévastateur conduirait à la destruction totale de la flore, des
fôrets et de la faune sur plus de 100 kms! Ce serait une véritable désolation. La force du courant et
des éléments déchainés, projetant blocs , rochers et graviers sur les fôrets les arracheraient sans
retenue et emportées comme des fétus de paille. Rien n'arrête l'eau, vous le savez tous. Il y aurait
des embâcles partout même au sein des ruines sur une hauteur de plus de 10 mètres ! Aucun signe
de vies sauvages aprés un tel flot . Pertes de vies humaines à n'en pas doûter . Ce serait irréparable.
Un vrai raz-de-marée orchestré par la cupidité des Hommes de ce siècle de profits. Tout serait
anéanti à jamais. Peut-on vivre encore ainsi ? Je ne le pense pas. On ne peut prendre un tel risque.
La Limagne d'Issoire serait elle aussi touchée et totalement inondée. Les ponts du Saut-du-Loup,
Pakowski ,Orbeil, Dallet, Pont-du-Château seraient également détruits .Les voies SNCF également.
Les axes routiers bordant l'Allier auraient disparu. L'apocalypse tout simplement.
En Loire-Moyenne et en Basse-Loire, les populations installées en zônes inondables seraient elles
aussi très touchées. Que se passerait-il au niveau des centrales nucléaires ?
N'oublions pas que dans le passé les habitants du Haut-Allier avaient pensé à de telles
catastrophes .Il n'y avait pas bien entendu de barrages réservoir, ce n'était que pour se préserver des
grandes crues. Pour se protéger, ils avaient édifié leurs villages sur des éperons rocheux ou sur des
terrasses granitiques.Ce n'est pas par hasard !.(Pontgibert, St-Arcons , Chanteuges, Chilhac,
Achaud, St Ilpize, Tapon, Granchamp, Vieille-Brioude.)
Aujourd'hui aprés une telle catastrophe, seuls ces villages seraient épargnés. Chanteuges peut-être
pas car l'Allier bloquerait l'écoulement naturel dela Desges.
Les sédiments ( boues, vases) stockés depuis 30 ans et évacués par la rupture de Naussac (et de
Poutés) occasionneraient d'extrêmes dégats .Ce serait une pollution catastrophique sur plus de 200
kms! Prenons par exemple la crue référence de septembre 1866 :
Elle résulta d'un débit de 2800 M/3 à Vielle-Brioude ! Elle laissa des traces sans précédents en vies
humaines , puis la misére.
Cela correspond, aprés calculs, à 241 millions de M/3 dévalant l'Allier en une seule journée. La
crue dura 3 semaines et le pic dura << seulement >> 14 heures. Avec la rupture de Naussac, cela
durerait 3 jours!..(et si en même temps il y avait des pluies torrentielles?..)
Si l'on peut craindre à nouveau une telle catastrophe naturelle , la fréquence de telle crue n'est pas
coutûmière. Heureusement....
Peu de gens périrent en Haut-Allier à cette époque, les habitants de St Arcons, Chanteuges,
Chilhac, Vieille-Brioude étant protégés .Ce ne fut pas le cas malheureusement
à Prades, Langeac et Brassac-les Mines.
La côte de 1866 enregistra 9,40 mètres à Monistrol et 9,21 mètres à Vieille-Brioude. On peut
s'imaginer avec la rupture de Naussac, cela donnerait le DOUBLE.!
En septembre 1980, la côte de 8,50 mètres a été atteinte en 8 heures à Langogne .(1500 M/3
seconde). Aucune comparaison avec une chute de 60 mètres de hauteur , un barrage éventré et 190 millions de M/3 prêts a s'échapper.............
Pour éviter cela, il est donc primordial de déstocker de l'eau dans le réservoir de Naussac. Cela
tranquillisera les populations et évitera aussi le spectre d'une telle catastrophe.
RAPPEL : débit d'origine moyen annuel de l'Allier à La Valette : 9 M/3 seconde. (sur 120 ans ) .
Déstockage par exemple de 10 M/3 seconde en hiver. 10 M/3 seconde = 864.000 M/3 par
jour.
But recherché : 100 millions de M/3 soit 115 jours (4 mois).
En retirant 100 millions de M/3, cela laisserait encore une capacité de 90 millions de M/3 dans le
réservoir. C' est amplement suffisant pour EDF et l'agiculture......
Il n'y aurait qu à respecter ce chiffre maximal de 90 millions de M/3, le manque des 100 millions de
M/3 servant alors à écrêter les grandes crues remplissant à nouveau le réservoir momentanément
pour les redistribuer progressivement à la rivière. Voilà donc une gestion adaptée, responsable de la
sécurité des populations, des structures d 'aménagement (routes, ponts,voies SNCF ) et de
l'Environnement.
Laisser couler l'Allier naturellement serait bien sur la meilleure solution et surtout la moins
coûteuse. C'est une évidence....
Oublie-t-on que les populations de l'aval ont le droit légitime de vivre dans la tranquillité et d'être
protégées.?
Pardon de m'être penché et intéréssé à leur sécurité......
Que ce message soit entendu, il est celui de la raison tout en étant celui du coeur.
EMMANUEL GLADEL.
Septembre 2011.