qui suis-je ?

qui suis-je ?

Documents
2 pages
Lire
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Description

qui suis-je ? Histoire de la stéréoscopie La stéréoscopie a été inventée en 1838 par Charles Wheatstone (1802- 1875). Ce physicien de génie partit d'un simple constat : nous voyons en relief à partir de la vision de deux images (légèrement) différentes provenant de chacun de nos yeux. Il conçut aussitôt des couples stéréoscopiques de dessins, puis de photographies stéréoscopiques et inventa l'appareil permettant de les observer en relief : le stéréoscope. Cette technique connut un véritable essor à partir des années 1890, grâce à l'invention par Jules Richard du Vérascope. Jules Richard commercialisait aussi sous le nom de Vérascope, des stéréoscopes (des visionneuses binoculaires pour voir en relief) et des vues : témoignages de la grande guerre, paysages, et aussi ... des photos plus coquines ! Aujourd'hui, la technique de la stéréoscopie est toujours utilisée et s'est constamment perfectionnée pour évoluer vers le cinéma (le film Avatar de James Cameron tourné en 3D est un des plus gros succès de l'histoire du cinéma), la télévision 3D et même les consoles de jeux comme la Nintendo DS-3D fonctionnant sans lunettes spéciales ! Indices : J'ai environ 120 ans... et pourtant j'ai de bons yeux ! J'ai témoigné de la Grande Guerre... mais j'ai aussi vu beaucoup de femmes nues !

Sujets

Informations

Publié par
Publié le 24 août 2011
Nombre de lectures 9
Langue Français
Signaler un problème
qui suis-je ?

Histoire de la stéréoscopie La stéréoscopie a été inventée en 1838 par Charles Wheatstone (1802-1875). Ce physicien de génie partit d'un simple constat : nous voyons en relief à partir de la vision de deux images (légèrement) différentes provenant de chacun de nos yeux. Il conçut aussitôt des couples stéréoscopiques de dessins, puis de photographies stéréoscopiques et inventa l'appareil permettant de les observer en relief : le stéréoscope. Cette technique connut un véritable essor à partir des années 1890, grâce à l'invention par Jules Richard du Vérascope.

Jules Richard commercialisait aussi sous le nom de Vérascope, des stéréoscopes (des visionneuses binoculaires pour voir en relief) et des vues : témoignages de la grande guerre, paysages, et aussi ... des photos plus coquines ! Aujourd'hui, la technique de la stéréoscopie est toujours utilisée et s'est constamment perfectionnée pour évoluer vers le cinéma (le film Avatar de James Cameron tourné en 3D est un des plus gros succès de l'histoire du cinéma), la télévision 3D et même les consoles de jeux comme la Nintendo DS-3D fonctionnant sans lunettes spéciales !

Indices : J'ai environ 120 ans... et pourtant j'ai de bons yeux ! J'ai témoigné de la Grande Guerre... mais j'ai aussi vu beaucoup de femmes nues !

Jules Richard Jules Richard (19 décembre 1848 -18 juin 1930), était un industriel français, constructeur d'appareils photographiques stéréoscopiques, et d'instruments scientifiques (baromètres enregistreurs). Ce passionné de technologie et de photographie, qui resta célibataire toute sa vie, n'était pas insensible aux charmes féminins et fréquentait régulièrement les cabarets légers de Montmartre, comme le Bal Tabarin. Entre 1910 et 1920, il réalisa dans sa propriété l'Atrium, située à Belleville à proximité de son usine, de nombreuses séries de photographies de nus féminins en stéréoscopie. Il a aussi édité en très grand nombre des plaques stéréoscopiques prises sur les champs de batailles et dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale.

Jules Richard fonda en 1923, sous contrat avec le Ville de Paris, une fondation et une école privée portant son nom, c'est aujourd'hui le Lycée Technologique Privé Jules Richard, établissement privé sous contrat avec l'Éducation Nationale, laïc et gratuit, spécialisé dans les microtechniques.

Après son décès le 18 juin 1930, Jules Richard fut inhumé au cimetière du Père Lachaise. L'entreprise qu'il a créée existe toujours aujourd'hui sous le nom de JRI (Jules Richard Instruments) - Maxant. Elle ne fabrique plus d'appareils photo stéréoscopiques mais est spécialisée dans les systèmes d'instrumentation et de traçabilité.

L'appareil présenté ici est équipé de nombreuses options proposées par Jules Richard : - mise au point hélicoïdale - deux niveaux à bulles - deux viseurs : viseur clair direct et viseur clair redresseur - chargeurs de plaque escamotables - mémento pour inscrire les renseignements - guichet indicateur (vide, chargé, posé) - compteur de plaques automatique, etc.

Réponse... Le Vérascope Jules Richars est un appareil photographique stéréoscopique de petit format, facilement transportable et très robuste. Il est entièrement métallique, de construction très soignée et a été décliné dans un très grand nombre de versions. Ce type de modèle a été fabriqué de 1890 à 1930. Plusieurs équipements étaient au catalogue et pouvaient équiper les modèles de base à la demande des clients. Le client pouvait même moderniser son appareil s'il le désirait.

Pour en savoir plus : Livre : Une étude sur les productions des Ateliers Jules Richard par Jacques Périn, « Jules Richard et la magie du relief », Paris, Prodiex, 1997.

Vues stéréoscopiques « vérascope » de la grande guerre : http://www.greatwar-photos.org/French Views Verascope.htm Vues stéréoscopiques de nus par Jules Richard : http://www.imagesdupatrimoine.marseille.fr Appareils photos anciens : http://www.collection-appareils.fr Sur l'histoire des industries Jules Richard : http://www.des-gens.net/Les-industriels-Richard